Chipie à tout prix


Chipie à tout prix de Dear Caroline et Cali Keys

456 pages, éditions Prisma, à 17,95€


Résumé : Angie est une jeune fille passionnée par ses études de cinéma, mais jalousée par les gens de sa classe, humiliée chaque jour par une prof peu compréhensive, et qui doute terriblement de ses qualités. Pourtant pleine d’idées créatives, elle n’a qu’un ami qui l’encourage à s’épanouir, Anthony, avec qui elle peut être vraiment elle-même, sans tenir compte du regard des autres. D’autant qu’elle tombe amoureuse d’un jeune cinéaste venu donner des conférences dans son école, un amour interdit qui ne simplifie pas sa vie !
Un jour, elle décide d’ouvrir une chaîne Youtube, comme les filles qu’elle suit et avec qui elle développe bien plus d’affinités qu’avec celles de sa classe. Elle va y trouver de vraies amies et une activité qui donne du sens à sa vie. Mais quand le succès surgit, Angie doute encore. Et son amour résistera-t-il au tourbillon ?
Un livre qui nous fait rire, réfléchir et dont on ressort boosté et plein d’énergie pour affronter le monde !


Extraits : « J’ai du mal à reprendre mon souffle, mes yeux sont humides des larmes qui ne demandent qu’à couler, ma mâchoire est serrée tout comme mes poings et si on me demandait mon prénom à ce moment, je serais capable de répondre Robert. »

« On n’imagine pas ce que l’absence d’un père peut ravager dans le coeur d’un enfant. On n’imagine pas ce sentiment de vide qui nous poursuit, cette impression qu’on ne vaut rien parce que le mot « papa » n’existe pas dans notre vocabulaire, dans notre vie.« 


Mon avis : La célèbre Youtubeuse et influenceuse Dear Caroline n’échappe pas à la mode qui sévit en ce moment : celle d’écrire un livre. Elle s’est associée à Cali Keys, une romancière suisse connue, dont j’apprécie particulièrement la plume, pour écrire Chipie à tout prix.

Angie est passionnée de cinéma, mais sa professeure, tout comme ses camarades de classe ne l’apprécient guère, et font tout pour le lui montrer et pour lui mettre des bâtons dans les roues. Écoeurée par ces attitudes, la jeune fille regagne espoir en voyant arriver un intervenant/producteur connu – et très séduisant -, le célèbre Mickaël. Ce dernier va encourager Angie à continuer dans cette voie, au détriment des commentaires de sa professeure. Galvanisée par l’attention que lui réserve Mickaël et très sensible à son charme, les deux jeunes gens vont vivre une histoire d’amour interdite, qui leur coûterait beaucoup si elle était découverte.

Sans connaître très bien Dear Caroline, je dirais que le personnage d’Angie peut ressembler quelque peu à l’auteure : c’est une jeune fille belle et séduisante, qui doit être très souvent jalousée à cause de son physique avantageux. Elle décide d’ouvrir une chaîne Youtube pour échapper à son quotidien et pour se sociabiliser, commence à tourner des vidéos qui fonctionnent et qui lui apportent une notoriété grandissante et une communauté très présente.

J’ai bien aimé le message sous-jacent des auteures, qui incitent les lecteurs à suivre leurs rêves, peu importe ce qu’en disent les autres. Pour exemple, Mickaël, le producteur et petit ami d’Angie, n’est pas favorable au « passe-temps » de Youtubeuse de la jeune fille, rabaissant cette dernière et l’ensemble du travail fourni pour tourner, monter ses vidéos et animer sa communauté. Malgré ses réticences et ses critiques, Angie décide de suivre son instinct et de faire ce qu’elle aime. Une philosophie de vie positive, qui pourra faire échos chez de nombreuses personnes.

En revanche, la romance entre ce jeune producteur et cette jolie élève m’a laissé totalement de marbre. Je trouve déjà assez invraisemblable et quelque peu cliché le fait que cet homme, si célèbre, s’amourache d’une étudiante en cinéma. C’est un schéma qui a déjà été vu et revu dans de multiples ouvrages et films, et qui n’a rien d’original. Leur amour est immédiat, intense, trop rapide, pas assez réaliste : c’est simple, je n’y ai pas cru dès le départ.


Une romance feel good, qui devrait plaire à un large public. 

