Documentaire

Les chemins de l’école : Jackson – Kenya


Les chemins de l’école : Jackson – Kenya 

68 pages, éditions Nathan, à 6,90€


Résumé : Jackson a onze ans. Il vit au Kenya, un pays situé à l’est de l’Afrique. Tous les matins, avec sa petite soeur, il marche deux heures pour rejoindre l’école, située à quinze kilomètres de la maison. Ce trajet à travers la savane est truffé de dangers…


Extraits :  « Pour avoir de l’eau, chez moi, il ne faut pas tourner un robinet. Il faut creuser dans le sable. Au bout de quelques secondes, le sable devient humide, puis une flaque apparaît. Il faut encore enlever quelques couches de sable et on obtient un minuscule lac avec l’eau la plus pure qui soit.« 

« Un éléphant qui charge est comme un camion qui roule sans se soucier de ceux qui se trouvent sur son passage, animaux ou êtres humains.« 


Mon avis : Après avoir vécu les traversées matinales de Carlos en Argentine, puis Samuel en Inde pour rejoindre leurs écoles, me voici en voyage au Kenya, aux côtés de Jackson.

Jackson, accompagné de sa petite soeur, parcourt plusieurs kilomètres de la savane, pour rejoindre les bancs de l’école. Une traversée dangereuse, parsemée d’embûches, de chemins escarpés et d’animaux sauvages. Malgré cela, la famille de Jackson, malgré leur pauvreté extrême, s’efforce d’envoyer leurs enfants à l’école, dans l’espoir qu’ils puissent s’élever dans la hiérarchie sociale et gagner plus d’argent en s’instruisant.

Les illustrations, tirées du documentaire réalisé par Stephane Plisson en 2013, nous met directement dans l’ambiance : la faune et la flore sauvages sont magnifiques à regarder, tout comme le sentiment de liberté qui se dégage grâce à la rencontre impromptu avec une bande d’éléphants sauvages. C’est un autre monde, un univers à part entière, que je pourrais passer des heures à admirer.

L’histoire est très touchante. Les parents de Jackson sont touchants : ils entretiennent le fin espoir d’avoir une vie meilleure grâce à l’instruction de leurs enfants. Au Kenya, l’école est gratuite, mais pas obligatoire. La majeure partie des populations locales préfèrent garder leurs enfants auprès d’eux, pour qu’ils puissent les aider à travailler, plutôt que de payer des fournitures scolaires (uniforme, cahier…) et de manquer de main-d’oeuvre. On peut donc dire que les parents de Jackson suent sang et eau pour pourvoir aux besoins de leurs enfants. C’est une bonne mentalité et une jolie leçon de vie.

Ce qui m’a également touché, c’est l’entraide fraternel qui existe entre Jackson et sa petite soeur Salomé. Ils s’aident dans l’effort, s’épaulent, se réconfortent… leur relation transpire l’amour, et je ne vous cache pas que c’est particulièrement beau à voir.


 C’est beau, touchant et simplement humain. Un documentaire a mettre entre les mains de chaque enfant, pour qu’ils puissent prendre conscience de la chance qu’ils ont de pouvoir aller à l’école. 

Ma note : 6/10

 

Documentaire

Les chemins de l’école : Samuel – Inde


 Les chemins de l’école : Samuel – Inde
68 pages, éditions Nathan, à 6,90€


Résumé : Je m’appelle Samuel, j’ai douze ans. Je vis en Inde, dans une région appelée Tamil Nadou, au sud-est du pays. J’ai deux petits frères, Emmanuel et Gabriel.
Mes parents ont dû déménager pour se rapprocher de la seule école qui m’acceptait avec mon fauteuil roulant. Tous les matins, avec mes frères, nous parcourons quatre kilomètres à pied… et à roues. Il nous faut une heure et quart pour rejoindre l’école.

Extrait « Mes parents ont dû déménager pour se rapprocher de la seule école qui m’acceptait avec mon fauteuil roulant. Tous les matins, avec mes frères, nous parcourons quatre kilomètres à pied… et à roues.  »

 

Mon avis Il y a plus d’un mois, j’avais découvert ces petits livres qui reprenaient le film-documentaire réalisé par Stephane Plisson sorti en 2013, puis repris par France 5 en 2014. Ma découverte de Carlos – Argentine n’avaient pas été une découverte si concluante que ça. Trop romancé et pas assez réaliste, je n’avais pas apprécié les dialogues superflus, mais avait reconnu la qualité d’images du récit.

