Lune mauve, tome 2 : L’héritière

dbc
Lune mauve, tome 2 : L’héritière
de Marilou Aznar.
402 pages, éditions Casterman, à 15 €

 

Résumé : Sur la photo du blog, Thomas souriait. Il avait l’air heureux, c’était la seule chose qui me réconfortait un peu. Il m’avait crue morte pendant toutes ces semaines. Un message sur mon répondeur m’avait brisé le cœur : il ne voulait plus me voir, me parler. Avec le recul, c’était mieux comme ça.
A quoi bon lui expliquer que ma mère n’avait refait surface que pour trouver le mort par ma faute ?
Qu’en me transmettant la pierre, qui contenait la mémoire de son peuple, elle m’avait condamnée à un destin dont je ne voulais pas ?
J’avais une mission à accomplir. Il ne fallait prendre aucun risque. Les ennemis d’Ishtar rôdaient peut-être encore autour de nous.
Extraits :  « C’est la peur de mourir qui nous enlève la vie, la peur de l’échec qui nous rend vulnérables. Tant que la peur ne me dominera pas, je ne serai pas vaincue. »
« Le vrai silence est plus rare que le plus rare des trésors, ce que l’on croit à tord être le silence est bruyant de la présence de l’ennemi.« 
Mon avis : Décidément, l’écriture de Marilou Aznar a le don de m’emporter vers des ailleurs où je ne pensais pas ne jamais m’aventurer.
Je ne suis pas une très grande fan de fantastique, mais grâce à cette auteure, qui arrive à mélanger astucieusement des « faits qui peuvent être réels » avec des éléments imaginaires, ce livre m’a transportée.A la suite du premier tome, La disparue, j’étais très emballée par ma lecture passée, et la fin de ce précédent tome m’avait beaucoup attristé. J’attendais donc avec impatience la suite de cette aventure, avec néanmoins un petit doute ; j’espérais que le second volet de cette trilogie serait à la hauteur du premier opus… et bien oui : mission réussie pour Marilou Aznar, je suis une nouvelle fois comblée !

Après avoir laissé Séléné au bord du gouffre, avec la mort de sa mère et de Lazslo sur la conscience, nous la retrouvons dans son lycée, accompagné de Cléo, Dagan et Vadim. Evidemment, Alexia n’est jamais très loin, et son attitude n’a pas changé depuis notre première rencontre avec elle, bien au contraire, son caractère semble s’être dégradée. Elle fait preuve d’encore plus de trivialité envers Séléné, surtout depuis qu’elle s’est mise en couple avec Thomas.
Enfin, nous découvrons le monde de Viridan… malheureusement, un mystérieux virus touche toutes les femmes de cette planète. Séléné, la Messagère, et la seule qui puisse, grâce à l’aide de ses amis, trouver un antidote pour sauver l’avenir de Viridan.

Quel plaisir de retrouver notre jeune héroïne et son fameux lycée Darcourt !
Entre la fin du premier tome et celui-ci, Séléné a fait la rencontre d’autres personnes, qui sont très vite devenus des amis ; Cléo, une jeune femme Viridan très mystérieuse, blessée par le virus qui touche la planète mauve, et Vadim et Dagan, deux gaillards entraînés par la Déesse Ninsar pour aider Séléné sur sa quête sur la Terre.

Comme dans La disparue, l’intrigue est assez longue à se mettre en place. Mais une fois lancée, Marilou Aznar nous emporte littéralement dans son univers. Les actions et les rebondissements s’enchaînent ; le lecteur va de surprise en surprise et ne s’ennuie pas une seconde.

Le monde présenté par l’auteure a l’air sordide et lugubre… j’en ressort méfiante, voire affolée. Ce monde teinté de mauve fait peur ; les rites y sont affreux, et les habitants mystérieux. Même si j’en suis terrifiée, il m’intrigue fortement.
Ce que j’apprécie plus particulièrement dans ces deux romans (La disparue et L’héritière), c’est l’accord que fait l’auteure entre le monde réel et le monde imaginaire. Elle arrive à parfaitement doser le côté imaginaire, pour ne pas qu’il prenne l’avantage sur le côté réel du livre. Bien joué, vous m’avez charmé !

La plume de Marilou Aznar est limpide, elle est enivrante et apaisante. Ce livre (tout comme le précédent, d’ailleurs), n’est pas resté longtemps entre mes mains ; en une journée, il était déjà terminé. J’ai moi-même été surprise : les pages défilent sans que je ne m’en rende compte… c’est frustrant, mais tellement excitant !

J’ai hâte de lire le troisième et dernier (noooon, déjà ?!) tome. Je suis sûre que l’auteure va encore une fois nous surprendre et nous emporter dans son univers.

