Putain de chat, tome 1


Putain de chat, tome 1 de Lapuss’

61 pages, éditions Kennes, à 8€


Résumé : La vérité sur les chats enfin révélée! Vous aimez les chats? Ils sont mignons, joueurs et espiègles, et leurs yeux sont remplis de malice quand ils vous réclament une caresse ou des croquettes. En apparence seulement, car un funeste dessein les ronge au plus profond de leur âme et seul votre malheur les intéresse. Au péril de sa vie, Lapuss’ vous dévoile enfin ce qu’il se passe dans la tête de l’animal le plus maléfique de la création : Le chat. Faites attention à vous !


Extraits : « Merci à tous ces putains de chats qui ont croisé ma route depuis toujours de m’avoir gratifié de leur dédain et de leur indifférence, et à plusieurs occasions, de ce qui ressemblait à s’y m’éprendre à de l’amour.« 

« – Je veux entrer ! Je veux entrer ! Je veux entrer ! Je veux entrer !
– Ça va bien ? Ça fait dix minutes que tu miaules pour entrer et sortir…
– Ouais, je teste ton obéissance ! Je veux sortir ! Je veux sortir ! Je veux sortir ! »


Mon avis : Putain de chat, c’est une saga de bande-dessinés composé de plusieurs tomes – cinq sortis à ce jour -, qui nous révèle la vérité sur les chats.

Les dessins sont simples, en noir et blanc, sans détails superflus, uniquement composés du personnage principal, à savoir le chat, de son maître et des amis chats de notre héros. Rien d’extraordinaire, me diriez-vous, oui, mais le succès de cet album tient dans les échanges entre le maître et son chat. Car le chat noir est un chat méchant, fourbe et égoïste, qui provoque continuellement son pauvre maître, ce dernier restant sensible et à l’écoute de son félin adoré. Car, les amoureux des chats pourront en témoigner : malgré toutes les bêtises faites par nos chers animaux, on ne peut s’empêcher de s’attendrir quand ils sont en face de nous.

Ce qui est marrant dans cet album, c’est que Lapuss’ imagine les raisons des agissements – parfois étranges, intrigants ou marrants -, de nos chats. Et c’est vraiment hilarant. C’est parfois assez cru, donc à réserver pour un public averti et pas trop jeune, qui pourront apprécier l’humour noir de l’auteur.

Les personnes qui possèdent ou ont possédés des chats pourront aisément reconnaître certains comportements et pourquoi pas, enfin comprendre les raisons de ces comportements. Parce qu’une image vaut mille mots, je vous partage quelques planches que vous pourrez retrouver dans ce premier tome.

Lu en une vingtaine de minutes à peine, je suis arrivée à la dernière page de cet album en souhaitant en découvrir plus. Je serais curieuse de lire les autres tomes, pour voir comment l’auteur arrive à se renouveler.


Une bande-dessinée hilarante, mais trop courte à mon goût. J’en redemande !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

Si seulement, Lucie


Si seulement, Lucie de Vincent Engel

197 pages, éditions Hachette romans, à 13,90€


Résumé : Depuis l’enfance, Lucie porte un secret. Sa tête est pleine de si qui l’empêchent parfois de faire des choix. Lorsqu’elle rencontre Jim, elle voit en lui une sorte d’extraterrestre. Elle le déteste tout de suite car elle sait qu’elle pourrait tomber amoureuse de lui. Jim vit dans ses rêveries. Il s’intéresse à des sujets qui n’intéressent personne et vice-versa. Lorsqu’il croise le regard de Lucie, il sait qu’elle est différente des autres filles. Il sait aussi, à ce moment-là, que sa vie va changer.


