Certains coeurs lâchent pour trois fois rien


Certains coeurs lâchent pour trois fois rien de Gilles Paris
221 pages, éditions Flammarion, à 19€


Résumé : « Les cliniques spécialisées, je connais. Je m’y suis frotté comme on s’arrache la peau, à vif. Les hôpitaux psychiatriques sont pleins de gens qui ont baissé les bras, qui fument une cigarette sur un banc, le regard vide, les épaules tombantes. J’ai été un parmi eux. » Une dépression ne ressemble pas à une autre. Gilles Paris est tombé huit fois et, huit fois, s’est relevé. Dans ce récit où il ne s’épargne pas, l’auteur tente de comprendre l’origine de cette mélancolie qui l’a tenaillé pendant plus de trente ans. Une histoire de famille, un divorce, la violence du père. Il y a l’écriture aussi, qui soigne autant qu’elle appelle le vide après la publication de chacun de ses romans. Peut-être fallait-il cesser de se cacher derrière les personnages de fiction pour, enfin, connaître la délivrance. «Ce ne sont pas les épreuves qui comptent mais ce qu’on en fait », écrit-il. Avec ce témoignage tout en clair-obscur, en posant des mots sur sa souffrance, l’écrivain nous offre un récit à l’issue lumineuse. Parce qu’il n’existe pas d’ombre sans lumière. Il suffit de la trouver.


Extraits : « J’ai appris que lorsque la roue tourne, ce n’est pas toujours pour avancer. »

« Les mots et les images peuvent être trompeurs, tout comme les sentiments. Rien ne résiste au temps. »


Mon avis : Au-delà d’être un auteur talentueux, Gilles Paris est une personne formidable, un attaché de presse remarquablement doué dans son travail, qui défend avec ferveur la littérature dans sa globalité. Avec Certains coeurs lâchent pour trois fois rien, je découvre une autre facette de cet auteur, plus intime, une facette cachée, très différente de la personne publique qu’il laisse apparaître sur les réseaux sociaux ou dans les médias.

Ce livre n’est pas une autobiographie, mais bien des « éclats de vie », comme il aime à les appeler, des bribes d’instants, souvent sombres, de son existence, qui tendent à expliquer le terrible phénomène de dépression dans lequel il est tombé à maintes reprises. Car oui, derrière ce sourire engageant se cache un mal profond, qui remonte à son enfance. Son père, un homme violent, agressif, tant physiquement que moralement, le rabaisse continuellement, si bien que les mots reçus en pleine face deviennent des maux indélébiles, « Tu ne vaux rien« , « Tu ne feras jamais rien de ta vie« , « Tu es une merde« . Des mots qui blessent, qui s’impriment durablement dans la tête d’un enfant, pour persister inlassablement dans celle d’un adulte.

Ces mots vont le poursuivre sa vie durant, l’entraînant inexorablement vers une pente descendante. Gilles Paris enchaînera les épisodes dépressifs, les tentatives de suicide, passant d’établissements spécialisés en hôpitaux psychiatriques, faisant la rencontre de dizaine, vingtaine, voire centaine de patients et d’aides-soignants. Huit dépressions successives, desquelles il arrivera à se relever huit fois. Parmi ces aventures noires se glisse tout de même un peu d’espoir. L’écriture a eu un effet cathartique sur son état. Auteur de plusieurs romans à succès, dont Autobiographie d’une courgette, son plus connu, également adapté sur grand écran, ou Inventer les couleurs, son dernier en date, un album jeunesse illustré haut en couleurs ; chacune de ses parutions est une réponse à la violence et à l’absence du père. Néanmoins, il réussit à traverser ses différentes phases dépressives grâce à son amour des mots. L’écriture lui a permet de se libérer de ses mal-êtres, de le soutenir durant ses convalescence, de lui sortir la tête de l’eau.

Gilles Paris se livre également avec sincérité sur ses débuts sentimentaux et sexuels, sur ses découvertes de la vie, ses dérives, ses excès et ses expériences parisiennes plus ou moins enrichissantes. Il nous parle avec émotion du couple homosexuel qu’il forme avec Laurent, son partenaire de vie, infaillible, qui le soutiendra, peu importe les épreuves. Il nous raconte les belles rencontres qui ont jalonnées sa vie, de Françoise Sagan, auteure à succès, à ses collègues de boulot, en passant par Janine ou Laura, toutes ont illuminées sa vie et lui ont insufflées un semblant de bonheur parmi les pages noires de son histoire.


