Allie, tome 5 : L’anniversaire


Allie, tome 5 : L’anniversaire de Meg Cabot
204 pages, éditions Hachette romans, à 12,90€


Résumé : Allie est folle de joie. Elle va assister ce week-end à une compétition de Twirling bâton avec ses meilleures amies. Mais quand elle est invitée à se rendre à une fête d’anniversaire en limousine, à dîner au restaurant et à participer à une soirée pyjama dans un grand hôtel, elle hésite. Même si l’invitation vient de sa pire ennemie. Pour Allie, le choix est difficile. Comment prendre la bonne décision ?


Extraits« Mentir, ce n’est rien si le mensonge est tout petit, basé sur la vérité, s’il n’est jamais découvert et, enfin, ne fait de peine à personne. »

« Pour inventer un bon mensonge, il vaut mieux avoir beaucoup d’imagination. »


Mon avis : Cinquième tome de la saga Allie de Meg Cabot, cette jeune fille pleine de joie, qui édicte sa vie via des règles de conduite souvent loufoques et saugrenues. Dans ce tome-ci, Allie se retrouve face à un dilemme : elle doit choisir entre deux invitations à des événements prévus le même jour. D’un côté, il y a le championnat de twirling bâton de Missy, où Allie irait accompagnée de ses meilleures copines de l’école. Un bon moyen d’encourager Missy dans sa danse et de passer un agréable moment entourée de ses amies. De l’autre, il y a l’anniversaire spectaculaire de Brittany Hauser, cette chipie remplie de fric, devenue son ennemie. Même si à première vue, le choix pourrait être vite vu, le programme des festivités de l’anniversaire de Brittany met des étoiles dans les yeux de notre héroïne : transport en limousine, séance de shopping, de déguisements et de photos, restaurant et hôtel de luxe et copieux brunch… autant de choses que la jeune fille ne pourrait pas se permettre de faire avec les moyens de ses parents. Qu’elle choisisse l’un ou l’autre événement, Allie sera triste et devra mentir pour se dédouaner.

J’ai beaucoup aimé ce cinquième tome, qui délivre de vrais messages aux lecteurs (jeunes et moins jeunes). D’abord, il ne faut pas se montrer égoïste et ne penser qu’à soi, comme le fait Allie en choisissant l’événement qui l’a comblera le plus au niveau personnel. Enfin, Meg Cabot montre clairement que le mensonge est un vilain défaut, qui n’apporte qu’ennuis et problèmes divers. Allie, audacieuse, téméraire mais encore très naïve en a fait les frais.

Enfin, comme dans les tomes précédents, l’auteure incrémente son récit d’illustrations colorées, qui dynamisent davantage l’histoire et permet aux plus jeunes de se représenter plus facilement le déroulé. 


Un bon cinquième tome, dans la lignée des premiers, qui permet de passer un agréable moment aux côtés d’une héroïne pleine de vie, tout en délivrant des messages moralistes intéressants, qui peuvent s’appliquer dans nos vies quotidiennes. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628571-8
Traduction : Véronique Minder

Allie, tome 3 : Les vraies amies


Allie, tome 3 : Les vraies amies de Meg Cabot
204 pages, éditions Hachette romans, à 12,90€


Résumé : Une nouvelle élève est arrivée dans la classe. Elle s’appelle Cheyenne. Allie est très contente, mais sa joie ne dure pas… D’abord, parce qu’elle doit s’installer au fond de la classe pour laisser sa place à côté d’Erica, sa meilleure amie.

Ensuite, parce que Cheyenne impose de nouveaux jeux idiots. Et enfin, parce qu’elle dicte sa loi à tout le monde. Et gare à celui qui s’y oppose ! Allie, elle, n’est pas prête à céder, ni à perdre ses amies.


