L’île aux enfants


L’île aux enfants d’Ariane Bois

217 pages, éditions Charleston Poche, à 7,50€


Résumé : Pauline, six ans, et sa petite soeur Clémence coulent des jours heureux sur l’île qui les a vues naître, la Réunion. Un matin de 1963, elles sont kidnappées au bord de la route et embarquées de force dans un avion pour la métropole, à neuf mille kilomètres de leurs parents. À Guéret, dans la Creuse, elles sont séparées.

1998 : quelques phrases à la radio rouvrent de vieilles blessures. Frappée par le silence dans lequel est murée sa mère, Caroline, jeune journaliste, décide d’enquêter et s’envole pour la Réunion, où elle découvre peu à peu les détails d’un mensonge d’État.

À travers l’évocation de l’enlèvement méconnu d’au moins deux mille enfants réunionnais entre 1963 et 1982, dans le but de repeupler des départements sinistrés de la métropole, Ariane Bois raconte le destin de deux générations de femmes victimes de l’arbitraire et du secret.

L’histoire d’une quête des origines et d’une résilience, portée par un grand souffle romanesque.


Extraits : « Chaque cyclone, disait-on par ici, cachait un esprit malveillant envoyé pour punir les hommes. »

« J’apprendrai aussi que je suis une zoreille, une Blanche de métropole, en référence à l’habitude des Français du continent de tendre l’oreille pour capter des mots. Mon hôte se présente comme une yab, une Réunionnaise blanche. Mais il y a aussi les zoréols, nés d’un mariage entre une créole et un zoreille? Quelle volubilité, quel méli-mélo de paroles ! Je souris niaisement, totalement dépaysée par ce cours ethnologique. »


Mon avis : Peut-être avez-vous déjà entendu à la radio, vu des reportages à la télévision ou lu des articles de journaux sur l’affaire des Enfants de la Creuse ? C’est un scandale national qui n’a éclaté que récemment – au début des années 2010 -, mais qui s’est déroulé de 1962 à 1984. Durant plus de 20 ans, près de 2200 enfants Réunionnais ont été arrachés à leur île natale et à leur famille pour venir repeupler des départements français victimes de l’exode rural. C’est le cas notamment de la Creuse, du Tarn, du Gers, de la Lozère et des Pyrénées-Orientales, qui furent les témoins muets de ce déracinement forcé.

 
———————-Île de La Réunion —————————————Département de La Creuse

Pour mettre en lumière cet épisode dramatique de l’histoire française, Ariane Bois lie fiction et réalité en racontant le périple de Pauline, six ans, et de sa petite soeur Clémence, arrachées à leur île et à leur famille, envoyées en métropole, séparées l’une de l’autre et adoptées par des inconnus. Pauline se retrouve donc seule, sans nouvelle de sa famille ni de sa soeur, adoptée par un couple de fermiers bourrus et froids, qui ne lui témoignent pas d’attention et l’effraient grandement. Très vite, Pauline se rend compte qu’elle n’est pas la seule enfant recueilli par le couple : Gaëtan, un petit garçon en provenance de La Réunion, a été adopté par le couple pour les aider dans les travaux à la ferme. Affamé, maltraité, obligé de dormir dans le foin, le petit garçon servait de main-d’oeuvre gratuite à la ferme. Une situation malheureusement vécue par des centaines d’autres enfants.

C’est seulement dans les années 2000, soit près de 20 ans après les faits, que l’histoire commence à être médiatisée. Le sujet est tabou, l’état est pleinement en cause et cherchait à passer sous silence ce fait honteux de l’histoire de France.

Pauline, âgée de six ans au moment des faits, apprend, des années plus tard, le scandale dont elle est la victime. Sa jeune fille, Caroline, tentera par tous les moyens de remonter aux origines de sa mère, de retrouver sa famille et de comprendre les raisons qui les ont poussées à abandonner Pauline et sa soeur Clémence. Nous assisterons à des retrouvailles émouvantes et pudiques, partagés entre la joie de voir une famille enfin réunie et la colère des années perdues à tout jamais et du temps que l’on ne rattrapera pas.

L’affaire fût menée en justice, les victimes demandant réparation des tords dont elles ont été les témoins muets. Ce n’est qu’en 2014 que l’Assemblée Nationale reconnaît la responsabilité morale de l’état dans cette odieuse affaire.

Un documentaire télévisuel de 54 minutes réalisé par William Caly, retrace avec beaucoup d’émotions le parcours de plusieurs petits réunionnais, arrachés à leur terre et élevés dans le mensonge. Plusieurs témoignages poignants, qui jette la vérité brute et longtemps tue sur ce transfert traumatisant. J’ai visionnée les dix premières minutes de ce reportage et je suis partagée en une infinie tristesse pour ces enfants, privés d’identité et une très grande colère envers l’état français. Même si le sujet ne vous intéresse pas spécialement, je vous invite quand même à regarder les premières minutes de ce documentaire et à vous renseigner sur cette histoire d’exil forcé surréaliste, qui s’est pourtant déroulée en France il y a moins de cinquante ans.


Ariane Bois met en lumière un pan méconnu et dramatique de l’histoire français : la déportation de milliers d’enfants Réunionnais pour repeupler certaines régions de la métropole française. Un récit puissant et poignant, qui vous fera passer de la tristesse à la colère. À découvrir !

Ma note : 8,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-36812-522-9

2 réflexions sur “L’île aux enfants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s