Allie, tome 5 : L’anniversaire


Allie, tome 5 : L’anniversaire de Meg Cabot
204 pages, éditions Hachette romans, à 12,90€


Résumé : Allie est folle de joie. Elle va assister ce week-end à une compétition de Twirling bâton avec ses meilleures amies. Mais quand elle est invitée à se rendre à une fête d’anniversaire en limousine, à dîner au restaurant et à participer à une soirée pyjama dans un grand hôtel, elle hésite. Même si l’invitation vient de sa pire ennemie. Pour Allie, le choix est difficile. Comment prendre la bonne décision ?


Extraits« Mentir, ce n’est rien si le mensonge est tout petit, basé sur la vérité, s’il n’est jamais découvert et, enfin, ne fait de peine à personne. »

« Pour inventer un bon mensonge, il vaut mieux avoir beaucoup d’imagination. »


Mon avis : Cinquième tome de la saga Allie de Meg Cabot, cette jeune fille pleine de joie, qui édicte sa vie via des règles de conduite souvent loufoques et saugrenues. Dans ce tome-ci, Allie se retrouve face à un dilemme : elle doit choisir entre deux invitations à des événements prévus le même jour. D’un côté, il y a le championnat de twirling bâton de Missy, où Allie irait accompagnée de ses meilleures copines de l’école. Un bon moyen d’encourager Missy dans sa danse et de passer un agréable moment entourée de ses amies. De l’autre, il y a l’anniversaire spectaculaire de Brittany Hauser, cette chipie remplie de fric, devenue son ennemie. Même si à première vue, le choix pourrait être vite vu, le programme des festivités de l’anniversaire de Brittany met des étoiles dans les yeux de notre héroïne : transport en limousine, séance de shopping, de déguisements et de photos, restaurant et hôtel de luxe et copieux brunch… autant de choses que la jeune fille ne pourrait pas se permettre de faire avec les moyens de ses parents. Qu’elle choisisse l’un ou l’autre événement, Allie sera triste et devra mentir pour se dédouaner.

J’ai beaucoup aimé ce cinquième tome, qui délivre de vrais messages aux lecteurs (jeunes et moins jeunes). D’abord, il ne faut pas se montrer égoïste et ne penser qu’à soi, comme le fait Allie en choisissant l’événement qui l’a comblera le plus au niveau personnel. Enfin, Meg Cabot montre clairement que le mensonge est un vilain défaut, qui n’apporte qu’ennuis et problèmes divers. Allie, audacieuse, téméraire mais encore très naïve en a fait les frais.

Enfin, comme dans les tomes précédents, l’auteure incrémente son récit d’illustrations colorées, qui dynamisent davantage l’histoire et permet aux plus jeunes de se représenter plus facilement le déroulé. 


Un bon cinquième tome, dans la lignée des premiers, qui permet de passer un agréable moment aux côtés d’une héroïne pleine de vie, tout en délivrant des messages moralistes intéressants, qui peuvent s’appliquer dans nos vies quotidiennes. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628571-8
Traduction : Véronique Minder

Allie, tome 3 : Les vraies amies


Allie, tome 3 : Les vraies amies de Meg Cabot
204 pages, éditions Hachette romans, à 12,90€


Résumé : Une nouvelle élève est arrivée dans la classe. Elle s’appelle Cheyenne. Allie est très contente, mais sa joie ne dure pas… D’abord, parce qu’elle doit s’installer au fond de la classe pour laisser sa place à côté d’Erica, sa meilleure amie.

Ensuite, parce que Cheyenne impose de nouveaux jeux idiots. Et enfin, parce qu’elle dicte sa loi à tout le monde. Et gare à celui qui s’y oppose ! Allie, elle, n’est pas prête à céder, ni à perdre ses amies.


