Littérature argentine·Thriller

L’opossum rose


L’opossum rose de Federico Axat

507 pages, éditions Le Livre de Poche, à 8,30€


Résumé : Désespéré, Ted McKay est sur le point de se tirer une balle dans le crâne lorsque le destin s’en mêle et qu’un inconnu sonne à sa porte. Et insiste. Jusqu’à lui glisser un mot sur le palier.
Un mot écrit de la propre main de Ted, et on ne peut plus explicite : Ouvre la porte. C’est ta dernière chance.
Ted ne se souvient absolument pas avoir écrit ce mot. Intrigué, il ouvre à l’inconnu, un certain Justin Lynch. Et se voit proposer un marché séduisant qui permettrait d’épargner un peu sa femme et ses filles : on lui offre de maquiller son suicide en meurtre.


Extrait  « Un conseil : si tu veux t’ôter la vie, fais disparaître toutes les photos de tes proches. Il est plus simple de passer à l’acte sans être observé par ses êtres chers. »


Mon avisQuelle histoire ! Quelle claque ! C’est une histoire de fou (et c’est bien le cas de le dire) ! Les amoureux de thrillers psychologiques vont adorer L’oposum rose. Pour ma part, j’ai maudis plus d’une fois Federico Axat de me faire autant tourner en rond, mais j’ai, dans le fond, adoré me faire prendre au piège.

L’histoire peut paraître simple, mais elle est en réalité extrêmement compliquée. Ted McKay est sur le point de se suicider, lorsqu’on sonne à la porte. En allant ouvrir, il découvre un certain Justin Lynch, qui semble très au courant de ce qu’il s’apprêtait à commettre et qui lui propose de se tuer d’une manière particulière : en tuant un assassin puis en assassinant un autre suicidaire pour faire croire à un meurtre et non à un suicide. Ted accepte et fait ce qu’il a à faire. Et si toute cette histoire n’était que mensonges ? Et si tout cela n’était pas réel ?

Les personnes qui désirent se lancer dans la lecture de L’oposum rose doivent être patientes. D’une part parce que ce roman est une petite brique de 500 pages, mais surtout parce que l’histoire semble tourner en rond. Elle ne tourne pas véritablement en rond, mais c’est l’impression que l’auteur souhaite en donner aux lecteurs. On a la sensation d’une histoire qui n’avance pas, qui recule même, avec un mystère qui ne désépaissit pas, une intrigue qui reste floue, des personnages que l’on arrive pas à percer. Et c’est ce qui est génial ! L’auteur révolutionne le genre en proposant une trame narrative tout à fait novatrice, présentée comme un casse-tête gigantesque. Certains peuvent adorer, comme d’autres peuvent détester. Personnellement, j’ai adoré l’audace avec laquelle il réussit à nous prendre, nous manipuler pour nous emmener à croire tout et n’importe quoi, pour nous faire douter de tout et sans cesse remettre en cause nos certitudes.

L’histoire est bien montée, les énigmes sont bonnes, l’intrigue est additive et très prenante. On se laisse facilement prendre au jeu et on est manipulés comme des bleus. Le seul bémol qui me chagrine un peu, c’est le dénouement trop brutal du récit. Après plus de 450 pages à tourner en bourrique et à imaginer mille et une hypothèses à l’intrigue, je trouve dommage que Federico Axat termine son récit aussi rapidement. La fin aurait méritée plus de développement, pour être parfaitement dans la continuité du reste du récit.


Les amateurs de thrillers psychologiques vont être servis puisque L’oposum rose révolutionne un peu le genre. C’est une histoire bien montée, additive mais surtout très surprenante. Toutes vos certitudes vont voler en éclats. Mais n’ayez crainte et poussez la porte : Ted est-il encore en vie ? C’est un polar qui vaut le détour !

Ma note : 8/10
Littérature argentine·Nouvelles

Le livre de sable


Le livre de sable de Jorge Luis Borges

285 pages, éditions Folio


Résumé : Ce livre comporte treize nouvelles. Ce nombre est le fruit du hasard ou de la fatalité – ici les deux mots sont strictement synonymes – et n’a rien de magique. Si de tous ces écrits je ne devais en conserver qu’un seul, je crois que je conserverais  » Le congrès « , qui est à la fois le plus autobiographique (celui qui fait le plus appel aux souvenirs) et le plus fantastique.
J’ai voulu rester fidèle, dans ces exercices d’aveugle, à l’exemple de Wells, en conjuguant avec un style simple, parfois presque oral, un argument impossible. Le lecteur curieux peut ajouter les noms de Swift et d’Edgar Allan Poe.
Je n’écris pas pour une petite élite dont je n’ai cure, ni pour cette entité platonique adulée qu’on surnomme la Masse. Je ne crois pas à ces deux abstractions, chères au démagogue.
J’écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps.