Des bribes de vies touchantes sur un auteur à succès. Entre épisodes dépressifs, aveux pudiques et émouvants, Gilles Paris met son coeur et sa vie à nu, comme il ne l’a jamais fait. Un témoignage puissant, sensible, empli de courage !

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-0815-0094-5

Mémoires d’outre-mère


Mémoires d’outre-mère de Guy Bedos

219 pages, éditions Le Livre de Poche, à 6€


Résumé : « Je n’ai pas rêvé. J’ai bien vu ma mère frapper mon père avec un marteau. Je dois avoir entre deux et trois ans… » C’est sur cette image d’enfance, indélébile, que commencent les souvenirs de Guy Bedos. L’image d’une mère qu’il ne parviendra jamais ni à aimer ni à oublier.
Autour d’elle, l’Algérie, celle des petits Blancs racistes de son entourage, celle aussi de Finouche, l’institutrice qui lui fait découvrir d’autres valeurs, la tolérance, le respect des autres. Puis c’est la France, les débuts sur les planches…
Humoriste à succès, satiriste impitoyable, engagé dans la vie politique, Bedos lève le voile sur les bonheurs et les blessures de l’homme privé avec la même franchise provocatrice et généreuse dont il fait preuve sur scène, dans des pages où l’on croisera aussi les silhouettes de Sophie Daumier et d’Alain Delon, de Boris Cyrulnik et de François Mitterrand. Tous ceux qui de près ou de loin, en bien ou en mal, ont marqué une vie.


Extraits : « Je n’ai pas rêvé. J’ai bien vu ma mère frapper mon père avec un marteau. Je dois avoir entre deux et trois ans. Mon père est infirme. »

« C’est un sentiment que j’ai éprouvé plus tard, lors de mes séparations d’avec des femmes qui ont compté pour moi : celui qui a la valise à la main n’est pas forcément le moins malheureux. Et encore, quand on est grand, on décide. Le coeur saignant, mais on décide. Quitte à revenir sur sa décision. J’ai connu. C’est très gai.
Le petit, là, il ne décidait rien. Comme un jeune soldat qui a reçu sa feuille de route, il y va. »


Mon avis : Tout le monde doit connaître, ou au moins déjà avoir entendu le nom de Guy Bedos. C’est un humoriste, acteur et scénariste français né à Alger en 1934, qui nous a quitté il y a deux mois seulement, à l’âge de 85 ans. Dans Mémoires d’outre-mère, il se livre avec pudeur et lucidité sur sa vie tourmentée, de son enfance en Algérie, rythmé par la guerre et les déplacements géographiques, à sa montée sur Paris, où il connaîtra une ascension professionnelle mémorable, avec la gloire comme point d’arrivée.

Portrait de Guy Bedos

Je ne connaissais pas spécialement cet homme, avant de débuter son autobiographie. Je n’avais aucun a-priori, seulement beaucoup de curiosités d’en apprendre plus sur cet acteur français à la carrière retentissante. Avant de devenir l’homme qu’il est devenu, acteur, humoriste, producteur de spectacles, Guy Bedos était un enfant Algérien en manque d’affection. Ses parents séparés, Guy reste avec sa mère, qui se remarie et l’envoie en pension, où il vivra paisiblement, mais malheureux. Après l’arrivée de sa mère en France, Guy Bedos la rejoint à Reuil-Malmaison, en région parisienne, puis quitte définitivement le foyer familial à l’aube de ses 16 ans. Il vivra de petits boulots dans le milieu théâtral, avant de grimper successivement les marches du succès.

Aujourd’hui, nous gardons de Guy Bedos l’image d’un homme démonstratif, au franc-parler évident, un humoriste qui détonne et divise l’opinion publique. Son humour virulent et caustique ont fait sa signature : beaucoup se gaussaient de cet homme, qui n’hésitaient pas à régler ses comptes avec les politiques en tournant ses récriminations en dérision. Une façon bien à lui de critiquer le système en place par un moyen détourné.

Dans ses mémoires, Guy Bedos nous explique à plusieurs reprises ses liens avec François Mitterrand, alors président de la République. Une forte amitié s’est formée entre les deux hommes, engagés chacun dans des politiques socialistes. La façon dont Guy nous narre ses entrevues avec le Président sont assez surréalistes : l’un ne manque pas d’humour et l’autre entre habilement dans son jeu, écoutant avec patience et indulgence les pitreries – pas si désabusées – de son ami et allié. Découvrir un Président de la République dans son intimité, sous un visage amical et bienveillant est assez euphorisant. Parfois, on en oublierait presque que ces grands hommes restent des êtres humains comme vous et moi !

