Dans les pas de Valeria


Dans les pas de Valeria de Elisabet Benavent

399 pages, éditions L’Archipel, à 17€


Résumé : Elles sont quatre amies de toujours qui vivent à Madrid. Complices et inséparables, elles se connaissent sur le bout des doigts et se racontent tout. Vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur…
Valeria, 27 ans à peine, commence à s’encroûter avec son compagnon de toujours – elle déprime ; Lola s’est entichée d’un super coup – mais il est fiancé ; Carmen est amoureuse d’un collègue, mais elle n’ose pas se lancer – elle est un peu complexée ; Nerea, la sainte- nitouche du groupe, vient enfin de rencontrer un homme à sa hauteur – mais…
Tout bouge lorsque Valeria rencontre Victor, un homme ô combien séduisant ; lorsque Lola décide de réagir ; lorsque Carmen parvient à séduire son collègue et découvre que le nouveau petit ami de Nerea n’est autre que… son propre boss – qu’elle déteste ! Leur amitié survivra-t-elle à ce drame ?
C’est drôle, c’est vif, ça pétille et ça passe aussi vite qu’une soirée entre filles. On s’est à peine embrassées qu’il est déjà l’heure de se quitter. À regret.


Extrait : « La création artistique n’est pas une chose qui se mesure en journées de travail. Le génie est capricieux. »

« La beauté physique est une chose éphémère qui se fane avec le temps. Tout ce qu’on peut faire c’est la photographier et la figer sur un morceau de papier. Mais on ne peut pas l’empêcher de mourir. »


Mon avis : Elisabet Benavent nous emmène direction l’Espagne, à la rencontre d’une bande de quatre amies. Il y a tout d’abord Valeria, notre narratrice et héroïne principale, une écrivaine, mariée depuis de nombreuses années à Adrian, photographe. Il y a ensuite Nerea, une jeune femme sexy mais à l’apparence froide, qui a enfin rencontré un homme qui a chamboulé son coeur. Il y a aussi Lola, une jeune femme excentrique et libre, qui enchaîne les conquêtes d’un soir, et enfin Carmen, qui flirte depuis quelques temps avec un collègue de boulot. Quatre femmes bien différentes, qui vont nous en faire voir de toutes les couleurs !

J’ai apprécie découvrir quatre portraits de femmes très différentes, autant dans leur manière d’être, dans leur personnalité, que dans leur façon de se comporter avec les hommes. C’est agréable de voir une amitié aussi solide que celle qu’elles entretiennent depuis des années. Elles se retrouvent très souvent toutes les quatre pour des soirées confidences, elles se disent tout, sans langue de bois, elles rigolent et partagent de bons moments… en somme, une amitié parfaite, comme on en rêverait tous !

J’ai quand même été assez déçue par l’attitude de Valeria. Involontairement, j’ai essayé de me projeter dans sa situation, et même si je comprends certains de ses agissements, je ne les tolère pas. Chaque couple est confronté à des hauts et à des bas, mais c’est grâce au dialogue et à la communication que les problèmes se résolvent. J’ai trouvé son comportement assez choquant, surtout quand on pense qu’elle est considérée comme la plus réfléchie et la plus mature de la bande.

Passant outre ce détail de l’histoire, j’ai trouvé l’ensemble du récit frais, léger, agréable à lire. On passe un bon moment, on rigole et on oublie tous les problèmes qui nous préoccupent. Les pages défilent avec fluidité, on s’attache progressivement aux personnages, si bien que j’ai eu l’impression de faire partie de leur bande d’amies.

Dans les pas de Valeria est le premier tome d’une saga prometteuse, que je ne manquerais pas de découvrir, si l’occasion se présente. Je suis curieuse de découvrir l’évolution des histoires d’amour de nos protagonistes, qui ne s’annonce pas de tout repos !


Une romance légère, qui met en scène quatre amies aux histoires de coeur tumultueuses. C’est drôle, déjanté, émouvant parfois… : les fans de Bridget Jones devraient adorer !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?


Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? de Avery Flynn

279 pages, éditions Harlequin, à 16,90€


Résumé : Selon l’expression consacrée, Gina est ce qu’on appelle une « crevette » : chez elle, tout est bon… sauf la tête. Car, si la nature lui a offert un corps à faire fantasmer Cara Delevingne, son visage, lui, ne correspond pas vraiment aux normes habituelles de la beauté. Après une adolescence difficile, Gina s’est endurcie et a appris à assumer son physique. Enfin ça, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’un jeu l’oblige à embrasser Ford, un policier ultra-sexy et visiblement sous son charme, lors d’une fête de mariage. Aussitôt, les complexes reviennent en force, et elle se demande ce qu’un mec comme Ford peut bien trouver à une fille comme elle…


Extrait : « La vie est trop folle pour suivre les règles tout le temps, répliqua-t-elle. Parfois, il faut s’adapter et être flexible. »

« Le monde est visuel. Les gens se jugent sur leur apparence, leur couleur de peau, leur âge, leurs handicaps et leur beauté durant les quelques secondes qui suivent chaque rencontre. Tu sais bien que c’est vrai. Tout un tas d’études prouvent que les gens beaux ont plus d’opportunités que ceux qui ont un physique moyen – ou en-dessous de la moyenne. »


Mon avis : Je souhaite tout d’abord remercier les éditions Harlequin, ainsi que Babelio, pour l’envoi de cet ouvrage dans le cadre d’une Masse critique privilège. Je ne lis que très peu de romances chick-lit, mais j’ai accepté ce partenariat, puisque j’avais envie d’un peu de légèreté dans mes lectures.

Gina est une femme qui se trouve laide : elle juge son visage ingrat et son physique peu reluisant. Les nombreuses moqueries qu’elle subit depuis son plus jeune âge ne l’aide pas à changer l’image qu’elle se fait d’elle. Alors quand elle rencontre Ford, un charmant policier, elle l’estime trop sexy pour elle. C’est certain, leurs différences physiques est un trop grand obstacle : elle ne le mérite pas ! Mais ce dernier, tombé sous le charme de Gina, n’est pas du même avis que cette dernière : il souhaite apprendre à la connaître davantage. Comme on dit, les contraires s’attirent, non ?

La couverture annonce une histoire « 100% assumée, 100% décomplexée », alors que c’est une héroïne complètement à l’opposé que nous retrouvons à l’intérieur : elle est 100% complexée par son apparence physique ! Elle a un beau corps, de jolies jambes, mais son visage n’est pas à son goût – nous savons seulement qu’elle a un gros nez qu’elle déteste. Mais n’est-ce pas la description d’une femme tout à fait normale, comme on en croise des centaines par jour ? Car oui, les femmes sont beaucoup plus complexées que les hommes, elles ne sont jamais satisfaites, et le personnage de Gina ne fait que mettre en exergue les petits défauts de chacun, et renforcer, en miroir, la complexion des lecteurs.

J’ai été particulièrement choquée par certains comportement de personnages, comme les collègues ou les ex de Ford. Ils jugent Gina sur son physique et n’hésitent pas à dire haut et fort ce qu’ils pensent de son visage ingrat. J’ai été agacé par ces comportements enfantins et lourdaud, bien loin de la réalité des choses.

Il faut dire que tous les personnages sont un ramassis de clichés – la femme banale et complexée, rabaissée par tout le monde, qui rencontre un homme parfait, charmant, romantique, indulgent, sensible, policier de surcroît. L’attirance simultanée et puissante qui va naître de ce couple est stéréotypée à son maximum : ils ne se connaissent pas, se jugent uniquement sur leur physique, mais vont vivre une histoire charnelle et intense.

Une tension sexuelle permanente plane durant toute la lecture de cette histoire, sans toutefois y avoir de scènes érotiques trop vulgaires. Avery Flynn y incorpore également une enquête de second plan : les frères de Gina, Rocco et Paul, trempent dans des affaires illégales. Ford va être missionné pour recueillir des informations supplémentaires sur leurs magouilles, et va donc, dans un premier temps, se rapprocher de Gina par intérêt. Gina découvrira également chez elle un cadavre, celui de son grand-père, porté disparu depuis des années. Malheureusement, ces enquêtes policières, qui auraient pu dynamiser le récit et apporter cette touche d’action qui manquait tant à l’histoire, ne sont pas suffisamment développées.

L’histoire est donc banale, elle ne sort pas des sentiers battus et est vraiment trop commune pour être retenue par le lecteur dans la durée.


Une romance banale, mais qui se laisse quand même lire. Des personnages caricaturés, particulièrement l’héroïne Gina, jeune femme complexée par un physique pourtant normal. L’histoire aurait pu être moralisatrice en invitant au respect d’autrui, mais c’est tout le contraire que j’ai ressenti dans ce livre. Déçue.

