Littérature française·Littérature jeunesse·Romance

Juste un pari


Juste un pari de Marie Mordomo

356 pages, éditions Hachette romans, à 16,90€


Résumé : Quand ses amis lui proposent de le payer cinquante euros pour chaque semaine durant laquelle il sortira avec Eli, la fille la plus excentrique de sa classe, Dylan y voit l’occasion de se faire de l’argent facilement. Tout comme Eli  ! Si Dylan partage la récompense, elle s’engage à être la meilleure des petites amies. En scellant ce pacte, ils deviennent le couple parfait. En apparence seulement? Mais si différents qu’ils soient, Dylan et Eli ont tout de même deux points communs. Premièrement, ils cachent bien des choses derrière des sourires factices. Et deuxièmement, ils se détestent, depuis toujours  !


Extraits  « Tout le monde excelle en quelque chose. J’excelle en choses emmerdantes. »

« Il faut nécessairement s’adapter, continua-t-il. Mais s’adapter ce n’est pas s’oublier pour convenir aux normes, c’est simplement apprendre à concilier notre nature propre et celle des autres.« 


Mon avis : Pour gagner cinquante euros par mois, Dylan accepte le pari de sortir avec Eli, son ennemi jurée. Pour faciliter la mise en place de ce pari, Dylan va tout raconter à Eli, en lui promettant de lui reverser la moitié de la somme si elle accepte de faire croire qu’ils sont en couple. Pari accepté. Les deux jeunes gens font semblant de mener une belle idylle, n’hésitant pas à se montrer ensemble en public et à s’embrasser devant tout le monde. Mais il ne faudrait pas que ce petit jeu se retourne contre eux. Après tout, entre la haine et l’amour, il n’y a qu’un pas.

Juste un pari est une romance young-adult qui pourrait plaire aux jeunes adolescent(e)s. On y retrouve de l’amour, de la jalousie, des disputes, des bagarres, des secrets… tout l’attirail qui plaît normalement aux jeunes lecteur(trice)s. Malheureusement, cela n’a pas vraiment fonctionné avec moi, puisque j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de clichés et de stéréotypes dans cette histoire.

De plus, le récit est bien trop commun et manque d’originalité : j’avais l’impression de lire une histoire que j’avais déjà lue dans le passé. Quant aux personnages, je les ai trouvés trop peu attachants, pas assez travaillés et manquant de singularité dans leurs caractères. De plus, leurs réactions étaient tellement prévisibles qu’ils ont tous finis par m’agacer !

Marie Mordomo aborde quand même des thématiques sérieuses et plus graves, comme la violence conjugale et familiale. Malheureusement, là encore, j’ai trouvé qu’il manquait d’approfondissement dans le traitement du sujet : des thématiques aussi fortes que celles-là ne doivent pas être traitées avec autant de légèreté !

Néanmoins Marie Mordomo est une jeune auteure prometteuse, qui a un bel avenir littéraire devant elle. Je l’encourage fermement à continuer dans cette voie de l’écriture. Avec plus de maturité, elle pourrait produire de grandes et belles choses. Je ne suis d’ailleurs pas fermé à la découverte de ces futures oeuvres littéraires, qui, je l’espère, pourront m’enchanter davantage que ce récit.


Juste un pari est une romance young-adult trop commune et pas assez travaillée. Néanmoins, je ne doute pas que sa jeune auteure va améliorer son écriture en gagnant en maturité. C’est prometteur, mais pas suffisant pour l’instant !

Ma note : 4/10

Fantastique·Littérature américaine·Romance

True love


True love de Jude Deveraux

493 pages, éditions Diva romance, à 18€


Résumé : Alors qu’Alix Madsen est en train de terminer ses études d’architecture, Adelaide Kingsley décède et lui demande dans son testament d’habiter pour une année sa charmante maison, sur l’île de Nantucket. La jeune femme accepte, mais il semble que la vieille dame avait une autre idée en tête pour elle : qu’Alix découvre pour quelle raison Valentina, une ancêtre de la famille Kingsley, a mystérieusement disparu, plus de deux cents ans auparavant… Et si ce n’était pas assez troublant, il se trouve qu’Alix doit travailler avec l’arrogant (mais très beau) Jared Montgomery, un architecte vivant dans la dépendance de la propriété…