Ma note : 4/10

Pour lire plus d’avis

 

Publicités

The Other Woman


The Other Woman by Jane Green

438 pages, at £10,99


Summary : Ellie and Dan are living proof that opposites attract. He always follows instructions and she throws the manual away. He loves sports whereas Ellie’s allergic to any form of exercise. Ellie doesn’t have a mother. And Dan does – a mother who wants to take over… EVERYTHING.

At first Ellie is thrilled to have Linda as her « adopted » mother and to be a part of the close, loving Cooper family. But when she and Dan decide to get married and wedding plans progress, she starts to wonder : is it normal for Linda and Dan to speak on the phone twice a day ? How on earth do they come to be having a reception with Chilean bloody seabass and humongous bloody white ribbons tied everywhere when all she wanted was a quiet register office do ?

In fact, is she marrying Dan… OR HIS MOTHER ?

And Ellie’s problems have just began. When she discovers she’s pregnant she realizes that Linda’s only been rehearsing for the real takeover. She seems to want to live her life through Ellie, and in the words of the immortal Princess Diana, there are three of them in the marriage…


My opinion : That is my first chronic in English, so I hope you will be lenient with me.

For my first reading in English, I choose an easy book to read in English, without many complicating words : The Other Woman by Jane Green, a chick-lit novel. It tells the love story between Ellie and Dan, a young couple, which decided to get married together. But the only thing that Ellie didn’t know, it’s that Linda, the mother of Dan, wants to control every aspects of their marriage, like this is it’s her own marriage and not that one of Ellie and Dan. After the marriage, Ellie throw pregnant, and Linda continues to be omnipresent in their life. It’s too much for Ellie. Whereas to beginning of their relationship she loved Linda, now she thinks Linda crosses the lines.

I think it’s a slight story like I love. The Other Woman describes a real life that many other women can lives. I have often hear to talk about the mothers-in-laws are very nasty with their daughters-in-laws, in the sense where they love so much their sons that they don’t want to give him to an another woman. They are so possessive, and intrusive, and this novel going to the sense of this cliché.

Like many relationships, that of Ellie and Dan is not all the time pink and great. There are many ups and downs, many beautiful moments, but many disagreements too. A couple is not agree together all the time. I have like so much this story because it shows the reality of a couple, and not a cliché or an utopic love story.

I would like to have the follow-up of the adventures of Ellie, Dan, Tom, Linda and the others characters. Like I have took many times to read this book (my first reading in English, I prefer to remind), I have be attached to all of us, and I would like very much to understand what they are become.


A great romance, which will make you pass a good moments. 

Ma note : 6,5/10

Pour lire plus d’avis

 

 

Fallait pas l’inviter !


Fallait pas l’inviter ! de Aloysius Chabossot

184 pages, éditions Eyrolles


Résumé : Agathe, jeune trentenaire au caractère bien trempé, célibataire (apparemment) assumée, en a plus qu’assez des allusions de ses parents sur son statut de supposée ?vieille fille?. Lors d’une grande réunion familiale en vue de préparer le mariage de son frère Philippe, quand la sempiternelle question tombe une nouvelle fois : ?Viendras-tu accompagnée ?? la réponse fuse comme une balle : oui, elle sera accompagnée ! De son fiancé, Bertrand, jeune publicitaire en vogue doté de toutes les qualités du monde !
Seul problème : pour le moment, le beau Bertrand n’existe que dans son imagination. Il va donc falloir lui donner vie, et par tous les moyens ! Défi relevé aussitôt par une Agathe déterminée, qui n’a que quelques jours devant elle pour que la réalité colle à la fiction. Dès lors, elle va se retrouver emportée dans une folle histoire aux répercussions aussi insoupçonnables qu’imprévisibles. Pour le meilleur? et pour le pire !


