À la tombée du ciel


À la tombée du ciel de Sophie Cameron

309 pages, éditions Nathan


Résumé : Cela aurait pu être une météorite annonçant la fin du monde. Mais ce sont des anges qui ont commencé à tomber du ciel. Face à ce phénomène, chacun réagit à sa manière.

Pour Jaya, 16 ans, difficile de ne pas y voir un signe : sa mère est morte quelques jours plus tôt. Entre ce deuil et un père obsédé par l’idée d’attraper un ange, elle n’arrive pas à faire la paix avec elle-même. Lorsqu’un ange croise sa route, elle va devoir se reconstruire et réapprendre à faire confiance.


Extraits « Les obligations professionnelles ne signifient plus grand-chose quand on croit que la fin du monde est proche. »
« L’espoir est une chose dangereuse car, lorsqu’on nous le retire, on se retrouve encore plus démuni qu’avant. »

Mon avis : J’ai reçu ce livre en éditions non corrigées par les éditions Nathan, sans toutefois l’avoir demandé auparavant. Je ne suis pas une très grande amatrice de roman fantastique, c’est pour cela que j’avais supposé qu’il ne me plairait pas. Je me suis quand même décidé à le lire, en partant toutefois d’un avis négatif. Et quelle surprise…

À la tombée du ciel est le premier tome d’une toute nouvelle saga fantastique jeunesse. Dans un monde tout ce qu’il y a de plus normal, un phénomène extraordinaire vient perdurer le cours des choses : des anges tombent du ciel. Ils ont une apparence humaine, mais portent des ailes, et s’écrasent les uns après les autres sur Terre. Jaya, 16 ans, a suivi son père, obsédé par ces phénomènes, dans un road trip pour tenter de percer le mystère de ces chutes. La jeune fille a a récemment perdue sa mère, et elle y voit là un signe de pouvoir entrer en contact avec elle. Un jour, lorsqu’un ange encore vivant s’échoue à côté d’elle, Jaya va tout faire pour le protéger et tenter d’en savoir un peu plus sur leur monde.

C’est une histoire simple et complexe tout à la fois. On comprend aisément où veut en venir l’auteure, et l’histoire qu’elle nous narre, mais les nombreuses interrogations qui peuplent notre esprit la rende tout à la fois complexe. Qui sont ces Anges ? D’où viennent-ils ? Existe-t-il un autre monde après la mort ? Peut-on entrer en contact avec des personnes défuntes ? Tant de questions qui ne trouvent pas forcément de réponse dans ce premier tome.

J’ai beaucoup aimé le rythme du récit et les nombreuses actions qui le jalonnent. Jaya s’attelle à cacher l’Ange qu’elle a trouvé vivant, pour éviter que d’autres personnes n’en tirent profit, ne le vende et ne le tue à des fins expérimentales. Mais c’était sans compter sur les Futurs Déchus, des groupes d’individus qui tentent de capturer des Anges à de mauvais fins. Jaya, sa soeur Rani et leurs deux nouveaux alliés, Allie et son frère Calum, vont tout mettre en oeuvre pour protéger l’Ange qu’ils cachent du danger.

En parallèle de cette histoire principale, Sophie Cameron incorpore à son récit des thématiques secondaires qui pourraient intéresser les jeunes adolescents, première cible de cette histoire : l’homosexualité, à travers Jaya, la maladie pulmonaire d’Allie, le deuil de Jaya et de sa soeur Rani… La tolérance, la solidarité et l’acceptation, de soi et des autres, sont donc des sujets qui reviennent abondamment dans cette histoire.


Un premier tome satisfaisant, où se mêle mystères et actions. De nombreuses interrogations restent en suspens, c’est pour cela que je lirai avec grand plaisir la suite de cette saga fantastique jeunesse. 

