N’oublie pas d’être heureuse


N’oublie pas d’être heureuse de Christine Orban

216 pages, éditions Le Livre de Poche, à 6,50€


Résumé : 4ème de couverture : Ma mère disait : « n’oublie pas ton chapeau » – mon père me disait : « N’oublie pas d’être heureuse ». Comme s’ils pressentaient à quels dangers je pourrais m’exposer …

Dans ce roman teinté d’humour et de mélancolie, Christine Orban touche à l’essentiel de toute vie.


Extraits  « Le ciel est le reflet du monde qu’il abrite. »

« Ma mère disait : « N’oublie pas ton chapeau ».
Mon père disait : « N’oublie pas d’être heureuse », et la recommandation valait en toute occasion. C’était à la fois plus simple et plus compliqué : attraper le bonheur comme un gilet dans un placard. Trop impalpable, trop indéfinissable, en cela il ressemblait au sommeil qui ne venait pas si on y pensait. »


Mon avis : J’ai été agréablement surprise par cette lecture. Il est vrai que j’aie pris la mauvaise habitude (comme beaucoup, je présume), de lire les avis d’autres lecteurs sur les livres que je m’apprête à découvrir. Très attirée par ce livre – notamment à cause de son fabuleux titre -, j’ai été passablement refroidie par les critiques négatives des internautes. Mais pour une fois, je suis passée outre et j’ai débuté ma lecture.

Maria-Lila vit à Fédala, un petit village rural du Maroc, aux bords de la mer, en pleine campagne. Mais Marie-Lila n’a pas envie de finir comme les femmes de son village, elle rêve de liberté et d’ailleurs. Cet ailleurs a un nom : Paris. Accompagnée de Fifi, une « parisienne » marocaine, Maria-Lila va atterrir à Paris. Mais entre ses rêves et la réalité, les choses sont parfois très différentes.

Paris est un monde à part, où l’aristocratie et la pédanterie se cache à tous les coins de rue. Le choque est brutal pour Maria-Lila, qui n’a jusqu’alors connue que son village natal du Maroc. J’avoue que certaines scènes parisiennes sont beaucoup trop exagérées et bien éloignées du quotidien parisien actuel. Edmond, ce jeune aristocrate et sa riche famille notamment, qui donne de grandioses réceptions nous renvoient quelque peu au XVIIème ou XVIIIème siècle. Cet anachronisme n’a pas gêné ma lecture outre mesure, mais certains pourraient voir ces scènes comme trop clichées et peu réalistes.

N’oublie pas d’être heureuse, c’est avant tout une jeune fille qui se cherche. Maria-Lila oscille entre d’un côté son désir de savoir, de connaissances et d’élévation spirituelle, omniprésent à son esprit, et de l’autre sa vie si simple à Fédala et l’amour pur de ses proches. Où se cache le vrai bonheur ? Comment l’atteindre ? Ce sont les questions qu’elle va se poser durant l’intégralité de l’histoire. Chaque lecteur peut également se questionner sur le sens de sa vie, et sur la place qu’occupe le bonheur dans celle-ci. J’ai particulièrement apprécié les quelques paragraphes destinés au pouvoir du sourire. Comme disait Frank Irving Fletcher « Un sourire ne coûte rien, mais il rapporte beaucoup« .

Je me suis laissée embarquer dans l’écriture simple, liée et presque dansante de Christine Orban. Bien que la première partie du récit m’ait sans doute moins émue que la seconde, je garderai une agréable image de ce roman. Un roman pur et existentiel, qui dresse le portrait d’une jeune fille perdue dans un monde trop grand, à travers laquelle j’ai pu me reconnaître. J’ai été touchée par son histoire, et particulièrement par le dénouement, surprenant et poignant.


Une histoire simple et authentique, qui se lit avec intensité, mais s’oublie très rapidement. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

Publicités