Extraits « Quelle serait l’expression la plus adéquate pour décrire la situation ? Un paquebot transatlantique avec des rames ? Voilà, c’était le mot juste. Pour qualifier le pétrin dans lequel je barbotais, « galère » aurait semblé un tantinet simplet. Avec des trous dans la coque, le paquebot, s’il vous plaît, et délesté de tous ses canots de sauvetage, tant qu’à faire. »

« Il faut bien reconnaître qu’en règle générale les mecs estiment qu’une fois dans les murs l’affaire est entendue. Adieu le romantisme en carton-pâte des premières heures, bonjour les chaussettes sales qui traînent dans le couloir, le lavabo plein de dentifrice, les soirées télé sans décrocher un mot, les vacances chez les beaux-parents pour économiser. À ce compte-là, je préfère encore rester seule et m’offrir un Kinder sur pattes quand l’envie m’en prend. »


Mon avis : Imaginez que votre frère se marie et que vos parents se cessent de vous faire des réflexions sur votre statut de célibataire… l’horreur ! Pour leur clouer le bec, Agathe, une jeune trentenaire, décide de venir au mariage de son frère accompagnée de Bertrand, un publicitaire. Le seul problème : Bertrand n’existe pas. Agathe va tout faire pour trouver un homme capable de jouer la comédie. Un défi qui ne sera pas de tout repos, et qui est loin de se dérouler comme prévu…

Fallait pas l’inviter ! est un bon chick-lit, frais, léger et divertissant. Les pages s’enchaînent avec fluidité et apportent chacune son lot de surprises. Si vous avez un coup de mou, que vous souhaitez vous divertir et passer un bon moment, n’hésitez pas à lire ce livre !

Notre jeune protagoniste est un personnage haut en couleur, dotée d’un caractère bien trempé, mais qui s’avère quand même être une femme très attachante. Son sens de l’humour et son autodérision m’a ravie.

Si vous avez apprécié cette histoire, sachez qu’Aloysius Chabossot a écrit une suite aux aventures d’Agathe, intitulée Fallait pas craquer !, que je serais curieuse de découvrir…


Un roman pimenté et hilarant, qui sort demain, jeudi 20 septembre 2019 dans toutes les librairies !

Ma note : 6,5/10

 

(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire


(Presque) jeune, (presque) jolie, (de nouveau) célibataire de Stéphanie Pélerin

187 pages, éditions Diva Romance, à 7,99€


Résumé : Quand Ivana se fait larguer comme une vieille chaussette par Baptiste, après huit ans d’amour, il ne lui reste plus que ses kilos et ses rides à compter. Pas facile de se retrouver sur le marché des célibataires à la trentaine, quand, pour couronner le tout, on manque de confiance en soi.
Tentant d’ignorer son chagrin, elle décide de reprendre sa vie (et son corps) en main et s’inscrit sur « Be my boy », célèbre site de rencontres. Si l’offre est alléchante, les produits sont souvent de second choix, voire des retours de marchandise… Heureusement, il reste les amies et le bon vin.
À travers des expériences étonnantes, Ivana doit réapprendre à prendre soin d’elle. Mais rien ne sert de courir… il suffit juste d’être au bon endroit, au bon moment.


Extraits « Tu te moques du regard des autres. Cherche à savoir ce que, toi, tu attends réellement de la vie et de quelle manière tu veux y parvenir. Tu te caches derrière une prétendue opinion que les autres peuvent avoir de toi. Mais tu ne pourras jamais obtenir l’assentiment de tout le monde. »

« En outre, depuis quelques mois elle ne focalisait son attention que sur le poids qu’elle avait pu prendre, doucement mais sûrement : les fameux kilos du couple. Ceux qui s’installent avec la routine. Ceux que Monsieur reproche facilement à Madame, occultant le fait qu’il a généralement hérité des mêmes. Les poignées d’amour masculines se déclinent en bourrelets disgracieux quand on les met au féminin. Se retrouver sur le marché du célibat alors qu’on n’était plus vraiment ni jeune ni jolie, il ne pouvait lui arriver pire tuile ! »


Mon avis : Ce tout petit livre était prometteur : un titre accrocheur et hilarant, une couverture sympathique et un résumé qui annonçait une histoire légère, parfaite pour une lecture sans prise de tête. Ma lecture le fût, sans prise de tête, mais elle ne fût pas aussi bonne que ce que je pensais.

Ivana est une jeune femme nouvellement célibataire, qui va chercher à retrouver l’amour, via tous les moyens possibles et inimaginables (inscriptions sur des sites de rencontres, rencontres fortuites dans les toilettes…). Nous allons la suivre dans sa quête du grand amour, et aussi bien Ivana que nous ne sommes au bout de nos surprises…

J’ai eu un peu de mal à adhérer à l’histoire et à m’attacher au personnage d’Ivana. Il faut dire aussi que le format du livre ne le permettait pas, puisqu’avec seulement 200 pages, il est compliqué de poser les bases du récit tout en développant convenablement l’histoire.