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Publicités

20, Allée de la Danse : La révérence


20, Allée de la Danse : La révérence de Elizabeth Barféty

155 pages, éditions Nathan, à 10,95€


Résumé : Sofia est désespérée : ses parents vont divorcer et elle se sent responsable. Son père et sa mère étaient en désaccord permanent sur le fait qu’elle étudie loin d’eux, à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. Peut-être que tout s’arrangerait si elle rentrait en Italie ? Après tout, là-bas aussi, elle pourrait danser. Mais sans sa bande de copains, ça n’aurait jamais la même saveur et, surtout, serait-elle vraiment prête à renoncer à l’enseignement de la prestigieuse école française ?


Extraits « Heureusement pour Sofia, la vie des élèves de l’École de Danse est très chargée. Ce qui est pratique, quand on n’a pas envie de penser. »
« Tu sais, dit-elle, parfois, on a l’impression que le monde s’écroule toujours autour de nous… Quand les choses changent, ça fait peur. Surtout si on ne l’a pas choisi. »

Mon avis : Je continue ma découverte de la saga 20, Allée de la Danse d’Elizabeth Barféty avec La révérence, qui met sur le devant de la scène la jeune italienne Sofia. Cette saga jeunesse, pour celles et ceux qui ne la connaissent pas, met sur le devant de la scène une bande de copains, élèves à l’école de Danse de l’Opéra de Paris. Chaque tome est consacré à un élève différent.

Dans celui-ci, nous retrouvons donc l’italienne Sofia, dont les parents demeurent à Turin. Sofia est donc interne à l’École, et rentre le week-end dans sa famille d’adoption parisienne, qui s’occupent d’elle le samedi et dimanche. La demoiselle ne rentre chez elle, en Italie, seulement pour les grands événements et pour les vacances scolaires. Elle revient notamment de plusieurs semaines passées avec ses parents à l’occasion des fêtes de fin d’année. Et ce moment, qui aurait dû être joyeux et féerique a tourné à la catastrophe : ses parents lui ont annoncé leur divorce. De retour à l’école, la jeune fille est éffrondrée et à du mal à cacher sa peine. Fort heureusement, elle peut compter sur le soutien indéfectible de l’ensemble de ses camardes, qui vont tout faire pour lui redonner le sourire.

Encore une fois, Elizabeth Barféty nous emmène dans les coulisses de l’École de Danse de l’Opéra de Paris, où l’ambiance est studieuse et les élèves solidaires entre eux. Encore une fois, la joyeuse bande d’élèves va montrer qu’une école de danse, ce n’est pas que de la compétition à longueur de journée, mais c’est surtout des rencontres formidables, des amitiés fortes et du soutien pour les personnes qui en ont besoin.

Dans ce tome-ci, elle traite d’une thématique forte, qui devrait parler à bon nombre de jeunes enfants et adolescents : le divorce de ses parents. C’est un moment très dur à vivre, les changements vont être nombreux, on remet en cause l’ensemble de son quotidien et tout ce que l’on connaissait jusqu’à maintenant. Sofia n’échappe pas à la règle : elle a peur que rien ne soit plus comme avant, elle a peur d’être l’objet du divorce, et surtout, elle a peur de la conséquence que ce divorce pourrait avoir sur sa carrière d’élève au sein de l’école. Car son père, depuis toujours défavorable à son entrée à l’école, souhaite que Sofia se rapproche plus de lui, et revienne vivre en Italie… au grand dam de la jeune fille.


Divorce, peurs, amitié, solidarité… Un tome agréable à lire, qui devrait parler aux jeunes enfants et adolescents.  

Ma note : 6,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Signé poète X


Signé poète X de Elizabeth Acevedo

381 pages, éditions Nathan


Résumé : Harlem.
Xiomara a 15 ans et un corps qui prend plus de place que sa voix : bonnet D et hanches chaloupées. Contre la rumeur, les insultes ou les gestes déplacés, elle laisse parler ses poings. Étouffée par les préceptes de sa mère (pas de petit ami, pas de sorties, pas de vagues), elle se révolte en silence. Personne n’est là pour entendre sa colère et ses désirs. La seule chose qui l’apaise, c’est écrire, écrire et encore écrire. Tout ce qu’elle aimerait dire. Transformer en poèmes-lames toutes ses pensées coupantes.
Jusqu’au jour où un club de slam se crée dans son lycée. L’occasion pour Xiomara, enfin, de trouver sa voix.


