Autobiographie·Littérature française

L’envers du décor


L’envers du décor de MA2X

197 pages, éditions Hachette romans, à 15,90€


Résumé : Maxence, alias Ma2X, raconte les raisons qui l’ont fait arrêter la musique. Pour la première fois, il se livre à coeur ouvert sur trois années qui ont bouleversée sa vie à jamais : rupture amoureuse, coup de poignard, trahison.
Des photos exclusives (fournies par l’auteur) seront présentées sous forme de cahier central.


Extraits  « Vous savez, je suis convaincu que, quand on est bien avec quelqu’un, quand les sentiments sont sincères, il n’y a pas de place pour la jalousie. »

« La trahison est la plus douloureuse des blessures, celle qui ne cicatrice jamais. Toujours à vif, toujours enflammée, elle lance ses flashs de souffrance dans le corps et dans l’esprit. »


Mon avis : Qui est vraiment MA2X ? Au-delà du jeune chanteur beau gosse qui compose avec son coeur, se cache un garçon nommé Maxence, qui a vécu de nombreux coups durs. Dans L’envers du décor, il se livre avec émotion sur les grands temps forts qui ont rythmés sa vie ces dernières années : sa rupture douloureuse, mais aussi son agression au couteau, ou encore la trahison de son frère.

Même sans connaître l’artiste ou sans connaître ses chansons, vous pourrez réussir à aimer son témoignage. MA2X est un garçon attachant, qui a su toucher mon grand coeur de lectrice. Il se livre avec pudeur et sincérité sur ses histoires de coeur, et sur l’ensemble de sa vie en générale. J’ai découvert un garçon courageux, qui a su affronter avec force et audace les coups durs de la vie. Malgré les épreuves qui se trouvaient sur son chemin, il a réussi à passer outre, à relever la tête et à continuer d’avance avec le sourire. C’est un garçon au grand coeur, qui donne beaucoup d’amour, à ses parents, à ses amis (Yoyo, Emmy…), et qui reçoit beaucoup d’amour en retour, que ce soit de ses proches ou de ceux qu’il appelle « sa team » (ses fans). Il n’oublie pas de tous les remercier, à plusieurs reprises, et je trouve cette attention touchante.

A chaque début de chapitre, se trouve quelques paroles issues d’une chanson qu’il a écrite. J’avoue que je n’ai pas pu m’empêcher d’aller les écouter à chaque fois. Il m’est arrivé aussi d’en mettre quelques-unes en fond sonore, tout en lisant le témoignage de Maxence. Ça permet d’entrer encore plus étroitement dans sa vie, de comprendre un peu plus tout ce qu’il a ressenti et traversé. Beaucoup de citations en lien avec son histoire ponctuent également les différents chapitres. J’ai beaucoup apprécié les redécouvrir (puisqu’elles sont quand même, pour la plupart, très connues), et les lire dans ce contexte particulier.

Quant à la fin du livre, elle reste ouverte, presque écrite en pointillées… MA2X clôt son autobiographie sur une belle histoire, qui s’écrit au fur et à mesure avec Emmy (alias EmmyMakeUpPro). Histoire d’amitié ? Histoire d’amour ? Seul l’avenir nous le dira…


Le chanteur MA2X se livre, à travers une autobiographie touchante, sur les temps forts qui ont rythmés sa vie ces dernières années. Une autobiographie écrite avec sincérité, qui saura vous toucher. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

 

Littérature française·Littérature jeunesse

Le courage d’être moi


Le courage d’être moi de Marianne Rubinstein

106 pages, éditions Nathan


Résumé : Joseph est un collégien qui n’arrive pas à s’affirmer et à se faire des amis. Lorsque Manon débarque dans sa classe de 4e, ils se prennent immédiatement d’amitié l’un pour l’autre. Manon est sûre d’elle, et elle ne peut supporter de voir son nouvel ami se laisser maltraiter sans réagir. Mais derrière sa force apparente, Manon cache un lourd secret de famille, et Joseph est bien décidé à l’aider à faire la lumière sur ses origines.


