Littérature jeunesse·Roman d'horreur

Shadow House


Shadow House de Dan Poblocki

221 pages, éditions Hachette romans, à 15,90€


Résumé : Toc-Toc…
Qui est mort ?

Le manoir Larkspur.
Ils sont tous venus y chercher quelque chose.

Pour Poppy, une famille.
Pour Azuma, un pensionnat.
Pour Marcus, une école de musique.
Pour les jumeaux Dash et Dylan, un plateau de tournage.

Mais rien de tout cela ne les attendait.
Le manoir Larkspur n’est pas la maison de leurs rêves.
C’est la prison où leurs pires cauchemars deviennent réalité.

ENTRE DANS LA MAISON DES OMBRES… SI TU L’OSES.


Mon avis : Rien qu’au visuel, ce roman fait peur. La couverture est magnifiquement réalisée, avec une figure de fille effrayante, dont on voit le double visage en transparence. C’est hautement original, et puis ça donne tout de suite le ton du récit.

Ils sont cinq jeunes, tous très différents, à avoir reçu un mystérieux message les incitant à rejoindre  le manoir Larkspur. Mais à leur arrivée, rien ne se passe comme prévu. Ils se sont fait bernés. Point de famille accueillante, point de plateau de tournage, d’école, ni  de pensionnat. Le manoir est sombre et semble vide…

L’histoire a tout pour faire frémir. Le lieu, déjà. Un vieux manoir obscur, isolé de tout, entouré d’une forêt sombre, fait monter la tension narrative d’un cran. S’ajoute à cela la vacuité du lieu et les apparitions fantomatiques qui ponctuent le récit. Autant dire que ce n’est pas un lieu où il est bon de traîner.

On rencontre cinq personnages, aux personnalités différentes, qu’on apprend à découvrir tout doucement. Mais aucun ne sort véritablement du lot. C’est sans doute ce qui rend les rend un peu moins attachants. De plus, j’ai trouvé que l’histoire manquait d’un socle solide. Les bases du récit sont à peine posés que les actions s’enchaînent. Autant dire que le lecteur n’a pas le temps de prendre pleinement connaissance des personnages ou de l’histoire, que déjà, un nouvel élément apparaît. Peut-être que ce genre de structure dynamique fait partie de la politique narrative de l’auteur, qui a voulu ajouter une tension supplémentaire à son récit, mais en tout cas, pour ma part, ça m’a plus embrouillé l’esprit que fait peur.

Ce premier tome constitue sans doute une mise en place du cadre du récit et des protagonistes ; c’est sans doute pour cela que je l’ai trouvé peu organisé et qu’il m’a laissé sur ma faim. Mais je suis curieuse de voir la continuité que va octroyer l’auteur a cette histoire et de découvrir les réponses à toutes les questions que je me suis posé durant ma lecture.

Outre sa narration originale mais peu ordonnée, le livre est doté d’une présentation très singulière. En effet, les éditions Hachette veulent faire frémir le lecteur à chaque page. C’est pour cela qu’ils ont opté pour un support papier dans les tons gris et une présentation de pages originale, avec des espèces d’ornements qui inspirent la terreur. Mais ce n’est pas tout, puisque le lecteur pourra tomber plusieurs fois sur des photographies en noir et blanc, en rapport avec l’histoire narrée, qui ajoutera une tension et une peur supplémentaire.

dbc


Seuls les plus courageux pousseront les portes du manoir Larkspur. Dans ce premier tome terrifiant, vous rencontrerez frissons, peur et fantômes. Ajoutez à cela une dose de mystère, qui hérisse les poils, mais qui donne envie d’en découvrir plus. C’est certain, je lirai la suite !


Ma note : 6/10
Fantastique·Littérature jeunesse·Roman d'horreur·Saga

Le réveil de Sunshine

Le réveil de Sunshine de Paige McKenzie
284 pages, éditions Hachette, à 15€

 

Résumé : Depuis qu’elle a déménagé à l’autre bout des États-Unis il y a quelques mois, Sunshine peut percevoir des esprits et ressentir des émotions intenses, parfois même accablantes. Elle a d’abord essayé d’ignorer ces manifestations, mais peu à peu le constat s’impose : ce ne sont pas hallucinations. Sunshine a le pouvoir de protéger les humains en obligeant les mauvais spectres à retourner dans leur monde… en d’autres mots : elle est une aël-mat, et elle va devoir s’en accommoder ! Pour garder son pouvoir sous contrôle et trouver des réponses à ses questions, elle supporte les entraînements terrifiants avec son mentor, qu’elle vient de rencontrer. Mais alors que ce dernier rechigne à répondre à ses questions, elle fait des découvertes importantes sur ses propres origines, et sur le dur combat qu’elle va devoir mener pour assurer l’avenir des aël-mat et des humains…

