IN MY MAILBOX


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

 


 

Pour ce nouvel In My Mailbox, j’ai tout d’abord reçu Alana et l’enfant vampire de Cordélia, remporté lors d’un concours organisé sur Twitter par les éditions Scrinéo. Une maison d’éditions que je n’ai pas l’habitude de lire : j’ai hâte de pouvoir découvrir ce titre !

Résumé : Alana en a marre.
Ses parents et sa sœur sont encore partis gérer des conflits vampiriques sans elle !
Heureusement, sa meilleure copine Oli est là pour lui changer les idées : elle est persuadée que Joâo, le nouvel élève de leur classe, est un vampire !
Se pourrait-il qu’elle ait raison ? Et s’il leur révélait quelque chose d’encore plus terrible ?
Pour Alana, c’est l’occasion de prouver à sa famille qu’elle est capable de mener à bien une mission, malgré ses douleurs musculaires…


J’ai la main chanceuse en ce moment : j’ai également remporté un concours organisé par les éditions Flammarion. Je vais pouvoir découvrir le dernier titre de Jean-Christophe Rufin : Le flambeur de la Caspienne.

Résumé : Le pays : un rêve…
Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel Timescu, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur. Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan ex-soviétique, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. A la terrasse de cafés d’allure parisienne, on y déguste un petit blanc local très savoureux.
L’ambassade : un cauchemar…
Le chef de poste, autoritaire et brutal, est bien décidé à se débarrasser d’Aurel. Le fantôme de sa femme, récemment victime d’un tragique et mystérieux accident, plane au-dessus de l’ambassade. Et l’équipe diplomatique, tétanisée par le deuil, est livrée à la crainte et au soupçon. Il n’en faut pas plus pour qu’Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais. Basée sur de fragiles intuitions, elle prendra, entre mafias locales et grands contrats internationaux, l’ampleur d’une affaire d’Etat.
Cette fois, Aurel ne lutte pas seulement pour faire triompher la justice. Il se bat pour une cause nouvelle et inattendue : rester là où il est et connaître enfin le bonheur.


Je vais avoir l’honneur de découvrir un essai documentaire qui me fait très envie : Climat – Parlons vrai de Jean Jouzel et Baptiste Denis édité chez les éditions François Bourin. Comme beaucoup de monde, je suis de plus en plus sensible aux questions environnementales et climatiques qui se jouent dans le monde. J’ai hâte d’en apprendre plus sur ces thématiques – même si cela va sans doute m’effrayer et horriblement m’horrifier !

Résumé : La planète et l’humanité courent-elles à leur perte ? Est-il trop tard pour sauver le climat ? Est-ce bien utile, face à l’ampleur de la catastrophe, de faire preuve de sobriété dans nos comportements… ? Jean Jouzel, ancien président du GIEC, l’un des plus grands climatologues français, apporte des réponses claires aux questions de Baptiste Denis, citoyen de la jeune génération.

Au fil du temps, alors que l’ampleur de la pollution et de l’épuisement des ressources liés à l’activité humaine sur terre étaient révélés, climato-scepticisme et théories de l’effondrement ont gagné du terrain.

« Foutu pour foutu… » Et les jeunes générations de se sentir perdues entre ces deux extrêmes, qui dominent nombre de débats publics actuels sur le climat. Qu’en est-il réellement ? Faut-il croire que tout est perdu ? Et si non, quels sont les leviers d’action ? Le « lobby citoyen » a-t-il un rôle à jouer ? Autant de questions que Baptiste Denis, vingt-cinq ans, a posé à Jean Jouzel, l’un des plus grands climatologues français. Il en résulte un dialogue passionnant, vivant, concret. Non, il n’est pas trop tard pour changer les choses. Mais il est plus que temps de passer à l’action.


Enfin, je vous présente ma dernière réception de la semaine, qui est également celle qui me fait le plus envie : Les Chroniques de l’érable et du cerisier, livre 1 : Le masque de Nô écrit par Camille Monceaux et édité chez Gallimard jeunesse. À chaque nouvelle parution de cette maison d’éditions, je suis toute excitée à l’idée de pénétrer dans un nouveau monde imaginaire et féerique, qui me fera à la fois voyager vers des horizons lointains, mais qui m’instruira également beaucoup sur de nombreuses thématiques variées. Ici, une plongée direction le Japon du XVIIème siècle : j’ai tellement hâte !

En plus, c’est un magnifique objet-livre, qui sublimera ma bibliothèque !

