Le secret de la cité sans soleil


Le secret de la cité sans soleil de Gilles Legardinier
471 pages, éditions Flammarion, à 19,90€


Résumé : Sept siècles après sa chute, Montségur, la légendaire forteresse, n’a toujours pas livré son secret.
Quel est donc ce trésor fabuleux que Templiers et Cathares ont protégé de leur vie ?
Quel inestimable savoir rapporté des confins du monde cachent encore les souterrains de la vénérable citadelle ?
Aujourd’hui, les Frères doivent exhumer d’urgence cet héritage avant qu’il ne tombe aux mains de ceux qui veulent en faire l’instrument du chaos.
Mais pour y parvenir, ils devront résoudre les énigmes, affronter l’inconnu et survivre aux pièges…
Contre la montre, contre ceux qui les menacent, ils doivent à présent terminer ce que leurs prédécesseurs ont commencé en 1244…
De l’issue du combat dépend la paix du monde. Une lutte sans merci, une aventure palpitante où se mêlent l’Histoire, la science et l’esprit. Une fascinante quête dont personne ne sortira indemne, et surtout pas vous.


Extraits : « On n’apprécie jamais le bonheur quand il est là. On ne l’évalue qu’après, à l’ampleur des regrets. »

« J’avais toujours aimé les bibliothèques : elles sont l’expression de la richesse de la vie, du savoir, de la liberté d’apprendre, de la transmission, de l’expérience par-delà la mort. »


Mon avis : Gilles Legardinier est un auteur très éclectique, qui est surtout connu pour ses comédies humoristiques et ses couvertures avec des chats.  Mais avant d’écrire ce genre de titre, il a commencé dans le polar et le roman noir, avec Le secret de la cité sans soleil, son premier roman publié en 1996, ici réédité presque 30 ans après par les éditions Flammarion. Un style très différent des histoires habituelles de l’auteur, où l’on perçoit clairement un manque de maîtrise de l’écriture.

Ce thriller se veut comme une aventure, dans laquelle notre protagoniste, membre d’une secte historique de recherches, se lance à la poursuite des trésors du passé, en particulier de ceux des Templiers et des Cathares. Pour se faire, accompagné de ses compagnons de fortune – scientifiques, chercheurs et autres -, ils vont plonger au coeur des souterrains de la forteresse de Montségur pour percer ses secrets en évitant ses pièges. Mais le temps leur est compté puisque des personnes malintentionnées tentent coûte que coûte d’accéder aux galeries pour dérober les trésors.

Forteresse de Montségur

Malheureusement, la sauce n’a pas pris avec moi. Je dois avouer que l’intrigue en elle-même ne m’intéressait pas des masses, puisqu’il est question de légendes historiques et de trésors de sociétés secrètes, qui ne me passionnent pas. La base est donc branlante, mais l’intrigue n’est pas non plus équilibrée, avec des aventures qui auraient pu être intéressantes et pleines de rebondissements, mais qui sont, au final, assez plates et sans saveur. L’environnement d’action est sympathique et originale – dans des galeries souterraines, à plusieurs mètres de profondeurs sous une forteresse, on slalome entre les tunnels, on évite les pièges tendus, on découvre de nouveaux passages, jamais exploités… c’est excitant ! Malheureusement, je n’ai pas réussi à pénétrer suffisamment dans l’histoire pour m’imprégner de l’ambiance générale. J’ai trouvé le rythme bien trop lent et les scènes dites « d’actions » qui s’éternisaient en longueurs inutiles. 

Enfin, les personnages ne sont pas attachants : on ne connaît même pas le prénom de notre héros. Les contours de la secte sont assez flous, on ne sait pas qui sont ces gens, d’où ils viennent, quel est leur but, leur motivation. On a du mal également à cerner leurs ennemis et à comprendre leur façon d’agir. Rien ne semble faire sens. C’est bien dommage car l’idée originelle était intéressante, mais mal exploitée. 


