Journal d’un baby-sitter


Journal d’un baby-sitter de Paul Beaupère

256 pages, éditions Le Livre de Poche jeunesse, à 5,90€


Résumé : Norbert a 14 ans, des petits problèmes de diction (il est bègue), des lunettes, une maladresse certaine, mais un vrai talent de dessinateur et un grand sens du contact avec les enfants. Il décide donc de proposer ses services de baby-sitter. Et c’est là que ses ennuis commencent…


Extraits : « Je sais que c’est idiot, mais le plus souvent, ce sont les filles qui font du baby-sitting. On se demande bien pourquoi d’ailleurs. »

« Un enfant, c’est comme une bombe atomique, tu es assis juste à côté, tranquille, mais tu ne sais jamais à quel moment il va exploser… Mais c’est beaucoup plus mignon qu’une bombe atomique. »


Mon avis : Journal d’un baby-sitter est, comme son titre l’indique, un roman jeunesse construit sous forme de journal intime illustré. Nous suivons Prosper, un jeune garçon de 14 ans, bègue, mal intégré socialement, qui arrive à nouer contacte avec les enfants et à leur parler correctement. Il se lance alors dans le baby-sitting et propose ses services à l’ensemble des occupants de son immeuble. Mais les baby-sittings de Prosper ne vont pas s’avérer de tout repos.

Le journal est construit de façon assez originale, puisqu’il s’agit d’un dialogue entre notre protagoniste et le fameux journal. Prosper confie au journal son quotidien et ce dernier lui répond de manière humoristique et décalé. Avec ces deux-là, on ne s’ennuie pas !

J’ai beaucoup aimé la construction du roman : chacune des pages est illustrée différemment, avec des dessins, des post-its, des petits dialogues humoristiques qui viennent animer le texte initial. C’est bien réalisé et ça donnera davantage envie aux jeunes enfants de découvrir cette histoire.

Le personnage de Prosper est touchant, notamment à cause de son bégaiement, qui est pour lui un réel handicap. Il n’arrive pas à aligner deux mots l’un après l’autre, doit s’aider de posts-its pour se faire comprendre. Un handicap partagé par sa meilleure amie Zoé, sourde et muette. Tous deux, ils forment un duo de choc et arrivent à communiquer dans un langage qui leur est propre. Norbert va peu à peu gagner confiance en lui et s’épanouir dans ses nouvelles fonctions de baby-sitter.

L’ensemble de l’histoire est divertissante, rafraîchissante et pleine de surprises. J’ai beaucoup aimé découvrir l’ensemble des habitants de l’immeuble de Prosper, Madame Escalier, la concierge, et son chien Crocfroc, les américains Anderson et l’ensemble de leurs enfants, le mystérieux Monsieur Alfred, Lucille et sa librairie Le Lapin qui Lit, Rachid et Claire et leur boutique À Toute heure… Des habitants disparates,  mais un immeuble animé, bien plus que vous ne pourriez l’imaginer…

Pour ceux qui souhaiteraient continuer à suivre les aventures de Prosper, sachez que vous pouvez le retrouver dans le tome 2, Pas de bruit, bébé dort… enfin presque !


Un journal intime revisité, divertissant et décalé, avec des illustrations bien réalisées, qui devrait plaire aux jeunes adolescents. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

2 réflexions sur “Journal d’un baby-sitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s