Tout ce que je ne t’ai pas dit


Tout ce que je ne t’ai pas dit de Kylie Fornasier

379 pages, éditions Le Livre de Poche jeunesse, à 6,90€


Résumé : Incapable de parler dans certaines situations, Piper Rhodes souffre de mutisme sélectif. Elle rencontre West, le joueur star de l’équipe de foot, celui dont tout le lycée parle. Malgré ses angoisses et son isolement, la jeune fille se lie à West, sans que jamais elle ne réussisse à prononcer un seul mot… Une histoire de confiance, d’amitié et d’amour, où se révèle le pouvoir des mots qu’on dit, et de ceux qu’on ne dit pas.


Extraits : « Les émotions ne se rangent pas gentiment en ligne, bien classées, comme ma collection de paires de chaussures. Elles sont plutôt comme les chaussures de ma petite soeur Evie : il y en a partout et dans tous les sens. Impossible de traverser le couloir sans se prendre les pieds dedans. »

« Les langues, c’est un peu comme de la cuisine : il y a des règles à suivre, comme les étapes d’une recette. On ne peut pas juste mettre un peu de ci et un peu de ça. »


Mon avis : Piper est atteinte de mutisme sélectif, un trouble de la communication qui l’empêche de parler normalement. Elle souffre cruellement de cette différence, qui est souvent mal perçue par les personnes qu’elle côtoie. Si Piper ne parle pas, certains pensent que c’est dû à un manque de politesse, à une forme de caprice et n’hésitent pas à mettre la jeune fille face à son handicap social : confrontation directe, menaces, chantage… Heureusement, certains se montrent plus compréhensif vis-à-vis de cette phobie sociale particulière. West, par exemple, un jeune homme avec qui Piper se lie d’amitié, se montre particulièrement patient et bienveillant envers elle. Une amitié solide va naître entre les deux jeunes gens, basée sur la confiance et l’entraide.

Pour être honnête, je n’avais jamais entendu parler du mutisme sélectif. Je remercie donc infiniment Kylie Fornasier d’avoir abordé cette maladie dans son livre. Pour les ignorants comme moi, le mutisme sélectif est un trouble anxieux qui empêche une personne de parler lorsqu’elle se trouve dans une situation qu’elle ne contrôle pas (en présence d’inconnus ou de personnes extérieures à la famille immédiate, lorsqu’elle se trouve dans des lieux publics ou à l’école). En revanche, la personne atteinte de mutisme sélectif peut parfaitement parler lorsqu’elle est en présence de sa famille proche, dans un cadre de vie familier. D’où le terme de « sélectif ». Un trouble social qui touche essentiellement les enfants et jeunes adolescents et qui se résoudra avec le temps, en étant patient et compréhensif. Aborder cette thématique, en grande partie inconnue du grand public, permet d’informer et de sensibiliser les jeunes lecteurs – tout comme les adultes – à cette particularité, qui touche plus d’1 enfant sur 140.

Pour en revenir à l’histoire, j’ai trouvé que le mutisme sélectif était très bien expliqué. On ressent avec force les difficultés que doit affronter Piper lorsqu’elle est en société – stresse, anxiété, angoisse, incapacité de se faire comprendre, peur du regard d’autrui, manque de considération… À cette thématique centrale viennent s’ajouter des thématiques secondaires d’actualité, notamment le harcèlement scolaire, l’intimidation et la jalousie. Des sujets que l’on retrouve souvent dans les romans jeunesse, qui permettent de sensibiliser et de prévenir que ces pratiques peuvent être dangereuses pour les personnes qui en sont victimes.

Malheureusement, malgré tout l’intérêt que j’ai éprouvé à découvrir le mutisme sélection, trouble trop peu connue de la sphère publique, je reste quand même sur ma fin concernant l’histoire globale. Les personnages n’étaient pas assez détaillés, ils manquaient de profondeur et de consistance, ce qui se répercute directement sur la vision que l’on a d’eux : un manque d’attachement probant et une certaine vision de personnages « passe-partout » et interchangeables. 

Je pourrais même dire que l’histoire d’amour qui se tisse entre Piper et West était vraiment trop simple, prévisible dès le début du livre, presque identique à des milliers d’autres histoires. Je comprends que ce roman est destiné aux adolescents et de ce fait, l’auteure a souhaitée simplifier son récit pour le rendre le plus compréhensible et plaisant possible. Mais il n’en reste pas moins qu’un peu plus de travail en profondeur et d’originalité narrative auraient rendu ce livre encore mieux… !


Un roman jeunesse écrit avec simplicité, qui nous en apprend plus sur le mutisme sélectif.

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628804-7
Traducteur : Camille Roze

3 réflexions sur “Tout ce que je ne t’ai pas dit

  1. Miss Obou dit :

    Je ne connaissais pas le mutisme sélectif! Ce livre aurait, comme tu le précises, au moins l’intérêt de me le faire découvrir! Dommage que l’histoire soit simplifiée pour les ado!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s