Extraits « Les profs rabâchent
que chaque rentrée
est un nouveau départ,
mais cette année
je sais que j’ai
déjà beaucoup changé. »
« Ce qui
m’apaise
c’est mon carnet,
écrire écrire écrire,
tout ce que j’aurais voulu dire,
transformer en larmes de poèmes
toutes mes pensées coupantes,
les imaginer trancher net
mon corps pour
que j’en
sorte. »

Mon avis : Quelle surprise que ce roman ! En le débutant, je ne pensais pas l’aimer autant, et pourtant, je me suis laissé guider dans l’univers si particulier d’Elizabeth Acevedo.

Xiomara est une jeune adolescente noire qui vit à Harlem, un quartier bien connu pour accueillir une population afro-américaine nombreuse. Elle y vit avec ses parents et son frère jumeau, ou plutôt tente d’y survivre. Car Xiomara souffre de son physique avantageux, des réflexions  provocantes quotidiennes des garçons, des préceptes religieux envahissants de sa mère, de sa main-mise sur sa vie, la contraignant à ne pas sortir le soir, à ne pas voir de garçon, à l’accompagner à l’église… Xiomara va se rebeller de la plus belle des manières qui soit : en silence, à travers de magnifiques poèmes, haïkus et slams, qui racontent son quotidien et toutes les difficultés dont elle doit faire face.

Ce qui frappe dès que l’on ouvre ce livre, c’est l’originalité de la mise en forme. Loin des romans traditionnels, Signé poète X est écrit comme un poème, sorte de vers jetés ça et là sur la page. Il faut un petit temps d’adaptation avant de s’y faire, mais rassurez-vous, on se laisse facilement embarquer par la plume de l’auteure et ses magnifiques écrits.

Xiomara se fait la voix de milliers de femmes, qui sont quotidiennement embrigadées, jalousées, critiquées, obligées de se cacher ou d’obéir à des voix et lois incohérents. Elle raconte le harcèlement, le sexisme, la misogynie, la servitude… des thématiques fortes qui tranchent avec la douceur des mots utilisés. J’ai été à plusieurs reprises touchée par cette protagoniste, qui se montre docile au quotidien, mais qui couche sa détresse par écrit. Sa relation avec sa mère m’a particulièrement touché : dévouée corps et âme à la religion, cette dernière ne conçoit pas qu’il n’en soit pas de même pour sa fille, alors que Xiomara ne perçoit pas la vie de la même manière que sa mère. On y retrouve des scènes assez violentes, des paroles échangées fortes, qui frappent et ne laissent pas indifférent. Mais toujours, les poèmes de Xiomara les retranscrivent avec douceur.

J’ai beaucoup aimé la protagoniste, qui, même fragilisée par la vie, reste forte, la tête haute, et mène ses combats avec ses propres armes : les mots. Un personnage engagé, qui sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas, qui n’hésite pas à se mouiller et à suivre son propre chemin.


Un roman original rédigé entièrement en vers. Une histoire engagée et poignante, qui ne laisse pas indifférent. Je le recommande ! 

Ma note : 9,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Strong Girls Forever : Pourquoi ne pas craquer pour le mec parfait ?


Strong Girls Forever : Pourquoi ne pas craquer pour le mec parfait ? de Holly Bourne

441 pages, éditions Nathan, à 17,95€


Résumé : Amber, grande rousse et grande gueule, quitte l’Angleterre et ses amies du Club des Vieilles Filles pour l’été. Sa mission ? Renouer avec sa mère, qu’elle n’a pas vue depuis deux ans, et qui est partie diriger un camp de vacances aux Etats-Unis. Une situation explosive, d’autant qu’Amber n’a jamais eu la langue dans sa poche. Heureusement qu’il y a Kyle, le beau gosse (à la réputation sulfureuse, hélas), pour lui redonner le sourire. Mais comment tomber amoureuse de l’archétype du mec parfait et irrésistible, lorsqu’on est une féministe convaincue et une fille complexée par son physique ?


