L’assassin à la pomme verte


L’assassin à la pomme verte de Christophe Carlier

156 pages, éditions Pocket


Résumé : Lumières tamisées, pas feutrés, piano en sourdine. Chaque palace est un monde en soi, qui semble situé hors du temps. Le Paradise n’échappe pas à la règle, jusqu’au jour où l’on trouve un cadavre dans une de ses suites.
Qui a tué ce mari volage et volubile ? Tout le monde s’observe, entre méfiance et attirance. Sous l’oil impitoyable du petit personnel, on assassine comme on tombe amoureux – en passant.


Extraits : « – Ceux qui résistent aux modes sont des conservateurs.
– Ceux qui la suivent, ai-je répliqué, ne sont pas des révolutionnaires.
« 

« Ce qu’on enfouit refait toujours surface, tandis que s’évanouit sans dommage ce qu’on abandonne aux eaux tièdes de l’évidence. »


Mon avis : Paris. Au Paradis Hotel, séjournent trois personnes : Elena, une Italienne, qui travaille dans la mode, actuellement en voyage d’affaire, Craig, un conférencier anglais vivant aux États-Unis et un homme d’affaire italien. Ils évoluent sous les yeux de Sébastien, le réceptionniste. Jusqu’au jour où l’homme d’affaire est retrouvé mort dans sa chambre. Frappé à la tête, égorgé, avant que son assassin ne lui enfonce une cravate dans la gorge. Qui est l’auteur du crime ? Quel était son motif ?

 

C’est un roman à plusieurs voix que nous propose Christophe Carlier. Quelques paragraphes sont dédiées au point de vue de chacun des personnages, qui s’expriment à tour de rôle sur leur vision du meurtre. C’est très intéressant, on peut ainsi avoir la vision de chacun sur les événements, leurs ressentis face à un tel drame.

Mais attention, L’assassin à la pomme verte n’est pas un roman policier classique, puisque nous n’avons pas affaire à une enquête policière en bonne et due forme, uniquement à un meurtre suspect. Peu de temps après cette découverte macabre, nous prenons connaissance de l’identité du tueur et de ses motifs. C’est lui-même qui nous explique ses gestes et le déroulement des faits : vous l’aurez compris, le meurtrier est l’un des protagonistes ! Je n’en dirais pas plus, pour vous laisser le loisir de le découvrir par vous-même en lisant ce livre.

J’ai eu l’impression que Christophe Carlier écrivait une sorte de parodie des polars traditionnels. Son roman est légèrement moqueur, avec des personnages qui vivent des situations décalées, saugrenues, sans qu’ils s’en offusquent outre mesure. À cette pseudo-enquête criminelle vient se greffer une histoire d’amour, inattendue, mais qui tiendra un rôle clé au sein du récit.

L’histoire est sympathique, elle se lit vite, facilement, mais elle va également se retrouver tout aussi rapidement reléguée au fond de ma mémoire. Elle est assez atypique, mais pas aussi extraordinaire pour qu’elle devienne pérenne. D’autant que le roman est très court – il n’excède pas les 160 pages -, ce qui fait qu’en une soirée, on peut à la fois débuter et finir le livre.


Derrière ce titre accrocheur et intriguant se cache un meurtre atypique. Un récit agréable à lire, mais vite oublié.

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

2 réflexions sur “L’assassin à la pomme verte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s