Extraits « Chaque jour qui passe, elle me semble incroyablement jolie. Chaque jour qui passe, elle me semble plus belle. Ça aussi, c’est idiot. Ce n’est pas possible. C’est le regard qui évolue. »
« L’espoir, c’est une habitude qui vous colle aux chaussures. Et même aux pieds, lorsque vous enlevez vos chaussures. À votre peau. C’est une forme d’acné. Sauf que ça vous rend beau, l’espoir. Mais ça vous rend aussi triste que l’acné. Désespéré. »

Mon avis : L’histoire se scinde en deux : le point de vue de Lucie, une jeune fille qui a fraîchement déménagé avec ses parents dans une nouvelle maison. Introvertie et mystérieuse, Lucie ne laisse rien paraître de ses sentiments et de sa personnalité. Puis nous avons Jim, le nouveau voisin de Lucie, qui se trouve avoir le même âge que la jeune fille et être dans sa classe. Jim, souriant et très avenant, va tenter de percer à jour le mystère de Lucie. Qui est-elle vraiment ?

Si seulement, Lucie est une histoire plein de douceur, tant dans les mots qu’utilise l’auteur que dans l’histoire en elle-même. C’est un texte calme et apaisant, qui toutefois cache une histoire forte.

Les personnages sont touchants et terriblement attachants : Jim, sympathique petit garçon, serviable et loyal, va tout faire pour mettre en confiance Lucie. J’ai été touchée par les nombreuses marques d’attention qu’il accordait à la jeune fille – l’attendre tous les matins devant la porte de l’immeuble pour qu’ils puissent faire le trajet menant à l’école ensemble… Malgré le silence et le manque d’émotions de la jeune fille, Jim ne se laisse pas démolir, il use de patience et continue à faire ce que lui dicte son coeur. Peu à peu, en grande partie grâce à Jim, nous allons voir éclore ce petit bout de femme qu’est Lucie. Son sourire s’élargie, son coeur s’ouvre, son histoire s’écoule. Le duo Jim et Lucie fonctionne très bien, leur relation, toute en pudeur et en retenue, m’a apaisée.

Bien évidemment, on ressent de nombreux non-dits, de lourds secrets que cache notamment Lucie. Ceux-ci ne sont révélés qu’au dénouement du récit, et nous permettent de comprendre un peu plus le comportement et la personnalité de cette dernière.


Un récit calme, une histoire d’amour douce, qui met en scène deux jeunes protagonistes attachants et touchants. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

L’asperge


L’Asperge de Sarah Morant

377 pages, éditions Hachette romans, à 18€


Résumé : Tiens la porte pour la personne qui se trouve derrière toi. Dis bonjour d’un signe de tête à tes professeurs. Souris si tu croises le regard de quelqu’un.
J’ai toujours eu besoin de Post-it pour savoir comment réagir. Ne pas être trop froide. Ne pas parler trop fort. Rire au bon moment. Quand on n’a pas les codes, le monde est très compliqué à comprendre. Et quand on ne comprend pas le monde, comment peut-on se comprendre soi-même ? Peut-être qu’un jour je trouverai quelqu’un ne cherchera pas à me rendre « normale ». Quelqu’un avec qui je n’aurai pas besoin de ces fichus Post-it. Cela dit, peut-être que je le connais déjà…


Extraits « Son père lui avait toujours dit que, pour être heureux, il fallait être droit dans ses baskets. Ne pas mentir, ne pas avoir à se sentir coupable, ne pas manipuler les gens… »
« N’abandonne pas parce que tu as peur. Ne traîne pas déjà des regrets derrière toi, pour que cela t’assomme dans dix ans lorsque tu regarderas ce que tu as fait de ta vie. Vis, Ali.« 

Mon avis : J’ai découvert Sarah Morant il y a quelques années, à travers son premier roman, Timide, où elle s’adressait à une cible jeune adulte, pour leur narrer une jolie romance entre une jeune timide et beau jeune homme rebelle. Avec L’Asperge, l’auteure reprend les codes de son premier roman, en incorporant un personnage solitaire, avec une particularité qui le maintient en marge de la société, qui va faire une rencontre qui va changer le cours de sa vie amoureuse.

