Huis-clos·Littérature américaine·Thriller

Esprit d’hiver


Esprit d’hiver de Laura Kasischke

302 pages, éditions Le Livre de Poche, à 7,10€


Résumé : Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…


Extraits  « Holly avait pris sa fille contre elle et, avant de la voir ou de la sentir ou de l’entendre, elle l’avait aimée – comme s’il existait un organe et une partie de son cerveau qui auraient été l’oeil ou le nez ou l’oreille de l’amour. Le premier sens. »

« Eric était fermement convaincu que le boulot des médecins était de trouver des maladies là où il n’en existait pas, et d’aggraver la maladie là où ils en trouvaient une.« 


Mon avis : Après des années à patienter sagement dans ma PAL, j’ai décidé d’y sortir Esprit d’hiver et de le lire à l’occasion des fêtes de fin d’année.

L’histoire se déroule le soir de Noël, dans une maison familiale. Holly, son mari et leur fille adoptive Tatiana, s’apprêtent à recevoir toute leur famille pour le réveillon. Son mari part récupérer ses parents à l’aéroport, laissant seules Holly et Tatiana, ramenée de Sibérie 15 ans plus tôt. Mais le temps se gâte et les invités se décommandent les uns après les autres, laissant les deux femmes seules chez elles. Holly commence à angoisser de la situation, d’autant qu’elle remarque que Tatiana a un comportement différent que d’habitude.

C’est un huis-clos effrayant et angoissant que nous livre Laura Kasischke. Le lecteur se retrouve enfermé dans la maison, aux côtés de Holly et Tatiana. Des événements quasiment paranormaux se déroulent à l’intérieur de la maison, rendant l’atmosphère encore plus étrange et terrifiante. Ajoutez à cela deux personnages sombres, presque fantomatiques : une mère angoissée, pas très sereine, qui ressasse constamment la phrase suivante « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux« , la Russie faisant référence au lieu de l’adoption de Tatiana. Une fille au comportement suspect et bizarre, comme si elle n’était plus elle-même, mais que quelqu’un avait prit possession de son corps, de son esprit et de son âme. Il n’y a pas à dire : ça ne donne pas envie de passer réveillon chez eux !

Le récit se structure avec des épisodes se déroulant dans le présent et des sauts dans le passé. Ses retours en arrière nous permettent de comprendre le passé des personnages, leur histoire et les causes de leur comportement actuel. Ce qu’on reproche souvent aux huis-clos, c’est l’immobilisme des personnages, le manque de dynamisme et d’attractivité du récit. Dans Esprit d’hiver, grâce à cette alternance des temps, le récit est plus vivant et plus concret aux yeux des lecteurs. Malgré quelques petites longueurs  souvent trop descriptives, j’ai apprécié sortir, le temps de quelques instants, de cet espace confiné qu’est la maison de Holly.

Quant au dénouement, je dois reconnaître qu’il est assez inattendu et qu’il m’a surprise. Une fois le mystère résolu, tout s’éclaire : les comportements suspects, l’humeur maussade, les événements paranormaux… Je ne vous en dirais pas plus, vous laissant le soin de découvrir par vous-mêmes, si vous en avez le courage, le fin mot de cette histoire.


 Ce récit est un huis-clôt étouffant, angoissant mais surtout très mystérieux. Le suspens est à son comble et nous pousse à lire davantage, toujours plus vite, pour assembler les différentes pièces du puzzle.  Un bon thriller psychologique, qui aurait quand même mérité plus de peps. 

Ma note : 6/10