Chick-lit·Romance

Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent


Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent de Elie Grimes

439 pages, éditions Préludes, à 16,90€


Résumé : Zoey est la sœur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton. Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…
Voici une comédie cent pour cent new-yorkaise, sexy et efficace ! Ce chassé-croisé amoureux contemporain porté par des dialogues vifs et percutants, rythmé par mille et un rebondissements, révèle une héroïne au caractère volcanique.


Extrait :  « Rend coup pour coup mais ne sois jamais déloyale. Jamais. Ce sont les lâches qui ont besoin d’avoir recours à ce genre de méthodes. Les lâches et les gens sans intelligence.« 


Mon avis : Il paraît que les titres à rallonge, c’est la mode : ça attire le regard et demande plus de temps de réflexion. C’est vrai. En tout cas, c’est le titre énigmatique qui m’a donné envie de lire ce livre.

Zoey est une jeune femme épanouie dans sa vie professionnelle, puisqu’elle a ouvert il y a peu sa propre entreprise de traiteur, avec son assistante et amie Sally. Une passion de la cuisine qu’elle tient de sa grand-mère Nana, qui a vendue énormément de livres de recettes dans le monde entier. Tout semble paisible dans la vie de Zoey, jusqu’à ce qu’elle rencontre Matthew Ziegler, critique gastronomique reconnu, qui compte bien noter la cuisine de Zoey. Comme si ce stresse ne suffisait pas, il fallait que ce Matthew provoque des émotions ambigus à Zoey.

Les gentilles filles ne gâchent pas la nourriture, ne prennent pas de taxi avec des inconnus, ne sortent pas le soir, restent pudiques en toutes circonstances… c’est du moins l’idée que se fait Elie Grimes des gentilles filles. Alors notre protagoniste, est-elle une gentille fille ? Bien qu’elle en ait tout l’air, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même. En tout cas, c’est une fille attachante et pleine de ressources. Elle se veut indépendante des autres, mais reste très attachée à sa famille. Elle est entreprenante, courageuse et dotée d’un fort caractère qui ne laisse pas indifférent.

Zoey va se retrouver dans des situations improbables, qui ont tout l’attrait pour faire rire le lecteur. Sans conteste, ses maladresses et étourderies ont au moins le mérite de nous distraire.

De l’humour à revendre, certes, mais beaucoup d’amour aussi. De l’amour familial, notamment entre Zoey et sa grand-mère Nana, Zoey et son frère Dalton, ou nouvellement Zoey et sa mère Fran, qui pourtant, a toujours été mondaine et froide. De l’amour amical, entre Zoey et son amie et assistante Sally, ou Zoey et son meilleur ami d’enfance Adrian. Mais aussi de l’amour passion, avec un début de relation énigmatique avec Matthew, critique gastronomique. C’est bien connu, les gentilles filles ont un grand coeur.

Une histoire dynamique, qui reprend tous les grands codes de la chick-lit : histoires d’amour, humour, légèreté… Néanmoins, j’aurais souhaité peut-être un peu plus d’originalité dans le récit, un petit quelque chose en plus qui m’aurait permis de me souvenir plus précisément de ce livre. Car, pour être honnête : même si j’ai passé un bon moment de lecture, l’histoire risque de disparaître totalement de mon esprit dans les semaines à venir.


Voici la recette de ce chick-lit savoureux : une cuillerée d’histoires légères, agrémentées d’un zeste d’amour. Pour pimenter ce récit, une dose d’humour, puis faites mijoter à feu doux. Enfourner quelques heures au four, mais attention, ne le laissez pas cuire trop longtemps, car c’est bien connu : les gentilles filles savent cuisiner. Vous obtenez ainsi une comédie romantique délicieuse.

Ma note : 6,5/10

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent »

  1. Ping: G

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s