Résumé : Japon, XVIIe siècle, début de l’ère Edo. Enfant abandonné, Ichirô est recueilli et élevé loin du monde par un ancien samouraï qui lui enseigne la voie du sabre. Quand des événements dramatiques bouleversent sa vie, le garçon se retrouve à quinze ans seul sur les routes qui le conduisent à Edo…


Et vous, vous avez réceptionné des nouveautés livresques ?

IN MY MAILBOX


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

 


 

 

Découvrez mes dernières acquisitions du mois de juin ! 

J’ai la main chanceuse en ce moment : j’ai remporté un concours Twitter organisé par les éditions Hugo New Life et j’ai eu la chance de recevoir leur dernière parution : Chat totem – Suivez votre bonne étoile féline de Véronique Aïache. C’est une lecture qui va me changer de mes lectures ordinaires : j’ai hâte de m’y plonger !

Résumé : A l’aube des temps, les animaux ne se contentaient pas de vivre en harmonie avec les hommes. Ils parlaient aussi la même langue. Ainsi, ils pouvaient transmettre aux hommes leurs savoirs et les accompagner sur leur chemin de vie. De cette légende, les Amérindiens ont gardé un esprit de connexion puissant avec le règne animal. Selon eux, chaque espèce est à la fois mentor et ange gardien pour chaque individu.
Nos amis les chats n’échappent pas à la règle. Dans la symbolique totémique, ils deviennent des pourvoyeurs d’enseignements, capables de transmettre ce qui les caractérise. Equilibre intérieur, indépendance, esprit d’aventure, clairvoyance, confiance en soi… Entre exercices de visualisation et de méditation chamaniques, astuces pratiques de vie quotidienne et conseils avisés en développement personnel, le chat totem fait ici cadeau des plus précieux atouts de son espèce.
Grâce aux connaissances dont lui seul a le secret, il conduira jour après jour ses protégés vers le meilleur d’eux-mêmes et veillera sur eux comme la force invisible et protectrice d’une étoile bienveillante.


J’ai également réceptionné la dernière parution des éditions Stéphane Marsan : Comédie cubaine de Pablo Medina. Cette maison d’éditions me surprend à chacune de ses publications : c’est donc avec beaucoup d’excitation que je vais me plonger dans cette nouvelle histoire prochainement.

Résumé : Pendant la révolution cubaine, le village de Piedra Negra se vide de ses hommes. Ceux qui reviennent, souvent estropiés, ne trouvent de réconfort que dans l’alcool. Elena, fille de distillateur, rêve d’enchanter les gens avec autre chose. Elle déclame de la poésie sur la place du village où elle rencontre Daniel Arcilla, célèbre poète opposant, qui s’apprête à changer sa vie.


Comme je vous le disais, j’ai le cul bordé de nouilles en ce moment : j’ai remporté un second concours Twitter organisé par les éditions Belfond. Je vais donc pouvoir découvrir le dernier polar de Barbara Abel : Et les vivants autour. Une auteure référente dans le genre, que je n’ai jamais lu jusqu’à présent. J’ai hâte de découvrir sa plume !

Résumé : Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.

Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

Après Je sais pas et Je t’aime, le nouveau thriller de Barbara Abel dissèque à la perfection la psychologie et les émotions en montagnes russes des personnages qui gravitent autour du corps de Jeanne, inerte et si présent à la fois.


J’ai également réceptionné Tout ce que je ne t’ai pas dit de Kylie Fornasier éditions Le Livre de Poche jeunesse. Une histoire jeunesse qui m’intéressait et dont j’ai entendu beaucoup de bons échos.

Résumé : Je déteste cette étiquette de Mutisme Sélectif : comme si je choisissais de ne pas parler, comme un enfant qui refuse de manger ses épinards ! J’ai utilisé tous les trèfles à quatre feuilles que j’ai trouvés depuis que j’ai dix ans pour faire ce voeu : réussir à parler quand je le veux. Je suis en train de me demander s’il y aura assez de trèfles sur terre. »

Après avoir perdu sa meilleure amie, Piper Rhodes décide de changer de lycée, déterminée à ce que sa dernière année soit différente. Elle rencontre bientôt West, le joueur star de l’équipe de foot, le garçon dont tout le monde parle. Malgré la peur de Piper de perdre à nouveau un être cher et malgré tout ce qui les sépare, Piper se lie à West, sans que jamais elle ne réussisse à lui dire un seul mot… Une histoire de confiance, d’amitié et d’amour, où se révèle le pouvoir des mots qu’on dit, et de ceux qu’on ne dit pas.


