Un métro pour Samarra


Un métro pour Samarra de Isabelle de Lassence

333 pages, éditions Marabout, à 19,90€


Résumé : Swann Delva étudie la philosophie à la Sorbonne. Le jeune homme, qui s’imagine devenir un penseur en vogue, est contraint de travailler à la RATP pour financer ses études. Tandis qu’il fait ses premiers pas au guichet, il découvre la vie souterraine et consigne ses pensées dans un petit carnet. Son chef, pour l’impressionner, lui fait visiter les stations fantômes du réseau parisien et Swann se prend de passion pour ces lieux désaffectés et plus particulièrement pour la station Haxo, dans le 19e. Alors qu’il s’installe dans une rame abandonnée de cette station, le voici transporté à Samarra, ville d’iIrak au Moyen Age, où un calife des Mille et Une Nuits lui pose la plus grande question de l’humanité : peut-on espérer une vie après la mort ? Pas évident, quand un alchimiste peu scrupuleux lui fait concurrence et que le sommeil le ramène à Paris où la vie continue… Pour conserver ses privilèges au palais et les faveurs d’une belle astrologue, le jeune homme cherche la réponse aux angoisses du souverain, qu’il ne trouvera pas dans les livres… Ce sont 33 jours qui vont bousculer le quotidien de Swann et le conduiront à être plus présent à la vie.


Extraits « Il avait toujours considéré l’amour comme une compensation pour les faibles, ceux qui ne parvenaient pas à mener leur existence seuls, ceux qui avaient ce besoin impérieux d’être accompagnés sur le chemin. Pire, de s’épanouir grâce à un faire-valoir. »
« Pourtant, son père l’avait prévenu : « Tu seras malheureux, les jaloux sont des malheureux. » C’était vrai. La jalousie est une obsession qui consume celui qui la ressent.« 

Mon avis : Swann Delva est un étudiant en philosophie à la Sorbonne, à Paris. Jeune homme introverti et solitaire, il décide de se trouver un petit job d’étudiant pour pouvoir financer ses études. C’est à la RATP, dans le métro parisien, derrière un guichet, qu’il va passer la majeure partie de ses semaines. Un petit boulot comme un autre, qui ne l’enchantait guère. Jusqu’au jour où Philippe, son manager, lui fait visiter une station de métro abandonnée et fermée au public. Cet univers mystérieux attire irrémédiablement Swann, qui décide de mener des enquêtes sur ces stations fantômes, afin d’impression son meilleur ami, en l’y amenant. C’est comme ça que Swann va découvrir Haxo, une station de métro désaffectée, qui a la capacité de transporter le jeune homme dans un univers parallèle et onirique : Samarra, en Irak. Là-bas, Swann ne sera plus la personne qu’il est à Paris, mais sera le Messager Boussouf, conseiller spécifique du grand Calife, celui qui sera à même de répondre à la question de ce dernier : peut-on espérer une vie après la mort ?

Isabelle de Lassence nous embarque dans un monde onirique, qui contraste grandement avec la grisaille parisienne. C’est un véritable voyage initiatique dans le temps que nous faisons aux côtés de notre protagoniste. Comme par magie, on atterrit dans un monde parallèle, à un siècle lointain, où les us et coutumes sont totalement différentes de tout ce que nous connaissons.  Déroutant de prime abord, je me suis laissé porté par ce  voyage féerique, qui a finit par m’enchanter.

Loin d’être inquiété, Swann se sent au contraire très à l’aise dans ce nouvel univers, doté d’une nouvelle identité, qui lui apporte luxe et gloire à outrance. Le contraste entre son moi Parisien et son moi à Samarra est d’ailleurs sans appel : introvertie, timide et solitaire à Paris, il est exubérant, sûr de lui et provocateur à Samarra. Pareil dans le domaine amoureux : alors que sa mère peine à lui trouver une compagne à Paris, il s’éprend d’une jolie jeune femme nommée Inès à Samarra. Plus qu’un voyage dans le temps et bien plus qu’un rêve, c’est une quête identitaire que va mener notre héros. Grâce à ces pérégrinations, il va s’apprivoiser et apprendre à se connaître vraiment.

Son esprit spirituel et philosophique va également être mis à rudes épreuves, puisque le Calife de Samarra souhaite qu’il réponde à sa question de la vie après la mort. Une interrogation philosophique difficile à argumenter, qui va faire travailler les méninges de notre apprenti philosophie, et surtout lui apprendre à penser et réfléchir par lui-même. Swann se transforme et change… après tout, n’est-ce pas cela que l’on appelle grandir ?