Extrait :  « « Sunshine, il y a une chose qui n’a pas changé et qui ne changera jamais.
– Quoi ?
– L’amour que j’ai pour toi. Tu pourrais venir d’une famille de loups, de lapins ou d’extraterrestres, je t’aimerais toujours autant. »
« 

Mon avis :  Après avoir été effrayée par le premier tome, Sunshine, me voici lancée, imprudemment, dans la lecture du second, Le réveil de Sunshine. Fuyeeeez, mortels, tant qu’il en est encore temps !

Sunshine vient de découvrir l’identité de son père biologique. Elle apprend que c’est grâce ou à cause de lui que lui vienne tous ses pouvoirs surnaturels. Mais pour parfaire tous ses dons, Sunshine va devoir suivre son père à l’autre bout du monde, pour qu’il lui enseigne plus en profondeur ce dont est capable un aël-mat. Mais là n’est qu’une excuse. Car dans le fond, quelqu’un veut la mort de la jeune Sunshine.

Décidément, cette pauvre Sunshine ne pourra jamais vivre tranquillement. Après son premier déménagement laborieux dans le tome 1 – elle a quand même découvert qu’un fantôme vivait dans sa maison -, la voilà repartie pour de nouvelles contrées. On la suit dans son voyage jusqu’à découvrir une espèce d’énorme base militaire, appelée Llevar la Luz, complètement déserte. Seuls son père et un jeune homme, du nom de Lucio, s’y trouvent. Tous les autres aëls-mats sont partis. La cause ? La stérilité subite de toutes les femmes aël-mats après la naissance de Sunshine.

J’ai moins frémi dans ce tome-ci. Peut-être est-ce dû au fait que l’on connaisse déjà intimement les personnages, que l’on sait de quoi ils sont capables. Néanmoins, je dois avouer que Paige McKenzie décrit une atmosphère lugubre et sombre pour accroître nos sentiments d’effroi – déjà dans le premier tome avec une maison déserte, ensuite dans celui-ci avec une grande base militaire délabrée, à mille lieux des premières âmes qui vivent, avec seulement trois habitants en son sein. Une chose est sûre : pour rien au monde je ne quitterais ma maison pour aller là-bas.

Sinon, on en apprend toujours un petit peu plus sur l’héroïne. Autant sur son histoire familiale que sur tout ce dont elle est capable de faire grâce à ses pouvoirs magiques. Elle s’ouvre aussi sentimentalement à nous. Vous souvenez-vous de Nolan, le protecteur de Sunshine ? Eh bien ces deux-là se retrouvent séparés à des milliers de kilomètres l’un de l’autre. Et comme dans les plus grands romans d’amour, c’est dans ces moments-là qu’ils se rendent compte de l’amour qui les unis. Que c’est romantique…

Finalement, le dernier personnage auquel je souhaite faire allusion ne comportera pas de nom. Pour plus de suspense et de surprise pour les futurs lecteurs. Ce personnage n’apparaissait pas dans le premier tome. Ce personnage aux pouvoirs proéminents veut la perte de Sunshine. Pour ce faire, ce personnage n’hésitera pas à s’attaquer à l’entourage de Sunshine. Vous découvrirez son identité en lisant ce deuxième opus.

Un deuxième tome un petit peu moins effrayant que le premier, mais tout aussi rythmé. Tout s’enchaîne sans temps mort, les événements tout comme les mystères. Je serai curieuse de lire la suite, pour voir comment tout cela se termine.

Ma note : 6/10
Fantastique·Littérature jeunesse·Roman d'horreur·Saga

Sunshine

Sunshine de Paige McKenzie
299 pages, éditions Hachette, collection Black Moon, à 15€