Extraits« Règle n°2 : On a le droit de mentir si c’est pour faire plaisir à quelqu’un.« 

«  »Les filles préfèrent la guerre psychologique », c’est ce que m’a appris Oncle Jay. Par exemple, elles peuvent MENACER de vous frapper mais elles ne disent pas quand elles vont le faire. Du coup, vous avez tout le temps peur.
Les filles ont une autre technique : elles vous annoncent qu’elles ne vous parlent pus. Ou bien elles parlent de vous quand vous avez le dos tourné. Ou encore, elles vous disent des méchancetés en vous regardant droit dans les yeux. Ça, c’est presque pire qu’être frappé. Parce qu’au moins, quand on a reçu un coup, on n’y repense plus après. Mais avec les filles, ça peut durer, durer, durer… »


Mon avis : C’est avec beaucoup de joie que je retrouve Allie et ses meilleures amies, Erica, Sophie et Caroline, dans de nouvelles aventures trépidantes. Dans ce troisième tome, les jeunes filles vont voir débarquer dans leur classe une nouvelle élève, venue tout droit du Canada : Cheyenne. D’apparence intelligente, gentille et serviable, Cheyenne a tout de la parfaite petite peste. Elle va donner du fil à retordre aux jeunes filles : la guerre est déclarée !

Comme dans le premier tome où j’ai fait la connaissance d’Allie, je retrouve une jeune fille pétillante, vive, agréable à vivre, qui semble bien plus mature que son âge le laisse deviner – et que les autres filles, en particulier Cheyenne, peuvent le penser. En effet, malgré les nombreuses piques lancées par la nouvelle, Allie ne flanche pas, elle reste droite, fidèle à ses valeurs, sûre d’elle. Cheyenne lui donne des ordres, Cheyenne la maltraite psychologiquement, elle créait la zizanie dans son groupe de copines, elle l’affronte ostensiblement, l’affuble de surnoms ridicules… pourtant, Allie ne réagit pas avec violence ni vulgarité, mais avec sérieux et maturité.

Malheureusement, dans notre société actuelle, bien trop d’enfants ne réagissent pas comme Allie : nombre d’entre eux se retrouvent harcelés, soumis à l’effet de groupe, obligés d’abdiquer, d’obéir et de faire certaines choses qu’ils n’auraient jamais souhaité faire de leur plein gré. Meg Cabot donne le bon exemple à travers le personnage d’Allie et de ses copines : il ne faut pas hésiter à s’en ouvrir aux adultes, qui seront toujours là pour écouter patiemment sans juger, comprendre, agir et protéger. Une belle leçon pour les jeunes lecteurs, qui devraient s’en référer au comportement d’Allie afin de réagir convenablement face aux menaces et harcèlement scolaire qu’ils pourraient subir.

Enfin, comme dans le premier tome d’Allie, pour donner plus de légèreté à son récit, l’auteure s’est encore une fois munie de ses pinceaux pour réaliser de sublimes dessins en couleurs, qui viennent sublimer et égayer le récit. L’histoire est déjà punchy et dynamique, mais ces dessins viennent renforcer davantage ces sensations : j’adore !


Un troisième tome qui confirme mon engouement pour Allie, une jeune fille intelligente, pétillante, pleine de vie, que je suis déjà impatiente de retrouver dans le prochain tome !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628570-1
Traduction : Josette Chicheportiche et Fabienne Duvigneau

Allie, tome 1 : le déménagement


Allie, tome 1 : le déménagement de Meg Cabot
221 pages, éditions Hachette romans, à 12,90€


Résumé : Allie Punchie en est sûre : sa vie est fichue. Ses parents ont décidé de déménager. Elle va devoir abandonner sa belle chambre rose, ses meilleures amies, son école, et tout ça pour quoi ? Pour une vieille maison délabrée, toute grise et toute grinçante, sans parler de la nouvelle école ! Comment empêcher ce désastre ? Allie est bien décidée à imposer sa loi !