Extraits« Règle n°2 : On a le droit de mentir si c’est pour faire plaisir à quelqu’un.« 

«  »Les filles préfèrent la guerre psychologique », c’est ce que m’a appris Oncle Jay. Par exemple, elles peuvent MENACER de vous frapper mais elles ne disent pas quand elles vont le faire. Du coup, vous avez tout le temps peur.
Les filles ont une autre technique : elles vous annoncent qu’elles ne vous parlent pus. Ou bien elles parlent de vous quand vous avez le dos tourné. Ou encore, elles vous disent des méchancetés en vous regardant droit dans les yeux. Ça, c’est presque pire qu’être frappé. Parce qu’au moins, quand on a reçu un coup, on n’y repense plus après. Mais avec les filles, ça peut durer, durer, durer… »


Mon avis : C’est avec beaucoup de joie que je retrouve Allie et ses meilleures amies, Erica, Sophie et Caroline, dans de nouvelles aventures trépidantes. Dans ce troisième tome, les jeunes filles vont voir débarquer dans leur classe une nouvelle élève, venue tout droit du Canada : Cheyenne. D’apparence intelligente, gentille et serviable, Cheyenne a tout de la parfaite petite peste. Elle va donner du fil à retordre aux jeunes filles : la guerre est déclarée !

Comme dans le premier tome où j’ai fait la connaissance d’Allie, je retrouve une jeune fille pétillante, vive, agréable à vivre, qui semble bien plus mature que son âge le laisse deviner – et que les autres filles, en particulier Cheyenne, peuvent le penser. En effet, malgré les nombreuses piques lancées par la nouvelle, Allie ne flanche pas, elle reste droite, fidèle à ses valeurs, sûre d’elle. Cheyenne lui donne des ordres, Cheyenne la maltraite psychologiquement, elle créait la zizanie dans son groupe de copines, elle l’affronte ostensiblement, l’affuble de surnoms ridicules… pourtant, Allie ne réagit pas avec violence ni vulgarité, mais avec sérieux et maturité.

Malheureusement, dans notre société actuelle, bien trop d’enfants ne réagissent pas comme Allie : nombre d’entre eux se retrouvent harcelés, soumis à l’effet de groupe, obligés d’abdiquer, d’obéir et de faire certaines choses qu’ils n’auraient jamais souhaité faire de leur plein gré. Meg Cabot donne le bon exemple à travers le personnage d’Allie et de ses copines : il ne faut pas hésiter à s’en ouvrir aux adultes, qui seront toujours là pour écouter patiemment sans juger, comprendre, agir et protéger. Une belle leçon pour les jeunes lecteurs, qui devraient s’en référer au comportement d’Allie afin de réagir convenablement face aux menaces et harcèlement scolaire qu’ils pourraient subir.

Enfin, comme dans le premier tome d’Allie, pour donner plus de légèreté à son récit, l’auteure s’est encore une fois munie de ses pinceaux pour réaliser de sublimes dessins en couleurs, qui viennent sublimer et égayer le récit. L’histoire est déjà punchy et dynamique, mais ces dessins viennent renforcer davantage ces sensations : j’adore !


Un troisième tome qui confirme mon engouement pour Allie, une jeune fille intelligente, pétillante, pleine de vie, que je suis déjà impatiente de retrouver dans le prochain tome !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628570-1
Traduction : Josette Chicheportiche et Fabienne Duvigneau

Les murmures de la scène


Les murmures de la scène de Marine Chaparro
519 pages, éditions Hachette romans, à 18€


Résumé : Luna a une vie bien chargée, et la seule manière pour elle de se sentir libre, c’est de danser. Alessio, lui, vient de trouver le courage d’avouer à ses parents qu’il souhaite reprendre la danse. Tous les deux sont loin d’imaginer que leur destin est sur le point de basculer. En effet, un concours se prépare avec, à la clé, une opportunité inespérée : les gagnants auront la chance de partir en tournée, danser pendant plusieurs semaines d’affilée. Un duo. Un homme, une femme. Leur professeure est catégorique : Alessio et Luna danseront ensemble. Et si c’était la chance de leur vie ?
Alors que la danse les rapproche de plus en plus, Luna reste interdite. Alessio semble cacher bien trop de secrets. Plus il nie, plus la confiance de Luna s’effrite.
S’ils ne peuvent pas se faire confiance dans la vie, comment peuvent-ils le faire sur scène ?