Le secret de la cité sans soleil est le premier roman de Gilles Legardinier, sorti en 1996 et réédité en 2022 par les éditions Flammarion. Un roman d’aventures qui change du genre habituel de l’auteur, qui peut trouver son public, mais que je n’ai pas réussi à apprécier. Trop lent et pas assez rythmé à mon goût. 

Ma note : 2/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-0814-2062-5

Publicité

On ne fait que passer


On ne fait que passer de Christiane Rancé
237 pages, éditions NiL


Résumé : Prenez une maison de vacances dans le Sud-Ouest. Mettez-y des autochtones et citadins égarés amis choisis et pièces rapportées, ados hurleurs et aïeux malentendants, voisins anglais et sangliers en goguette, sans compter tous ceux qui ne font que passer… Ajoutez-y un grand soleil d’été et laissez agir… Chacun pourra se reconnaître dans cette comédie de moeurs savoureuse et irrésistible. Comment survit-on aux vacances en famille ? L’auteur répond avec humour et tendresse à cette éternelle question.


Extraits : « Tous, nous avions remarqué l’étrange et systématique modernisation du théorème d’Archimède : tout corps d’enfant plongé dans l’eau déclenche immédiatement des hurlements de joie. »

« Pour une fois, les deux femmes partageaient le même ébahissement : jamais aucune célébrité n’avait accordé d’intérêt à notre région. Le Magnoac n’avait jusque-là ni souffert ni bénéficié des paillettes et des éclats de ces divinités dont les nouvelles du treize heures envoyaient les images exotiques, d’une autre planète et d’un autre monde, et qui ne passionnaient que fort peu les gens du pays. Ici, les seules célébrités qu’on voit passer sont les coureurs du Tour de France. Et encore, rapidement : la route est en pente. »


Mon avis : On ne fait que passer est un roman français du siècle dernier, qui raconte les vacances d’été rocambolesques et peu reposantes d’une journaliste, sa famille et ses amis, en plein cœur d’un Sud-Ouest rural. Dans une grande maison de vacances ouvert aux quatre vents, se pressent les enfants et les adolescents des uns et des autres, pressés et ravis de se débarrasser quelques jours ou semaines de leurs mioches turbulents. Mais les affaires des uns ne fait pas celles des autres, puisque notre protagoniste se retrouve noyée sous les cris et ensevelie sous les obligations que lui imposent son rôle d’hôtesse de maison. Entre les arrivées surprises et les départs décalés, c’est une vraie colonie de vacances qui squattent la maison, pourtant si calme le restant de l’année.

Il ne faut pas s’attendre à de la grande littérature, puisque ce livre a vocation à divertir plus qu’à instruire. On se laisse porter dans ce joyeux bazar, on se prend à rire de situations cocasses, on souffle d’exaspération en voyant le comportement et l’abus de certains…  Notre hôtesse de maison a bien du courage d’affronter autant de tracas en vacances… mais elle le fait dans la joie et la bonne humeur, c’est tout ce qui importe !

Malgré le tohu-bohu estival et l’organisation gargantuesque qu’a exigée l’afflux de tant de monde dans des espaces géographiques et temps si restreints, j’ai presque eu envie de me mêler à ces personnes pour passer une petite semaine de rigolades avec eux. Une bonne bande de connaissances familiales et amicales regroupées pour déconnecter des tracas quotidiens… ça donne envie de s’intégrer : vivement les prochaines vacances d’été !


Une lecture divertissante, pleine d’humour, où les situations cocasses s’enchaînent pour notre plus grand plaisir. Le livre a un peu vieilli, mais il reste quand même sympathique à découvrir.