Extrait  « Je m’appelle Joseph, à cause d’un arrière-grand-père Joseph mort depuis longtemps, à qui ça n’a même pas fait plaisir, puisqu’il était mort justement. Tandis que moi, je dois me coltiner ce prénom à vie, sans en avoir un autre pour faire diversion. À moins que je ne change quand je serai grand ? »


Mon avis : Joseph est un jeune collégien comme les autres, qui est pourtant victime de moqueries et multiples maltraitance de la part de certains de ses camarades de classe. Lorsqu’un jour il rencontre Manon, une nouvelle élève au teint mate, avec qui il se lit immédiatement d’amitié. Au fil des jours, Manon va aider Joseph a s’affirmer et à se défendre face à ceux qui lui font du mal. Joseph est reconnaissant de tout ce que lui apporte Manon, mais il sait que cette dernière lui cache de lourds secrets qu’il est bien décidé à percer.

Le courage d’être moi aborde donc une thématique actuelle, bien trop commune dans le quotidien de certains jeunes français : le harcèlement scolaire. Isolement, rejet, insultes, méchancetés gratuites, coups et blessures parfois… rythment le quotidien de Joseph, tout comme énormément d’autres jeunes en France. C’est souvent très compliqué de faire face et surtout de s’ouvrir aux autres et d’en parler aux adultes, puisque les coups risquent de redoubler d’intensité et l’isolement de se faire encore plus sentir. Néanmoins, il ne faut pas laisser cette situation perdurer et en parler devient essentiel pour s’en sortir.

J’ai beaucoup aimé le caractère de Manon, douce et courageuse jeune fille qui va tenter de changer le tempérament de son ami Joseph, en le rendant plus combattif, avec une dose supplémentaire de confiance en lui.

Deuxième thématique abordée et pas des moindres : les origines familiales. Manon est une jeune fille à la peau noire, mais il semblerait que ses deux parents soient blancs. Changer le regard des autres, apprendre à respecter, à comprendre avant de juger, sont autant d’éléments qui sont mis en avant dans cette histoire.

Cette histoire est facile à lire, accessible à tous les plus jeunes, et surtout ils peuvent trouver des échos de ce récit dans leur propre vie et ainsi changer leur comportement quotidien.


Une histoire touchante et forte sur le harcèlement scolaire et les origines familiales, à mettre entre les mains de tous les jeunes collégiens. 

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

Littérature française·Roman

Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ?


Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ?
de Carole-Anne Eschenazi

220 pages, éditions Eyrolles, à 14€


Résumé : Tara Bouviers vient de fêter ses 40 ans quand elle voit sa vie s effondrer : Victor, son mari producteur, lui annonce qu il la quitte pour une femme plus jeune, Sherry. Celle-ci animera désormais l’émission MyBeauty à la place de Tara. Sous le choc, Tara se réfugie chez sa marraine Louisiane qui lui laisse les clés de sa maison sur l’île bretonne d’Arvana.

Dans la maison de Louisiane, Tara découvre le cadeau singulier qu’a laissé sa marraine pour elle : un jeu divinatoire doté d’étranges pouvoirs dont le but serait d’aider celui qui l’utilise à retrouver le bonheur. Une fois les cartes tirées, elles font apparaître un message : une action à mener dans un temps imparti. Lorsque l’action a été proprement menée, une croix bleue se dessine au bas de la carte. On peut alors tirer la carte suivante et continuer la partie jusqu’à son terme. Tara choisit de relever le défi et de se servir du jeu…


Extraits  « Chacun se sert des armes qu’il peut pour encaisser les coups sournois que la vie se plaît à infliger. »

« D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voyagé. Je suis d’un tempérament qui n’aime pas rester en place. Du moins pas trop longtemps. Traverser les pays, rencontrer de nouveaux êtres, découvrir des cultures à chaque fois différentes, des modes de pensée contrastés, parcourir le monde ; c’est cela qui m’anime. J’en ai presque fait ma mission ici-bas, ma raison d’exister. »


Mon avis : Tara Bouviers, quarante ans, est marié avec Victor, qui est aussi son patron et producteur. Tout se passe pour le mieux dans la vie de Tara, jusqu’au jour où Victor rentre dans leur maison et lui annonce qu’il souhaite divorcer et la licencier, pour donner sa place à Sherry, de vingt ans sa cadette. Sous le choc de cette double claque, Tara décide de se couper du monde pour prendre le temps de se recentrer et de réfléchir à sa situation, et part s’installer chez sa marraine Louisiane, sur une île bretonne. Loin du tumulte de sa vie parisienne, Tara va réapprendre à vivre, elle va faire la rencontre d’Adam, un voisin de Louisiane, puis de Mindy, la factrice de l’île, avant de faire une rencontre qui va changer sa vie… celle d’un jeu de tarot magique, appelé Odissea. D’abord étonnée et suspicieuse en découvrant les règles farfelues de ce jeu, Tara va rapidement céder à la curiosité en commençant la partie. Elle ne savait pas que celle-ci allait changer sa vie à tout jamais.

Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ? est un roman frais et léger, qui se dévore en un rien de temps. Les chapitres sont courts, l’histoire est dynamique et addictive, si bien que les chapitres s’enchaînent à un rythme soutenu.

J’ai beaucoup apprécié découvrir cette histoire. Tara fait le choix de quitter son quotidien, de partir loin de ses habitudes, de ses amis, de tous ses repères, pour se recentrer sur elle. C’est un choix complexe à prendre, mais qui s’avère bénéfique dans son cas. Nombreuses sont les personnes qui ont déjà imaginé un jour prendre leurs valises et quitter leur vie quotidienne pour repartir de zéro… mais peu ont osé le faire. C’est pour cela que j’admire particulièrement Tara et sa force de caractère. N’oublions pas qu’elle vient de se faire larguer par son futur ex-mari, qui plus est est son patron. Loin de se laisser abattre, elle va de l’avant et prend les choses en mains : elle va enfin pouvoir penser à elle et rien qu’à elle ! Il est clair que le personnage de Tara ne laisse pas indifférent, et que beaucoup pourront trouver un écho de son histoire dans leur vie personnelle. Elle instille un je-ne-sais-quoi d’espoir qui redonne immédiatement confiance en la vie et en l’avenir.

En plus du personnage de Tara que j’ai beaucoup aimé, j’ai adoré le concept du jeu Odissea. C’est un tarot un peu magique, qui permet à la personne qui y joue de se questionner sur sa vie afin de se remettre en question, et de réaliser différentes actions concrètes pour aller de l’avant. Un soupçon d’imaginaire est nécessaire pour y jouer, ainsi qu’une bonne dose de courage. C’est peu cher payé pour ce que le jeu offre en retour… Amour, amitié, clairvoyance, bonheur… sont autant de choses que va (re)découvrir notre chère protagoniste grâce à ce jeu.


La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille et nous réserve souvent bien des surprises…  Tara Bouviers, l’héroïne de cette histoire, en a fait l’expérience. Un livre à savourer, qui saura illuminer vos journées.  

Ma note : 8,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Littérature française·Romance

Nous danserons encore sous la pluie


Nous danserons encore sous la pluie de Valérie Bel

219 pages, éditions Diva romance, à 14,90€


Résumé : Marie et Damien viennent de fêter leurs 30 ans, il s’aiment, ils ont des projets de mariage et de bébé. Leur amour est solide. Leur avenir, plein de promesses.
Survient un accident. Damien est frappé d’amnésie. Il ne se souvient plus qui est Marie pour lui.
Dès lors, que restera-t-il des promesses et de leur amour ?
Ce lien, en apparence si fort, n’est-il qu’un fétu de paille balayé par le premier vent contraire ?


Extraits « On aimerait tous connaître les secrets du bon déroulé d’une existence. Mais c’est un secret bien gardé, noyé dans nos illusions communes. »

« Je me souvenais parfaitement qu’à deux ou trois reprises mon père avait évoqué le drame terrible que devait constituer la perte de mémoire pour un être humain. Il disait que l’homme est fait de son passé. Que l’avoir oublié revient à ne plus avoir d’identité. Pas de sens au présent sans passé mémorisé. »


Mon avis : Marie et Damien s’aiment et ont des projets d’avenir communs. Seulement voilà, personne ne peut jamais savoir de quoi l’avenir sera fait. Un beau jour, Marie reçoit un coup de téléphone l’informant que Damien a eu un accident. Suite à ce choc, Damien est frappé d’amnésie et ne se souvient plus de la moitié de sa vie passée, incluant Marie. Quand l’amour et les projets disparaissent du jour au lendemain, il est difficile de tout reconstruire.