Par ailleurs, je suis assez déçue du dénouement final, que j’ai trouvé un peu bâclé, trop écourtée. Il est un peu à l’image du livre : trop simple, trop rapide, pas assez développé.

Par simple curiosité, je lirai quand même le deuxième tome, qui se trouve actuellement dans ma Pile à Lire, pour découvrir ce que sont devenus les aventures amoureuses de Ivana. J’espère apprécier davantage le deuxième tome !


Une lecture légère et agréable, mais bien trop courte à mon goût. Je n’ai pas pu m’insérer dans le récit, apprécier l’histoire et la protagoniste. Dommage !

Ma note : 4/10

 

La styliste


La styliste de Rosie Nixon

479 pages, éditions Diva romance, à 18€


Résumé : Luxe, paillettes, romance, coups bas et jalousie… Les coulisses de la mode ne sont pas de tout repos !
Quand Amber Green, employée dans une boutique luxueuse de Londres, se fait offrir par erreur le poste d’assistante de Mona Armstrong, LA styliste des stars, elle n’en croit pas sa chance.
Seulement, les choses ne se passent pas exactement comme elle l’avait prévu. En plus d’apprendre à faire des cafés pour une patronne aux exigences particulières et dénicher des robes extraordinaires pour des actrices, elle doit aussi apprendre à gérer des égos démesurés et à prendre soin d’un cochon nain. Pas facile !  Pour couronner le tout, le nouveau boulot d’Amber place sur son chemin non pas un, mais deux prétendants aussi excitants l’un que l’autre… Notre apprentie styliste arrivera-t-elle à garder les pieds sur Terre ? Et, plus important encore, que va donc porter tout ce beau monde lors des prochains galas ?


Extraits :  « Rien ne rend un article plus désirable que les six mois d’attente nécessaires pour l’obtenir.« 

« Une seule chose est pire que de faire parler de soi : c’est de ne pas faire parler de soi. »


Mon avis : Envie d’évasion ? Envie de changer de vie le temps d’une lecture ? Je vous propose de plonger dans le monde très sélect du stylisme. C’est une expérience unique : pouvoir côtoyer des stars, approcher les tapis rouges, participer aux fêtes les plus branchées… tout comme Amber, la protagoniste, laissez-vous porter par cette parenthèse enchantée.

Amber Green n’est qu’une petite vendeuse d’une boutique luxueuse, lorsqu’elle va être repérée par Mona Armstrong, une star américaine, qui lui propose de devenir sa styliste, le temps des Globes, des Oscars et autres représentations prochaines. Ni une ni deux, la jeune femme y voit là une chance en or, qui ne se représentera sans doute jamais dans sa vie. Elle se retrouve plongée dans un monde stylisée, aux côtés de personnalités exigeantes et hyper-médiatisées.

Entre ces stars qui accordent une grande importance à leur image et cette petite Amber, jeune femme négligée, pas très féminine, un peu maladroite… le contraste est frappant ! Mais c’est justement ce qui fait la richesse de cette histoire : la rencontre de deux mondes diamétralement opposés, qui vont chacun en apprendre plus de l’autre. C’est aussi grâce à ces différences que le lecteur va rigoler, puisque les quiproquos seront nombreux, tout comme les maladresses ou les situations inattendues…

Le monde du stylisme, de la mode, des tapis rouges et des paillettes est un monde qui fascine certains, autant qu’il fait horreur à d’autres. C’est en effet un monde éphémère, qui ne dure qu’un court temps, et qui se finit souvent brutalement pour certains. Un monde stylisé, qui se base uniquement sur l’apparence et qui néglige totalement la personnalité.

Néanmoins, on y découvre que les apparences ne font pas tout, et que derrière ces personnes aux richesses de façades, se cachent souvent des gens tristes, avec des secrets, des ennuis, des problèmes. Le monde des stars n’est pas tout blanc, il comporte lui aussi son lot de difficultés, comme vous pourrez le découvrir.

Bien évidemment, comme tout bon chick-lit qui se respecte, après la mode, vient l’amour. Je ne vous en dirais pas plus, pour vous laisser le soin de découvrir par vous-même, mais sachez que notre petit Amber ne va pas rester indifférente face au charme de certains hommes…


Si vous recherchez une lecture détente, je vous conseille ce chick-lit. Il vous enlèvera un temps de votre quotidien pour vous apporter dans un espace de luxe et de mode. Une expérience à tester !