Ma note : 3/10

Pour lire plus d’avis

 

Chipie à tout prix


Chipie à tout prix de Dear Caroline et Cali Keys

456 pages, éditions Prisma, à 17,95€


Résumé : Angie est une jeune fille passionnée par ses études de cinéma, mais jalousée par les gens de sa classe, humiliée chaque jour par une prof peu compréhensive, et qui doute terriblement de ses qualités. Pourtant pleine d’idées créatives, elle n’a qu’un ami qui l’encourage à s’épanouir, Anthony, avec qui elle peut être vraiment elle-même, sans tenir compte du regard des autres. D’autant qu’elle tombe amoureuse d’un jeune cinéaste venu donner des conférences dans son école, un amour interdit qui ne simplifie pas sa vie !
Un jour, elle décide d’ouvrir une chaîne Youtube, comme les filles qu’elle suit et avec qui elle développe bien plus d’affinités qu’avec celles de sa classe. Elle va y trouver de vraies amies et une activité qui donne du sens à sa vie. Mais quand le succès surgit, Angie doute encore. Et son amour résistera-t-il au tourbillon ?
Un livre qui nous fait rire, réfléchir et dont on ressort boosté et plein d’énergie pour affronter le monde !


Extraits : « J’ai du mal à reprendre mon souffle, mes yeux sont humides des larmes qui ne demandent qu’à couler, ma mâchoire est serrée tout comme mes poings et si on me demandait mon prénom à ce moment, je serais capable de répondre Robert. »

« On n’imagine pas ce que l’absence d’un père peut ravager dans le coeur d’un enfant. On n’imagine pas ce sentiment de vide qui nous poursuit, cette impression qu’on ne vaut rien parce que le mot « papa » n’existe pas dans notre vocabulaire, dans notre vie.« 


Mon avis : La célèbre Youtubeuse et influenceuse Dear Caroline n’échappe pas à la mode qui sévit en ce moment : celle d’écrire un livre. Elle s’est associée à Cali Keys, une romancière suisse connue, dont j’apprécie particulièrement la plume, pour écrire Chipie à tout prix.

Angie est passionnée de cinéma, mais sa professeure, tout comme ses camarades de classe ne l’apprécient guère, et font tout pour le lui montrer et pour lui mettre des bâtons dans les roues. Écoeurée par ces attitudes, la jeune fille regagne espoir en voyant arriver un intervenant/producteur connu – et très séduisant -, le célèbre Mickaël. Ce dernier va encourager Angie à continuer dans cette voie, au détriment des commentaires de sa professeure. Galvanisée par l’attention que lui réserve Mickaël et très sensible à son charme, les deux jeunes gens vont vivre une histoire d’amour interdite, qui leur coûterait beaucoup si elle était découverte.

Sans connaître très bien Dear Caroline, je dirais que le personnage d’Angie peut ressembler quelque peu à l’auteure : c’est une jeune fille belle et séduisante, qui doit être très souvent jalousée à cause de son physique avantageux. Elle décide d’ouvrir une chaîne Youtube pour échapper à son quotidien et pour se sociabiliser, commence à tourner des vidéos qui fonctionnent et qui lui apportent une notoriété grandissante et une communauté très présente.

J’ai bien aimé le message sous-jacent des auteures, qui incitent les lecteurs à suivre leurs rêves, peu importe ce qu’en disent les autres. Pour exemple, Mickaël, le producteur et petit ami d’Angie, n’est pas favorable au « passe-temps » de Youtubeuse de la jeune fille, rabaissant cette dernière et l’ensemble du travail fourni pour tourner, monter ses vidéos et animer sa communauté. Malgré ses réticences et ses critiques, Angie décide de suivre son instinct et de faire ce qu’elle aime. Une philosophie de vie positive, qui pourra faire échos chez de nombreuses personnes.

En revanche, la romance entre ce jeune producteur et cette jolie élève m’a laissé totalement de marbre. Je trouve déjà assez invraisemblable et quelque peu cliché le fait que cet homme, si célèbre, s’amourache d’une étudiante en cinéma. C’est un schéma qui a déjà été vu et revu dans de multiples ouvrages et films, et qui n’a rien d’original. Leur amour est immédiat, intense, trop rapide, pas assez réaliste : c’est simple, je n’y ai pas cru dès le départ.