Extraits « Bips intermittents, ronronnement de la clim, voyageurs se partageant poliment mais pas trop non plus l’espace dans les compartiments à bagages. On allait être coincés ensemble pendant dix heures dans une boîte de conserve flottant en plein ciel, et ensuite on ne se reverrait plus jamais.
C’était quand même bizarre, comme concept. »
« Pourquoi les enfants sont-ils si cruels ? On parle toujours de leur « innocence », alors que, d’après mes souvenirs de cour de récré, ils se comportent plutôt comme des petits cons. Il suffit d’être un peu trop gros, un peu trop grand, un peu trop roux, de sentir un peu trop fort… Il n’y avait rien d’innocent dans les horreurs qu’on m’a balancées quand j’étais petite. »

Mon avis : Quelques mois après avoir découvert le premier tome de Strong Girls Forever : Comment ne pas devenir cinglée, je m’attaque au second tome, Pourquoi ne pas craquer pour le mec parfait ?

Ce second tome est la suite logique du premier, mais la particularité, c’est que le point de vue change entre les deux volumes : alors que dans Comment ne pas devenir cinglée nous suivions Evie, atteinte de TOCs, dans Pourquoi ne pas craquer pour le mec parfait ? nous suivons Amber, une des trois amies du trio du Club des Vieilles Filles. Amber est grande, rousse, pas très à l’aise avec sa personne et son physique. Elle n’a jamais côtoyée de garçon, alors qu’elle a bientôt 18 ans. Durant ses vacances d’été, Amber quitte ses amies Evie et Lottie, quitte son père, sa belle-mère et son beau-frère, quitte également son pays l’Angleterre, pour rejoindre sa mère, qu’elle n’a pas vue depuis deux, expatriée en Amérique. Là-bas, elle va aider sa mère et son beau-père Kévin, alias Tête-de-Fesses, a faire tourner un camp de vacances pour enfants. Mais rien ne va se passer comme prévu.

Ce roman est une lecture feel-good, qu’il est bon de lire en plein été pour se détendre et passer un bon moment. L’histoire n’est pas exceptionnelle, mais elle se laisse néanmoins lire. J’ai apprécié le cadre de l’histoire – ce camp de vacances pour enfants, perdu dans la forêt a de quoi dépayser et faire voyager le lecteur.

Mais j’avoue que je me suis passablement ennuyée durant plus de la moitié de ma lecture. Certains passages s’étiraient en longueur, comme si l’auteure avait voulu remplir les pages sans toutefois tenir compte du récit en lui-même. En soit, je trouve qu’il ne se passe pas grand chose dans ce livre, hormis une amourette de vacances, quelques belles rencontres et des conflits familiaux. Rien de très original, et je pense que c’est la raison principale qui m’a fait bâiller durant plus de la moitié du récit.

Je pense qu’il y aura une suite à cette histoire – logiquement, celle-ci nous placerait dans la peau de la troisième fille du trio, à savoir Lottie. Mais je doute de la découvrir, tant je n’ai pas adhéré à ce second tome.


Un second tome conforme au premier, mais qui s’étire en longueur inutiles. Je me suis passablement ennuyée durant plus de la moitié du récit. Dommage !

Ma note : 4/10

Pour lire plus d’avis

   

Si loin de l’arbre


Si loin de l’arbre de Robin Benway

368 pages, éditions Nathan


Résumé : Grace, 16 ans, a passé une année difficile au lycée. Elle est tombée enceinte, a donné naissance à sa fille le jour du bal de promo et l’a faite adopter. Elle-même adoptée, elle décide de retrouver sa mère biologique. Mais ce qu’elle va trouver, ce sont un frère et une sœur, avec chacun ses secrets et son histoire.
Ces trois adolescents dont les vies se retrouvent entremêlées tissent un portrait remarquable de la famille sous toutes ses formes, qui va bien au-delà des liens du sang.


