20, Allée de la Danse : Sous les projecteurs


20, Allée de la Danse : Sous les projecteurs
d’Elizabeth Barféty

156 pages, éditions Nathan, à 10,95€


Résumé : À l’École de Danse, les élèves ne parlent que d’une chose : les auditions pour l’adaptation en film du ballet Scaramouche. Colas les passe avec succès et décroche l’un des premiers rôles ! Le tournage se déroule bien, et le garçon prend goût à la caméra. Et si, finalement, il renonçait à l’École pour faire du cinéma ?


Extraits : « L’École, c’est un marathon, pas un sprint ! »

« – Tu crois que je ne devais pas accepter la proposition de Geoffre ? questionne Colas.
– Tu veux mon avis ? Je pense que tu devrais refuser. Parce qu’on ne peut pas tout faire bien justement. Et que ce serait dommage de ne pas donner le maximum pour réaliser ton rêve. Mais l’essentiel, c’est ce que tu crois, toi.
« 


Mon avis : Et un autre tome lu, un ! Dans cet épisode, nous suivons la bande des petits rats de l’École de Danse qui passe une audition en vue de tourner dans un film. Colas fait parti des élèves retenus : il interprétera l’un des premiers rôle dans le ballet de Scaramouche, aux côtés de son amie Sofia et de son grand frère Frantz. Très euphorique de cette nouvelle expérience, il va éblouir les réalisateurs par son talent de comédien, tant et si bien qu’il se fera repérer par un agent, représentant de stars. Mais le jeune homme est perplexe : doit-il continuer sa passion première, la danse, ou se tourner vers de nouveaux horizons : la comédie ? Il doit prendre une décision importante, qui déterminera son avenir.

Je pense que chacun peut se retrouver dans le personnage de Colas. Plus que jamais, ses doutes sont au centre de mes préoccupations quotidiennes : je suis à un tournant de ma carrière professionnelle, et j’hésite quant aux bonnes décisions à prendre à l’avenir. Nous avons tous dû faire face à des choix plus ou moins difficiles, à des doutes et des incertitudes sur nos compétences, sur nos capacités, sur nos envies. Quand on est dans l’incertitude la plus totale, il n’est pas aisé de trancher et prendre des décisions. Comme Colas, on peut s’assurer du soutien de ses proches, amis et familles, personnels encadrants, mais la seule décision nous revient à nous seul.

Comme dans chacun des tomes de cette saga, la bande est là pour se soutenir mutuellement, pour prodiguer des conseils et redonner le sourire au héros en difficulté. La solidarité et l’entraide sont des valeurs qui reviennent constamment, leitmotiv qui véhicule des ondes positives aux lecteurs.

Bien évidemment, on retrouve de jolies illustrations en noir et blanc : certaines prennent l’ensemble d’une page, d’autres sont plus succinctes et viennent enjoliver les débuts de chacun des chapitres.

Sous les projecteurs nous transporte dans le monde très prisé du cinéma, un univers fermé, obscur, qui fait rêver et briller les yeux d’envie. Avec réalisme et justesse, Elizabeth Barféty pointe du doigt les nombreux avantages mais aussi les inconvénients des métiers du cinéma. Ainsi, son jeune lectorat peut déjà se faire une idée de ce monde bling-bling, grisant, électrisant, mais extrêmement éprouvant.


Questionnements, doutes, incertitudes sont au coeur de ce tome 14. Encore une fois, je suis conquise par cette saga jeunesse, par l’écriture enivrante d’Elizabeth Barféty, par les messages moralisateurs et bienveillants qui suintent de chacune de ses pages. 

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-09-258814-7

2 réflexions sur “20, Allée de la Danse : Sous les projecteurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s