Ma note : 6,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 2-84111-135-0

Délivre-nous du mal


Délivre-nous du mal de Chrystel Duchamp
297 pages, éditions L’Archipel, à 19€


Résumé : Février 2018. Anaïs sollicite l’aide de son ami Thomas Missot, commandant à la PJ de Lyon. Pour elle, pas de doute, sa sœur Esther a été enlevée. Pourquoi aurait-elle, sinon, laissé derrière elle ses clés de voiture, ses papiers et son téléphone portable ?
Les mois passent et, tandis que l’enquête s’enlise, d’autres jeunes femmes se volatilisent. Jusqu’à ce qu’un corps soit retrouvé pendu dans une usine désaffectée, le crâne rasé, la langue sectionnée. Puis un deuxième…
Thomas sait désormais qu’un tueur en série sévit dans la région. Mais il ignore encore que ces cadavres ne sont que la partie immergée du plan machiavélique d’un individu avide de vengeance…


Extraits : « Non. On ne connaît jamais les gens qui nous entourent. Aussi proches soient-ils. Ils peuvent avoir des réactions surprenantes ou prendre des décisions déconcertantes. »

« La culpabilisation des victimes de viol était une réalité. Ces femmes à qui l’on reproche leurs jupes trop courtes, leurs talons trop hauts, leur poitrine trop généreuse, leurs hanches girondes… Des excuses étaient régulièrement brandies pour excuser un viol et, dans cette démarche de décrédibilisation fumeuse, nombreux étaient les complices : proches suspicieux, flics pourris, système juridique bancal… »


Mon avis : Chrystel Duchamp est une auteure de polars machiavéliques, que j’ai notamment eu la chance de rencontrer en mai dernier, lors d’un prix littéraire organisé à Marseille. Après L’art du meurtre et Le sang des Belasko, qui ont été deux coups de cœur, je me suis lancé les yeux fermés dans Délivre-nous du mal, son dernier roman, paru en début d’année 2022.

Une jeune femme disparaît subitement, sans aucune affaire personnelle, en laissant seulement un mot indiquant qu’elle ne souhaite pas être retrouvée. Rien n’est plus inquiétant pour sa sœur, Anaïs, qui interpelle son ami Thomas, commandant à la PJ de Lyon, pour mener l’enquête. Le temps passe, l’enquête piétine, d’autres femmes disparaissent de la même manière. Jusqu’au jour où un premier corps est retrouvé pendu dans une usine désaffectée, la langue sectionnée… puis un deuxième, quelque temps plus tard. Le compte à rebours est lancé avant que d’autres corps ne soient découverts.

Sans surprise, la tension est à son paroxysme. Ajoutez à cela des chapitres assez courts, qui donnent une rythmique saccadée, qui nous empêche littéralement de lâcher le livre : les fins de chapitres sont écrites de manière à ce que l’on ait envie d’en savoir toujours davantage.

L’enquête est bien ficelée, assez originale, elle mêle intrigue classique de roman policier et thématiques sociétales actuelles. On y parle de divorce, d’anorexie, de féminisme, de violences conjugales, de viol… Autant de sujets dits de « faits divers », qui sont minutieusement intégrés à l’intrigue, sans pour autant enlever les émotions inhérentes à un polar : la peur, l’angoisse, le mystère, la surprise… Le cocktail est détonnant, mais il fonctionne !

Bien que cette lecture fût agréable, ce n’est pas un coup de cœur comme les deux polars précédents de l’auteure. Peut-être avais-je trop d’attentes vis-à-vis de Chrystel Duchamp ? J’ai trouvé ses deux premiers romans plus originaux, avec deux histoires particulières qui restaient dans la mémoire pendant un certain moment après la fin de notre lecture. Ici, l’intrigue est un peu plus classique. Délivre-nous du mal n’en reste pas moins très bien, le talent de l’auteure est sans conteste, vous pouvez le lire les yeux fermés.


Un très bon polar, angoissant, haletant, à l’intrigue complexe mais parfaitement maîtrisée, que je place quand même en-dessous des précédents livres de l’auteure. 

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-8098-4348-4

Le liseur du 6h27


Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent
192 pages, éditions Folio


Résumé : «Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ça nous fait drôlement du bien.
Ça va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin.»
Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6 h 27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l’amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie.