Nous danserons encore sous la pluie est une romance qui se veut à la fois légère, par la stylistique, mais aussi difficile, à cause de la tonalité employée et de l’histoire narrée.

Le personnage de Marie est attendrissant. Je me suis facilement identifié à elle, j’ai réussi à ressentir ses doutes, ses peurs, tous les questionnements qu’elle se faisait continuellement sur Damien, sur son amour, et sur leur futur commun. Elle m’a beaucoup émue : en effet, après son accident, Damien voit Marie comme une parfaite inconnue et la traite en conséquence. Son ignorance va presque jusqu’à la méchanceté par moments, comme si Damien lui faisait regretter sa perte de mémoire. On ne peut qu’être attristé par cette situation et compatir à la peine de Marie.

La thématique globale de l’histoire n’est pas aisée à aborder : la perte mémorielle, l’oubli partielle de moments clés de sa vie. Comment se reconstruire et continuer à vivre normalement après avoir connu le pire ? Les problématiques liées à la mémoire sont de plus en plus communes en France, notamment au niveau de personnes d’un certain âge, qui souffrent de troubles mémorielles et plus spécifiquement d’Alzheimer. Parler des troubles mémorielles permet de mettre en avant les conséquences dramatiques que cela peut engendrer pour la personne qui en est atteinte, mais également pour ses proches. J’ai trouvé le sujet intéressant, bien abordé, avec sensibilité et émotions.


Nous danserons encore sous la pluie, est un roman émouvant sur la perte mémorielle, rempli de personnages attendrissants, qui ne vous laisseront pas indifférents. Une très belle découverte, que je vous recommande !

Ma note : 8/10

 

Littérature française·Romance

Nous deux à l’infini


Nous deux à l’infini de Fleur Hana

351 pages, éditions Harlequin, à 14,90€


Résumé : Elle est incapable d’aimer un autre homme que lui.
Il est incapable d’aimer tout court.

Lola aime Dante. C’est une vérité universelle depuis qu’elle a croisé son regard, treize ans plus tôt, alors qu’ils étaient encore adolescents et que Dante sortait avec sa grande sœur. Aujourd’hui, elle décide de tenter le tout pour le tout : elle va le séduire, quitte à se faire passer pour une femme qu’elle n’est pas vraiment, une femme que Dante laissera entrer dans ses nuits.
Dante n’aime que lui. C’est une vérité indiscutable depuis la trahison qui a fait voler sa vie rêvée en éclats. L’homme qu’il était a disparu ; désormais, il enchaîne les coups d’un soir et est devenu ce que la vie a fait de lui : un sale type. Mais, lorsque Lola déboule au milieu de la nuit, il lui ouvre, même s’ils ne se sont pas parlé depuis huit ans. Cette fille est toujours la gamine insupportable, capricieuse et envahissante de ses souvenirs, mais elle a ce truc indéfinissable qui le touche. Alors, quand elle lui demande de l’héberger, il accepte.


Extraits « Donc, en résumé: je préfère récurer les W-C publics d’un fast-food plutôt que rentrer chez moi. A quel moment ma vie est-elle devenue aussi misérable ? »

« On ne devrait jamais avoir le droit de parler, prendre une décision ou même répondre à une question après un orgasme. Jamais. Il nous fait voir la vie à travers un prisme qui embellit tout, à coups de petits papillons et coeurs roses qui scintillent. Le retour à la réalité est rarement beau à voir quand on a pris ne décision sous l’influence des endorphines. »


Mon avisLola est amoureuse depuis maintenant treize ans de l’ex petit-copain de sa grande soeur, qui aurait également dû devenir le mari de celle-ci. Malheureusement, les choses ont fait que Carmen, la soeur de Lola, et Dante n’ont pas pu se marier et se sont séparés. Depuis, Dante exerce un métier d’infirmier la journée, puis de gogo dancer en soirée. Sa vie sexuelle est devenue déjantée, depuis sa séparation d’avec Carmen, il n’arrive plus à s’attacher à une fille et enchaîne les conquêtes. Quand soudain, Lola réapparaît dans sa vie et chamboule littéralement son quotidien…

Je dois l’avouer, je n’ai pas trouvé le style d’écriture ni l’histoire narrée principalement originaux. Somme toute, c’est une histoire d’amour un peu banal et vite oubliée, que nous livre ici Fleur Hana. Fort heureusement, le tout fonctionne quand même bien ensemble, et m’a permis de passer un agréable moment de lecture.