L’auteure nous propose un roman poétique et féerique, qui dépayse et étonne. Ajouté à cela une dose de pensée philosophique et de rationalisme, et vous aurez le cocktail parfait pour passer un excellent moment !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

Publicités

Pari entre amis

Pari entre amis de Pauline Libersart
347 pages, éditions Marabout, collection Red Velvet, à 7,50€

 

Résumé : Après avoir rompu ses fiançailles, Ashley se refugie chez ses parents où elle renoue le contact avec ses amis de lycée. C’est ainsi qu’elle retrouve celui qui avait été son meilleur ami : Joshua Forester. De l’adolescent petit, boutonneux et timide, elle ne reconnaît plus rien. Il est devenu un homme diablement sexy et entreprenant. Désespérée, humiliée par la trahison de son fiancé, elle se confie à lui. Plus que la tromperie, ce sont les paroles assassines de son ex qui l’ont meurtrie : « Tu es un glaçon. Tu es frigide. » Bien décidé à lui démontrer le contraire, Joshua lui propose un pari : lui prouver qu’elle peut prendre du plaisir avec un homme contre un dîner romantique. Commence entre eux une liaison secrète et passionnée : amis le jour, amants la nuit. Mais cette relation charnelle ne risque-t-elle pas de tout gâcher de leur amitié renaissante ?

Extraits :  « Elle s’était crue indifférente aux hommes, elle ne l’était pas.
Elle s’était crue frigide, elle ne l’était pas.
Elle s’était crue passive, soumise à la volonté de Josh : elle ne l’était peut-être pas non plus.
 »
« – Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ? demanda-t-elle l’air de rien.
– De la plomberie. Ma grand-mère avait une fuite d’eau dans sa salle de bains.
Elle dissimula de justesse son soulagement. Il avait répondu sans hésiter et n’avait pas paru offusqué de son ton inquisiteur.
Jalousie ? se demanda-t-elle. Non, juste curieuse.
 »

Mon avis :  Après les nombreux succès des auteurs étrangers sur le thème de la romance érotique, voici qu’une française, Pauline Libersart se lance elle aussi dans ce genre littéraire, avec le premier tome d’une trilogie, Pari entre amis.

Ashley et Joshua sont amis depuis toujours, bien que la vie les a séparé durant de longues années. C’est par un coup du destin – sa séparation avec son compagnon Russell -, que Ashley revient vivre chez ses parents, dans la même ville habitée par Joshua. Dépitée par sa séparation, la jeune femme va se jeter dans les bras de son ami, secrètement amoureux de la belle depuis leurs années d’études. Alors que Russell reprochait à Ashley d’être trop frigide et dénuée de sensations, Joshua va parier un dîner contre sa découverte du plaisir et de l’extase au lit. Une liaison secrète et charnelle qui risquerait de gâcher leur jolie amitié…

Vous vous en doutez sûrement, il y a pas mal de scènes de sexe dans ce récit. Mais Pauline Libersart ne fait que suggérer les choses, elle n’entre pas dans des détails choquants ou avilissants, n’emploie pas de termes grossiers ou malvenus. Joshua, le « dominateur » si l’on puis dire, use d’imaginations pour apporter de la nouveauté à ses ébats avec Ashley. Un petit vent de folie qui pourrait bien insuffler des idées aux lecteurs.

Il y a du sexe dans ce livre, certes. Mais au-delà du sexe, on peut découvrir une relation sincère et émouvante, qui ouvre réellement Ashley au monde de l’amour et du désir. Suite à sa séparation douloureuse – Russell l’a ouvertement trompé dans son propre lit avec une autre femme -, à ses pensées noires et à sa tristesse stagnante, Ashley va (ré)apprendre à sourire, à découvrir la vie et les petits plaisirs de la vie.

Mais quand on a déjà été trahis une fois, il est dur ensuite de redonner entièrement sa confiance à un homme. Autant Ashley que Joshua vont devoir se surmonter pour (ré)apprendre à aimer, à le prouver et à le dire. La maturité de leurs ébats contraste grandement avec la difficulté à extérioriser les sentiments qu’ils éprouvent l’un envers l’autre. En définitive, ce ne sont que des grands enfants, blessés par la vie, qui vont devoir surpasser les non-dits pour apprivoiser l’autre.

J’ai trouvé que le personnage d’Ashley manquait d’une cruelle dose de réalisme. Je l’ai trouvé naïve, molle, sans grande personnalité, un peu inutile au récit. En revanche, j’ai beaucoup aimé le personnage de Joshua. Un homme délicat, sensuel et respectueux envers les femmes. Outre son rapport aux dames, c’est quelqu’un de mystérieux, doté d’une personnalité singulière. Après sa formation d’ébéniste, Joshua s’est tourné vers le monde de l’art, dans lequel il performe. Parti de rien, il est maintenant devenu un artiste incontournable des Etats-Unis, avec un compte en banque bien garni. De quoi faire tourner la tête à plus d’une conquête.

Une petite romance érotique sympathique à lire, pas vulgaire pour un sous, avec des personnages qui deviennent très vites attachants. C’est moderne, bien écrit et ça vient d’une auteure française ! Je n’ai plus qu’à attendre d’avoir entre les mains le second tome…

Ma note : 6/10