Extraits« Mon père est prof à la fac. Prof d’informatique. Comme ça fait longtemps il a obtenu une chaise. Je crois. Bizarre, non ? Est-ce que ça veut dire qu’avant il n’avait pas le droit de s’asseoir ? Ou alors, c’est une chaire. Je sais plus très bien. Enfin bref, il gagne plus.« 

« Être aimée, c’est important. Quand on n’est pas aimé, on est obligé de manger tout seul à la cantine. »


Mon avis : Quel plaisir de me replonger quelques heures en enfance, à la rencontre de la plume de Meg Cabot, une auteure de littérature jeunesse que j’ai encensé étant plus jeune. Essentiellement connue pour sa saga Journal d’une princesse, elle a su se faire un nom sur la scène de la littérature jeunesse avec des récits traduits dans le monde entier et une adaptation cinématographique de Princesse malgré elle par les studios Disney. Autant dire que son succès n’est plus à faire !

Les éditions Hachette romans rééditent le premier tome de son autre saga célébrissime : Les carnets d’Allie. Dans le premier tome, Le déménagement, nous suivons notre héroïne Allie, qui vient d’apprendre que ses parents avaient décidé de déménager. Ce qui implique un changement de maison, de chambre, d’école, mais aussi d’abandonner sa meilleure amie Mary Kay. Mécontente de cette décision, Allie entend bien tout mettre en oeuvre pour rester dans sa maison actuelle et ne pas partir dans cette autre maison sombre, hantée et peu accueillante, qu’elle déteste tant. Une situation compliquée qu’on dû vivre des milliers d’enfants à travers le monde, qui se reconnaîtront certainement dans les situations présentées par Allie. Ainsi, ils se sentiront moins seuls à devoir affronter de terribles changements et pourront se consoler en partie en riant aux bêtises de la jeune fille.

Allie est façonnée à l’image des autres héroïnes de Meg Cabot : c’est une jeune fille pétillante, pleine d’énergie, très curieuse, imaginative, mature pour son âge, bien qu’elle n’aie pas sa langue dans sa poche et peut se montrer parfois maladroite. La petite particularité d’Allie, c’est qu’elle est obnubilée par les règles de vie en général, règles comportementales, règles de savoir-être en société en particulier. D’ailleurs, le dernier chapitre compile toutes les règles, plus ou moins loufoques, évoquées et inventées par la jeune fille au cours de l’histoire. Certaines sont plutôt censées, tandis que d’autres sont hilarantes !

L’histoire est agrémentée de jolies illustrations colorées, qui mettent en scène Allie et ses amies dans différentes étapes du récit. De sympathiques dessins qui permettent de donner vie à Allie et de colorer davantage l’histoire de paillettes.


Le premier tome d’une saga jeunesse pétillante, énergique, qui nous fait passer un agréable moment aux côtés d’une jeune fille attachante. Les adolescentes devraient facilement s’identifier à Allie.

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628568-8
Illustrations : Anne Guillard

Le garçon d’honneur

Le garçon d’honneur de Meg Cabot
307 pages, éditions Hachette romans, à 15,90€

 

Résumé : Que feriez-vous si votre meilleure amie partait se marier en douce en Italie ? Et si vous décidiez de tenir le journal de bord de cette fugue romantique ? Mais si le garçon d’honneur du futur mari ? un journaliste prétentieux, égoïste et, par-dessus le marché, opposé à cette union ? en tenait un lui aussi ? Et si vous deviez faire avec lui le voyage jusqu’à un village isolé ? Et si, cerise sur le gâteau, vous étiez contrainte et forcée de passer les quelques jours précédant la noce avec cet insupportable snobinard, terrorisé à la vue? d’un chat ?!

Extraits :  « – Il s’est aussi moqué de moi parce que j’avais apporté autant de bouteilles à bord.
– Ben… c’est vrai que tu en as pris beaucoup.
– Je te demande pardon ! Neuf personnes sur dix qu’on retrouve mortes après qu’elles s’étaient perdues dans le désert avaient encore des réserves dans leur gourde. Seulement, elles étaient tellement soucieuses de préserver leur flotte qu’elles n’en ont pas bu assez pour survivre. C’est vrai. Je l’ai vu sur Discovery Channel.
«  »Je constate juste que l’amour n’existe pas. Les gens ressentent un attrait mutuel et s’accouplent en vue de perpétuer l’espèce, répondant ainsi à l’appel de l’instinct. L’attirance ne dure pas, cependant. Comme avec toutes les drogues, le corps développe une tolérance à la phényléthylamine, et le désir que tu as ressenti pour ton partenaire finit par se dissiper. Tout cela est naturel, rien de plus. On peut obtenir autant de phényléthylamine, un stimulant dont le cerveau a besoin, en ingérant d’énormes quantités de chocolat qu’en, ouvrez les guillemets, tombant amoureux, fermez les guillemets.« 