Nous voyons naître sous nos yeux une jolie histoire d’amour, entre deux êtres qui se sont probablement toujours aimés sans jamais se l’avouer. A travers une alternance de point de vue, nous les voyons se rapprocher au fur et à mesure de l’avancée des chapitres, pour finalement nous livrer une belle et douce histoire d’amour, qui n’en reste pas moins intense par moments.

Un grand merci à Babelio pour cette opération Masse critique, ainsi qu’aux éditions Harlequin, qui m’ont permis de découvrir cette histoire.


Une histoire douce et intense, qui comporte l’ensemble des ingrédients pour former une belle et agréable romance à lire. Malgré le manque d’originalité de l’histoire, vous passerez quand même un bon moment de lecture.

Ma note : 6/10

 

Littérature française·Littérature jeunesse

J’ai égaré la lune


J’ai égaré la lune de Erwan Ji

464 pages, éditions Nathan, à 16,95€


Résumé : « Quand j’étais petite, j’imaginais ma vie à vingt ans. J’irais à la fac à New York, je partagerais une petite chambre avec une coloc râleuse, et mon copain m’appellerait « chérie ». Je viens d’avoir vingt ans. Je vais à la fac à Tokyo, je partage une grande maison avec six colocs géniaux, et ma copine m’appelle « ma petite otarie ». Alors oui, je suis peut-être pas très forte en imagination de vie. Mais tu sais quoi ? C’est pas grave. La vie, c’est comme une blague. C’est plus rigolo quand t’as pas deviné la fin.


Extraits « Quand on est malheureux, les amis sont comme un objet brillant qui attire l’attention, loin du malheur. »

« Une relation longue distance, c’est la sensation perpétuelle de repousser Vivre à plus tard. »


Mon avis : J’ai égaré la lune est la suite de J’ai avalé un arc-en-ciel. Néanmoins rassurez-vous : pour ceux qui n’auraient pas encore lu le premier, les deux tomes peuvent se lire séparément (même si je vous recommande fortement de lire J’ai avalé un arc-en-ciel avant de débuter celui-ci).

La vie est faite d’imprévus, de surprises, de chamboulements permanents. Capucine le sait bien, puisqu’elle décide de partir poursuivre sa scolarité à l’autre bout du monde, avec pour seul point de repère : sa petite amie qui l’accompagne. Elles débarquent à Tokyo, l’une des plus grandes villes du monde. Rien ne se passe comme prévu, les galères commencent à peine le pied posé sur le sol japonais. Mais les deux jeunes filles, constamment positives, vont faire fi de ces mésaventures et vont partir à la découverte de la culture japonaise.

L’histoire est racontée sous forme de journal intime par Capucine, notre protagoniste. Cette façon de narrer l’histoire permet aux lecteurs de s’immiscer plus facilement dans le récit, puisqu’on a l’impression que Capucine est une copine, qui nous raconte avec naturel ses mésaventures tokyoïtes.

Et quelles mésaventures… accompagnés de Capucine, nous faisons un grand saut en plein dans un Tokyo mystérieux et immensément grand. On y découvre des beautés architecturales, des curiosités locales, culturelles, des traditions populaires, qui nous paraissent, en tant qu’européens, bien étranges. Cette plongée au coeur de ce monde à part entière m’a ravie. Capucine m’a presque donné envie de partir à l’aventure à mon tour, découvrir toutes ces bizarreries singulières.

Mais J’ai égaré la lune, ce n’est pas qu’une simple histoire de voyages et de découvertes. C’est avant tout une histoire d’amour, d’amitiés et de rencontres. D’abord perdue dans le grand Tokyo, Capucine va faire la rencontre de personnes exceptionnelles, qui vont l’aider, l’héberger, la soutenir et l’aimer. De véritables liens d’amitié vont naître entre elle et les personnes devenues ses colocataires temporaires. Même si l’acclimatation n’a pas été facile, Capucine a réussi à faire son trou parmi les personnalités singulières qui cohabitent ensemble dans cette grande maison tokyoïte.