Une romance feel good, qui devrait plaire à un large public. 

Ma note : 4/10

Pour lire plus d’avis

 

The Other Woman


The Other Woman by Jane Green

438 pages, at £10,99


Summary : Ellie and Dan are living proof that opposites attract. He always follows instructions and she throws the manual away. He loves sports whereas Ellie’s allergic to any form of exercise. Ellie doesn’t have a mother. And Dan does – a mother who wants to take over… EVERYTHING.

At first Ellie is thrilled to have Linda as her « adopted » mother and to be a part of the close, loving Cooper family. But when she and Dan decide to get married and wedding plans progress, she starts to wonder : is it normal for Linda and Dan to speak on the phone twice a day ? How on earth do they come to be having a reception with Chilean bloody seabass and humongous bloody white ribbons tied everywhere when all she wanted was a quiet register office do ?

In fact, is she marrying Dan… OR HIS MOTHER ?

And Ellie’s problems have just began. When she discovers she’s pregnant she realizes that Linda’s only been rehearsing for the real takeover. She seems to want to live her life through Ellie, and in the words of the immortal Princess Diana, there are three of them in the marriage…


My opinion : That is my first chronic in English, so I hope you will be lenient with me.

For my first reading in English, I choose an easy book to read in English, without many complicating words : The Other Woman by Jane Green, a chick-lit novel. It tells the love story between Ellie and Dan, a young couple, which decided to get married together. But the only thing that Ellie didn’t know, it’s that Linda, the mother of Dan, wants to control every aspects of their marriage, like this is it’s her own marriage and not that one of Ellie and Dan. After the marriage, Ellie throw pregnant, and Linda continues to be omnipresent in their life. It’s too much for Ellie. Whereas to beginning of their relationship she loved Linda, now she thinks Linda crosses the lines.

I think it’s a slight story like I love. The Other Woman describes a real life that many other women can lives. I have often hear to talk about the mothers-in-laws are very nasty with their daughters-in-laws, in the sense where they love so much their sons that they don’t want to give him to an another woman. They are so possessive, and intrusive, and this novel going to the sense of this cliché.

Like many relationships, that of Ellie and Dan is not all the time pink and great. There are many ups and downs, many beautiful moments, but many disagreements too. A couple is not agree together all the time. I have like so much this story because it shows the reality of a couple, and not a cliché or an utopic love story.

I would like to have the follow-up of the adventures of Ellie, Dan, Tom, Linda and the others characters. Like I have took many times to read this book (my first reading in English, I prefer to remind), I have be attached to all of us, and I would like very much to understand what they are become.


A great romance, which will make you pass a good moments. 

Ma note : 6,5/10

Pour lire plus d’avis

 

 

Fallait pas l’inviter !


Fallait pas l’inviter ! de Aloysius Chabossot

184 pages, éditions Eyrolles


Résumé : Agathe, jeune trentenaire au caractère bien trempé, célibataire (apparemment) assumée, en a plus qu’assez des allusions de ses parents sur son statut de supposée ?vieille fille?. Lors d’une grande réunion familiale en vue de préparer le mariage de son frère Philippe, quand la sempiternelle question tombe une nouvelle fois : ?Viendras-tu accompagnée ?? la réponse fuse comme une balle : oui, elle sera accompagnée ! De son fiancé, Bertrand, jeune publicitaire en vogue doté de toutes les qualités du monde !
Seul problème : pour le moment, le beau Bertrand n’existe que dans son imagination. Il va donc falloir lui donner vie, et par tous les moyens ! Défi relevé aussitôt par une Agathe déterminée, qui n’a que quelques jours devant elle pour que la réalité colle à la fiction. Dès lors, elle va se retrouver emportée dans une folle histoire aux répercussions aussi insoupçonnables qu’imprévisibles. Pour le meilleur? et pour le pire !