Extraits« La timidité ne devrait pas être un frein dans la vie. Elle ne devrait pas être un handicap, pourtant, je ne compte plus le nombre de choses que je suis incapable de faire par sa faute. Elle dicte ma vie.« 

« La vie n’est qu’un enchaînement de choix qui nous amène à un moment précis de notre existence. Elle pourrait être tout autre si, une heure, un jour, un an plus tôt, une de nos décisions avait été différente. Hier, on a fait des erreurs. Demain, on fera tout pour s’améliorer. En attendant, on doit assumer. »


Mon avis : Étonnante surprise qu’est ce roman, qui ne parle pas uniquement de la danse, comme on pourrait le penser de primes abords ! Grâce aux éditions Nathan, j’ai pu découvrir toute une série jeunesse de romans sur la danse : la saga 20, allée de la Danse écrite par Elizabeth Barféty, qui raconte les péripéties de petits rats de l’opéra lors de leur formation artistique. Dans Les murmures de la scène, le public est différent : Marine Chaparro vise les jeunes adultes et leur montre la danse comme un sport passionnel, un hobby prenant, où l’émotion, la fusion, la connexion, avec son corps, avec la musique, avec son partenaire, est essentiel.

Nous suivons deux personnages, qui vont rapidement se rencontrer et vivre des aventures ensemble. Il y a d’abord Luna, une jeune lycéenne passionnée par la danse. Il y a aussi Alessio, un garçon qui aime danser, sans pour autant le clamer publiquement sur tous les toits. Les deux jeunes gens vont former un duo artistique explosif, mais aussi un couple détonnant, transbahuté entre secrets, non-dits et tout un panel d’émotions souvent contradictoires. Nous allons suivre l’évolution de leur duo de danse, mais aussi de leurs sentiments respectifs.

Les personnages sont sensibles, touchants, ont ressent aisément qu’ils ont tous les deux des blessures passées, pas encore totalement guéries. Ils ne se dévoilent pas entièrement, que ce soit envers les lecteurs qu’envers leurs partenaires, mais on peut ressentir une certaine aura mystérieuse qui les entoure tous les deux. Ils cachent des secrets qui pourraient mettre en péril leur relation.

La lecture de ce roman est sympathique, intéressante, assez prenante par moments, elle aborde des thématiques profondes, comme la dépression, le mal-être intérieur, incarné par des personnages touchants. Néanmoins, j’ai trouvé que ces thématiques étaient abordées certainement trop superficiellement, compte tenu de la gravité de celles-ci : plus de densité aurait fait son plus bel effet ! De même, malheureusement, presque une semaine après la fin de ma lecture, je ne garde déjà plus un grand souvenir de cette histoire. Il y a deux années en arrière, j’avais fait la même réflexion pour son précédent ouvrage, Destins brisés, que j’avais pris plaisir à lire, tout en sachant pertinemment que j’allais l’oublier rapidement. Finalement, l’essentiel n’est-il pas de se distraire en passant un bon moment de lecture ?


Un roman jeunesse sympathique, fort, réaliste, qui met en scène une romance touchante entre un couple mixte de danseurs. Bien que l’histoire ne soit pas exceptionnelle, j’ai apprécié découvrir ce livre et ce duo. 

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628611-1

Moi, Themba


Moi, Themba de Sophie Blitman
247 pages, éditions Hachette romans, à 12,90€


Résumé : Themba vit à Soweto, en Afrique du Sud. À douze ans, elle devrait mener la même vie que toutes les jeunes filles de son âge : se concentrer sur l’école, ses amis, sa famille. Mais nous sommes en 1972, le régime de l’Apartheid est de vigueur, et elle est noire.
Elle se sent incomprise et très seule, jusqu’à ce que Waldo, son grand frère, la prenne sous son aile. Contrairement à leurs parents qui font tout pour ne pas se faire remarquer, Waldo pense que les Noirs doivent se révolter.
Themba intègre alors un club de lecture clandestin, qui lui ouvre les yeux et l’introduit à l’activisme. Là-bas, elle peut parler, échanger, débattre librement d’égal à égal. Elle y rencontre des amis, des alliés. Mais surtout, elle se rend compte de l’injustice qu’elle vit au quotidien.
Dès lors, elle va se battre. D’abord discrètement, puis de plus en plus fort, jusqu’à ce que sa voix, mêlée à celle des autres, démolisse l’Apartheid.