Guy Bedos et François Mitterand

Malgré tout le respect que j’aie pour cet homme, j’ai quand même trouvé ses Mémoires un peu décousues. Guy Bedos s’amuse à sauter du passé au présent sans vergogne, parlant de son enfance malheureuse en Algérie avant d’enchaîner sur sa vie politique française. Les transitions sont abruptes, pas maîtrisées, elles manquent de finesse et, par conséquent, ne m’ont pas apportées la dose d’émotions que j’espérais.


Guy Bedos narre avec pudeur et lucidité ses mémoires, de sa malheureuse enfance en Algérie, en passant par ses débuts artistiques sur les planches des musics-hall, jusqu’à son tournant politique français. Une autobiographie sincère et pure, qui aurait méritée une construction plus soutenue.

Ma note : 5,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 2-253-11433-2

Les chats de hasard


Les chats de hasard de Anny Duperey

222 pages, éditions Points, à 6,30€


Résumé : « Il m’est venu d’écrire un livre doux. pas vraiment sur les bêtes mais plutôt autour, à propos des rapports que nous avons avec certaines d’entre elles. Pourquoi avons-nous une telle faim de leur tendresse, à leurs qualités particulières ?
Envie de rendre hommage, aussi à ces personnes animales rares qui accompagnent parfois un temps de notre existence et y apportent paix et simplicité. »


Extraits : « Pour ma part, je ne crois pas que les chiens soient meilleurs que les chats, ou les chats plus intelligents que les chiens. Non. Tout est question de sensibilité personnelle vis-à-vis des uns et des autres, et mon amour pour eux est non seulement raisonnable mais aussi prudent quand je pense qu’à l’intérieur des races et des genres, avec des tendances et des traits de caractère plus marqués chez les uns ou les autres, tout est question de qualité individuelle. Je crois que ce qui est valable pour les gens l’est aussi pour les animaux : il y a des cons partout. Et aussi des types formidables. Peut-être que la même proportion de lâches, de paresseux, de fourbes et de naïfs, de francs, de courageux et sincères, de ronchons, quelques-uns d’une grande intelligence, quelques rares authentiques salopards, une grosse majorité de braves gens et parfois, parfois sans doute, un être exceptionnel Un, tout à coup, plus délicat, plus sensible, plus généreux que les autres. Comme chez nous. »

« Quant à préférer chien ou chat, il peut y avoir une tradition familiale – c’est mon cas. On est enclin à mieux aimer ce que l’on connaît depuis qu’on est tout petit. On n’a pas de surprise, on sait comment s’y prendre avec eux, et leur comportement particulier ne nous heurte pas. Mais ce n’est pas tout, il peut y avoir une attirance purement physique pour l’un ou pour l’autre. »


Mon avis : En tant que grande amoureuse de chats depuis ma plus tendre enfance, je me suis bien évidemment laisser tenter par Les chats de hasard, l’autobiographie originale d’Anny Duperey. Anny Duperey est une actrice française, connue pour ses nombreux rôles au cinéma et au théâtre, mais beaucoup moins connue comme romancière. Après Le Voile Noir, une autobiographie d’une période difficile de sa vie (que j’aie dans ma Pile À Lire sans avoir encore trouvé le temps de lire), elle sort Les chats de hasard, un très bel hommage à tous les chats qui l’ont accompagné dans sa vie.

Car des chats, dans la vie de l’auteure, il y en a eu un paquet. Déjà toute petite, elle a été élevée dans une famille où les chats étaient accueillis comme des dieux vivants. Ils étaient libres de faire ce qu’ils voulaient, d’aller où bon leur semblait, de disposer du confort le plus optimum pour satisfaire ces messieurs dames. Malheureusement, après le drame de la perte de ses parents, Anny Duperey va rester de nombreuses années sans chat, jusqu’à rencontrer, un beau jour, ces chats de hasard, qu’elle adoptera immédiatement. Ces chats vont changer sa vie, lui donner une autre dimension, l’accompagner dans son quotidien d’auteure, la rassurer lors des grands événements qui bousculeront sa vie à jamais.