Extraits  « La capacité à déceler les défauts de son propre travail est une grande qualité. »

« – Maintenant que tu as récupéré Valentina… cela valait la peine d’attendre deux cents ans ?
– Toi, tu as bien patienté trente-six ans pour Alix. Combien de temps encore aurais-tu attendu ?
– L’éternité, répondit-il sans hésiter.
– Oui. Le grand amour attend toujours. »


Mon avis : A quelques semaines seulement de la Saint-Valentin, fête suprême des amoureux, j’avais envie de lire une jolie romance, pleine d’amour et d’émotions. Mon choix s’est donc porté sur True Love de Jude Deveraux ; un titre qui ne laisse nul doute quant à la teneur de l’histoire.

Alix Madsen termine ses études d’architecture, quand son destin va être chamboulé. En effet, dans le testament d’une certaine Addy Kingsley, lui est demandé de venir passer une année sur l’île de Nantucket, dans la maison familiale des Kinsgley, pour résoudre une énigme bien mystérieuse. Alix accepte et se retrouve sur l’île. Elle va rapidement faire la connaissance d’un charmant jeune homme, descendant des Kinsgley, qui n’est autre que Jared Montgomery, le plus grand architecture du monde (selon Alix). D’abord intimidée, la jeune femme va rapidement se laisser séduire par ce grand homme, tant attaché à l’île de ses ancêtres.

Sans surprise, nous allons assister à une jolie romance entre notre protagoniste Alix et ce fameux Jared. Ce que j’ai apprécié, c’est qu’ils ne s’empressement pas de faire naître leur histoire d’amour, mais ils laissent le temps faire son oeuvre. On assiste donc avec émotion à la naissance de leurs sentiments, qui passe par la découverte de l’autre, de sa vie, de sa personnalité, de ses envies. En somme, leur histoire d’amour est jolie à suivre, pleine de douceur et de poésie.

Elle prend place sur l’île de Nantucket. Pour ceux qui, comme moi, n’auraient jamais entendu parler de cette île, elle se situe au large de la côte Américaine, mesure 124km2 et accueille près de 10 000 habitants annuels.

Grâce aux nombreuses descriptions qu’elle fait de l’île, Jude Deveraux a réussie à me transporter à Nantucket, et à me donner envie d’y séjourner. Pour vous faire ressentir l’ambiance cosy, intime et rural de l’île, voici une photo représentant un bout de Nantucket. Avouez que la photo donne envie de voyager…

A cette histoire d’amour et à ce cadre féerique, s’ajoute quand même une dimension fantastique. En effet, à Nantucket, les fantômes sont nombreux. Il y a notamment l’ancêtre de Jared qui erre dans Kinsgley House depuis près de 200 ans. Abattu par la perte de sa femme, il ne trouve pas la paix espérée. Il compte sur Alix pour résoudre le mystère de sa mort et enfin espérer s’endormir pour l’éternité. Je suis d’ordinaire assez frileuse quand il s’agit d’ajouter une dimension fantastique à une histoire réaliste, qui plus est une romance, mais je dois avouer qu’ici, cela ne m’a pas gêné. Le fantastique se place en arrière-plan, il n’intervient pas tellement dans l’histoire et ne vire pas dans les extrêmes. En somme : il se fond parfaitement dans le récit.


True love est une jolie romance moderne, pleine de douceur et de poésie. Vous plongerez au coeur d’une intrigue familiale captivante et mystérieuse, qui prend place dans un cadre féerique. 

Ma note : 7,5/10

Nouvelles·Romance

Y aura-t-il trop de neige à Noël ?


Y aura-t-il trop de neige à Noël ? de Isabelle Alexis, Tonie Behar,

Adèle le Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy et Marie Vareille 

280 pages, éditions Charleston, à 6,50€


Résumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique !
C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa soeur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie !
Êtes-vous prêt pour un Noël 100 % comédie, 100 % romantique, 100 % magique ?