Enfin, dernière réception de la semaine : Porter sa voix – S’affirmer par la parole de Stéphane de Freitas éditions Le Robert. Un roman de développement personnel remporté dans le cadre de la dernière Masse Critique organisée par Babelio, qui va sans doute m’aider à m’affirmer davantage dans mes prises de parole public. J’ai hâte de lire et d’appliquer les conseils prodigués.

Résumé : Nous sommes tous amenés à prendre un jour la parole en public. Mais comment faire pour ne pas avoir peur et être écouté ? Stéphane de Freitas nous donne les clés pour libérer notre parole, prendre confiance et se révéler aux autres et à soi-même. Nous n’avons jamais autant eu l’illusion de pouvoir nous exprimer sur tout, partout et tout le temps. Mais sommes-nous écoutés ? Pour que nos envies, nos rêves puissent exister ailleurs que dans notre esprit, il nous faut apprendre à prendre la parole en public, à défendre clairement nos idées et à instaurer le dialogue. Pourtant la pratique de l’oral reste une compétence peu enseignée dans notre cursus scolaire. Pour beaucoup d’entre nous, elle est source de fragilité sociale et professionnelle. Stéphane de Freitas a créé et anime depuis 2012 des ateliers de prise de parole auprès de nombreux élèves et d’étudiants. Les résultats sont remarquables. En apprenant à puiser au fond d’eux la force d’un discours authentique, en s’initiant aux techniques oratoires, ils retrouvent confiance et se révèlent aux autres et à eux-mêmes. Dans ce livre fondateur, Stéphane de Freitas défend une véritable pédagogie de l’oral, fruit de son histoire personnelle et de son expérience auprès des jeunes. Il en expose avec clarté les grandes étapes et livre les outils pratiques pour développer individuellement et collectivement notre esprit critique et libérer notre parole, dès l’école et tout au long de la vie. Pour que chaque personne puisse  » porter sa voix « , sa propre voix. Entrepreneur social, réalisateur, Stéphane de Freitas est à l’initiative des programmes de prise de parole et du concours Eloquentia. Il a réalisé le documentaire À voix haute qui suit les participants au concours Eloquentia à l’université de Saint-Denis.


Et vous, vos nouvelles acquisitions ont été nombreuses ?

IN MY MAILBOX


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

 


 

Je vous retrouve en ce dimanche ensoleillé pour vous présenter les nouveaux livres qui rejoignent ma bibliothèque cette semaine !


J’ai tout d’abord reçu – et déjà lu -, Je ne voulais pas vous faire pleurer de Charlotte Monnier éditions Slalom. Un roman jeunesse sur l’anorexie mentale, que j’ai remporté lors de la dernière masse critique Babelio. C’est un sujet qui m’intéressait beaucoup et puis, j’étais ravie de pouvoir découvrir cette maison d’éditions que je ne connaissais pas du tout. Ma chronique paraîtra dans la semaine.

Résumé : Julie-Anne a 15 ans quand ses parents la déposent dans un hôpital psychiatrique pour adolescents. Anorexique, son poids est trop faible pour qu’elle puisse mener l’existence d’une jeune fille de son âge dans le monde extérieur. Elle doit prendre 7 kilos pour pouvoir sortir de l’hôpital et surtout, retrouver sa famille. Commence alors pour elle un long parcours, « enfermée » dans cette unité d’hôpital psychiatrique pour adolescents. Il va falloir s’y faire et malgré tout, s’y amuser. Mais elle va surtout y trouver un tout nouveau sens à sa vie grâce à des rencontres, les échanges avec sa meilleure amie, et… une passion inattendue.


J’ai également reçu Les silencieux n’en pensent pas moins d’Azelma Sigaux éditions Farfalonn, que j’ai remporté lors d’un concours organisé par l’auteure sur son compte Twitter. L’auteure me l’a gentiment fait parvenir avec une jolie dédicace à l’intérieure. Je suis curieuse de découvrir son histoire, ainsi que cette maison d’éditions, dont je n’avais jamais entendu parler.