Extraits « Quelle serait l’expression la plus adéquate pour décrire la situation ? Un paquebot transatlantique avec des rames ? Voilà, c’était le mot juste. Pour qualifier le pétrin dans lequel je barbotais, « galère » aurait semblé un tantinet simplet. Avec des trous dans la coque, le paquebot, s’il vous plaît, et délesté de tous ses canots de sauvetage, tant qu’à faire. »

« Il faut bien reconnaître qu’en règle générale les mecs estiment qu’une fois dans les murs l’affaire est entendue. Adieu le romantisme en carton-pâte des premières heures, bonjour les chaussettes sales qui traînent dans le couloir, le lavabo plein de dentifrice, les soirées télé sans décrocher un mot, les vacances chez les beaux-parents pour économiser. À ce compte-là, je préfère encore rester seule et m’offrir un Kinder sur pattes quand l’envie m’en prend. »


Mon avis : Imaginez que votre frère se marie et que vos parents se cessent de vous faire des réflexions sur votre statut de célibataire… l’horreur ! Pour leur clouer le bec, Agathe, une jeune trentenaire, décide de venir au mariage de son frère accompagnée de Bertrand, un publicitaire. Le seul problème : Bertrand n’existe pas. Agathe va tout faire pour trouver un homme capable de jouer la comédie. Un défi qui ne sera pas de tout repos, et qui est loin de se dérouler comme prévu…

Fallait pas l’inviter ! est un bon chick-lit, frais, léger et divertissant. Les pages s’enchaînent avec fluidité et apportent chacune son lot de surprises. Si vous avez un coup de mou, que vous souhaitez vous divertir et passer un bon moment, n’hésitez pas à lire ce livre !

Notre jeune protagoniste est un personnage haut en couleur, dotée d’un caractère bien trempé, mais qui s’avère quand même être une femme très attachante. Son sens de l’humour et son autodérision m’a ravie.

Si vous avez apprécié cette histoire, sachez qu’Aloysius Chabossot a écrit une suite aux aventures d’Agathe, intitulée Fallait pas craquer !, que je serais curieuse de découvrir…


Un roman pimenté et hilarant, qui sort demain, jeudi 20 septembre 2019 dans toutes les librairies !

Ma note : 6,5/10

 

(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire


(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire de Stéphanie Pélerin

187 pages, éditions Diva Romance, à 7,99€


Résumé : Quand Ivana se fait larguer comme une vieille chaussette par Baptiste, après huit ans d’amour, il ne lui reste plus que ses kilos et ses rides à compter. Pas facile de se retrouver sur le marché des célibataires à la trentaine, quand, pour couronner le tout, on manque de confiance en soi.
Tentant d’ignorer son chagrin, elle décide de reprendre sa vie (et son corps) en main et s’inscrit sur « Be my boy », célèbre site de rencontres. Si l’offre est alléchante, les produits sont souvent de second choix, voire des retours de marchandise… Heureusement, il reste les amies et le bon vin.
À travers des expériences étonnantes, Ivana doit réapprendre à prendre soin d’elle. Mais rien ne sert de courir… il suffit juste d’être au bon endroit, au bon moment.


Extraits « Tu te moques du regard des autres. Cherche à savoir ce que, toi, tu attends réellement de la vie et de quelle manière tu veux y parvenir. Tu te caches derrière une prétendue opinion que les autres peuvent avoir de toi. Mais tu ne pourras jamais obtenir l’assentiment de tout le monde. »

« En outre, depuis quelques mois elle ne focalisait son attention que sur le poids qu’elle avait pu prendre, doucement mais sûrement : les fameux kilos du couple. Ceux qui s’installent avec la routine. Ceux que Monsieur reproche facilement à Madame, occultant le fait qu’il a généralement hérité des mêmes. Les poignées d’amour masculines se déclinent en bourrelets disgracieux quand on les met au féminin. Se retrouver sur le marché du célibat alors qu’on n’était plus vraiment ni jeune ni jolie, il ne pouvait lui arriver pire tuile ! »


Mon avis : Ce tout petit livre était prometteur : un titre accrocheur et hilarant, une couverture sympathique et un résumé qui annonçait une histoire légère, parfaite pour une lecture sans prise de tête. Ma lecture le fût, sans prise de tête, mais elle ne fût pas aussi bonne que ce que je pensais.

Ivana est une jeune femme nouvellement célibataire, qui va chercher à retrouver l’amour, via tous les moyens possibles et inimaginables (inscriptions sur des sites de rencontres, rencontres fortuites dans les toilettes…). Nous allons la suivre dans sa quête du grand amour, et aussi bien Ivana que nous ne sommes au bout de nos surprises…

J’ai eu un peu de mal à adhérer à l’histoire et à m’attacher au personnage d’Ivana. Il faut dire aussi que le format du livre ne le permettait pas, puisqu’avec seulement 200 pages, il est compliqué de poser les bases du récit tout en développant convenablement l’histoire.