Extraits : « Certains naissent sourds, muets ou aveugles. D’autres poussent leur premier cri affublés d’un strabisme disgracieux, d’un bec-de-lièvre ou d’une vilaine tache de vin au milieu de la figure. Il arrive que d’autres encore viennent au monde avec un pied-bot, voire un membre déjà mort avant même d’avoir vécu. Guylain Vignolles, lui, était entré dans la vie avec pour tout fardeau la contrepèterie malheureuse qu’offrait le mariage de son patronyme avec son prénom : Vilain Guignol, un mauvais jeu de mots qui avait retenti à ses oreilles dès ses premiers pas dans l’existence pour ne plus le quitter. »

« C’est dans les cicatrices des gueules cassées que l’on peut lire les guerres, Julie, pas dans les photos des généraux engoncés dans leurs uniformes amidonnés et tout repassés de frais.. »


Mon avis : Cela faisait plusieurs années maintenant que j’entendais parler du Liseur du 6h27. En tant que grande lectrice, on ne peut qu’être attiré par ce titre et curieux de découvrir ce qu’il renferme. L’histoire sera sans doute au-delà de tout ce que vous auriez pu imaginer : un homme, engoncé dans sa routine quotidienne d’employé d’usine de démolition de livres, tombe amoureux d’une dame-pipi par l’intermédiaire de plusieurs textes, trouvés par hasard dans une rame de métro. Une rencontre incongrue, qui constitue un bouleversement dans son univers si tranquille. Dès lors, il va tout faire pour retrouver la trace de l’auteure de ces mots.

L’idée de départ est originale et totalement inédite. Le héros est aux antipodes des héros habituels, c’est un homme ordinaire, voire carrément quelconque, doté d’un prénom souvent tourné en dérision (Guylain Vignolles, détourné en « Vilain Guignolles »). Il n’a pas de famille, pas beaucoup d’amis, il exerce un boulot routinier, qu’il exècre, de surcroît pas forcément valorisant. Le seul élément qui peut le faire sortir de cette banalité exaspérante, c’est sa passion pour la lecture. Une passion commune à des milliers de lecteurs, mais qui est ici plutôt surprenante : notre héros se nourrit essentiellement des feuillets qui échappent aux dents de la broyeuse. Ainsi, il se plaît à lire à voix haut une ou deux pages d’un livre qu’il ne connaît pas, aux nombreux curieux qui partagent sa rame de métro. Une pratique qui plaît aux voyageurs, qui reviennent fidèlement l’écouter pendant leur trajet maison-travail quotidien.

J’ai beaucoup aimé l’audace de Jean-Paul Didierlaurent, qui ose écrire un livre qui sort complètement des sentiers battus et qui ne peut être résumé en quelques phrases seulement. C’est une prouesse littéraire et surtout un risque qu’il prend, de ne pas plaire ou d’être compris des lecteurs. Fort heureusement, l’histoire fonctionne. Il ne s’y passe pas grand-chose, les aventuriers ou les amoureux des rebondissements surprenants pourront être déçus. A contrario, les lecteurs les plus sensibles seront ravis de s’attacher à un homme solitaire, sentimental, introverti mais altruiste.


Un récit audacieux, décalé, très original, qui met en avant un héros quelconque dans un quotidien banal. Ce n’est pas l’histoire du siècle, mais ça promet un beau moment de détente.

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-07-046144-8

Le flambeur de la Caspienne


Le flambeur de la Caspienne de Jean-Christophe Rufin
321 pages, éditions Flammarion, à 19,50€


Résumé : Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur : Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. Mais la tranquillité d’Aurel sera de courte durée… Le chef de poste de l’ambassade semble décidé à se débarrasser de lui. Quel secret peut bien cacher cet homme brutal et autoritaire ? Y aurait-il un lien avec la mort de son épouse, récemment victime d’un tragique et mystérieux accident, et dont le spectre plane au-dessus de l’ambassade ? Il n’en faut pas plus pour qu’Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais. Ce qui ne sont au départ que de fragiles intuitions prendront, entre mafias locales et grands contrats internationaux, l’ampleur d’une affaire d’État.