Extraits  « Le iCloud, la mort de l’innocence de vos filles de douze ans, en plus de votre couple. »

« – Alexandre est tombé dans les filets de Mademoiselle Plus, et alors ? Dans quelques mois, au mieux elle le relâchera dans le grand large et il se fera bouffer, puis recracher par des requins vegans, au pire il s’échouera sur une plage mazoutée comme un vieux thon pas frais : ce n’est plus ton problème ! « 


Mon avis : Les fêtes de Noël sont maintenant terminées, il est donc temps pour moi de publier mon avis sur le recueil de nouvelles de Noël, écrit par un collectif d’auteures surnommé la Team Rom Com, autrement dit Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle le Préau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy et Marie Vareille. Chaque auteure à écrit une nouvelle sur Noël, qui se déroule sur le soir du réveillon. En tout, ce sont donc six nouvelles que vous allez pouvoir découvrir dans ce recueil.

Le recueil commence fort avec Crush et Crash de Isabelle Alexis, qui raconte un repas de réveillon en famille qui tourne au vinaigre. C’est l’une des nouvelles que j’ai préféré dans le recueil, et qui m’a vaguement rappelé la pièce de théâtre Le Prénom de Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte dans laquelle un repas familiale se transforme en règlement de compte. Une comédie familiale hilarante, que j’ai prit plaisir à lire.

La seconde est celle qui a donné son titre au recueil, Y aura-t-il trop de neige à Noël ? de Tonie Behar. Même si je l’ai trouvé moins drôle que la première, elle est tout aussi cocasse. Un dealer nommé Ange atterrit chez une jeune femme le soir de Noël. Une situation incongrue mais délirante, qui va tout de même se solder par un joli réveillon.

Troisième nouvelle que vous pouvez découvrir, celle de Adèle le Bréau, Le Marché de Noël. Une jeune fille partie chercher le fromage de brie qui manquait au repas du réveillon va s’amouracher du fromager. Dixit le fromage, elle va rentrer avec le fromager. Indécent… mais poilant !

La nouvelle suivante a été écrite par Sophie Henrionnet et s’intitule La théorie du pingouin. Elle raconte l’histoire d’une jeune femme contrainte de passer Noël seule en Italie, suite à un poste décroché dans sa boîte. La dépression liée à la solitude la guette. Heureusement, pour mettre fin à sa morosité, une personne qu’elle a apprit à connaître et à apprécier, vient lui tenir compagnie le soir de Noël. Mieux que le père Noël, la présence d’un être cher. Une nouvelle très touchante.

L’avant-dernière nouvelle se nomme Keep calm & love Christmas et a été écrit par Marianne Levy. C’est l’histoire de deux personnes qui vont se rencontrer le soir de Noël, alors qu’ils sont coincés dans un ascenseur. Tout le monde l’a déjà imaginé, mais Lisa et Sam l’ont fait. La magie de Noël est plus que jamais au rendez-vous.

Enfin, la dernière nouvelle est celle de Marie Vareille, Cap ?. Une jeune femme, déguisée en mère Noël, se retrouve enfermée dans une cabine d’essayage dans un grand magasin parisien. Un comble le soir de Noël. Heureusement pour elle, un cambrioleur a décidé de venir dans ce magasin vider la caisse. Après l’avoir fait sortir, ils vont réveillonner tous les deux dans ce grand magasin. Une rencontre étonnante, qui va réconcilier les deux personnages avec la magie et les miracles de Noël.

Et quand on pensait ne plus jamais revoir tous ces beaux personnages, on les retrouve au Noël suivant, un an après. Que sont-ils devenus ? Qu’est-ce qui a changé dans leur vie ? Le jour de Noël a-t-il vraiment changé le cours de leur vie ? Pour le savoir, rien de mieux que de lire ce livre !


Ce sont de magnifiques comédies romantiques que nous livrent ces six auteures. Entre rire, larmes, quiproquos, amour… les émotions sont multiples. J’ai apprécié découvrir toutes ces histoires, qui m’ont fait patienter avant le jour suprême : le vrai réveillon de Noël. C’est une recette sûre à découvrir ou à relire avant chaque réveillon. 