 

Ma note : 7,5/10
Publicités

Lune mauve, tome 1 : La disparue

dbc
Lune Mauve, tome 1 : La disparue
de Marilou Aznar.
416 pages, éditions Casterman, à 15 €
Résumé : Un seul coup d’oeil m’avait suffi pour constater que j’étais la fille la plus mal fagotée du bahut. Moi, Séléné Savel, à Darcourt, le lycée le plus snob de Paris ? Je m’y donnais autant de chances de survie qu’une souris lâchée dans un enclot de chats affamés !
J’étais plongée dans mes pensées moroses lorsqu’une élève me bouscula. Là où elle m’avait touchée, la peau me démangeait d’une vibration électrique. Un visage s’insinua dans mon esprit, celui d’un inconnu aux iris aussi verts et froids que ceux d’un serpent, puis il s’effaça aussitôt. Je retins ma respiration.
Ma nouvelle vie était sur le point de commencer.
Extraits :  « J’avais des sueurs froides, et de la fièvre. Les symptômes de l’amour ressemblent étrangement à ceux d’une urgence médicale. »
« Le temps est une mécanique étrange. Il a le don merveilleux de se suspendre l’instant d’un regard.« 

Mon avis : Un premier tome complètement réussi, et un véritable coup de coeur, moi qui pourtant, n’est pas très habitué aux romans fantastique…

Séléné, l’héroïne de l’histoire qui a 16 ans, vient de rentrer dans un nouveau lycée snob de Paris, où elle ne connaît personne, hormis sa cousine Alexia, qui l’ignore littéralement. Personne ne l’aime vraiment, mais elle se fait rapidement deux amis, rejetés comme elle : Nora et Adrien. Peu de temps après, elle n’arrête pas de croiser un sublime inconnu, Laszlo, dont elle ne pas pas tarder à tomber amoureuse. Mais sa mère, partie on ne sait trop où alors qu’elle avait une 10aine d’années, va resurgir soudainement et mystérieusement…

J’ai été agréablement surprise et totalement conquise par ma lecture ! Dès le début, Marilou Aznar nous met à l’aise avec le personnage de Séléné, en nous la présentant entièrement, elle et ses problèmes d’adolescente. On découvre donc sa vie, puis l’environnement dans lequel elle a grandi, et les problèmes qu’elle rencontre en ce moment.
L’histoire commence au mois de septembre, c’est la rentrée, elle découvre un nouveau lycée en pleins coeur de Paris, loin de sa Bretagne initiale, et loin de son père. Les évènements sont décrits avec réalisme et émotions, et le personnage de Séléné devient rapidement attachant : on a envie de la protéger, mais en même temps, elle nous inquiète intrigue et nous inquiète. Son fort caractère est mise à nu, on découvre donc son autorité, sa volonté, même sa ténacité : elle sait se faire respecter, elle n’a pas froid aux yeux, et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Toutes les épreuves qu’elle a parcouru l’a renforcée, elle se sent solide et forte.

Les personnages secondaires ont des caractères différents, souvent à l’opposé les uns des autres. Les amis de Séléné sont timides, chétifs et discrets, sa cousine est séduisante, sexy, sûre d’elle-même, tandis que Laszlo est un jeune homme mystérieux, intriguant, mais très bel homme.

Comme je n’aime pas trop le fantastique (enfin, plutôt comme les livres fantastiques m’ont souvent déçu ou déplût), j’avais peur de me lancer dans cette nouvelle lecture, je croyais que le fantastique serait trop présent, et trop irréel. Mais non ! Bien que certains chapitres sont entièrement surnaturels, il reste à chaque fois un semblant de réalité, qui fait que l’histoire ne devient pas totalement irréelle.

Marilou Aznar a également voulu pointer du doigt un des nombreux risques que provoque Internet de nos jours, sur les adolescents : le harcèlement et la perte de la vie privée. En prenant comme exemple un être chétif et veule, comme Adrien, l’ami de Séléné, elle montre que ces pauvres jeunes sont prêts à tout pour se faire intégrer dans les « bandes », et que ces mêmes bandes ne se gênent pas pour les humilier. Au contraire, ça les amuse. Une bien bonne mise en garde, que l’auteur glisse délicatement dans l’histoire.

Impossible de lâcher les pages avant la fin, j’ai été hypnotisée par ce roman. Les chapitres se succédaient les uns derrière les autres, avec, à la fin de chacun, une intrigue qui donnait envie de connaître davantage la suite de l’histoire. Ce livre est une drogue, une magnifique drogue ; j’en redemande !

Je recommande ce roman à tous ! A travers le portrait d’une jeune fille quelque peu spéciale, Marilou Aznar signe, avec ce premier roman fantastique, le début d’une bien belle trilogie. Vivement le prochain, j’ai hâte de découvrir la suite de cette fabuleuse aventure.

Ma note : 9,5/10