Ali est une jeune fille qui souffre du syndrome d’Asperger. C’est un trouble qui appartient à la famille de l’autisme, et qui rend difficile l’interaction et la sociabilisation de la personne qui en est atteinte. Cette particularité a valu bien des peines à Ali : souvent moquée, incomprise, laissée à l’écart, la demoiselle souffre au quotidien de sa différence. Dans son malheur, Ali a le bonheur d’avoir un frère jumeau nommé Blaise, qui l’accompagne et la protège. Ensemble, ils intègrent une nouvelle école où personne ne connaît la particularité d’Ali. Grâce à Blaise, souriant et très sociable, ils vont se créer dans une bande de copains, et faire la connaissance de  Zach, un garçon tout aussi solitaire et introvertie qu’Ali, qui va néanmoins s’ouvrir progressivement aux jumeaux.

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme très peu connue du grand public. Pour être honnête, avant de lire ce livre, je connaissais vaguement le nom de ce handicap, sans réellement savoir ce qui se cachait derrière. L’Asperge permet donc de mettre en lumière le syndrome d’Asperger, qui touche quand même plus de 600 000 personnes dans le monde. Pour la petite anecdote, à l’heure où j’écris cette chronique, un jeune homme nommé Paul, atteint de ce syndrome, est le Grand Maître de Midi dans l’émission Les 12 coups de midi animé par Jean-Luc Reichmann sur TF1. Un très bel exemple, qui prouve que malgré les petites différences engendrées par ce syndrome, ces personnes ne subissent pas de déficience des fonctions intellectuelle et sont en fin de compte, presque comme vous et moi. Il faut faire preuve de tolérance, de compréhension et d’acceptation, tout en gardant en mémoire que les différences sont souvent une force.

J’ai beaucoup apprécié me mettre dans la peau d’Ali, de découvrir les difficultés qu’elle subissait quotidiennement : son anxiété, sa peur des autres, son inadaptabilité… sont autant de caractéristiques qui l’empêchent de s’épanouir pleinement dans sa vie. Mais lorsqu’elle fait la rencontre de Zach, la jeune fille s’ouvre et laisse peu à peu son coeur chavirer. S’ensuit la description d’une jolie romance, toute en pudeur et en fragilité, comme Sarah Morant nous en avait déjà fait la démonstration dans son précédent roman, Timide.


Une romance légère et touchante, qui met en lumière les caractéristiques du syndrome d’Asperger. Une histoire qui transmet un beau message de tolérance et d’acceptation de soi !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose


La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret

271 pages, éditions Flammarion, à 19,90€


Résumé : La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie ? On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.


Extraits « Il m’a toujours manqué quelqu’un, au plus profond de moi, jusqu’au jour où j’ai décidé de ne plus attendre personne. »

« Pourquoi les hommes se mettent avec des femmes qu’ils n’aiment pas vraiment, et en désirent d’autres qu’ils rejettent par peur d’en tomber amoureux et, ô malheur, de s’engager ? »


Mon avis : Je remercie l’opération Masse Critique de Babelio, ainsi que les éditions Flammarion, qui m’ont permis de découvrir ce livre.

Enaid est une jeune femme d’apparence gaie et joyeuse, qui cache en fait un mal-être et des secrets qui la rongent. Elle nous raconte sa vie, jalonnée d’obstacles douloureux : des parents absents, un avortement dès l’adolescence, la violence physique et la drogue…

J’avoue avoir été décontenancée par ce roman. La couverture est colorée et gaie, le titre joyeux, les premières pages du livre totalement hilarantes, soit autant d’éléments qui me faisaient penser à un roman « chick-lit », léger et rigolo. Mais il n’en est rien, puisque rapidement l’histoire devient triste, presque tragique. La Enaid du début se dévoile, et l’on découvre une femme bouleversante, qui raconte avec gravité l’histoire de sa vie.