Ma note : 8/10

Littérature française·Roman·Romance

Aux Livres Exquis


Aux Livres Exquis de Fanny Vandermeersch

177 pages, éditions Charleston, à 18€


Résumé : Chloé n’aime pas la routine. Mère d’un enfant, mariée à un homme qu’elle ne voit jamais, elle refuse de rester la gentille femme au foyer qui attend son mari. Quand elle lit dans le journal qu’un café littéraire, Aux Livres Exquis, cherche une serveuse en CDD, c’est le rêve. Or, si elle s’entend à merveille avec le comptable, les débuts sont difficiles avec le patron, David. Et quand elle découvre son portrait dessiné à plusieurs reprises dans le carnet d’une cliente mystérieuse qui s’est volatilisée, elle comprend qu’elle arrive à un tournant de sa vie.
Entre muffins brûlés, énigmes, crises de larmes, de rire, voyage au Maroc, révélations sur le décès de sa mère et découverte de ses origines, la vie de Chloé ne sera plus la même.


Mon avisSi vous avez regardé la couverture du livre, vous avez sans doute remarqué le bandeau rouge qui orne sa partie inférieure, à savoir « Le roman feel good idéal pour les amoureux des livres« . Ni une ni deux, en tant que littéraire et lectrice aguerrie, je me suis jeté dessus. Surprenant ?

Aux Livres Exquis raconte l’histoire de Chloé, jeune maman attentionnée et femme d’un homme qu’elle ne voit presque plus. Fatiguée de rester toute la journée à la maison à ne rien faire, Chloé déniche un CDD dans le café littéraire Aux Livres Exquis, en tant que serveuse. Si les débuts avec David, son patron s’avèrent difficiles, leur relation va évoluer rapidement et prendre un tournant inattendu. En effet, lorsqu’ils retrouvent dans le café un carnet abandonné avec le portrait de Chloé dessiné à plusieurs reprises, ils comprennent qu’ils font face à un mystère à percer. Secrets, amours, muffins et cafés vont se mêler pour nous donner une jolie histoire à découvrir.

L’histoire est sympathique à découvrir et se lit très rapidement. Malheureusement, j’ai trouvé le récit assez prévisible, avec une trame assez classique, qui reprend le fil conducteur que chaque romance proposent, à savoir : des problèmes conjugaux, une nouvelle histoire d’amour, une intrigue familiale, des amitiés qui se créent, etc.

La seule valeur-ajoutée qui aurait pu différencier ce livre des autres, c’est le café littéraire Aux Livres Exquis. L’idée d’insérer un tel café est très bonne, mais n’a, malheureusement, pas assez été exploité. En effet, le cadre se met en place, puis le café reste l’arrière-plan du récit, alors qu’il aurait dû être la chose qui distingue cette histoire des autres. En l’occurence, le bandeau rouge de la couverture est mensonger, puisque la thématique du livre et de la littérature n’est pas approfondie au delà de la présence du café littéraire.

L’histoire n’en reste pas moins bonne, douce et lumineuse, avec une protagoniste attachante, tant dans sa façon d’être que dans sa façon de faire face à la vie. Je l’ai trouvé courageuse et battante, mais un peu trop naïve par moments.


Un récit rapide à lire, qui aurait mérité une plus grande originalité narrative. L’idée du café-littéraire n’a pas été assez développée, au détriment de sujets communs à toutes les romances. Sympa à lire sur le moment, mais vite oublié. 

Ma note : 5/10

 

Chick-lit·Romance

La styliste


La styliste de Rosie Nixon

479 pages, éditions Diva romance, à 18€


Résumé : Luxe, paillettes, romance, coups bas et jalousie… Les coulisses de la mode ne sont pas de tout repos !
Quand Amber Green, employée dans une boutique luxueuse de Londres, se fait offrir par erreur le poste d’assistante de Mona Armstrong, LA styliste des stars, elle n’en croit pas sa chance.
Seulement, les choses ne se passent pas exactement comme elle l’avait prévu. En plus d’apprendre à faire des cafés pour une patronne aux exigences particulières et dénicher des robes extraordinaires pour des actrices, elle doit aussi apprendre à gérer des égos démesurés et à prendre soin d’un cochon nain. Pas facile !  Pour couronner le tout, le nouveau boulot d’Amber place sur son chemin non pas un, mais deux prétendants aussi excitants l’un que l’autre… Notre apprentie styliste arrivera-t-elle à garder les pieds sur Terre ? Et, plus important encore, que va donc porter tout ce beau monde lors des prochains galas ?