Ma note : 7/10

Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent


Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent de Elie Grimes

439 pages, éditions Préludes, à 16,90€


Résumé : Zoey est la sœur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton. Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…
Voici une comédie cent pour cent new-yorkaise, sexy et efficace ! Ce chassé-croisé amoureux contemporain porté par des dialogues vifs et percutants, rythmé par mille et un rebondissements, révèle une héroïne au caractère volcanique.


Extrait :  « Rend coup pour coup mais ne sois jamais déloyale. Jamais. Ce sont les lâches qui ont besoin d’avoir recours à ce genre de méthodes. Les lâches et les gens sans intelligence.« 


Mon avis : Il paraît que les titres à rallonge, c’est la mode : ça attire le regard et demande plus de temps de réflexion. C’est vrai. En tout cas, c’est le titre énigmatique qui m’a donné envie de lire ce livre.

Zoey est une jeune femme épanouie dans sa vie professionnelle, puisqu’elle a ouvert il y a peu sa propre entreprise de traiteur, avec son assistante et amie Sally. Une passion de la cuisine qu’elle tient de sa grand-mère Nana, qui a vendue énormément de livres de recettes dans le monde entier. Tout semble paisible dans la vie de Zoey, jusqu’à ce qu’elle rencontre Matthew Ziegler, critique gastronomique reconnu, qui compte bien noter la cuisine de Zoey. Comme si ce stresse ne suffisait pas, il fallait que ce Matthew provoque des émotions ambigus à Zoey.

Les gentilles filles ne gâchent pas la nourriture, ne prennent pas de taxi avec des inconnus, ne sortent pas le soir, restent pudiques en toutes circonstances… c’est du moins l’idée que se fait Elie Grimes des gentilles filles. Alors notre protagoniste, est-elle une gentille fille ? Bien qu’elle en ait tout l’air, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même. En tout cas, c’est une fille attachante et pleine de ressources. Elle se veut indépendante des autres, mais reste très attachée à sa famille. Elle est entreprenante, courageuse et dotée d’un fort caractère qui ne laisse pas indifférent.

Zoey va se retrouver dans des situations improbables, qui ont tout l’attrait pour faire rire le lecteur. Sans conteste, ses maladresses et étourderies ont au moins le mérite de nous distraire.

De l’humour à revendre, certes, mais beaucoup d’amour aussi. De l’amour familial, notamment entre Zoey et sa grand-mère Nana, Zoey et son frère Dalton, ou nouvellement Zoey et sa mère Fran, qui pourtant, a toujours été mondaine et froide. De l’amour amical, entre Zoey et son amie et assistante Sally, ou Zoey et son meilleur ami d’enfance Adrian. Mais aussi de l’amour passion, avec un début de relation énigmatique avec Matthew, critique gastronomique. C’est bien connu, les gentilles filles ont un grand coeur.

Une histoire dynamique, qui reprend tous les grands codes de la chick-lit : histoires d’amour, humour, légèreté… Néanmoins, j’aurais souhaité peut-être un peu plus d’originalité dans le récit, un petit quelque chose en plus qui m’aurait permis de me souvenir plus précisément de ce livre. Car, pour être honnête : même si j’ai passé un bon moment de lecture, l’histoire risque de disparaître totalement de mon esprit dans les semaines à venir.


Voici la recette de ce chick-lit savoureux : une cuillerée d’histoires légères, agrémentées d’un zeste d’amour. Pour pimenter ce récit, une dose d’humour, puis faites mijoter à feu doux. Enfourner quelques heures au four, mais attention, ne le laissez pas cuire trop longtemps, car c’est bien connu : les gentilles filles savent cuisiner. Vous obtenez ainsi une comédie romantique délicieuse.

Ma note : 6,5/10

 

Sextoys et bulles de savon


Sextoys et bulles de savon de Mily Black

216 pages, éditions Diva romance, à 14,90€


Résumé : Fanny a tout plaqué pour ouvrir cette boutique. Tout, c’est sa vie, son job d’ingénieur dans une entreprise de cosmétique, et le salaire qui va avec. Pourquoi ? Pour vendre des produits de beauté bio et… des sextoys. Drôle d’idée, lui dira-t-on, surtout dans un petit village qui compte en tout et pour tout trois commerces. Mais l’idée va plus loin que ça. Fanny veut aider les femmes à se sentir mieux dans leur peau, par tous les moyens, pour elle-même surmonter les traumatismes de son adolescence. Alors quand elle fait la rencontre de Jenny, une jeune femme qui montre des signes de maltraitance, elle ne peut rester insensible.