Mon avis :  Énième rencontre littéraire avec Meg Cabot et je ne m’en lasse pas ! Depuis mon plus jeune âge, je trouve ses romans frais et super agréables à lire. Ici, Le garçon d’honneur n’est autre qu’une réédition du roman Mariage (en douce) à l’italienne de la même auteure, sorti il y a une dizaine d’années.

L’auteure nous embarque en voyage à Rome, avec Holly et Mark, deux amoureux qui vont se marier en secret là-bas. Les deux seuls complices de cette escapade sont leurs deux témoins, Cal et Jane qui les accompagne dans cette folle aventure. Seulement voilà, Cal et Jane ne s’entendent pas du tout. Après avoir divorcé, Cal ne croit plus en l’amour et aux valeurs du mariage et compte bien transmettre sa pensée à son meilleur copain, le futur marié. Quant à Jane, romantique et sentimentale, il est hors de question que Cal saccage le mariage. Ce jeune homme, qu’elle trouve arrogant, narcissique et prétentieux, ne doit en aucun cas compromettre l’union de sa meilleure amie.

Le roman se présente sous la forme d’un journal intime, raconté par deux voix : celle de Jane et celle de Cal. Chacun de leur côté, ils vont écrire leurs impressions sur les journées qui s’égrènent à Rome. S’ajoute à ces deux récits intimes quelques emails, tickets de caisse, menus de restaurant… pour rendre encore plus vivant les deux journaux intimes.

A travers une fiction romantique juvénile, c’est de véritables questionnements sur l’amour et la puissance du mariage que pose Meg Cabot. En effet, chacun des personnages perçoit différemment ce qu’est l’amour. Nous avons d’un côté Holly et Mark, qui ont décidé de se marier en douce en grande partie à cause de leurs familles respectives, qui ne toléraient que très peu cette union. Les deux amoureux étant de deux religions différentes, la famille ne concevait pas qu’ils puissent s’unir l’un à l’autre. D’où leur décision de s’éloigner d’eux pour célébrer leur union. Ils arrivent à passer outre les envies de leur famille pour se concentrer uniquement sur leurs sentiments communs. Je pense que c’est réellement çà que l’on peut appeler « amour ».
D’un autre côté, totalement à l’opposé de ce joli couple d’amoureux, nous avons Cal, le témoin divorcé, qui ne croit plus en l’amour ni aux valeurs du mariage. Trahi par son ex bien-aimée, Cal n’arrive plus à aimer. C’est justement cette complexité de l’amour qu’interroge l’auteure. Malgré les obstacles qui entravent chaque union, comment arriver à passer outre pour se consacrer uniquement à l’être aimé ?

Un livre de plus de Meg Cabot lu (pour mon plus grand plaisir). L’amour est souvent au coeur de ses histoires, comme ici, dans Le garçon d’honneur. Une romance originale, qui questionne la difficulté des sentiments et du mariage. Bonne lecture.