Extraits :  « Rien ne rend un article plus désirable que les six mois d’attente nécessaires pour l’obtenir.« 

« Une seule chose est pire que de faire parler de soi : c’est de ne pas faire parler de soi. »


Mon avis : Envie d’évasion ? Envie de changer de vie le temps d’une lecture ? Je vous propose de plonger dans le monde très sélect du stylisme. C’est une expérience unique : pouvoir côtoyer des stars, approcher les tapis rouges, participer aux fêtes les plus branchées… tout comme Amber, la protagoniste, laissez-vous porter par cette parenthèse enchantée.

Amber Green n’est qu’une petite vendeuse d’une boutique luxueuse, lorsqu’elle va être repérée par Mona Armstrong, une star américaine, qui lui propose de devenir sa styliste, le temps des Globes, des Oscars et autres représentations prochaines. Ni une ni deux, la jeune femme y voit là une chance en or, qui ne se représentera sans doute jamais dans sa vie. Elle se retrouve plongée dans un monde stylisée, aux côtés de personnalités exigeantes et hyper-médiatisées.

Entre ces stars qui accordent une grande importance à leur image et cette petite Amber, jeune femme négligée, pas très féminine, un peu maladroite… le contraste est frappant ! Mais c’est justement ce qui fait la richesse de cette histoire : la rencontre de deux mondes diamétralement opposés, qui vont chacun en apprendre plus de l’autre. C’est aussi grâce à ces différences que le lecteur va rigoler, puisque les quiproquos seront nombreux, tout comme les maladresses ou les situations inattendues…

Le monde du stylisme, de la mode, des tapis rouges et des paillettes est un monde qui fascine certains, autant qu’il fait horreur à d’autres. C’est en effet un monde éphémère, qui ne dure qu’un court temps, et qui se finit souvent brutalement pour certains. Un monde stylisé, qui se base uniquement sur l’apparence et qui néglige totalement la personnalité.

Néanmoins, on y découvre que les apparences ne font pas tout, et que derrière ces personnes aux richesses de façades, se cachent souvent des gens tristes, avec des secrets, des ennuis, des problèmes. Le monde des stars n’est pas tout blanc, il comporte lui aussi son lot de difficultés, comme vous pourrez le découvrir.

Bien évidemment, comme tout bon chick-lit qui se respecte, après la mode, vient l’amour. Je ne vous en dirais pas plus, pour vous laisser le soin de découvrir par vous-même, mais sachez que notre petit Amber ne va pas rester indifférente face au charme de certains hommes…


Si vous recherchez une lecture détente, je vous conseille ce chick-lit. Il vous enlèvera un temps de votre quotidien pour vous apporter dans un espace de luxe et de mode. Une expérience à tester !

Ma note : 7/10
Littérature italienne·Romance

La petite herboristerie de Montmartre


La petite herboristerie de Montmartre de Donatella Rizzati

412 pages, éditions Charleston, à 22,50€


Résumé : Paris, novembre 2004.

Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d’une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d’étudier la médecine alternative, choix que n’a hélas pas accepté sa famille. Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l’amour en la personne de Michel. S’ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d’un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l’esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?


Extraits :  « Ma petite, une vie entière ne suffit pas pour tout apprendre. Mais ceux qui arrêtent de chercher se condamnent à mourir.« 

« Manger, ce n’est pas juste un besoin humain. C’est beaucoup plus, ça appartient au monde des émotions, la cuisine reflète une précision, une envie de bien faire. Dans certains cas, c’est même une déclaration d’amour qui se passe de mots. »


Mon avis : La petite herboristerie de Montmartre, c’est une bouffée d’air frais que j’ai lu dans climat étouffant d’été. Une histoire paisible et relaxante, qui m’a apporté plaisir et détente.