Quant au couple que forme Capucine et Aiden… il sera fragilisé. Restera-t-il inchangé ? A vous de le découvrir en lisant ce récit !

J’ai l’impression d’avoir bien plus apprécié ce deuxième tome que le premier. Cela est sans doute dû au fait que Erwan Ji maîtrise maintenant ses personnages, il est donc capable d’étoffer leurs personnalités pour les rendre plus attachants. Je ne sais pas si une suite est prévue à ce début de saga, mais si c’est le cas, je serai une des premières lectrices !


Un roman jeunesse émouvant, qui oscille entre découvertes culturelles et découvertes humaines. J’ai passé un excellent moment de lecture : je vous recommande fortement ce livre (et plus largement la saga entière).

Ma note : 8,5/10

 

Chick-lit·Littérature française

Fallait pas l’inviter !


Fallait pas l’inviter ! de Aloysius Chabossot

184 pages, éditions Eyrolles


Résumé : Agathe, jeune trentenaire au caractère bien trempé, célibataire (apparemment) assumée, en a plus qu’assez des allusions de ses parents sur son statut de supposée ?vieille fille?. Lors d’une grande réunion familiale en vue de préparer le mariage de son frère Philippe, quand la sempiternelle question tombe une nouvelle fois : ?Viendras-tu accompagnée ?? la réponse fuse comme une balle : oui, elle sera accompagnée ! De son fiancé, Bertrand, jeune publicitaire en vogue doté de toutes les qualités du monde !
Seul problème : pour le moment, le beau Bertrand n’existe que dans son imagination. Il va donc falloir lui donner vie, et par tous les moyens ! Défi relevé aussitôt par une Agathe déterminée, qui n’a que quelques jours devant elle pour que la réalité colle à la fiction. Dès lors, elle va se retrouver emportée dans une folle histoire aux répercussions aussi insoupçonnables qu’imprévisibles. Pour le meilleur? et pour le pire !


Extraits « Quelle serait l’expression la plus adéquate pour décrire la situation ? Un paquebot transatlantique avec des rames ? Voilà, c’était le mot juste. Pour qualifier le pétrin dans lequel je barbotais, « galère » aurait semblé un tantinet simplet. Avec des trous dans la coque, le paquebot, s’il vous plaît, et délesté de tous ses canots de sauvetage, tant qu’à faire. »

« Il faut bien reconnaître qu’en règle générale les mecs estiment qu’une fois dans les murs l’affaire est entendue. Adieu le romantisme en carton-pâte des premières heures, bonjour les chaussettes sales qui traînent dans le couloir, le lavabo plein de dentifrice, les soirées télé sans décrocher un mot, les vacances chez les beaux-parents pour économiser. À ce compte-là, je préfère encore rester seule et m’offrir un Kinder sur pattes quand l’envie m’en prend. »


Mon avis : Imaginez que votre frère se marie et que vos parents se cessent de vous faire des réflexions sur votre statut de célibataire… l’horreur ! Pour leur clouer le bec, Agathe, une jeune trentenaire, décide de venir au mariage de son frère accompagnée de Bertrand, un publicitaire. Le seul problème : Bertrand n’existe pas. Agathe va tout faire pour trouver un homme capable de jouer la comédie. Un défi qui ne sera pas de tout repos, et qui est loin de se dérouler comme prévu…

Fallait pas l’inviter ! est un bon chick-lit, frais, léger et divertissant. Les pages s’enchaînent avec fluidité et apportent chacune son lot de surprises. Si vous avez un coup de mou, que vous souhaitez vous divertir et passer un bon moment, n’hésitez pas à lire ce livre !

Notre jeune protagoniste est un personnage haut en couleur, dotée d’un caractère bien trempé, mais qui s’avère quand même être une femme très attachante. Son sens de l’humour et son autodérision m’a ravie.

Si vous avez apprécié cette histoire, sachez qu’Aloysius Chabossot a écrit une suite aux aventures d’Agathe, intitulée Fallait pas craquer !, que je serais curieuse de découvrir…


Un roman pimenté et hilarant, qui sort demain, jeudi 20 septembre 2019 dans toutes les librairies !

Ma note : 6,5/10