Ma note : 7/10

Une (irrésistible) envie de sucré

Une (irrésistible) envie de sucré de Meg Cabot
426 pages, éditions Hachette romans, à 16€

 

Résumé : Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d’avant, les paillettes et les larmes, non merci.
Elle décroche un job dans une résidence d’étudiants où l’on ne s’ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu’il s’agit de meurtres.
Ça tombe bien, le sublime garçon qui l’héberge dans sa sublime maison – Cooper est détective. En plus, il se fiche qu’elle fasse du 46 !
Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe…
Extraits : « C’est ce qu’il y a de chouette, avec les chiens. Ils sont toujours si contents de vous voir. En plus, figurez-vous, ils sont bons pour la santé. La tension des gens baisse lorsqu’ils voient un chien. pareil avec les chats. C’est un fait avéré. »
« C’est bon d’être chez soi
Là où tout le monde vous aime
Où tout ce qu’on attend de vous
C’est que vous sovyez vous-même.
« 

Mon avis : Meg Cabot, l’incontournable auteure des ados ! Les éditions Hachette réeditent Une (irrésistible) envie de sucré… pour notre plus grand plaisir ! Je dois vous avouer que j’ai déjà eu le plaisir de lire toute cette trilogie lors de mes années collège ; trilogie que j’avais beaucoup aimé dans le temps, que j’avais envie de redécouvrir avec un esprit plus posé.

Le lecteur fait la connaissance d’Heater, ex-chanteuse pour adolescents, qui a connue un succès passé avec son tube « Une envie de sucré » ; elle est désormais directrice adjointe d’une résidence universitaire (plus familièrement appelée dortoir). Son ex-compagnon l’a trompé avec Tania Trace, avec qui il va désormais se marier et sa mère s’en est allé avec son ancien producteur. Elle se retrouve à loger chez le frère de son ex, dont elle est folle amoureuse. Mais comme si sa vie personnelle n’était pas déjà assez tourmentée, plusieurs étudiants sont retrouvés morts en bas de l’ascenseur. Alors que la police prône les lubies des jeunes à vouloir cotôyer le danger en « surfant » dans l’ascenseur (c’est-à-dire monter sur le toit de l’ascenseur, en passant de l’un à l’autre), Heather, elle, est persuadée que leur mort ne leur ait pas dû. Elle se lance alors dans sa propre enquête pour résoudre ces mystérieux meurtres.

Ce roman est juste époustouflant ! Un chick-lit revisité, combiné à un polar intriguant. De la légèreté, de l’humour ainsi qu’une vraie intrigue dramatique et prenante ; de quoi décontenancer les incontournables du genre. Mais ce n’est pas tout. Autant changer radicalement le genre du chick-lit. Alors que les héroïnes principales des romans pour filles sont sensiblement parfaites, aux visages bien faits, joliements vêtues, intelligentes, Heather, la protagoniste d’Une (irrésistible) envie de sucré sort totalement du lot. Loin d’être ordinaire, elle s’écarte du stéréotype de la fille parfaite : rondouillette, un peu trop rêveuse, pas vraiment intelligente, sympathique, mais pas spécialement belle, cette jeune fille n’a presque rien pour elle. Mais sa profonde détermination va prouver que derrière une apparente façade peut se cacher de brillantes choses.

Car l’intrigue concoctée par Meg Cabot est tarabiscotée, presque irréelle. Ponctuée de rebondissements spectaculaires, de mises sous tensions du lecteur, de suspense et d’angoisse. Quelqu’un a-t-il voulu la mort de ces jeunes femmes ? Si non, pourquoi se sont-elles mises à surfer dans l’ascenseur, sachant pertinemment les risques encourus ? Et c’est précisément Heather qui va se faire la « détective d’un jour » pour rétablir l’ordre dans l’établissement où elle travaille.

En parallèle de cette enquête, on suit la vie peu commune de notre héroïne Heather, qui habite dans l’appartement de l’homme qu’elle aime secrètement, qui est aussi le frère de son ex-fiancé. Ses déboires amoureux nous amusent et son excentricité nous réchauffe le coeur. Meg Cabot arrive précisément à incorporer dans son roman tout un tas d’éléments comme l’humour, presque omniprésent, ou l’amour, souvent présent aussi. Elle mélange les genres pour notre plus grand plaisir, ce qui fait ressortir un roman exceptionnellement génial.

J’ai franchement adoré ce roman. A lire idéalement l’été. De la chick-lit revisitée, brillamment mélangée à une enquête policière, qui forment un cocktail détonnant. Je le recommande !!!

Ma note : 8/10