La vie rêvée d’Ernersto G.


La vie rêvée d’Ernersto G. de Jean-Michel Guenassia

566 pages, éditions Le Livre de Poche, à 7,90€


Résumé : 1910-2010. Prague, Alger, Paris. Nous suivons la traversée du siècle de Joseph Kaplan, médecin juif praguois, des guinguettes de Joinville à la peste d’Alger, de la guerre à l’effondrement communiste. Ses amours, ses engagements, ses désillusions sont contés à travers les tourmentes de l’Histoire. Et surtout, la rencontre qui bouleversa sa vie, celle qu’il fit un jour de 1966 avec un révolutionnaire cubain, un certain Ernesto G., échoué dans la campagne tchèque après sa déroute africaine.


Extraits : « Il en fallait du courage pour partir dans un pays inconnu et affronter la mort quand la plupart n’avaient jamais touché à une arme. »

« Dans la vie, mon fils, la seule chose durable et certaine, c’est la terre. Elle ne vous déçoit jamais. La pierre aussi, bien sûr.« 


Mon avis : Après son incroyable premier roman, Le Club des Incorrigibles Optimistes, récompensé du Goncourt des lycéens en 2009, Jean-Michel Guenassia revient en force avec La vie rêvée d’Ernesto G., un récit qui reprend les codes stylistiques et narratifs de son premier livre.

Dans celui-ci, nous suivons Joseph Kaplan, jeune médecin juif praguois, qui, après la fin de ses études parisiennes, est envoyé à Alger pour faire des recherches sur la peste à l’Institut Pasteur. La vie de Joseph n’est pas un long fleuve tranquille : balloté d’Alger à Prague, il traversera les époques et fera des rencontres étonnantes, qui marqueront sa vie à tout jamais. La vie rêvée d’Ernesto G. n’est pas une histoire qu’on raconte aisément : sa densité, sa consistance narrative ainsi que sa profondeur stylistique en font un roman magistral, qui se vit tout simplement. Tenter de le résumer serait régressif, tant les thématiques sont nombreuses.

Comme dans Le Club des Incorrigibles Optimistes, Jean-Michel Guenassia lie avec brio une histoire romancée, légère et accessible à des pans historiques plus complexes. Ainsi, il aborde avec menus détails les horreurs  de la guerre d’Espagne, puis de la Seconde guerre Mondiale, la Libération, la montée en puissance du communisme, avec notamment l’irruption du Che, révolutionnaire cubain qui se bat contre l’impérialisme américain. Grâce à ce livre, c’est une grande partie de l’histoire mondiale du XXème siècle que l’on traverse.

J’ai appréciée suivre la vie tumultueuse de Joseph Kaplan, ce personnage bienveillant mais énigmatique, qui garde une grande part de mystère durant l’ensemble du récit. C’est un héros complexe, qu’il est difficile de bien cerner. J’ai également particulièrement apprécié le personnage de Christine, la petite amie de Joseph, une femme indépendante, qui se revendique féministe et communiste, qui se bat pour ses idées et ses droits. J’ai aimé sa force de caractère, son courage, son tempérament de battante, qui la pousse à poursuivre ses actions, au détriment des échecs et déceptions. Ce sont des femmes comme elle qui ont fait avancer les choses en matière de droit des femmes, d’égalité des sexes et de droits sociaux en général.

Ne vous inquiétez pas, le contexte politique et historique prend de la place, mais il reste quand même une grande part de fiction. L’amour, l’amitié, la trahison, les nombreux pas de danse, la famille, les rencontres improbables, les moments de solitude, les grandes joies, les déceptions, les abandons, les retrouvailles… sont autant de moments qui dictent la vie de Joseph. Il faut reconnaître à l’auteur son talent de conteur, la puissance de ses mots, capables de nous embarquer dans des contrées lointaines, aux côtés de personnages rocambolesques. Même si j’ai beaucoup aimé découvrir ce roman, j’avoue garder une préférence pour Le Club des Incorrigibles Optimistes, lu il y a quelques années déjà, où j’avais ressenti bien plus d’émotions que dans La vie rêvée d’Ernesto G.. Peut-être que je deviens plus exigeante avec les années ? Ça n’en reste pas moins une bonne lecture !


La vie rêvée d’Ernesto G. est un récit palpitant, qui dresse le portrait de Joseph Kaplan, personnage énigmatique qui traversera l’Histoire du XXème siècle. Un voyage historique intelligent, passionnant et bien écrit, qui nous emporte facilement à travers cette épopée littéraire. Pas aussi bien que Le Club des Incorrigibles Optimistes, mais agréable à lire tout de même !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-253-19416-3

5 réflexions sur “La vie rêvée d’Ernersto G.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s