A l’intérieur de ce livre, il n’y a que très peu d’actions, tout est dans l’affect, le sentiment, l’émotion. Je vous avoue que le début du livre (la partie la plus marrante de l’histoire) était excellent, je me suis bien marré aux côtés d’Enaid, cette femme au courage et à l’humour décapant. Mais lorsque l’histoire annonce son tournant tragique, j’ai été tellement déboussolée et déçue de ne plus percevoir d’humour dans le personnage de Enaid, que je ne me suis pas impliqué dans le récit et, de ce fait, n’ait pas adhéré à l’histoire contée. C’est bien dommage, puisque l’auteure a du potentiel et une écriture sympathique.


Un roman sympathique, mais pas exceptionnel. C’est une histoire pleine d’émotions, qui repose uniquement sur l’affect du lecteur. J’ai passé un bon moment, mais je n’en garde pas un souvenir mémorable.

Ma note : 5/10

Ni d’Ève ni d’Adam


Ni d’Ève ni d’Adam de Amélie Nothomb

182 pages, éditions Le Livre de Poche, à 6€


Résumé : « Stupeur et tremblements » pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. « Ni d’Ève ni d’Adam » révèlera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier. (A. N.)
Une initiation amoureuse et culturelle, drôle, savoureuse, insolite et instructive (si les codes de la société japonaise demeurent souvent impénétrables, l’étranger qu’est l’Occidental est aussi source de quiproquos et de malentendus…).


Extraits  « Il faudrait toujours se rendre dans les expositions ainsi, par hasard, en toute ignorance. Quelqu’un veut nous montrer quelque chose : cela seul compte. »

« Le moyen le plus efficace d’apprendre le japonais me parut d’enseigner le français.« 


Mon avisAprès plusieurs années sans ouvrir un seul Amélie Nothomb, un beau jour, en ayant marre des romans trop communs et decéptifs, j’ai eu envie de sortir Ni d’Ève ni d’Adam de ma Pile à Lire.

Amélie nous raconte son séjour à Tokyo, au Japon. Arrivée là-bas depuis peu, elle divulgue une annonce pour donner des cours de français. Un japonais la contacte, et les voilà tous les deux attablés à un café pour apprendre le français pour l’un, pour se perfectionner au japonais pour l’autre. S’ensuit une jolie histoire d’amitié, voire d’amour, entre deux êtres que tout oppose.

Ni d’Ève ni d’Adam n’est pas un roman, mais un bout de l’histoire de l’auteure, qui nous raconte un autre épisode de sa vie au Japon. J’en retiens un choc des cultures assez marqué, avec la jeune Européenne d’un côté et le jeune Tokyoïte de l’autre, qui s’efforcent de s’apprivoiser tant bien que mal. Les différences culturelles, linguistiques et traditionnelles sont souvent teintées d’incompréhension par qui ne sait pas les domestiquer. Je pense notamment à cette scène du dîner assez ahurissante, pendant laquelle Amélie a dû jouer l’hôtesse de maison à une dizaine d’amis de son hôte Japonais, totalement hagards et muets. J’ai néanmoins grandement apprécié d’être immergé dans cette culture japonaise intimiste et secrète.

Amélie se lance dans une relation mi-amoureuse mi-amicale avec ce jeune japonais rencontré au café. Une relation savoureuse, pudique et décalée, qui n’aura de cesse de vous surprendre… et de vous amuser !

Comme souvent, l’écriture de l’auteure est intelligente et peu surprendre les non-initiés. Nous faisons face à des situations souvent peu communes, parfois drôles, cocasses ou insolites. Du Amélie Nothomb tout craché, que je prends plaisir à découvrir chaque fois ! Avec cette auteure, on est sûr de sortir des chemins balisés et de pénétrer dans un univers original et dépaysant.


Un récit court mais tendre et intense à la fois, qui raconte l’idylle entre Amélie et un jeune Tokyoïte. Si vous souhaitez vivre un moment émouvant, drôle, et dépaysant, cette autobiographie est faite pour vous !

Ma note : 7,5/10