Résumé : Année 2279. La planète s’apprête à traverser une crise sociale et environnementale sans précédent. Les inégalités de classes entre les Éternels et les Éphémères atteignent leur paroxysme. L’ère de l’immortalité touche à sa fin, embarquant les populations dans un tourbillon d’interrogations, et les dirigeants dans des stratagèmes où l’éthique n’a pas sa place. Deux personnages occuperont un rôle crucial à l’aube de ce nouveau pan de l’Histoire. D’un côté Harold, usé par ses relations familiales et des capacités qui le dépassent, de l’autre Jeanne, frustrée par son extraordinaire absence de facultés. Au coeur de la forêt primaire, aux côtés de la dernière tribu libre du monde, tous deux s’appuieront sur la Nature et le Vivant pour trouver des réponses à leur quête de sens. Un roman d’aventure qui rend hommage à tous les opprimés, ces Silencieux qui n’en pensent pas moins. Cette histoire se déroule chronologiquement après « Les Éphémères sont éternels ». Pour autant, les deux livres peuvent se lire indépendamment et dans l’ordre qui vous plaira.


Enfin, j’ai également réceptionné Strawberry Moon – La fille de la lune de Laila Lopez éditions Hachette romans. C’est un roman jeunesse qui m’a tout d’abord attiré par sa splendide couverture, puis qui m’a conquise par son résumé alléchant. Je pense que ce sera l’une de mes prochaines lectures !

Résumé : Sur un campus universitaire situé au bord d’une lagune, des événements inquiétants se succèdent. Des étudiants disparaissent pendant plusieurs heures, puis réapparaissent, hagards, comme vidés de leur âme. Il n’en faut pas plus pour que la rumeur se propage : le campus est hanté. Diana, elle, a fait sa rentrée universitaire comme tous les autres étudiants, mais elle cache un secret. C’est une sirène. Elle vient de la lagune et a choisi, à ses 18 ans, de venir vivre sur la terre ferme pour échapper à la solitude de sa condition aquatique, d’autant plus qu’étant une espèce rare et puissante de sirène, elle a grandi à l’écart des autres. Grâce à d’autres étudiants sirènes, elle essaie de s’intégrer à la vie étudiante et de passer inaperçue, comme l’exigent les règles du monde aquatique. Mais ce n’est pas si simple. Un garçon nommé Eiden attire son attention et les deux se rapprochent beaucoup, alors que les relations entre humains et sirènes sont très mal vues par le Conseil de la lagune…


Et de votre côté, de nouveaux livres rejoignent vos bibliothèques ?

IN MY MAILBOX


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

 


 

 

Bonjour à tous ! Je vous retrouve pour un nouvel In My Mailbox !

J’ai tout d’abord reçu Si belles en ce mouroir de Marie Laborde éditions François Bourin. Un roman dont on m’a dit beaucoup de bien, que j’ai déjà hâte de découvrir !

Résumé : Dans une résidence pour personnes âgées, Alexandrine, quatre-vingt-cinq ans, Gisèle, quatre-vingts ans et Marie-Thérèse, cent ans, fomentent des idées de vengeance contre des hommes qui les ont maltraitées : un mari, un voisin, un gendre. Les histoires du passé et les projets de meurtre s’entremêlent alors aux parties de scrabble, promenades dans le parc, séances de kiné, bisbilles avec l’aide-soignante, déjeuners infects… et tout ce qui fait le quotidien des résidents. On rit de la mort, on s’indigne sans larmoyer, et l’on se révolte patiemment…

Conjuguant récit à énigmes et satire sociale, Marie Laborde décrit, dans un style direct et avec un humour cinglant, les aléas du grand âge à travers le destin de ces trois héroïnes qui vont prouver qu’elles n’ont désormais plus rien à perdre.


Voici maintenant une réception que je n’attendais pas, mais qui me fait teeeeellement plaisir : Alma : Le vent se lève, le nouveau roman jeunesse de Timothée de Fombelle, éditions Gallimard jeunesse. Les deux derniers albums jeunesse de cet auteur, Capitaine Rosalie et Quelqu’un m’attend derrière la neige ont été de véritables coup de coeur littéraire, qui figuraient tous deux dans mes coups de coeur de l’année. J’ai vraiment hâte de voir dans quel univers l’auteur va me mener cette fois-ci !

Résumé : 1786. Quittant la vallée d’Afrique qui la protégeait du reste du monde, Alma, 13 ans, part seule à la recherche de son petit frère disparu. Pendant ce temps, à La Rochelle, le jeune Joseph Mars embarque clandestinement sur La Douce Amélie, l’imposant navire de traite du cruel capitaine Gardel. Il est en quête d’un immense trésor, mais c’est Alma qu’il va découvrir…


Les éditions Eyrolles m’ont envoyé Il faut savoir perdre de vue le rivage de Sophie Machot, un roman chaleureux et positif de développement personnel, qui va, je l’espère, m’apporter beaucoup. Je suis impatiente de découvrir cette auteure, son livre et l’histoire qu’elle me réserve !

