Sous ta peau, le feu


Sous ta peau, le feu de Séverine Vidal
283 pages, éditions Nathan, à 14,95€


Résumé : Le nouveau roman ado de Séverine Vidal, portrait d’une jeune fille en feu
Bordeaux, 1764.
Ange Rouvray accompagne son père médecin dans ses visites auprès des malades. L’épidémie de variole fait rage et pour se protéger, il faut porter un masque, se désinfecter les mains, garder ses distances…
La jeune Esmée de Montagu a vu mourir en quelques semaines son père, son frère, ses sœurs. Elle reste seule avec sa mère, tellement pleine de chagrin qu’elle n’a plus de larmes. La comtesse Isabeau de Montagu, est obsédée par l’idée de garder sa dernière fille en vie. Elle veut tester sur elle une technique controversée et dangereuse et fait appel au docteur Rouvray, qu’elle espère ouvert à cette pratique nouvelle.
Lors de cette visite, Esmée et Ange se rencontrent. Et tombent amoureux.
Mais comment une histoire est-elle possible entre ces deux êtres que tout sépare ?
Un roman à lire dès 13 ans.


Extraits« C’est âpre, une naissance. Et beau. Ça se murmure et ça se hurle. »

« Une femme c’est toujours de sa faute, une femme ça obéit, ça se courbe et ça se tait. »


Mon avis : Après L’été des Perséides, le dernier roman apocalyptique de Séverine Vidal, lu en février dernier, je suis très heureuse de retrouver l’auteure dans un nouveau roman au style totalement différent : un roman historique et engagé, aux thématiques néanmoins actuelles.

Nous sommes au XVIIIème siècle, en 1764 plus exactement, dans la région de Bordeaux. Une jeune fille nommée Ange, souhaiterait devenir médecin comme son père, pour aider les gens et les soigner. Néanmoins, les moeurs de l’époque interdisent aux femmes d’exercer une activité de médecine. Ainsi, avec l’accord et le concours de son père, Ange se déguise en homme et suit celui qu’elle surnomme son « ogre », dans ses activités quotidiennes. En pleine épidémie de variole, ils se rendent auprès de nombreuses personnes pour tenter de les guérir du mal qui les ronge. C’est lors d’une de ses visites que Ange et son père se rendent au château des Montagu, où vivent la comtesse Isabeau et sa seule fille encore vivante, Esmée. La comtesse souhaite que le docteur fasse inoculer sa fille, c’est-à-dire qu’il lui injecte le virus dans le corps afin d’éviter qu’elle ne le contracte et n’en meurt. Une décision lourde à prendre, d’autant que les effets et conséquences de cet acte sont encore incertains.

Vous l’aurez certainement compris, Séverine Vidal s’est largement inspirée des événements actuels pour écrire son roman. Le parallèle entre la variole du XVIIIème siècle et notre Coronavirus est évident, tout comme le désir d’inoculation de la comtesse, référence explicite à la vaccination contre le Covid19, pour lutter contre la propagation du virus. Force nous est de constater que les épidémies sont un mal lointain, qui a toujours existé. Mettre en perspective la crise sanitaire que nous traversons avec ce qui a déjà eu lieu dans le passé permet de relativiser sur notre situation et de garder l’espoir d’en sortir, comme quelques siècles plus tôt.

Enfin, au delà du contexte historique et sanitaire, Sous ta peau, le feu est un roman engagé, notamment pour l’évolution des moeurs et de la condition de la femme. Dans un temps pas si lointain, certains métiers étaient interdits aux femmes – comme la médecine, brillamment illustré dans cette histoire. Aujourd’hui, l’évolution est quand même nette, bien que certains métiers restent encore inaccessibles ou peu fréquentées par les femmes. De même, Ange et son père s’en vont accoucher la femme d’un fermier, Bertram, dans leur domicile. Celle-ci reprendra le travail quelques jours seulement après avoir mis au monde leur petite fille Angèle. Aujourd’hui, le congé maternité est une révolution pour les femmes, qui peuvent se remettre de cette épreuve, souffler et profiter de leur progéniture nouvellement née. Les conditions changent et évoluent, bien qu’il reste encore du chemin à parcourir.

Je pense notamment aux moeurs de la société, qui n’évolue que faiblement. Pour exemple, la femme de Bertram semble être battue et soumise à son mari – les bleus sur son corps en sont la preuve concrète. Néanmoins, aucune plainte n’est faite, elle continue à vivre et à aimer son époux comme au premier jour. Une situation encore bien trop présente dans notre société actuelle. Enfin, l’homosexualité est un sujet longuement abordé dans ce récit, avec l’attirance foudroyante entre nos deux héroïnes, Ange et Esmée. Elles vivent leur amour honteusement cachées, ayant particulièrement peur de la réaction de leurs parents, du regard des autres et de toutes les répercussions négatives qui pourraient en découler. Car, dans le siècle dernier en France, et encore aujourd’hui dans certains pays du monde, l’homosexualité était gravement puni par la loi – peines d’emprisonnement ou pendaison.

J’ai été particulièrement touchée par la naissance de leur amour, qui devient instantanément fusionnel, intense, lumineux, dans un contexte noir, où la mort et la souffrance est quasiment omniprésente. J’ai également appréciée leur force de caractère, qui les pousse à braver les interdits pour se retrouver, à garder espoir en l’avenir, malgré toutes les zones d’ombres qui parsèment leur route. Ce sont deux femmes fortes, que j’admire énormément. Enfin, le docteur Rouvray, le père d’Ange, est lui aussi un homme fort, qui force le respect. Il voit au-delà des obligations imposées par la société, il aime et soutient sa fille dans tout ce qu’elle entreprend, même si ses actions ne sont pas conventionnelles aux yeux de la société – se déguiser en homme pour devenir médecin, aimer une personne du même sexe. Le docteur Rouvray a un grand coeur, c’est un homme ouvert d’esprit et bienveillant, comme on en rencontre que trop rarement.


Un roman historique et engagé, qui raconte la naissance d’un amour interdit entre deux femmes, sur fond noir, où la mort et la souffrance sont omniprésentes, dans un contexte de pandémie de variole nationale. C’est beau, poétique, touchant et lumineux. Je ne m’attendais pas à autant aimer !

Ma note : 8,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-09-249038-9

3 réflexions sur “Sous ta peau, le feu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s