Je ne te pensais pas si fragile


Je ne te pensais pas si fragile de Kikka
263 pages, éditions Eyrolles, à 16€


Résumé : Clotilde est une battante qui trouve depuis qu’elle est jeune adulte de quoi nourrir son goût du défi dans l’entreprenariat. Devenue une épouse comblée et une mère de famille accomplie, Clotilde, en quête de plus de stabilité, accepte un poste de directrice du développement dans la filiale française d’un groupe néerlandais de cycles, Bike Wick. L’opportunité semble inespérée : l’entreprise affiche des valeurs humanistes en phase avec sa philosophie de vie et les valeurs chrétiennes que lui ont transmises ses parents, il s’agit de développer l’activité e-commerce avec la France, et le patron, M. Van Der Klipp, lui donne carte blanche…
Un an après son arrivée, Clotilde est parvenue à développer le département du e-commerce grâce à des solutions innovantes, tout en gagnant l’estime de ses équipes. Quand M. Van Der Klipp annonce son départ et leur présente son remplaçant, Karl Liechtenstein, elle entend bien continuer sur sa lancée. Mais le style managérial de Karl Lichtenstein est pour le moins déconcertant, et la jeune femme est progressivement prise au piège d’un engrenage infernal. Armée de son enthousiasme et de son pragmatisme, Clotilde refuse de se laisser abattre ! Elle met tout en oeuvre pour donner satisfaction à son nouveau patron tout en préservant le département qu’elle a su construire, au risque d’y sacrifier bientôt sa santé physique et psychique.


Extraits : « Je suis surprise de découvrir que révéler et partager sa souffrance avec des inconnus est un moyen de la sublimer. »

« Selon Kikka, auteure de cet ouvrage : « Le burn-out est un processus d’accélération qui entraîne une sortie de route. Le corps est alors catapulté puis violemment écrasé. La profondeur de l’impact détruit la confiance, l’estime et la dignité. Ce crash mène à la perte d’identité, la culpabilité ronge l’être. » »


Mon avis : Kikka nous livre un témoignage poignant sur son expérience traumatisante du monde du travail. Travailleuse acharnée, appréciée et reconnue comme une bonne manager par ses pairs, la jeune femme se hisse très rapidement à un poste stratégique dans l’entreprise internationale dont elle est issue : directrice commerciale. Tout se passe pour le mieux pour elle, jusqu’au jour où son directeur annonce son départ, remplacé par Karl, un homme impitoyable, aux pratiques managériales douteuses.

La jeune femme nous décrit sa descente aux enfers progressive. Rabaissement, sexisme, manque de confiance, dévalorisation… toutes les excuses sont bonnes pour que Karl s’en prenne à Kikka. Ce dernier, la voyant pourtant clairement amoindrie, abattue, confuse et vaincue par ses allégations douteuses, continue le vice jusqu’à la traîner plus bas que terre. « Je ne te pensais pas si fragile », va-t-il jusqu’à lui dire, non sans ironie. Une phrase qui l’a tant marquée, qu’elle l’achèvera totalement. Bloquée dans cette situation plus qu’invivable, elle tente tout d’abord tant bien que mal de l’affronter la tête haute, sans toutefois y arriver totalement. En effet, elle doit jongler entre son travail prenant, sa vie de maman et son rôle d’épouse. Trois casquettes différentes mais au combien importantes, qui demandent toutes un investissement infini, du temps et de l’énergie. J’ai ressenti avec acuité l’intense climat oppressant de son quotidien, qui dénombre de multiples tâches à réaliser en seulement vingt-quatre heures : impossible mais vrai ! Elle nous offre donc un récit émouvant, écrit sans langue de bois, témoignage authentique d’une expérience glaçante de toxicité et d’harcèlement professionnel. 

Finalement, inexorablement, Kikka tombe dans une dépression profonde, qui s’est familièrement étendue ces dernières années sous le terme de « burn out ». Un environnement de travail trop stressant, qui mène à un épuisement professionnel tel qu’il atteint aussi bien le physique, le mental que l’état émotionnel. Obligée de se mettre en arrêt maladie prolongé, Kikka va intégrer une clinique spécialisée, dans laquelle elle restera plusieurs longues semaines. Un répit bienvenue, essentiel même, seul moyen de réussir à se sortir de cette spirale infernale dans laquelle elle a été volontairement plongée. Parler de ce phénomène, c’est le reconnaître comme réel, c’est sensibiliser aux symptômes, aux conséquences et aux solutions qui existent pour s’en sortir. Car oui, ce genre de situation peut arriver à n’importe qui, à tout moment. Il faut en prendre conscience pour pouvoir le contrer s’il se présentait.

Kikka n’est pas la seule victime de Karl. Bon nombre de salariés se sont vus obligés de démissionner de leurs fonctions, tant l’ambiance était devenue oppressante et les exigences du nouveau patron toujours plus déconcertantes. Seulement, pour prouver ces méfaits, peu se sentent le courage de lever le poing, de se battre, de pointer du doigt et d’oser affirmer les dysfonctionnements réels de l’entreprise. Notre auteure fait partie de ces rares personnes assez courageuses pour réagir et faire bouger les choses. Je l’admire d’avoir su combattre alors qu’elle était au plus mal. Comme nous le découvrons dans ce témoignage, bon nombre de ses (anciens) collègues n’auront pas la force nécessaire pour se soulever, ou du moins, l’audace d’aller à contre-courant de la direction, de peur de se tirer une balle dans le pied, avec la possibilité de perdre son travail. Je suis assez partagée face à ce comportement : je comprends leurs craintes et leur situation bancale, mais face à tant d’injustices, il faut quand même se lever et oser rétablir les faits. Ils sont à la fois raisonnables mais lâches.


Un témoignage criant de vérité sur les réalités du monde du travail, du management toxique et du harcèlement professionnel, qui mène inexorablement à un burn out, une dépression physique, mentale et émotionnelle profonde. Lucide et émouvant !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-212-57397-8

3 réflexions sur “Je ne te pensais pas si fragile

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s