Extraits« Je m’appelle Themba Nkomo. J’ai grandi dans le township de Soweto, une banlieue de Johannesburg exclusivement peuplée de Noirs, contrairement à la capitale où n’habitaient que des Blancs. Nous ne vivions pas avec les Blancs, mais à côté d’eux : telle était l’Afrique du Sud dans laquelle j’étais née, la seule que je connaissais. Enfant, cette séparation des races me semblait presque normale. Je dis « presque » car je devais sentir confusément au fond de moi que les choses auraient pu être différentes, mais je ne me posais pas beaucoup de questions.« 

« C’est précieux, les amis. Il faut savoir faire des efforts pour ne pas les perdre. »


Mon avis : Themba est une jeune sud-africaine noire qui vit à Soweto, dans un township proche de Johannesburg, en pleine période d’apartheid. Pendant 20 ans, de 1959 à 1979, l’Afrique du sud subissait une ségrégation raciale conséquente, où la population noire, même si majoritaire, ne disposait pas des mêmes droits que la population blanche. Notre jeune protagoniste, offusquée de cette injustice, accompagne son grand frère Waldo à des réunions-débats clandestins, dont le but est de chercher des solutions pacifiques pour changer les choses. Voir autant de jeunes se réunir pour tenter de rendre leur avenir meilleur, c’est quelque chose de fort, qui prouve que chacun, à son niveau, peut être un engrenage important dans la mécanique essentielle pour faire avancer les choses.

J’ai beaucoup aimé l’héroïne du roman. En effet, Themba est une jeune fille courageuse, avant-gardiste, ambitieuse et téméraire, qui ose agir et faire bouger les choses. Elle ne souhaite pas se cantonner à la vie que mènent ses parents, mais rêve d’un avenir meilleur, où l’ensemble de la population cohabiterait en harmonie. Comme son grand frère Waldo ou son nouvel ami Keagan, elle a l’esprit de contestation, un désir de liberté et d’indépendance. Ensemble, ils vivent à Soweto, dans un township pittoresque à la périphérie de Johannesburg, la plus grande ville d’Afrique du Sud, fréquentée uniquement par une population blanche. On s’aperçoit que l’atmosphère générale de Soweto diffère totalement de sa voisine : des rues poussiéreuses, beaucoup trop de promiscuité, un manque d’hygiène criant… Encore des injustices révoltantes, qui viennent mettre un plus grand fossé entre les deux populations.

Cette histoire, mélange entre fiction et réalité, est une très bonne première approche du terrible Apartheid qui a eu lieu en Afrique du Sud. Les jeunes vont pouvoir se rendre compte avec clairvoyance de l’injustice subie par la population noire – interdiction de certains lieux publics, obligation de détenir un laisser-passer, couvre-feu imposé, emplois réservés aux populations noires, mariages mixtes interdits, intimidation, contrôles fréquents… À plusieurs reprises au cours de l’histoire, il est cité Nelson Mandela, le premier dirigeant historique de la lutte contre l’Apartheid, emprisonné durant près de trente ans, avant de devenir président de l’Afrique du Sud en 1994. Rappelons que ce livre s’adresse à un public jeune, peu familier de cet période historique ; il aurait été sans doute judicieux de rappeler les actions menées contre l’injustice raciale par celui que tout le monde surnomme Mandiba.

De même, une suite à Moi, Themba serait sans doute la bienvenue, pour permettre de se faire une idée globale de la cessation de l’Apartheid, des moyens employés, des populations engagés et du changement de mentalité progressive qui s’est faite les années suivantes. Cela nous permettrait en même temps de retrouver Themba et son mari et de constater l’évolution dans leur manière de vivre, de se déplacer, mais aussi dans l’éducation qu’ils insufflent à leurs enfants.


Un roman jeunesse intéressant, qui mêle fiction et réalité pour expliquer avec justesse au jeune public la ségrégation raciale qui sévissait en Afrique du Sud durant une grande partie du siècle dernier.

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628566-4

Le pouvoir du crochet


Le pouvoir du crochet de Vera Strange
234 pages, éditions Hachette romans, à 13,90€


Résumé :  » Quiconque possèdera mon crochet détiendra le pouvoir de ne jamais grandir.  » Barrie a 11 ans, presque 12. Son anniversaire arrive à grands pas et, contrairement aux collégiens de son âge, il est triste. Si seulement il pouvait rester un enfant toute sa vie… Jouer aux jeux vidéo, faire du skate, se plonger dans des livres d’énigmes, loin des attentes des adultes qui augmentent chaque année. Quand son père lui propose de visiter la marina de sa ville, il y va plus par obligation que par réel intérêt.
Mais, là-bas, il découvre une histoire très mystérieuse. Celle du Capitaine Crochet. Personne, encore aujourd’hui, ne sait comment il a perdu sa main. Voilà une énigme faite pour Barrie ! Mais quel sera le prix à payer pour découvrir le secret du fameux Crochet ?


