La théorie des poignées de main


La théorie des poignées de main de Fabienne Betting

182 pages, éditions Les Escales, à 18,90€


Résumé : Qui n’a pas eu vent de la théorie des poignées de mains ou des degrés de séparation ? Selon cette idée, il ne nous suffit que de quelques connaissances pour relier n’importe qui dans le monde.
Un jeune doctorant, Antoine Cavallero, s’est mis au défi de nous le démontrer.
Un véritable tour du monde l’attend. Et qui ne sera pas de tout repos !

Antoine Cavallero, jeune étudiant en statistiques, a choisi pour son doctorat un sujet peu conventionnel : la Théorie des poignées de main, ou l’idée selon laquelle nous connaissons tous quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un… pouvant nous relier à n’importe quel individu sur notre planète via six degrés de séparation. Mais ce séduisant postulat est-il exact ? C’est ce qu’Antoine s’est mis en tête de prouver.
Alors qu’il présente ses recherches à l’occasion d’un colloque, un grand professeur, irrité par son arrogance, le met au défi de mettre sa théorie en pratique. Antoine devra retrouver un individu choisi au hasard et démontrer que seules cinq personnes les séparent.
Piqué au vif, l’étudiant accepte et se lance à corps perdu dans un tour du monde fou et trépidant qui le mènera de Corfou à Bari en passant par Hô Chi Minh-Ville, Atlanta et Genève.


Extraits : « Si tu veux vraiment quelque chose de quelqu’un et si ce quelqu’un n’a aucune raison de te le donner, la seule chance de parvenir à tes fins, c’est de lui parler les yeux dans les yeux. »

« Nous vivons dans un tout petit monde. Malgré l’expansion démographique, malgré les distances géographiques qui nous séparent les uns des autres, nous pouvons tous, pour peu que nous nous en donnions la peine, trouver parmi nos connaissances quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un nous reliant à n’importe quel individu de notre planète. »


Mon avis : Peut-être avez-vous déjà entendu parler de La théorie des poignées de main, aussi connue sous le nom de Théorie des 6 degrés de séparation ? C’est une théorie établie par le hongrois Frigyes Karinthy en 1929, selon laquelle toute personne dans le monde peut être reliée à n’importe qui, à travers une chaîne de relations individuelles comprenant seulement six maillons. Pour être plus précis : nous connaissons quelqu’un, qui connaît quelqu’un, qui connaît quelqu’un… qui fait que nous pouvons connaître tout le monde. Cette théorie est reprise par le psychologue américain Stanley Milgram dans une expérience du petit monde qu’il a mis en place pour vérifier la véracité des six maillons. Cette expérience fait partie des sujets de thèse développé par Antoine Cavallero, notre protagoniste, doctorant en statistiques et mathématiques.

Lors d’une conférence donnée à Corfou devant un parterre de scientifiques, l’un d’entre eux défie Antoine de réaliser concrètement l’expérience des six maillons. Le professeur Metelet choisit un individu au hasard sur la planète, en donnant à Antoine uniquement quelques informations : son nom, sa date et son lieu de naissance. Antoine va devoir retrouver l’individu en question, ainsi que les maillons qui le raccorde à lui. Une expérience folle, qui va entraîner Antoine dans un tour du monde ahurissant. Plus qu’une expérience mathématique et scientifique, c’est bel et bien une expérience humaine que va vivre le jeune homme.

En effet, ses pérégrinations vont d’abord le mener dans un orphelinat d’Hô Chi Min Ville, au Vietnam, où il se prendra d’affection pour les jeunes enfants, particulièrement Li, un petit asiatique attendrissant et affectueux. Ses recherches avançant, il va se rendre aux États-Unis, à Atlanta, puis en Géorgie, avant de rentrer en Europe, direction la Suisse. Des voyages dépaysants mais enrichissants, qui vont contribuer à ouvrir l’esprit et le coeur de notre jeune aventurier, qui n’avait jamais pris l’avion avant d’entreprendre cette odyssée. C’est avec bonheur que nous entreprenons cette traversée du monde à ses côtés. En moins de 200 pages, Fabienne Betting a réussie le pari de nous dépayser, passant des rues bruyantes et optimisées d’Hô Chi Min Ville aux quartiers huppés d’Atlanta.

Durant ces voyages, il va faire la rencontre de personnalités marquantes : la jolie rousse Pauline, présente à sa conférence à Corfou, le petit Li de l’orphelinat Go Vap, Claire, la française expatriée au Vietnam, David Jones, son individu-cible… et bien d’autres encore. Dans notre monde gouverné par le numérique, qui efface progressivement les relations sociales, on se rend compte avec bonheur de l’importance des rencontres et des interactions humaines. La quête d’Antoine n’aurait jamais pu aboutir sans l’aide précieuse de ces personnes, qui ont cherchées dans leurs souvenirs, qui l’ont guidées autour du monde et soutenues dans les moments où les difficultés majeures et le doute venaient s’immiscer dans son odyssée.

J’ai beaucoup appréciée l’originalité du récit. Comme beaucoup de personnes, Fabienne Betting a été intriguée par cette théorie assez surréaliste du petit monde, qui nous permet d’être relié à n’importe qui en six maillons seulement… même aux personnalités les plus marquantes de notre planète ! Bien évidemment, elle ne cherche pas ici à prouver quoique ce soit, seulement à distraire un lectorat, qui pourraient se plaire à découvrir les phénomènes de propagation. Car, bien qu’il soit beaucoup question de la Théorie des 6 degrés de séparation, l’auteure aborde également des thématiques connexes, comme la propagation des rumeurs, de leur création à leur diffusion, ou le développement du big data, système de stockage d’informations sur des bases de données numériques, qui se corrèle avec les réseaux sociaux. Mais derrière ces nombreuses théories et expériences scientifiques, un lien prévaut : l’humain !


Fabienne Betting nous entraîne dans une odyssée scientifique et humaine à travers le monde. Un roman distrayant et atypique, qui nous éclaire un peu plus sur la théorie des six degrés de séparation.

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-36569-462-9