Après le décès subit de son mari, Viola, une jeune trentenaire italienne, perd goût à la vie. Pour changer d’air et se ressourcer, elle décide de retourner à Paris, ville où elle a réalisée ses études de naturopathe, et où elle a rencontré Gisèle, gérante d’une boutique d’herboristerie, devenue une très grande amie. Elle replonge avec extase dans ce lieu magique de la boutique de l’herboristerie, et réapprend peu à peu, à vivre, à prendre soin d’elle, à aimer.

C’est une histoire poétique qui met en avant une jeune femme, abattue par le deuil, qui va aller de l’avant pour tenter de se reconstruire. Mais rassurez-vous, point d’atermoiements dans ce roman, seulement des touches d’espoir et une légèreté qui donne du baume au coeur. De belles leçons de vie vous y attendent.

Pour les plus téméraires, des petites recettes à base d’herbes sont disséminées ici et là dans le roman. Ainsi, au fil de votre lecture, vous pourrez découvrir différents remèdes, notamment pour rétablir l’équilibre du cinquième chakra, pour préparer un bain relaxant parfumé au miel et au citron, ou encore pour apprendre à confectionner des huiles essentiels au lavande. Des recettes qui vous feront vous sentir mieux, en accord avec vous-même et avec la vie.  En tout cas, j’en ai repéré quelques-unes, que je vais sans doute tester prochainement…
Donatella Rizzati met en avant un concept de médecine traditionnelle, qui vise à améliorer l’organisme par des moyens naturels et biologiques. J’ai apprécié découvrir ce monde à part que je ne connaissais pas. J’ai beaucoup aimé découvrir la boutique atypique de Gisèle, une herboristerie traditionnelle, comme il n’en existe que trop peu dans le monde. C’est un lieu convivial, où il y fait bon vivre. En tout cas, j’aurais adoré trouver ce genre de boutique dans les villes où je me rends, flâner entre les rayonnages, respirer les nombreux parfums et embruns qui se dégageaient des fioles…

Une histoire légère et paisible, à lire idéalement l’été. Vous n’y retrouverez pas de prise de tête, seulement de bons moments de lecture, qui vous apporteront une paix intérieure et un calme relatif. Une romance vite lue… mais vite oubliée aussi.  

Ma note : 6/10

 

Littérature française·Romance

L’amour à pleines dents !


L’amour à pleines dents ! de Cali Keys

315 pages, éditions Diva romance, à 14,90€


Résumé : À vingt-quatre ans, Mélissa Müller, compositrice-interprète, quitte la Suisse (et donc la fondue au fromage et le chocolat), direction le Québec (et donc la poutine et le smoked-meat) ! Mais ce qu’elle n’avait pas prévu (mais pas du tout du tout), c’était que son chéri la plaquerait en pleine balade romantique sur le Mont-Royal. Seulement Mélissa ne peut pas retourner en Suisse. Pas tout de suite, du moins. Car ce qu’elle n’a dit à personne, c’est qu’elle s’est inscrite au concours Best Singer, et qu’elle compte bien le gagner. Diane a perdu Charles, son mari, il y a quelques années. Pour ne pas sombrer dans la dépression, elle s’investit dans son magasin de cupcakes, Sweet Cuppins, et engage Mélissa sur-le-champ. Ensemble, elles vont apprendre à reprendre goût à la vie, à aller au bout de leurs aspirations. Et qui sait, peut-être vont-elles aussi retrouver l’amour ?


Extraits :  « Si Steve avait écouté une seule de mes chansons, il aurait compris que j’ai du talent et que je suis prête à travailler comme une forcenée pour réaliser mon rêve. Mais il préfère me regarder comme si j’étais un Teletubbie choupinet tout juste bon à émettre des sons monosyllabiques.« 

« Comment fait-il pour ne pas balancer son ordinateur et ses patrons par la fenêtre ? Moi, je péterais les plombs à rester assise douze heures par jour en costard et cravate si serrée qu’elle m’empêche de déglutir ! Je finirai par taper une crise, traiter mes collègues de tous les noms et les poursuivre dans les couloirs de l’entreprise en les menaçant avec une lampe de bureau !« 


Mon avisLa couverture donne le ton du récit. Il y aura de l’amour, de l’amour et encore de l’amour. Avec un peu d’humour aussi, des voyages et pleins de gourmandises. Les meilleurs ingrédients sont réunis pour passer un bon moment de lecture et de détente.