Après l’Amérique du Sud, je suis donc partie sur le continent Asiatique, pour découvrir Samuel, un jeune indien de douze ans. Pour se rendre à l’école, Samuel parcourt, avec ses frères, quatre kilomètres à pied chaque matin, soit une heure et quart de route. Ces garçons, déjà bien courageux de parcourir autant de kilomètres pour se rendre à l’école, doivent faire face à un défi supplémentaire. En effet, Samuel a une maladie, qui le contraint à se déplacer en fauteuil roulant.

Ce petit livre offre une jolie vision de la fraternité et de l’entraide. Les deux frères de Samuel l’aident à faire le chemin jusqu’à l’école, tandis qu’à l’école, ce sont les autres élèves qui prennent le relais et prennent en charge Samuel et son fauteuil. C’est beau, et très touchant. Le courage de Samuel est aussi à saluer : ce jeune garçon ne se laisse pas abattre par la vie et fonde même de grands espoirs dans la scolarité.

Hélas, comme je l’avais exprimé dans mon précédent article sur cette saga documentaire, les dialogues et les images que nous voyons semblent trop mises en scène et pas assez instantanées. Ce qui fait perdre tout son charme à ces images, qui sont pourtant tellement exotiques…

C’est une critique en demi-teinte que je poste donc. D’un côté, le portrait de tous ces enfants, si courageux et héroïques, ne me laisse pas indifférente. Mais la façon dont ces portraits sont mis en scène me gênent terriblement…

Ma note : 5,5/10
Documentaire

Les chemins de l’école : Carlos – Argentine

Les chemins de l’école : Carlos – Argentine
68 pages, éditions Nathan, à 6,90€

 

Résumé : Carlos a onze ans. Il habite dans une région de l’Argentine appelée Patagonie. Tous les matins, durant une heure trente, il parcourt à cheval les grandes plaines et les montagnes des débuts de la Cordillière des Andes avec sa petite soeur de six ans.

Extraits :  « Nous rentrons les bêtes pour la nuit. Mais nous, nous restons dehors. »

« Je nous la bride de Chiverito à la barrière et lui donne du foin. Je le remercie de nous avoir amenés ce matin encore et je le laisse manger. Quand je me retourne et que je vois tous ces chevaux, j’ai l’impression d’être dans un film de western : nous sommes dans le Far West et les chevaux attendent les cow-boys qui sont au saloon  »

Mon avis :  Sur le chemin de l’école est un film-documentaire réalisé par Stephane Plisson, sorti en 2013. Après avoir reçu le césar du meilleur documentaire en 2014, France 5 décide de décliner en petites séries ce long métrage. Puis, en septembre 2016, les éditions Nathan transposent ces petites séries en plusieurs tomes écrits.

C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Carlos, onze ans, et de sa petite soeur. Tous deux vivent en Patagonie, l’une des régions les plus pauvres de l’Argentine. Malgré cela, tous les matins, durant une heure trente, ils parcourent 18 kilomètres en cheval, pour aller s’instruire à l’école.

L’histoire en elle-même est sublime. Grâce aux magnifiques photos tirées du reportage filmé, le lecteur voyage en un rien de temps. On découvre le périple de ces jeunes, prêt à traverser monts et marées, chaque jour, pour pouvoir apprendre. Tous mes respects vont à ces enfants ; ils sont forts et admirables.

Néanmoins, j’ai trouvé que le récit était un peu trop romancé. Des dialogues entre les deux personnages sont insérés, mais ils ne font pas naturel. J’aurais souhaité plus de descriptions de la vie de Carlos, des motivations qui le poussent à aller à l’école, du but qu’il cherche à atteindre… J’aurais aimé plus l’approcher, en apprendre plus sur lui, et sur la vie qu’il mène. A la place, je n’ai trouvé que des dialogues, partiellement désuets d’intérêts. Le manque de réalisme des dialogues, mis en parallèle avec l’hyper-réalité des photos donne un résultat étrange et incohérent.