Jorge Luis Borges


Extraits :  « Le surnaturel, s’il se produit deux fois, cesse d’être terrifiant.« 

« -Oh ! nuits, oh ! tièdes ténèbres partagées, oh ! l’amour qui répand ses flots dans l’ombre comme un fleuve secret, oh ! ce moment d’ivresse où chacun est l’un et l’autre à la fois, oh ! l’innocence et la candeur de l’extase, oh ! l’union où nous nous perdions pour nous perdre ensuite dans le sommeil, oh ! les premières lueurs du jour et moi la contemplant.« 

Mon avis : Borges est un auteur de nouvelles argentin, qui nous livre ici un recueil de treize nouvelles fantastiques, qui donnent à réfléchir. Leur lecture n’est pas aisée, leur compréhension encore moins, mais les messages que l’on pense interpréter sont remplis de bons sens et de réflexion. Je développerais ici seulement les quelques nouvelles qui m’ont le plus plût et qui délivrent les messages les plus forts.

La nouvelle qui ouvre ce récit est L’autre, dans laquelle l’auteur se met en scène sous la forme de deux personnages distincts, mais de même identité, qui se rencontrent dans deux temporalités différentes, à deux endroits différents. Ces deux personnes identiques servent de miroir, pour penser la rencontre de soi. Une nouvelle qui confond réalité (avec l’aspect autobiographique) et fiction (le fantastique de la rencontre), pour nous amener à aller à notre propre rencontre, à descendre au plus profond de soi pour apprendre à se connaître davantage. Une pratique qui rappelle clairement la descente de Thesée dans le labyrinthe pour aller à la rencontre du Minotaure. En descendant à la rencontre du Minotaure, Thesée va affronter une part de lui-même. La thématique du labyrinthe est d’ailleurs omniprésente dans les oeuvres de Borges (notamment dans son recueil Aleph, dans lequel le labyrinthe fait parti du titre). Une nouvelle à mettre en parallèle avec Utopie d’un homme fatigué, dans laquelle un homme de notre temps rencontre un homme du futur. Borges nous invite donc à faire l’expérience du questionnement de soi et du monde.

There are more things est sans doute la nouvelle de Borges que j’ai préféré. Son contenu est extrêmement dense, et nous donne à réfléchir sur de nombreuses choses. C’est sans équivoque une nouvelle fantastique, puisque l’auteur pose un cadre réaliste au récit (une maison tout ce qu’il y a de plus banal) tout en y incorporant des indices qui s’ancrent dans l’esprit du lecteur et qui doivent lui permettre de croire plus facilement au basculement vers le fantastique. Le nouveau propriétaire de cette maison ne se montre pas, il a des horaires de travail étranges, on retrouve un cadavre de chien devant chez lui… tant d’éléments qui doivent monter en intensité pour nous faire croire que cette personne est en vérité un monstre. Le plus fort, c’est que jamais rien n’est explicité, tout est suggéré. Ce « monstre » n’est jamais montré, pourtant tout le monde pense que c’est un monstre ; alors que c’est purement fantaisiste de croire que cela puisse exister dans un monde aussi réaliste que cela. C’est là toute la magie de l’écriture borgesienne, qui arrive à nous conduire vers des ailleurs insoupçonnés.

La nouvelle La nuit des dons se présente sous un récit simple, mais est beaucoup plus danse qu’il n’y paraît, puisque l’auteur nous invite à nous questionner sur le pouvoir de la parole narrative. Dans ce récit, on a une histoire qui est raconté à travers une autre histoire, on a donc un enchâssement des récits, qui va perturber les identités et brouiller l’esprit du lecteur. Qui parle réellement ? Quand ? On se perd dans l’immensité spatio-temporelle de la nouvelle, on ne sait plus si l’histoire contée est réelle, fantastique ou onirique. Cette nouvelle tend à nous faire prendre conscience que le langage a un potentiel créatif et qu’il peut aisément modifier la réalité, au profit de récits fantasques.

La nouvelle qui clôt ce recueil et lui donne son titre, Le livre de sable, est sans doute l’une des nouvelles les plus complexes à appréhender du récit. Un homme reçoit un étrange livre, qui s’avère être un livre magique, puisqu’il ne contient ni début ni fin et est donc infini. Ce livre infini contient en réalité tous les livres du monde ; et comme le nombre de livres existant est énorme, il ne peut tous les contenir et les représenter et devient donc infini. L’homme n’a donc jamais accès à la totalité du monde et la représentation de ce monde est donc un échec. De plus, il me semble cette oeuvre, placée en dernière position du recueil, n’a pas été placée ici par hasard. En effet, on pourrait supposer que Le livre de sable est une oeuvre testamentaire, qui fait prendre conscience que la vie n’est qu’éternelles recommencements, et que tout homme n’est que grain de sable dans cette grande humanité.

Ce qui intéresse donc pleinement Borges, c’est cette quête de soi, qui fait que l’on va aller à sa propre rencontre, à sa propre découverte, via le passage obligé du labyrinthe, tellement dépeint dans les oeuvres de l’auteur. Le voyage confronte le personnage et le lecteur à lui-même : ses peurs, ses doutes, ses incertitudes. La lecture devient donc un voyage, dans lequel le lecteur se retrouve piéger et doit errer à la recherche de la quête de sens. C’est remarquablement écrit, et si bien pensé. Borges était un génie.

Entre réalisme et fantastique, réel et irréel, laissez-vous porter dans l’univers labyrinthique de Borges. Questionnements philosophiques assurés !

 

Ma note : 8/10