Chez le véto


Chez le véto de Béatrice Guelpa
173 pages, éditions Favre, à 15€


Résumé : 50 chroniques édifiantes et émouvantes. Coups de foudre au refuge, coup de sang contre les expérimentations animales, coup de gueule pour raconter la maltraitance ou la négligence de la part de certains maîtres, coup de coeur pour évoquer les belles histoires d’animaux résilients ou les miracles opérés dans le quotidien des familles par des animaux doux et bienveillants : toutes les histoires de ce recueil nous parlent de notre rapport aux bêtes, notre envie d’affection, leur besoin d’attention, nos attentes, sources parfois d’incompréhension, nos projections et révélations réciproques.

Chez le véto évoque aussi, bien sûr, des histoires de bobos, d’angoisse en attendant le diagnostic, ou de chagrin, lorsqu’un compagnon de route s’en va. Mais aussi des récits drôles, tendres, de petits soucis à résoudre, de naissance, de guérison et de gratitude. Ce livre rassemble les rencontres d’une journaliste talentueuse qui, grâce à l’aide complice des animaux, a su faire se baisser les barrières dans un cabinet vétérinaire romand. Mais derrière les bêtes se cachent surtout les hommes, avec leurs histoires et leurs émotions.


Extraits«  »Ça te dirait d’aller voir ce qui se passe dans la salle d’attente d’un cabinet vétérinaire et d’en faire des chroniques ? » Voilà la proposition que m’a faite Ariane Dayer, rédactrice en cheffe de l’hebdomadaire suisse Le Matin Dimanche.

Les animaux, moi, je n’y connaissais pas grand-chose. Je n’ai ni chien, ni chat, ni poisson rouge. Mais j’aime attendre, alors j’ai dit oui, et pendant deux ans je suis allée régulièrement m’asseoir à côté de propriétaires d’animaux de toutes sortes. Ils m’ont raconté leur vie et celle de leurs perroquet, chien, chat, lézard ou encore tortue. Ils ont évoqué l’expérimentation animale, la maltraitance, mais aussi la résilience et les capacités surprenantes de leurs bêtes. Ils m’ont parlé d’amour. Certains ont pleuré. Pour moi, cette salle d’attente est devenue le miroir de notre société. Un lieu unique, dans lequel les classes sociales, les âges, les origines s’effacent. Et l’intimité des êtres se dévoile. »

« Il y a des moments où le passé s’invite, souvenirs décousus, tristes et gais. Une vie qui défile soudain en accéléré. »


Mon avis : Béatrice Guelpa, journaliste à Genève, a couvert plusieurs théâtres d’opérations étrangères, a également travaillé pour la télévision et le cinéma. On retrouve dans ses chroniques un goût prononcé pour la rencontre, avec une certaine fibre sensible, pleine d’empathie et de volonté de comprendre l’autre.

Durant plusieurs semaines, la journaliste s’est assise dans la salle d’attente d’un vétérinaire, pour regarder les clients passer, échanger avec eux, rencontrer leurs animaux de compagnie. Une expérience humaine originale, qu’elle nous raconte dans plusieurs courtes chroniques distinctes. C’est un petit livre sans prétention, qui se lit rapidement et parlera essentiellement aux amoureux de nos amis les bêtes. Ce sont de très courtes chroniques qui n’excèdent pas deux pages, un peu rébarbatives à la longue, qui se feuillette plus pour apprécier l’expérience sociale que pour le contenu à proprement parler, que j’ai trouvé assez plat. Peut-être qu’avec l’ajout de quelques croquis ou dessins en noir et blanc les chroniques auraient-elles étaient plus dynamiques, intimistes, attachantes.

Elle va voir défiler un panel d’animaux assez phénoménal, avec des chats et chiens classiques, mais aussi des tortues, des serpents, des pigeons et bien d’autres encore… Au contact direct de leurs maîtres et maîtresses, l’auteure va puiser dans les histoires personnelles de chacun et les anecdotes plus ou moins farfelues pour étoffer son livre. Ainsi, on y découvre des histoires sentimentales, touchantes, des relations fusionelles, parfois étonnantes, dissonantes, mais aussi des récits plus tristes, des décès, des séparations forcées… peu importe l’animal, peu importe le propriétaire et leurs vécus, on ressent beaucoup d’amour qui transpire de chacune des chroniques partagées.


Une journaliste dresse des chroniques pleines de vie sur le quotidien d’un cabinet vétérinaire. Une expérience sociale et humaine intéressante, qui nous fait passer un bon moment.

Ma note : 5,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-8289-1885-9

2 réflexions sur “Chez le véto

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s