Extraits « Grace avait pensé avec amertume que les garçons qui engrossaient des filles étaient considérés comme des héros, alors que les filles qui tombaient enceintes n’étaient que des salopes. »
« C’était donc ça, de se sentir pardonné : un sentiment où se mêlaient douleur, chagrin et soulagement et qui vous gonflait le coeur. »

Mon avis : Ils sont trois. Trois adolescents issues d’une même famille mais séparés à la naissance. Des années après, ils se retrouvent, apprennent à se connaître, bâtissent de nouveaux liens, et partent en quête de leur mère biologique commune. Joaquin, le frère ainé, subit depuis tout petit sa couleur de peau bronzée, qui le fait ressembler à un mexicain. À cause de cette particularité, aucune famille (ou presque) n’a jamais souhaitée l’adopter. Grace, la soeur ainée, est tombée enceinte d’une petite fille qu’elle a prénommée Pêche en raison de la taille qu’elle faisait lorsque cette dernière a appris la nouvelle. Ne pouvant la garder, elle s’est résolue à la faire adopter par une famille aimante. Et enfin Maya, une jeune fille lesbienne, qui se retrouve au coeur du divorce de ses parents d’adoption. Chacun a ses problèmes et ses petits secrets, mais ensemble, ils sont plus forts.

Chaque chapitre donne la parole à un protagoniste différent, à tel point que l’on ne s’attache pas plus à l’un qu’à l’autre. Le rythme est ainsi rapide, sans temps mort, et c’est une des raisons qui fait la réussite de cette histoire.

Les trois frère et soeurs ont tous une personnalité différente, mais ils arrivent à s’entendre et à se comprendre naturellement. J’ai beaucoup aimé le respect qui se dégageait de chacun d’eux, surtout lorsqu’ils apprennent les secrets de chacun. Aucun jugement, seulement de l’écoute, de l’empathie et du soutien. Ils restent soudés et avancent maintenant ensemble dans la vie, à l’encontre des problèmes de chacun. Comme quoi, même séparés depuis temps d’années, les liens du sang sont toujours plus forts que les liens du coeur.

Vous l’aurez compris, Si loin de l’arbre aborde de nombreuses thématiques, qui se rejoignent toutes : l’adoption, l’abandon, la recherche d’identité, la peur du rejet… Tous m’ont passablement émue, en particulier Joaquin et sa triste histoire. Ce jeune homme garde en lui un trop-plein d’émotions et de sentiments souvent incompréhensibles de notre point de vue. Il a vécu des choses qui font qu’il nourrit maintenant une certaine crainte à l’égard d’autrui, et ça l’en rend encore plus attachant. Ses deux soeurs, compréhensives, vont l’aider à s’accepter et à aller de l’avant sans plus se retourner.

Pour tout vous avouer, j’ai fini ma lecture les larmes aux bords des yeux, et croyez-moi, je n’ai pas les larmes faciles ! Le dénouement est assez surprenant, je ne m’y attendais pas, et je dois dire que l’auteure a admirablement terminé son récit. Pour la petite anecdote, Si loin de l’arbre a remporté plusieurs prix aux États-Unis. D’abord peu convaincue par l’originalité du récit, je me suis laissé guider et emporter par la plume juste, sincère et sans fioritures de Robin Benway. Dans le passé, j’ai déjà eu l’opportunité de lire plusieurs romans de cette auteure, et je n’en gardais pas un souvenir très mémorable – les histoires étaient quelque peu banales et pas assez travaillées à mon goût. En revanche, je pense me souvenir un petit moment de ce livre-ci !


Un roman jeunesse puissant, qui aborde des thématiques variées et procure de vives émotions. J’ai beaucoup aimé !