Anny Duperey et l’un de ses chats

Baser une autobiographique uniquement sur la place de félins dans son existence, c’est osé et inédit. L’auteure nous ouvre son coeur, sans pudeur, elle nous montre l’importance qu’on eu ses animaux dans sa vie. La complicité qu’elle a entretenue avec eux est touchante : les chats, tout comme les autres animaux domestiques, ont une place existentielle dans nos vies, ils nous accompagnent quotidiennement, nous supportent, nous rassurent, nous aiment inconditionnellement, peu importe qui nous sommes ou ce que nous faisons. Ces petites bêtes sont formidables et Anny Duperey leur rend ici un précieux hommage, sensible et émouvant.

Ce livre a ce quelque chose de spécial qui fait que, malgré le sujet, qui pourrait sembler lent, long et pénible à lire, il en devient léger et poétique. Accolés à ces bribes de vies racontées, l’auteure nous livre quelques anecdotes sur certaines des caractéristiques des chats, certaines significations de leurs comportements, que je ne connaissais pas jusqu’à maintenant, malgré un visionnage assidu de l’émission télévisée de TF1, La vie secrète des chats.


Malgré quelques longueurs, j’ai apprécié ce récit original et pudique sur la relation qu’entretenait la grande Anny Duperey et ses félins adorés.

Ma note : 6,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Tout quitter


Tout quitter de Anaïs Vanel

188 pages, éditions Flammarion, à 18€


Résumé : « Un jour, j’ai acheté un Berlingo. J’ai mis quelques cartons dans le coffre et je suis partie. J’ai pris la route comme ça. Après ma journée de boulot, comme on part en week-end. J’ai avalé les kilomètres, en écoutant King of the road, de Roger Miller. Et enfin. Les pins. Les dunes. Les embruns. L’appartement. J’ai éventré les cartons. Trouvé mon maillot de bain. Et je suis allée me jeter dans les vagues. »

C’est l’histoire d’une fille qui change de vie.
Au rythme des saisons et des vagues de la Sud, la grande plage près de laquelle elle vient de s’installer, Anaïs retrouve les souvenirs qui habitent en elle. Devant l’étonnante simplicité des choses, au bout, il y a la réconciliation avec soi.


Extraits : « Un jour, j’ai acheté un Berlingo. J’ai mis quelques cartons dans le coffre et je suis partie. J’ai pris la route comme ça. Après ma journée de boulot, comme on part en week-end. J’ai dit au revoir à tout le monde. Comme une adolescente à la fin de l’été. »

« J’aime sortir de l’eau. C’est comme revenir d’un long voyage. Le temps dans l’océan n’est pas le même.« 


Mon avis : Qui n’a jamais rêvé de quitter son quotidien pour une vie plus trépidante ? Je pense que chacun y a déjà songé au moins une fois… mais très peu ont osé le faire. Anaïs Vanel l’a fait et nous raconte son aventure, dans une autobiographie romancée et poétique, que j’ai pris beaucoup de plaisir à dévorer.

Fini la routine parisienne, notre protagoniste embarque à bord d’un Berlingo, jette les affaires matérielles superflues, et part à l’aventure, direction La Sud, la plage, le surf, le soleil, les grandes étendues de sable, le calme et la nature sauvage. Là-bas, elle va réapprendre à profiter de la vie, à goûter pleinement à son quotidien, sans être entravée dans des obligations superflues, qui ne mènent à rien.

Anaïs Vanel m’a littéralement fait rêver : tout quitter sur un coup de tête pour vivre la vie qu’elle a décidé de mener… très peu osent le faire. Son récit a fait écho dans ma vie. En effet, j’en suis à un tournant de ma vie où les questions vont bon train : mon quotidien, mon métier, mes rêves, mes aspirations, mes désirs et mes besoins… tant de sujets qui ne tournent en boucle quotidiennement dans mon esprit, sans pour autant trouver de réponse tangible.

On ressent entre ses pages le bonheur de notre protagoniste, qui est enfin pleinement celle qu’elle a toujours rêvée d’être, dans les lieux où elle a toujours rêvé habiter. Et son bonheur est tellement intense qu’il est communicant et qu’il se transmet aisément à l’ensemble des lecteurs. En somme, c’est une vie simple qu’elle a décidé de mener : une vie éloignée de la capitale parisienne, mais proche de la nature, au contact des vagues. Je vous assure, on prend vraiment un bol d’air frais en lisant ce livre, et on se prête à rêver d’une vie similaire : simple et heureuse.