La transcription manuscrite ne m’a pas convaincue (pas assez de description, trop de vide et de lacunes dans l’histoire de Carlos). Je tenterai tout de même de lire les autres histoires (celle de Jackson, Samuel ou Zahira) en espérant qu’elles me transportent un peu plus que celle-ci…

Ma note : 5,5/10

 

Documentaire

Questions ? Réponses ! L’Histoire de France

Questions ? Réponses ! L’Histoire de France d’Emmanuelle Ousset
31 pages, éditions Nathan, à 6,80€

 

Résumé :  L’Histoire de France vous propose de faire un petit panorama des grandes dates et des grands évènements de notre Histoire. Même principe pour toute la collection les 14 pages poses des questions comme : qui sont les Gaulois ? Charlemagne a-t-il vraiment inventé l’école ? Une guerre a vraiment duré 100 ans ? Pourquoi a-t-on creusé les tranchées ? Qu’est-ce que la décolonisation ? … Une approche synthétique forcément frustrante pour les plus grands mais qui peut amener nombre de questions et de découvertes qui permettront avec des collections pour plus grands d’aller plus loin et de poursuivre apprentissage et découverte.

Extraits :  « Jules César, puis l’empereur Auguste après lui, ont tout fait pour imposer le pouvoir de Rome en Gaule. Ils ont édifié de nombreuses villes, tracé des voies de communication, construit des ponts… mais sans réussir à effacer totalement la culture gauloise. Voilà pourquoi on parle de l’époque gallo-romaine pour cette période. »
« Charlemagne n’a pas inventé l’école, mais il a voulu qu’il y en ait le plus possible ! »

Mon avis :  L’Histoire de France est le deuxième album de la collection Questions ? Réponses ! des éditions Nathan que je lis. Bien que ces ouvrages soient destinés aux plus jeunes, j’abhorre le peu de pages et le manque de développement des informations fournies.

En effet, ce livre offre un panorama globale de l’Histoire entière de la France ; des Homos Sapiens d’il y a 40 000 ans jusqu’aux droits des femmes du XXème siècle. Mais le peu de description et le trop pleins d’informations font que le lecteur n’arrive pas vraiment à retenir toutes les précieuses choses mises à sa disposition. Le livre n’en reste pas moins intéressant.
L’ensemble de l’Histoire de la France est condensée et les événements les plus importants sont mis en avant. On y découvre également une merveilleuse frise chronologique des rois de France, constituée de leurs années de règne, d’un court descriptif de l’empreinte qu’ils ont laissés sur la France, ainsi que d’un portrait somptueusement dessiné.

Le plus époustouflant, pour ma part, a été les reconstitutions imagées. En effet, les dessins nous plongent directement dans le siècle narré, dans la vie des personnages telle qu’elle était alors. Un grand bravo à monsieur Philippe Munch qui a su me faire évader visuellement.

Je pense avoir fait le tour d’horizon de ce petit ouvrage documentaire. Les plus jeunes auront une vision globale de toutes les péripéties qu’a traversée notre jolie France. Un bel ouvrage-objet et un documentaire très intéressant ; dommage qu’il soit si bref.

 

Ma note : 7/10
Documentaire·Littérature jeunesse

Questions ? Réponses ! La mythologie grecque

Questions ? Réponses ! La mythologie grecque d’Hélène Montardre
31 pages, éditions Nathan, à 6,80 €

 

Résumé : Qui sont les premiers dieux de la Grèce ? Pourquoi Persée a-t-il affronté la terrible Méduse ? D’où viennent les Cyclopes ? Où sont allés les Argonautes ? Qui est le Minotaure ? Pourquoi la guerre de Troie a-t-elle eu lieu ? Répondre à ces questions, c’est découvrir les histoires de la mythologie grecque, c’est partir sur les traces des dieux, partager les aventures des héros, s’interroger avec eux sur l’homme et le divin. Car ces récits sont ancrés dans la réalité et ils retracent l’histoire et les croyances d’un peuple. Ils ont laissé leur empreinte dans tout le bassin méditerranéen et ils font aujourd’hui partie de notre mémoire collective.