Résumé : L’univers tranquille de Sunshine, 16 ans, bascule à cause du déménagement que lui impose sa mère adoptive Kate. Pour des raisons professionnelles, Kate conduit sa fille à l’autre bout des Etats-Unis, dans une maison qu’elle choisie sur Internet. Sunshine constate que rien n’est à son goût : la maison est décrépie, l’intérieur est moche et sombre. Pour couronner le tout, une odeur de moisi flotte dans l’air, l’humidité imprègne les moquettes, la température ambiante donne la chair de poule en permanence. La première nuit, Sunshine entend des pas et des pleurs à l’étage. Bizarrement, sa mère n’entend rien. Sunshine constate aussi que ses affaires ne restent jamais à leur place, sur les étagères de sa chambre. Aucun doute, la maison est hantée. Bientôt Sunshine découvre qu’il s’agit de l’esprit d’une fillette de 10 ans, auquel elle va peu à peu s’habituer. Mais, un autre esprit rôde, bien plus maléfique… Au cours d’une nuit particulièrement angoissante, sa mère entend cette fois aussi des hurlements en provenance de la salle de bains. De l’eau brune coule à flots sous la porte bloquée. Pourtant il n’y a personne derrière, quoique des traces de lutte soient visibles. Kate semble enfin reconnaître qu’il se passe des choses bizarres dans cette maison. Malheureusement pour Sunshine, dès le lendemain matin, Kate a tout oublié et se comporte de plus en plus étrangement…

Extraits :  « « Maman, c’est flippant comme maison. »
On est encore dans la voiture et j’en suis déjà persuadée. Même l’allée est flippante : longue et étroite, avec des buissons de chaque côté qui masquent les jardins voisins.
 »
« Maman répète toujours que je suis son soleil. Elle le sent depuis que je suis bébé. C’est pour ça qu’elle m’a appelée Sunshine.« 

Mon avis :  Avant toutes choses, je tiens à vous mettre en garde : ne commencez pas la lecture de ce livre un soir d’orage, isolé dans votre chambre, seul dans votre maison. Vous risqueriez de ne pas fermer l’oeil de la nuit.

Sunshine et sa maman, nouvellement mutée comme infirmière à Ridgemont, dans l’état de Washington, viennent d’emménager dans leur nouvelle maison. Mais dès les premiers instants, Sunshine ne se sent pas à l’aise, dans cette demeure bien trop froide et lugubre. Ses craintes vont se justifier dès la première nuit qu’elle va passer dans la maison : elle va entendre des pas au plafond, va sentir des courants d’air et va même entendre des pleurs d’enfant… Mais sa mère semble complétement hermétique aux récriminations de Sunshine. Sont-elles vraiment arrivées dans une maison hantée ?

Clairement, ce livre fout la froisse. Déjà que d’ordinaire, je suis une grande peureuse, alors je ne vous raconte pas comment j’étais durant ma lecture. Pour un peu, des sueurs froides goûtaient dans mon dos. L’atmosphère créée par l’auteure est vraiment lourde, ce qui ajoute une certaine dose de tension au récit. Les lieux décrits sont effrayants : une maison qui ressemble à un manoir, parcourue de courants d’air, entièrement vide – car la mère et la fille viennent d’emménager -. Une ville qu’on peut appeler « ville fantôme », désertée, avec un brouillard presque permanent qui stagne dans l’air, sans jamais une poussée de soleil. Avouez-le : même avec la seule description du cadre, vous vous sentez mal à l’aise dans cette maison !

Sunshine sera de plus en plus persuadée de l’existence d’un fantôme dans sa maison. Mais quelle personne peut la croire, quand sa mère, elle-même, ne peut pas avaler les révélations de sa fille ? A qui demander de l’aide ?
Heureusement, Sunshine fait la connaissance d’un copain d’école, Nolan, très sympathique, qui va devenir son allié dans la course au fantôme. Nolan révèle à la protagoniste que son grand-père était certain de l’existence de fantôme, mais que tous, sa famille y compris, le prennait pour un déluré. C’est pour cette raison que Nolan va aider Sunshine à prouver que les fantômes existent – et à élimiter celui qui squatte la maison de Sunshine et sa mère.

La première partie du roman – l’arrivé sur les lieux, l’apparition du fantôme -, est incroyablement bien écrite. La peur s’est insinuée dans tout mon être. Or, arrivée à la moitié du roman, je me suis aperçue que la tension électrique qui régnait au début du livre, s’amenuise au fur et à mesure des pages. Ainsi, nous passons d’un thriller paranormal à une histoire fantastique abracadabrante, qui ne m’a pas du tout fait frémir. Grosse déception pour la fin du livre.

Un bon début de roman, qui va faire peur à tous les lecteurs. Dommage que l’intrigue s’essoufle peu à peu… Pour votre information personnelle, ce livre est adapté d’une série diffusée sur Youtube ; les plus courageux pourront aller s’y tâter, moi, je laisse ma place.

Ma note : 5,5/10