Résumé : La vie de Rose Baron part en miettes. Son mari l’a quittée, son frère Raphaël est mort prématurément, et son médecin la pense en burn-out. Lors de la soirée d’anniversaire organisée pour ses 40 ans, elle fait momentanément disparaître tous ses soucis en buvant plus que de raison. Le lendemain, Rose reçoit un message anonyme. Un mystérieux M. lui adresse l’un de ses propres commandements : « Rose Baron, tes commandements tu appliqueras ! ».
À partir de cet énigmatique rappel à l’ordre, Rose, assistée de sa joyeuse et fidèle bande d’amis, va mener l’enquête : qu’a-t-elle fait pendant cette soirée d’anniversaire dont elle n’a plus aucun souvenir ? Qui est M. et que lui veut-il ?


J’ai ensuite reçu La tresse de Laetitia Colombani éditions Le Livre de Poche. Une histoire hautement plébiscitée par la critique, que je me faisais une joie de découvrir depuis des années. Je vais donc bientôt pouvoir découvrir cette histoire grâce à Des Livres et Moi, qui m’a gentiment envoyé ce titre, remporté lors d’un concours organisé sur sa page Twitter. Je la remercie encore une fois, elle ne s’imagine pas quelle joie c’est pour moi de tenir ce titre entre mes mains !

Résumé : Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.


Enfin, Des Livres et Moi m’a également glissé dans La tresse deux marques-pages, dont un avec un joli petit mot. Je la remercie une nouvelle fois pour cette gentille attention !


Je vous retrouve très prochainement pour
de nouvelles acquisitions littéraires !

IN MY MAILBOX


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

 


 

J’ai déniché pas mal de livres en boîtes à livres, dont un titre en VO : Surprise me de Sophie Kinsella éditions Red. Une auteure de chick-lit mondialement connue, que je n’ai pas lu depuis un bon bout de temps. Je pense que ma lecture en anglais sera accessible et fun : j’ai hâte !

Résumé : After being together for ten years, Sylvie and Dan have a comfortable home, fulfilling jobs, beautiful twin girls, and communicate so seamlessly, they finish each other’s sentences. They have a happy marriage and believe they know everything there is to know about each other. Until it’s casually mentioned to them that they could be together for another sixty-eight years… and panic sets in.

They quickly decide to create little surprises for each other, to keep their relationship fresh and fun. But in their pursuit of Project Surprise Me – anything from unexpected gifts to restaurant dates to photo shoots – mishaps arise with disastrous and comical results.

Gradually, the surprises turn to shocking discoveries. And when a scandal from the past is uncovered, they begin to wonder if they ever really knew each other after all.


J’ai ensuite déniché Les combattantes de la liberté d’Anniel Hatton éditions L’oeuvre éditions. Un roman historique sur le racisme, la liberté et la justice, des thématiques qui sont plus que jamais au coeur de l’actualité.

Résumé : L’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis, c’est aussi la victoire de celles qui, avec Martin Luther King, ont affronté l’oppression et le racisme, avec leur soif de liberté et de justice pour seule arme. Anniel Hatton raconte pour la première fois le destin hors du commun de ces femmes qui ont lutté dans l’ombre contre la ségrégation raciale, de ces pionnières et inspiratrices, de ces soeurs et mères-courage d’un combat âpre, mais non-violent. En vingt et un portraits documentés et sensibles, de Rosa Parks à Marian Wright Edelman, elle retrace le quotidien héroïque de ces résistantes. Nous revivons émus leur croisade obstinée mais inflexible, nous sommes révoltés par la sauvagerie haineuse et la répression dont elles furent les victimes. Souvent reléguées à l’arrière-plan médiatique, ces femmes étaient pourtant à l’avant-garde d’un mouvement qui a changé la face de l’Amérique. Courageuses et visionnaires, jeunes ou moins jeunes, éduquées ou non, elles ne cherchaient pas le martyre, mais préparaient l’avenir. Le leur et le nôtre. Leur combat suscitera toujours l’admiration de ceux qui rêvent d’un monde meilleur.


