Comment les pingouins ont sauvé Veronica


Comment les pingouins ont sauvé Veronica de Hazel Prior
452 pages, éditions l’Archipel, à 20€


Résumé : Le cœur ne gèle jamais, même au milieu des icebergs. Au crépuscule de sa vie, Veronica McCreedy, 84 ans, se replonge dans son existence pour chercher ses
héritiers. Elle retrouve la trace de Patrick, un petit-fils de vingt ans abandonné par son père et orphelin depuis l’âge de six ans, après le suicide de sa mère. Mais le jeune homme ne plaît pas à cette grand-mère acariâtre.
À la suite de cette rencontre désastreuse, Veronica décide de léguer ses biens aux pingouins et obtient
d’accompagner une mission scientifique en Antarctique pour observer ses petits protégés.
Mais Veronica tombe malade lors de ce voyage et Patrick, sa seule famille, est appelé à son chevet. Comme deux animaux sauvages, ils vont apprendre à s’apprivoiser au milieu des icebergs…


Extraits« Et vous savez ce que c’est, la curiosité ? C’est comme un ver qui vous grignote. Il grignote et grignote jusqu’à ce que vous cédiez. »

« Le tic-tac de l’horloge me semble particulièrement bruyant aujourd’hui. Je déteste les horloges mais, comme les politiciens et le paracétamol, elles ont trouvé le moyen de se rendre indispensables dans ce monde. »


Mon avis : Le titre du livre d’Hazel Prior a de quoi. Comment les pingouins ont sauvé Veronica est un tantinet loufoque, grotesque, il nous semble annoncer une histoire légère, un peu comique. Néanmoins, il n’en est rien : c’est un roman tout à fait sérieux, émouvant, un peu larmoyant, mais rempli d’amour.

Veronica McCreedy, notre protagoniste, est une vieille dame âgée de quatre-vingt-six ans. Très solitaire, elle n’a aucune famille, excepté Eileen, son aide ménagère, qui vient quotidiennement la seconder dans ses tâches journalière. Sentant son heure approcher, Veronica décide de rechercher ses proches. Car, dans un passé très très lointain, la vieille dame a enfanté un garçon, qu’elle a dû abandonner de force. Après plusieurs recherches menées par des spécialistes, elle découvre qu’elle est grand-mère d’un certain Patrick, un jeune homme d’une trentaine d’années. Veronica lui écrit, avant d’aller le rencontrer… mais de vite déchanter. Patrick est un jeune chômeur à l’hygiène douteuse, qui noie ses problèmes dans la drogue et ne semble s’émouvoir que de l’argent que pourrait lui rapporter la vieille dame. Attristée et déçue, Veronica décide de reverser son argent à une cause qui lui importe plutôt qu’à son petit-fils : les pingouins.

Grâce à un reportage tourné en Antarctique, Veronica découvre la vie des pingouins et la mission des scientifiques, qui luttent pour sauvegarder l’espèce. Très émue, la vieille dame réserve sur un coup de tête un voyage aller-retour de trois semaines en Antarctique. Une aventure hors du commun et périlleuse l’attend : l’aventure de sa vie. Mais à son grand âge, celle-ci va vite tourner à la catastrophe.

D’une écriture fluide, Hazel Prior nous fait rêver et voyager, en nous emmenant dans un pays lointain, à la découverte des pingouins. Les paysages décrits sont somptueux ; les étendues de neige à perte de vue, les milliers de manchots qui vivent en totale liberté, l’absence de présence humaine (hormis les trois scientifiques), la vie rudimentaire, spartiate du campement. C’est une véritable bouffée d’air frais, qui nous rappelle néanmoins avec horreur les conséquences des actions des hommes sur la nature : le réchauffement climatique, la disparition d’espèces sauvages, qui devrait se multiplier davantage dans les années à venir. Le récit est entrecoupé de quelques pages du blog de Terry, l’une des scientifiques du campement, qui nous en apprend plus sur le mode de vie des pingouins, la façon dont ils survivent, se reproduisent, de quoi ils se nourrissent et de quelle façon ils trouvent leur nourriture… des informations bienvenues, qui nous rendent ces petits êtres de la banquise encore plus attachants.

Outre ce voyage totalement dépaysant, l’auteure nous entraîne dans un voyage dans le temps, dans la jeunesse de Veronica. A travers ses journaux intimes, envoyés à son petit-fils Patrick, on découvre une autre Veronica : jeune, insouciante, malmenée par la vie dure, solitaire, mais très amoureuse. J’ai été très émue de découvrir sa tragique histoire. Après la perte de ses deux parents, Veronica se retrouve seule avec sa tante M, qu’elle déteste. Abandonnée également par ses amies, elle trouve du réconfort uniquement dans les bras d’un homme qu’elle ne peut aimer publiquement : Giovanni, un prisonnier de guerre italien. Une histoire peu banale, qui a forgé le caractère de Veronica. Aujourd’hui, toujours aussi solitaire, elle s’est repliée sur elle-même, elle a verrouillé son coeur, ne souhaitant plus qu’une quelconque mauvaise nouvelle ne vienne la frapper une nouvelle fois. Cette femme, à l’apparence glaciale, renferme bien plus de blessures que nous ne pouvions l’imaginer. Son courage est admirable.

L’arrivée de Patrick, son petit-fils, dans sa vie, semble être une nouvelle étape vers l’acceptation, vers le renouveau, le retour à la vie et à tous ses plaisirs. Il apporte une bouffée d’air frais à son quotidien morose. C’est d’ailleurs à son contact, mais également grâce aux pingouins, en particulier à son petit protégé Pip, que nous voyons Veronica changer, se transformer, s’ouvrir et s’épanouir au fil des pages. Ces rencontres et ce voyage ont contribué à la résilience, au pardon, à l’ouverture et au renouveau.


Un roman rempli d’amour et de vie, qui nous emmène en plein coeur de l’Antarctique, aux côtés de milliers de manchots Adélie. Une histoire engagée et humaine, qui enjoint à la préservation de la nature. J’ai beaucoup aimé !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-8098-4220-3

Publicité

8 réflexions sur “Comment les pingouins ont sauvé Veronica

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s