Mélissa, compositrice-interprète et vendeuse dans une boulangerie suisse, décide de tout plaquer pour suivre son compagnon Steve, muté au Québec. Une nouvelle vie s’offre à elle, avec une toute nouvelle chance de pouvoir s’épanouir dans le domaine qui lui plaît le plus : la musique. Sélectionnée pour participer au concours de chant Best Singer, Mélissa vit un rêve éveillé. Jusqu’au jour où Steve la quitte brutalement, protestant de leur non compatibilité commune. En parallèle, nous suivons Diane, une femme mûre, qui a perdu son mari Charles, avec qui elle était mariée depuis de nombreuses années. Elle n’arrive pas à se remettre de sa disparition, et travaille d’arrache pied dans sa boutique de cupcakes pour passer le temps. C’est d’ailleurs dans sa boutique qu’elle va faire la rencontre de Mélissa, venue lui déposer un CV puis recrutée dans la foulée. Les deux femmes vont devenir très vite complices, et vont s’aider mutuellement à reprendre goût à la vie.

Les deux protagonistes sont terriblement attachantes. La bonne humeur constante de Mélissa, sa détermination à arriver à ses fins, sa sympathie avec autrui, font d’elle un personnage au mental d’acier et à la jovialité qui n’est plus à prouver. Quant à Diane, bien que plus effacée que Mélissa, elle reste quand même un personnage fort, sorte de pilier qui soutient implicitement le récit. C’est une femme au grand coeur, qui fait passer les intérêts des autres avant les siens, douce et attentionnée, elle donne une très bonne image des valeurs québécoises.

Il n’y a pas à dire, L’amour à pleines dents ! est une lecture estivale. C’est le genre de lecture fraîche et légère, qui ne te prend pas la tête et te fait passer un agréable moment. J’ai adoré l’humour de l’auteure. Un humour un peu décalé, que certain(e)s peuvent ne pas apprécié, mais que j’ai trouvé, moi, totalement désopilant. Il y avait également beaucoup d’amour dans ce récit. Mélissa va s’enticher de Matthew, qui n’est autre qu’un membre du jury du concours Best Singer, auquel elle participe. Pas facile donc de mélanger travail et plaisir. Quant à Diane, elle va être poussée par Mélissa à retrouver un autre homme que son défunt Charles. Pour se faire, Mélissa va encore sa comparse sur un site de rencontres pour seniors. Un bon moyen de rencontrer des hommes tout en faisant une activité conjointe… mais difficile d’oublier l’amour de sa vie, l’homme que l’on considérait comme l’homme parfait. Vous l’aurez compris, l’amour est au rendez-vous, mais n’est pas facile d’accès. Mais ne dit-on pas que les plus belles histoires d’amour sont celles qui sont le plus difficiles à atteindre ? Patience et rigueur sont donc de mise pour Diane et Mélissa, déterminées à faire entrer de nouveau un homme dans leurs vies.

Un grand bravo à Cali Keys pour son prix de la meilleure romance 2017 : un prix bien mérité, qui récompense des histoires d’amour bien ficelées et attendrissantes, ainsi qu’une écriture plaisante et rafraîchissante. Un combo gagnant, qui a parfaitement fonctionné avec moi.


L’amour à pleines dents ! est une romance qui met du baume au coeur. Vous y retrouverez une formidable histoire d’amitié entre deux femmes brisées par la vie ; des histoires d’amour un tantinet compliquées mais attendrissantes ; des cupcackes bien sucrés pour les plus gourmands, ainsi qu’un soupçon d’humour pour alléger le tout. N’attendez pas que l’été se termine pour déguster ce met d’excellence.

 

Ma note : 8,5/10