Extraits : « Aurel avait conscience depuis toujours que la téléphonie mobile est un redoutable moyen de contrôle. Dans sa stratégie visant à se soustraire au travail, il était indispensable de ne pas tomber dans ce piège. »

« Il faut se méfier des gens qui n’ont rien à perdre, monsieur l’Ambassadeur. Ils sont capables de tout. »


Mon avis : Les énigmes d’Aurel le Consul est une série d’enquêtes écrites par Jean-Christophe Rufin, qui met en scène un consul étonnant, qui semble faire une tournée des ambassades. Les différents tomes peuvent se lire séparément, comme je l’ai fait, mais il est fortement conseillé de commencer par le première pour mieux cerner le héros et s’y attacher plus rapidement. Dans ce troisième tome, Aurel est envoyé à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan, un pays encastré entre la Russie, l’Iran, la Turquie, l’Arménie et la Géorgie. C’est un pays méconnu par les européens, souvent décrié, dans lequel Aurel est catapulté contre son gré, pour y remplir un rôle qu’il ne souhaite pas. Le seul avantage : Bakou se situe au bord de la mer Caspienne, un cadre idyllique qui favorise la rêverie et l’évasion.

Là-bas, il est abominablement accueilli par l’ambassadeur français, monsieur de Carteyron, qui lui témoigne hostilité et dédain. En bref, il a eu vent des antécédents d’Aurel et ne souhaite pas collaborer avec lui. Une attitude que notre héros met d’abord sur le compte du deuil, puisque l’ambassadeur vient de perdre sa femme dans un accident sordide, mais son comportement méprisant et sa méchanceté évidente à son encontre éveille immédiatement la curiosité de notre détective préféré : l’ambassadeur cache quelque chose qu’il ne souhaite pas voir mettre à nu. Aurel va mener son enquête auprès du personnel de l’ambassade, avec pour complice toute désignée : Amélie Laugier, qui détient un poste haut placé et était très proche de feu madame de Carteyron.

Aurel est un protagoniste haut en couleurs, totalement décalé et improbable, il peut se montrer comme un parfait idiot, mais il cache, en réalité, de véritables capacités d’analyse, de synthèse et de raisonnement. Même s’il se montre solitaire, peu sociable et particulièrement maladroit en société, il dégage un bon fond, beaucoup de gentillesse et d’empathie. J’ai quand même eu beaucoup de mal à le cerner et à m’attacher à lui, tant sa personnalité est complexe. Peut-être qu’en commençant par le premier tome, j’aurais plus apprécié le Aurel du troisième…

Quant à l’enquête, rien de très original, pas de suspense particulier, ni de tension narrative. Tout réside dans la tonalité du récit, à la limite de l’ubuesque, avec un personnage énigmatique, un peu marginal, qui évolue dans un pays à l’histoire chargée. Là-dessus, Jean-Christophe Rufin a réussi son pari : il nous embarque dans un pays reculé, où la tension des guerres passées est encore bien présente. L’ascendance soviétique y est encore marquée, via la mafia russe et ses filatures, ses mises sur écoute et tout le pan renseignement et surveillance qui va avec ; tout comme la censure et la prison pour les journalistes un peu trop fouineurs. Les méchants semblent redoutables à côté de notre petit consul, qui me renvoie l’image d’une chèvre égarée et inoffensive, qui se retrouve là par hasard, sans comprendre ce qui lui arrive. Le contraste est saisissant et prête particulièrement à rire.


Une histoire drôle et décalée, agréable à découvrir, avec un héros peu commun, mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable. L’enquête était trop banale, pas assez marquée, vite oubliée.

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-0814-2847-8