Après Le Club des Incorrigibles Optimistes et La vie rêvée d’Ernesto G., deux romans que j’ai lu et dévoré, je suis heureuse de continuer ma découverte de Jean-Michel Guenassia avec Trompe-la-mort aux éditions Le Livre de Poche. Je n’ai même pas lu le résumé en le prenant : c’est une valeur sûre !

Résumé : Tour à tour roman picaresque, roman d’aventures et roman d’amour, Trompe-la-mort convoque avec maestria tout ce qui fait notre monde au XXIe siècle : show business, guérilla, quête de soi et corruption. « Trompe-la-Mort », c’est le surnom de Tom Sharp, engagé dans les Royal Marines à l’âge de dix-huit ans. Sa vie est celle d’un miraculé et d’un idéaliste. Des intouchables de New Delhi aux joueurs de cricket de Londres, du conflit nord-irlandais à la guerre d’Irak, ce métis mi-indien mi-anglais, qui a risqué mille fois sa vie, reste un candide parmi les affreux.
Mais ce n’est qu’en repartant dans son Inde natale à la recherche du fils d’un milliardaire londonien qu’il pourra renouer avec les traces d’un passé qui ne le laissait pas en paix. C’est avec sa tendresse particulière pour les héros malgré eux que Jean-Michel Guenassia retrace ici le parcours de Tom Sharp. On retrouve ici cet art consommé de la narration, ce plaisir du romanesque, qui ont fait sa renommée.


J’ai ensuite craqué pour un classique de la littérature historique : À l’ouest, rien de nouveau d’Erich Maria Remarque éditions Le Livre de Poche, qui est le témoignage d’un soldat envoyé sur le front de la Première guerre Mondiale. Il a été plébiscité par la critique et s’inscrit comme une référence historique dans la dénonciation de la réalité. J’ai vraiment hâte de le découvrir, il me fait envie depuis tellement de temps !

Résumé : Quand nous partons, nous ne sommes que de vulgaires soldats, maussades ou de bonne humeur et, quand nous arrivons dans la zone où commence le front, nous sommes devenus des hommes-bêtes… »
Témoignage d’un simple soldat allemand de la guerre de 1914-1918, A l’ouest rien de nouveau, roman pacifiste, réaliste et bouleversant, connut, dès sa parution en 1928, un succès mondial retentissant et reste l’un des ouvrages les plus forts dans la dénonciation de la monstruosité de la guerre.


Un nouveau Olivier Adam rejoint ma PAL : Falaises aux éditions Points. J’ai déjà À l’ouest et Peine perdue du même auteur dans ma PAL : il faudrait vraiment que je songe à en sortir quelques-uns prochainement !

Résumé : Étretat. Sur le balcon d’une chambre d’hôtel, un homme veille. Au bout de son regard: les falaises éclairées d’où s’est jetée sa mère vingt ans plus tôt. Le temps d’une nuit, le narrateur déroule le film de sa vie, cherche dans sa mémoire rétive les traces de sa mère disparue. Une question s’immisce peu à peu dans son esprit, lancinante: comment suis-je encore en vie ?


Et pour terminer avec mes trouvailles spéciales Boîtes à Livres, voici Adieu Gloria de Megan Abbott éditions Le Livre de Poche. Un roman noir sur l’Amérique, qui a notamment reçu le Prix Edgar Allan Poe du meilleur livre de poche original en 2008. Je ne sais pas si je le sortirai prochainement de ma PAL, mais en tout cas, mon copain a flashé sur ce livre : il n’arrêtait pas de me dire qu’il le trouvait sympathique… qui sait : peut-être le lira-t-il avant moi ?!

Résumé : A partir de faits divers des années 50, Abbott met en scène, dans ce roman comme dans les suivants, des relations perverses entre femmes. Ici, une jeune personne ordinaire raconte comment, lasse de son petit job et d’avoir à s’occuper de son père, elle est repérée par la reine du Milieu, célèbre pour ses jambes et le sang froid avec lequel elle règle différentes opérations criminelles (jeu, alcool, courses) pour le compte de la Mafia. Gloria Denton « pygmalionne » la petite, essaie d’en faire sa digne héritière. Jusqu’au jour où la protégée tombe sous le charme d’un bon à rien, joueur flambeur et cynique. Et se laisse convaincre de trahir son mentor. L’engrenage est fatal et la fureur de Gloria, phénoménale. La gamine assiste au meurtre de son amant mais ne veut pas perdre tout ce qu’elle a acquis. Comment faire pour s’en sortir sans encombre ?


De votre côté, de nouveaux livres ont rejoint votre bibliothèque ?