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

20, Allée de la Danse : Enquête à l’Opéra


20, Allée de la Danse : Enquête à l’Opéra
de Elizabeth Barféty

154 pages, éditions Nathan, à 10,95€


Résumé : La vie et les rêves des petits rats de l’école de danse de l’Opéra de Paris !
Zoé est ravie : elle va participer avec ses copains de 5e division au ballet de La Belle au bois dormant, à l’Opéra Garnier ! Lors de la première répétition, elle surprend une conversation dans les loges : Camille, une danseuse du Corps de Ballet, semble traverser une déception amoureuse avec un autre danseur de la compagnie. Mais de qui parle-t-elle ? L’insouciante Zoé se met en tête de jouer les Cupidon, quitte à semer la pagaille dans le bon déroulement du spectacle…


Extrait «  »Je ne sais pas si je serai Étoile un jour, se dit-elle en regardant ses amis. Je ne sais même pas si je serai encore à l’École l’année prochaine… »
Pourtant, elle sourit. Car ce dont elle est certaine, c’est qu’elle n’oubliera jamais ces moments. L’année de ses 10 ans restera gravée dans sa mémoire. Pour toujours. »

Mon avis : Si vous me suivez depuis quelques temps déjà, vous connaissez forcément la saga jeunesse 20, Allée de la Danse écrit par Elizabeth Barféty, en partenariat avec l’Opéra de Paris.

Dans Enquête à l’Opéra, Zoé, une jeune danseuse de bientôt 10 ans, entend des bruits de couloirs entre deux danseuses plus âgées. Ni une ni deux, elle pense qu’il s’agit de rumeurs amoureuses. Accompagnée de sa bande de copains – Bilal, Colas, Maïna, Constance et Sofia -, Zoé va tout faire pour retrouver les deux amoureux et pour les faire se mettre ensemble. Une véritable enquête amoureuse débute au sein de l’école.

C’est toujours un plaisir de retrouver la bande des petits rats, et de suivre leurs aventures au sein de l’école de danse. Je sais qu’à leurs côtés, je passerais toujours un excellent moment de lecture, ponctué de joies et de bonne humeur. Dans ce tome-ci, les petits rats de danse vont mener une véritable enquête au sein de l’école pour percer à jour le mystère qui plane autour de Camille : de qui est-elle amoureuse ? Cet amour est-il réciproque ? Ils vont mettre en place tout un stratagème pour réussir la mission qu’ils se sont confiés.

Leur amitié est très forte, et c’est ce qui ressort le plus dans chacun des tomes. Ils font tout ensemble, ils se soutiennent coûte que coûte, peu importe les épreuves à traverser, rien ne vient jamais enticher la bonhomie qui règne au sein de leur bande d’amis. Tout un chacun aurait rêvé d’avoir une bande d’ami aussi soudée et solidaire que celle-ci !


Fidèle à elle-même, Elizabeth Barféty nous livre un récit léger, où la joie et la bonheur humeur se côtoient pour notre plus grand plaisir. Jusqu’à présent, cette saga jeunesse est un sans faute !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

Strong Girls Forever : Comment ne pas devenir cinglée


Strong Girls Forever : Comment ne pas devenir cinglée
de Holly Bourne

462 pages, éditions Nathan, à 17,95€


Résumé : Dans le Club des Vieilles filles (comprendre : filles indépendantes et fières de l’être !), elles ont 17 ans et elles sont trois… Lottie, belle brune qui collectionne les garçons autant qu’elle les fait fuir par son intelligence. Amber, la pétulante rousse qui complexe de sa taille de girafe… et Evie. Evie a des crises d’angoisse qui l’obligent à se laver les mains 60 fois par jour et qui lui ont gâché la vie pendant des années. Aujourd’hui, elle ne rêve que d’une chose : devenir enfin « normale » ! Lycée, fêtes, copines… et un petit ami comme tout le monde, est-ce trop demander ?