Extraits« Une grande soeur, c’est vachement plus flippant qu’un pirate.« 

« Barrie pense aussi à ses parents, qui stressent en permanence pour leur travail, les factures à payer. Être adulte lui paraît encore pire qu’être adolescent. Plus on grandit, estime-t-il, plus la vie est dure. »


Mon avis : Vera Strange réinvente l’histoire de Peter Pan et du Capitaine Crochet, dans un récit jeunesse rempli d’aventures effrayantes. Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Barrie, un petit garçon de 11 ans scolarisé en classe de CM2 avec ses deux meilleurs amis, John et Michael, qui se baptisent d’eux-mêmes « Les Garçons Perdus ». Il vit une vie paisible entouré de ses parents et de sa grande soeur Rita, jeune lycéenne, submergée de devoirs. Mais Barrie ne souhaite pas grandir, endosser les responsabilités de ses parents, avoir autant de travail que sa soeur. Il veut pouvoir jouer à jamais avec ses meilleurs amis, profiter de son insouciance d’enfant sans avoir à s’inquiéter de l’avenir. Lorsqu’il visite le musée maritime avec sa famille et particulièrement la marine dédiée aux pirates, Barrie découvre un trésor caché : le fameux crochet du Capitaine Crochet, accompagné d’un vieux parchemin stipulant que ce crochet rouillé permet à son détenteur de ne jamais grandir. Une aubaine pour le petit garçon, qui l’embarque sans se soucier des conséquences. Malheureusement pour lui, ce vol va réveiller la colère du Capitaine Crochet, qui va tout faire pour récupérer son bien.

J’ai beaucoup aimé la revisite de ce classique des contes pour enfants. L’histoire est prenante, haletante au possible, on est transbahuté entre le rêve et la réalité, entre un univers imaginaire fantastique et le monde réel, tant et si bien qu’on s’y perd rapidement : ce qui se déroule sous nos yeux, est-il réel ? En somme, Vera Strange a réussie son pari : nous faire retourner en enfance, dans un monde imaginaire, où tous les rêves sont possibles et accessibles. J’y ai cru, je me suis laissé embarquer dans les périples de Barrie, je me suis prise à frissonner à plusieurs instants, tant j’étais impliquée dans l’histoire. Car la particularité de cette série de Disney, c’est que les méchants se transforment véritablement en personnages effrayants, qui viennent semer la discorde dans la vie de nos héros. Frissons garantis !

Bien évidemment, Le pouvoir du crochet se targue d’une petite morale pour les jeunes et moins jeunes : le temps passe inéluctablement, nous ne pouvons pas l’arrêter ni le retarder. Il est donc essentiel de pouvoir profiter de chacun des instants qui nous sont offerts. Le personnage du capitaine Crochet symbolise l’adulte, dont les heures sont comptées, comme en témoignent les « tic-tac » incessants qui viennent terrifier notre méchant héros. En parallèle, Barrie représente un garçon plein de vitalité, de joie de vivre, de rêves encore accessibles, qui a toute la vie devant lui pour faire ce qui lui plaît. Deux personnages antinomiques garants de fortes symboliques.

J’ai bien aimé également le dénouement, qui détonne avec les habituelles fins Disney où « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Ici, l’auteure nous propose une fin ouverte, intrigante, effrayante aussi, où, à l’instar de notre protagoniste, chaque lecteur est invité à ouvrir son imagination pour dessiner son dénouement rêvé. Une prolongation de l’histoire bien pensée, qui nous donne le pouvoir de décider.


Vera Strange nous offre une revisite effrayante du célèbre conte Disney de Peter Pan et du Capitaine Crochet. Un récit haletant, qui nous replonge en enfance, dans un pays rempli de rêves et d’imagination, où tout n’est pas si rose qu’il n’en a l’air. Une histoire jeunesse bien construite, qui divertit tout en nous faisant réfléchir.

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628567-1
Traduction : Christophe Rosson