Par ailleurs, je suis assez déçue du dénouement final, que j’ai trouvé un peu bâclé, trop écourtée. Il est un peu à l’image du livre : trop simple, trop rapide, pas assez développé.

Par simple curiosité, je lirai quand même le deuxième tome, qui se trouve actuellement dans ma Pile à Lire, pour découvrir ce que sont devenus les aventures amoureuses de Ivana. J’espère apprécier davantage le deuxième tome !


Une lecture légère et agréable, mais bien trop courte à mon goût. Je n’ai pas pu m’insérer dans le récit, apprécier l’histoire et la protagoniste. Dommage !

Ma note : 4/10

 

La styliste


La styliste de Rosie Nixon

479 pages, éditions Diva romance, à 18€


Résumé : Luxe, paillettes, romance, coups bas et jalousie… Les coulisses de la mode ne sont pas de tout repos !
Quand Amber Green, employée dans une boutique luxueuse de Londres, se fait offrir par erreur le poste d’assistante de Mona Armstrong, LA styliste des stars, elle n’en croit pas sa chance.
Seulement, les choses ne se passent pas exactement comme elle l’avait prévu. En plus d’apprendre à faire des cafés pour une patronne aux exigences particulières et dénicher des robes extraordinaires pour des actrices, elle doit aussi apprendre à gérer des égos démesurés et à prendre soin d’un cochon nain. Pas facile !  Pour couronner le tout, le nouveau boulot d’Amber place sur son chemin non pas un, mais deux prétendants aussi excitants l’un que l’autre… Notre apprentie styliste arrivera-t-elle à garder les pieds sur Terre ? Et, plus important encore, que va donc porter tout ce beau monde lors des prochains galas ?


Extraits :  « Rien ne rend un article plus désirable que les six mois d’attente nécessaires pour l’obtenir.« 

« Une seule chose est pire que de faire parler de soi : c’est de ne pas faire parler de soi. »


Mon avis : Envie d’évasion ? Envie de changer de vie le temps d’une lecture ? Je vous propose de plonger dans le monde très sélect du stylisme. C’est une expérience unique : pouvoir côtoyer des stars, approcher les tapis rouges, participer aux fêtes les plus branchées… tout comme Amber, la protagoniste, laissez-vous porter par cette parenthèse enchantée.

Amber Green n’est qu’une petite vendeuse d’une boutique luxueuse, lorsqu’elle va être repérée par Mona Armstrong, une star américaine, qui lui propose de devenir sa styliste, le temps des Globes, des Oscars et autres représentations prochaines. Ni une ni deux, la jeune femme y voit là une chance en or, qui ne se représentera sans doute jamais dans sa vie. Elle se retrouve plongée dans un monde stylisée, aux côtés de personnalités exigeantes et hyper-médiatisées.

Entre ces stars qui accordent une grande importance à leur image et cette petite Amber, jeune femme négligée, pas très féminine, un peu maladroite… le contraste est frappant ! Mais c’est justement ce qui fait la richesse de cette histoire : la rencontre de deux mondes diamétralement opposés, qui vont chacun en apprendre plus de l’autre. C’est aussi grâce à ces différences que le lecteur va rigoler, puisque les quiproquos seront nombreux, tout comme les maladresses ou les situations inattendues…

Le monde du stylisme, de la mode, des tapis rouges et des paillettes est un monde qui fascine certains, autant qu’il fait horreur à d’autres. C’est en effet un monde éphémère, qui ne dure qu’un court temps, et qui se finit souvent brutalement pour certains. Un monde stylisé, qui se base uniquement sur l’apparence et qui néglige totalement la personnalité.

Néanmoins, on y découvre que les apparences ne font pas tout, et que derrière ces personnes aux richesses de façades, se cachent souvent des gens tristes, avec des secrets, des ennuis, des problèmes. Le monde des stars n’est pas tout blanc, il comporte lui aussi son lot de difficultés, comme vous pourrez le découvrir.

Bien évidemment, comme tout bon chick-lit qui se respecte, après la mode, vient l’amour. Je ne vous en dirais pas plus, pour vous laisser le soin de découvrir par vous-même, mais sachez que notre petit Amber ne va pas rester indifférente face au charme de certains hommes…


Si vous recherchez une lecture détente, je vous conseille ce chick-lit. Il vous enlèvera un temps de votre quotidien pour vous apporter dans un espace de luxe et de mode. Une expérience à tester !

Ma note : 7/10