Extraits « Réfléchissez. Les hommes qui ne vivent pas en couple sont des « célibataires ». Les femmes, des « vieilles filles ». Même l’équivalent « vieux garçon » est loin d’avoir la même portée péjorative. Pareil pour les dons Juans qui couchent à droite à gauche ; il y a des TONNES de synonymes féminins, tous beaucoup moins polis ! La langue en elle-même est sexiste. Elle renforce les stéréotypes idiots qui dictent leur conduite aux membres des deux sexes. »
« La maladie mentale est un monstre qui vous attrape par la jambe et vous avale malgré vos hurlements. Elle vous rend égoïste. Elle vous rend irrationnel. Elle vous rend autocentré. Elle vous rend exigeant. Elle vous fait annuler vos projets à la dernière minute. Elle vous rend ennuyeux. Elle vous rend épuisant à côtoyer.« 

Mon avis : Chaque personne sera un jour ou l’autre, dans sa prime jeunesse ou dans sa vie d’adulte, victime de complexes. Ceux-là peuvent prendre différentes formes, le plus souvent physiques et physionomistes, ils amenuisent la confiance qu’une personne peut avoir en soi. Pour Evie, notre protagoniste, ses TOCs régissent sa vie et constituent un complexe insurmontable à dépasser.

Evie est pourtant bien entourée de sa bande de copine membres du « Club des Vieilles Filles » : Lottie, la copine intelligente qui collectionne les garçons autant qu’elle les fait fuir et Amber, la grande copine, qui effraie par sa taille imposante. Rajoutant à ce trio Jane, l’ex-meilleure amie d’Evie, qui s’est éloignée d’elle après s’être entichée d’un garçon. Seule Jane est au courant des TOCs qui handicapent Evie au quotidien, cette dernière ayant préféré cacher à ses nouvelles copines son trouble psychique, de peur d’être rejetée. Suivie depuis plusieurs années par une psychologue pour amoindrir ces troubles obsessionnels compulsifs qui lui gâchent la vie, Evie se demande si elle arrivera un jour à devenir une jeune fille normale.

Les TOCs peuvent être des peurs et angoisses, qui génèrent des compulsions, comme une irrépressible envie de réaliser des gestes répétitifs, ou ils peuvent se matérialiser sous comme des actes mentaux, comme compter ou réciter intérieurement des phrases. Comme Evie, les personnes qui souffrent de TOCs sont conscientes que ces comportements sont disproportionnés et anormaux, mais ils ne peuvent pas se contrôler. Notre protagoniste en est l’exemple type : peur de la contamination, elle se lave les mains et le corps entier à la moindre occasion, quitte à se mettre en danger. Elle se remplit de pensées négatives, qui empoisonnent son existence et la contraint à des actes déroutant et farfelu, comme lorsqu’elle se met à toucher x fois les lampadaires avant de se convaincre d’une chose quelconque.

Dans le cas d’Evie, en parler à ses proches et se faire aider par des personnes qualifiées restent le meilleur moyen de guérir de ces troubles. Mais en parler revient à se mettre à nu, et c’est justement là la cause du problème : Evie souhaite vivre une existence normale, sans être pointée du doigt comme la fille aux comportements bizarres. Elle n’arrive pas à s’accepter, et cache ses problèmes à ses copines, par crainte du jugement.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Rose, la petite soeur cadette d’Evie, qui se montre mature et très intelligente pour son âge. Compatissante envers sa soeur, elle essaie de l’aider du mieux qu’elle peut, en étant l’oreille attentive qui vient recueillir tous ses griefs.

Ne vous méprenez pas, ce livre ne parle pas uniquement des problèmes comportementales d’Evie. C’est un roman jeunesse, qui évoque des problèmes futiles un peu banals que rencontrent chaque adolescent : des histoires de garçon, des histoires d’amour, d’amitié, de soucis familiaux… Une thématique se démarque néanmoins de cet entrelacs, celui du féminisme. Le trio du Club des Vieilles Filles débattent à plusieurs reprises autour de la question des femmes, de leurs droits, leurs devoirs, de leur place dans la société. Nos héroïnes ont des avis très tranchés sur ces questions sociétales, ce qui donnera l’occasion aux futurs jeunes lecteurs et lectrices d’aborder cette thématique et de se forger une opinion sur celle-ci.


Un roman jeunesse engagé et engageant, qui nous pousse à réfléchir sur des thématiques sociétales, comme les maladies mentales ou le féminisme. Je le recommande à tous les jeunes !

Ma note : 6,5/10

Pour lire plus d’avis