Extraits :  « Incroyable ! Le mont Olympe, où Zeus s’était installé avec ses frères et soeurs, existe vraiment. A presque 3000 m d’altitude, c’est la plus haute montagne de Grèce. »
« Pour les premiers habitants de la Grèce, la nature était pleine de mystères et souvent effrayante. Alors ils ont inventé des histoires pour expliquer ce qu’ils ne comprenaient pas. »

Mon avis :  Qui dit histoires mythologiques chez les éditions Nathan dit Hélène Montardre. C’est l’auteure référence des récits mythologiques jeunesses de cette maison d’éditions. Et je dois dire que ses livres sont à chaque fois enrichissants et très agréables à lire.

Cette fois-ci, c’est sous forme de questions/réponses qu’est écrit ce livre. Dans un grand format de bande-dessinée, toutes les pages sont illustrées d’images représentatives des réponses fournies. De ce fait, les histoires narrées prennent vie dans l’esprit des jeunes lecteurs, qui peuvent se représenter plus nettement les histoires contées. De plus, chaque double page est dotée de petites anecdotes amusantes à découvrir – exemple : « Incroyable ! Dieu des voyageurs, Hermès a eu envie que ceux-ci puissent circuler facilement. Aussi a-t-il débarrassé les routes des pierres qui les encombraient« .

Ce livre est idéal pour que les jeunes apprennent facilement les mythes les plus importants de l’Antiquité. En effet, Hélène Montardre condense les mythes en les transformant en de courts paragraphes de quelques lignes seulement et écrits dans une écriture abordable à tous.
J’avoue que certains mythes sont narrés avec le strict minimum. De mon point de vue de lectrice confirmée, assez impliquée dans les histoires mythologiques, certains mythes mériteraient un plus long développement ; mais bon, je ne suis pas le premier public visé.

Comme ce livre n’est autre qu’un documentaire merveilleusement illustré, je ne m’étendrai pas plus sur l’ouvrage. Un bon moyen de lire et d’apprendre en légèreté, avec en bonus de jolies illustrations qui ravissent les pupilles.

 

Ma note : 6/10-
Documentaire·Littérature jeunesse

Questions ? Réponses ! Passion rugby

dbc
Questions ? Réponses ! Passion rugby
de Jean-Michel Billioud
31 pages, éditions Nathan, à 6,80€

 

Résumé : Qui a inventé le rugby ? Pourquoi le ballon est-il ovale ? Faut-il être un géant pour jouer ? L’esprit rugby, ça s’apprend ? Qui surnomme-t-on les « gros » ? Que fait le capitaine avant un match ? Tous les joueurs ont-ils les oreilles en chou-fleur ? Comment inscrit-on un essai ? Springboks, Wallabies, Pumas… qui sont ces animaux ?
32 questions pour découvrir les valeurs du rugby, ses règles et usages, qui rassemblent les passionnés de tous les âges !
Extraits :  « Pourquoi compare-t-on les rugbymen à des soldats ? Comme les militaires, ils sont très courageux. Ils doivent souvent se sacrifier pour défendre leur terrain face aux attaquants ! Disciplinés et solidaires, ils suivent une stratégie qui a été préparée pour le match. Sur le terrain, chacun a un rôle très précis, une mission qu’il doit accomplir avant tout. »
« On dit qu’au rugby, il y a ceux qui jouent du piano et ceux qui les déménagent ! Selon leurs qualités, les joueurs ont des rôles très différents sur le terrain. C’est leur complémentarité qui fait la force de l’équipe.« 

Mon avis :  Un livre-documentaire très enrichissant pour les fans incontestés de rugby, ou pour les personnes désireuses de découvrir un peu plus ce sport aux multiples préjugés.

Il est vrai que le rugby est vu comme un sport de violence, avec des joueurs aux silhouettes imposantes, comme des brutes qui se rentrent dedans.
Cet ouvrage Questions ? Réponses ! Passion rugby dément quelques stéréotypes que se font les personnes – comme moi, par exemple – qui ne s’intéressent que de très loin à ce sport. Jean-Michel Billioud explique avec beaucoup d’exemples l’ensemble des règles du rugby, il nous donne aussi quelques mots techniques utilisés lors de ce sport. De plus, une généalogie de la création de ce sport jusqu’à son ascension est explicitée.

Cet exemplaire de la collection Questions ? Réponses ! des éditions Nathan est le plus développé que j’ai lu. J’ai précédemment eu le plaisir de lire Questions ? Réponses ! L’Histoire de France ainsi que Questions ? Réponses ! La mythologie grecque dont les auteurs n’entraient pas autant dans les détails que le fait Jean-Michel Billioud.

Beaucoup d’informations sont donc fournies dans ce livre, écrites dans une écriture clairement explicite et illustrées par des dessins ou photos qui montrent les rugbymens en plein effort.
Pour ma part, j’ai reçu ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Nathan, mais j’avoue avoir été surprise en découvrant cet ouvrage (que je n’avais absolument pas demandé) dans ma boîte aux lettres. Je l’ai quand même feuilleté par curiosité, même si je ne suis pas totalement fan de ce sport, et j’écris maintenant cet avis pour faire connaître l’existence de ce livre au grand public.

Un livre-documentaire complet, qui devrait satisfaire les curieux de ce sport et/ou les amoureux du rugby.

 

Ma note : 6/10
Documentaire·Littérature jeunesse

Je m’appelle Livre et je vais vous raconter mon histoire

dbc
Je m’appelle Livre et je vais vous raconter mon histoire
de John Agard, illustré par Neil Packer
135 pages, éditions Nathan, à 13,90€

 

Résumé : Depuis des siècles je raconte l’histoire des autres. L’heure est venue de raconter la mienne. De dire par où je suis passé avant d’arriver entre vos mains. On a corné mes pages, on a ri ou pleuré avec moi, on m’a banni, livré aux flammes… J’ai vu des civilisations naître et mourir. Pourtant, j’ai survécu. Ce que vous allez découvrir, cher lecteur, c’est un vrai roman, celui de ma vie.
Extraits : « Je n’oublierai jamais ce jour de 1825 où fut inaugurée la première ligne de chemin de fer. Oh ! l’ivresse d’être posé sur les genoux d’un voyageur, mes pages ébouriffées au vent de la vitesse, et la fierté de traverser la campagne anglaise sous un panache de vapeur ! »
« Et, brusquement, ça m’a échappé : « En plus, je sens meilleur que toi. » E-Book a paru perplexe. « Sentir ? C’est quoi, sentir ? ça sent, les livres ? – Naturellement, ai-je répondu. Tous les livres ont une odeur. Tu n’as jamais entendu l’expression : avoir le nez dans un livre ? »« 

Mon avis : Ce livre documentaire est une forme d’ouvrage totalement novateur, que je n’avais jusqu’à présent jamais rencontré. En effet, on a un narrateur interne surnaturel, un livre, qui nous raconte sa propre histoire, de l’origine de l’écriture jusqu’à la forme électronique actuelle du livre.

Dans un style d’écriture fluide et simple à lire, ce sujet documentaire est accessible à tous. Pour rajouter de l’ampleur aux propos de l’auteur, un illustrateur dessine de petits desins qui accompagnent les informations rapportées. De plus, John Agard incorpore des citations, proverbes ou petits poèmes en rapport avec les livres, poétiquement écrits, qui ne m’ont pas laissés indifférente.

Ce livre qui parle de livres est grandement enrichissant, surprenant et très prenant. En effet, l’auteur arrive à combiner des informations qui pourraient passer pour barbantes – avec quels matériaux construisions-nous des livres dans le temps, par exemple -, en y ajoutant des traits d’humour qui restent dans la thématique du livre. En effet, ce petit narrateur omniscient qui transcende les époques a tout connu des péripéties du papier et du livre. Il nous raconte, tantôt avec émotions – lorsque les nazis brûlaient les livres -, ou avec un plaisir non dissimulé – voyager partout dans le monde, dans un format poche – les principaux événements qui ont amenés la conception du livre. Un livre qui se veut le porte-parole de tous les livres.

J’ai été absorbée par ma lecture, euphorique à l’idée de tout savoir sur l’histoire même de la création de ce support papier, étonnée par les péripéties que le livre a traversé, mais admirative de l’intelligence suprême de nos ancêtres.

Tous les amoureux des livres devraient passer par la lecture de celui-ci, pour s’apercevoir de la chance que nous avons de détenir de tels objets aujourd’hui. Un riche ouvrage, bourré d’informations sur l’histoire du livre, le tout raconté avec une fluidité et un ton enjôleur qui envoûte littéralement le lecteur.

Ma note : 9/10