Face aux détracteurs offusqués par ses produits, la jeune femme va devoir faire preuve de persévérance et d’humour. Deux qualités qui lui seront également utiles pour résister au charme d’Édouard, le policier du village qui lui donne du fil à retordre. Elle, qui a pourtant pour règle de ne s’attacher à personne…


Extraits :  « Le sexe a beau être présent partout dans notre société, il reste néanmoins un sujet délicat.« 

« Prendre soin de sa peau ne suffit pas à se sentir mieux. Les femmes ont besoin de s’épanouir, que ce soit dans le domaine professionnel, comme dans celui de l’intime. Les livres les plus récents sur le sujet démontrent l’importance d’une sexualité active et créative. Je ne fais que fournir les bases pour apprendre à apprivoiser son corps. »


 

Mon avisC’est avec le sourire aux lèvres que j’ai débuté ce nouveau roman, signé Mily Black. L’année dernière, cette même auteure m’avait fait passer un bon moment dans Petits dérapages et autres imprévus, une romance légère, qui avait égayée mes journées, tout en me faisant voyager. C’est avec enthousiasme que je réitère donc ma découverte de cette auteure française.

Fanny a eut l’étonnante idée d’ouvrir une nouvelle boutique assez spéciale. Alors que dans l’avant-salle elle vend des produits de beauté bio, dans l’arrière-salle, vous pourrez y découvrir des sextoys. Son idée ? Prendre soin de sa peau et de son corps pour s’épanouir et se sentir mieux. Mais voilà, son idée ne plaît pas à tout le monde, puisque la mère du maire est réfractaire à cette implantation et n’hésite pas à lui envoyer Edouard, un policier, pour lui faire cesser son activité. Hélas, contre toute attente, Fanny va doucement tomber sous le charme de ce policier, à qui elle va faire de nombreuses avances.

Vous l’aurez compris, dans cette romance, l’humour est maître. Fanny est une protagoniste excentrique, qui n’y va pas de main morte pour faire la promotion de son nouveau commerce. Vous la verrez dans des tenues affriolantes, dans des mises en scènes amusantes… Vous n’êtes pas au bout de vos surprises ! Ce personnage extravagant est contrebalancé par le conformisme de Madame Lobarde, offusquée et scandalisée par l’idée saugrenue de Fanny. Elle tentera par tous les moyens de lui mettre des bâtons dans les roues. Un jeu du chat et de la souris hilarant !

Mais derrière cette légèreté apparente, se cachent quand même des sujets plus profonds. En effet, l’auteure tend à rendre les femmes maîtresses de leurs propres corps. Elle veut qu’elles s’assument et s’amusent en même temps, et non qu’elles dramatisent à tout va ou se cachent derrière ce que la société impose comme la norme.

De plus, la deuxième grande partie du roman met en avant un sujet des plus sérieux, puisque d’actualité dans notre société : la violence faite aux femmes. Jenny, jeune femme introvertie et réservée, subit les coups de son compagnon, sans jamais se rebeller. Devenue dépendante financièrement de son conjoint, qui l’isole et la coupe du monde entier, Jenny n’a plus d’accroche pour s’en sortir. C’est ce qu’à découvert Fanny, qui va tenter de l’aider du mieux qu’elle le peut. Un bon sujet, bien traité, qui peut permettre d’accompagner certaines femmes vers la libération et l’émancipation conjugale. De quoi redonner espoir à certaines femmes : la prise de parole est primordiale pour se révolter, s’en sortir, et changer de vie.

J’en profite pour vous montrer une courte vidéo qui dure 35 secondes, pour sensibiliser à la violence conjugale et aider les femmes à extérioriser leurs problèmes.


Une romance légère et drôle, qui a quand même l’avantage de faire réfléchir sur certains sujets sérieux : la maltraitance conjugale, ou encore la réconciliation féminine avec son corps. Ne boudez pas votre plaisir et poussez la porte de cette boutique originale… bons moments assurés !

Ma note : 7,5/10