Silent boy


Silent boy de Gaël Aymon

62 pages, éditions Nathan


Résumé : Anton est interne dans un lycée difficile. Sa seule bouffée d’oxygène: ses discussions sur un forum en ligne, caché derrière l’avatar de Silent boy. Car dans la vraie vie, Anton ne donne jamais son avis, ne prend jamais parti. Jusqu’à sa rencontre avec Nathan…


Extraits : « Être avec des filles, ça relâche la pression. Ça calme l’ambiance. Par exemple, quand on les retrouve au petit-déj, après la nuit entre mecs, ou en classe et au foyer, après le sport. Ou quand on nous impose de faire un travail en binôme mixte. Ça met un truc plus doux dans l’air. Enfin, c’est mon avis. »

« Mais si tu refuses de suivre les règles, tu dois savoir qu’il y a les risques qui vont avec. »


Mon avis : Après Son héroïne de Séverine Vidal, c’est avec beaucoup de curiosité et d’envie que j’aborde le deuxième récit de la nouvelle collection Court toujours des éditions Nathan. Pour rappel, cette nouvelle collection a pour but d’offrir de courtes histoires sur des sujets d’actualité, qui peuvent être lues en moins d’une heure et qui sont déclinées sur l’ensemble des supports disponibles (papier, audio, digital).

Silent Boy,  c’est le surnom d’Anton, un jeune garçon apprécié dans son lycée, passablement populaire, qui est le spectateur muet du harcèlement quotidien que subit ses différents camarades d’école. Il se confie sur un forum en ligne, sorte de thérapie salvatrice, qui l’aide à voir plus clair sur sa situation présente et future. Sa rencontre avec Nathan, un jeune original transféré dans la même chambre qu’Anton, va bouleverser le quotidien du garçon.

Dans Son héroïne, Séverine Vidal pointait du doigt la solitude, la dépression, le harcèlement… des sujets d’actualité forts, qui seront sans doute une constance de la collection Court toujours. En effet, on retrouve dans Silent boy cette thématique du harcèlement, avec en prime, d’autres sujets connexes, tels que l’intimidation, la différence, les stéréotypes, le sexisme. Dans le lycée d’Anton, les élèves sont classés en fonction de bandes : il y a les populaires, qui dominent l’école, arrogants, imbu d’eux-mêmes, ils se croient tout permis et usent sans vergogne de leur pouvoir. Enfin, il lui a les victimes, les plus faibles, les personnes fragiles, qui n’arrivent pas à protester, à s’intégrer, qui refusent d’être assimilées aux bêtises que peuvent faire les « populaires ». Anton, classé parmi les populaires, sera le spectateur muet de situations horripilantes, de dénigrement, d’insultes gratuites. Alors qu’il pourrait réagir et mettre fin à ces scènes, il préfère chercher des réponses sur un forum en ligne, auprès d’amis virtuels. Car, se confier à des personnes que l’on ne connaît pas et souvent bénéfique. Grâce à eux, Anton va changer sa manière de percevoir les personnes de son lycée et son comportement de garçon mutique et silencieux va se transformer en défenseur des opprimés.


Un roman court, rapide et agréable à lire, qui donne à réfléchir sur des sujets d’actualité : le harcèlement scolaire, l’intimidation, les stéréotypes, le sexisme ou encore la différence.

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 3133092232787

Publicité

6 réflexions sur “Silent boy

  1. Miss Obou dit :

    Un livre qui me tente! J’aime l’idée d’un garçon silencieux dans la vraie vie et qui se cherche dans l’ombre du net! Pour une fois, internet n’est pas diabolisé mais aide à réfléchir!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s