Petite mention spéciale à l’originalité du récit en tant que tel : Tout quitter n’est pas un roman à proprement parlé, et les pages ne sont pas écrites comme telles. Ce sont de courts paragraphes qui n’excèdent pas 20 lignes, et qui racontent tantôt des moments de vie heureuse, tantôt des souvenirs joyeux ou des bribes de bonheur. Le tout raconté sur une année, au gré des saisons. La plume de l’auteure se veut simple, mais elle parle véritablement aux lecteurs, et c’est un réel plaisir que de lire les morceaux de vie qu’elle nous narre.


Une autobiographie qui prône la soif de vivre sa vie comme on l’entend. J’ai vraiment adoré cette lecture, qui m’a apporté beaucoup de bonheur et de quiétude.

Ma note : 9/10

Pour lire plus d’avis

 

Yann


Yann de Pascal Ruter et Yannick Agnel

374 pages, éditions Hachette romans, à 15,90€


Résumé : Sur la terre ferme, Yann ne sait pas vraiment quoi faire de son corps. À quinze ans, il mesure un mètre quatre-vingt-dix, et ses pieds sont tellement immenses qu’on le surnomme « Big Feet ».
Mais, dans le bassin du prestigieux centre aquatique de Nice, il est comme un poisson dans l’eau. Sous l’œil exigeant de son entraîneur, il court après chaque dixième de seconde dans l’espoir de battre tous les records.
Yann est le récit romancé de l’adolescence de Yannick Agnel, champion de natation.


Extraits « – J’ai juste envie de faire mieux, dis-je.
– Que les autres ?
– Que moi-même, surtout. L’adversaire, c’est toi-même. Et le temps. »
« C’est ça, être heureux. Savoir qu’on est à la bonne place. »

Mon avis : Yannick Agnel, célèbre nageur français, double médaillé d’or aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, s’est joint à Pascal Ruter, un auteur jeunesse qui excelle dans son domaine, pour faire naître une biographie romancée à quatre mains : Yann.

Le protagoniste n’est autre que Yannick Agnel dans sa prime jeunesse. Alors qu’il n’a que quinze ans, il quitte ses parents et ses repères Nîmois pour emménager à Nice, et poursuivre ses entraînements de natation en parallèle de ses études. Dans sa nouvelle vie, il va faire des rencontres étonnantes, qui le marqueront à jamais : Monsieur Rubinstein, son voisin juif, sa petite-fille Rachel, Nola, sa nouvelle coach québécoise, ses compagnons de bassin, Axel, Antoine, Camille…

Ce roman traite de divers sujets d’actualité, qui feront échos notamment aux plus jeunes : l’émancipation, les premières relations amoureuses, les rencontres amicales, les découvertes intergénérationnelles… Mais les adultes pourront également se retrouver à travers ces mêmes thématiques, et d’autres peut-être plus adaptées, comme notamment la réflexion sur le flux migratoire arrivant d’Italie jusque vers Nice. Car ce sujet, abordé surtout à la fin du livre, est plus que jamais d’actualité : là encore, la fiction et la réalité se mélangent pour nous servir une histoire dont il est difficile de dire ce qui a été inventé et ce qu’a réellement vécu Yannick Agnel.

Bien évidemment, la natation est au coeur de l’histoire. Les nombreuses heures d’entraînements, les sacrifices, la compétition, le dépassement de soi, les échecs et les victoires sont l’essence même de ce sport pratiqué depuis longtemps par Yannick Agnel. Nous sommes donc plongés au centre de sa vie quotidienne de nageur/étudiant, qui n’est pas de tout repos.

Vous l’aurez compris, Yann est un roman complet, aux sujets diversifiés, qui est écrit d’une plume dynamique et vive, qui ne permet pas l’ennui. Toutes les actions s’enchaînent avec aisance, il n’y a aucun temps mort, tant et si bien que l’histoire défile sous nos yeux avec une allure folle. J’applaudis les deux auteurs pour cette histoire et principalement pour toute l’humanité qu’ils ont mis dans la création de leurs personnages : je me suis tant attaché à eux qu’ils m’ont parus presque être réels. Je pense notamment à Monsieur Rubinstein et ses souvenirs de la guerre, son talent incommensurable pour la cuisine et sa gentillesse à toute épreuve, qui est et restera mon protagoniste préféré du livre.


Entre fiction et réalité, découvrez Yannick Agnel comme vous ne l’avez jamais vu. Un roman intelligent aux multiples sujets de réflexion.

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis