La pire mission de ma vie

dbc
La pire mission de ma vie
de Robin Benway
383 pages, éditions Nathan, à 15,90€

 

Résumé : Maggie Silver a ouvert son premier coffre-fort à 3 ans. Cela peut sembler étonnant, mais quand on est la fille d’espions, c’est assez banal. A 16 ans, elle décroche enfin sa première mission en solo.

Son objectif : Accéder à des infos que détiendrait Armand Olivier, journaliste.

Sa méthode : se rapprocher de son fils, le dangereusement charmant Jesse.

Sa couverture : devenir lycéenne comme les autres.

Le hic : personne ne lui a expliqué comment ne pas tomber amoureuse de sa cible !

Extraits : « Pour recevoir, il faut donner. Si on veut que quelqu’un vous parle, on doit commencer par lui parler. »
« Tout le monde passe son temps à tout planter. Mais ça ne veut pas dire que les gens n’essaient pas de bien faire.« 

Mon avis : J’ai passé un bon moment en compagnie des personnages, en apprenant à connaître leur vie, leur humour, leur personnalité… Mais le thème central si appuyé en quatrième de couverture, ne m’ait pas apparu comme étant si essentiel au déroulement du récit.

Ce roman jeunesse, littérature propre à l’auteure, ne dévie pas outre-mesure du stéréotype parfait de l’image que renvoie les livres pour adolescentes, à savoir rempli d’amour, agrémenté d’amitié, de sentiments, avec un soupçon d’intrigue, le tout sans omettre la petite touche d’humour sympathique.

Pour mieux s’identifier au type de lectrices visées, Robin Benway donne l’âge de 16 ans à sa protagoniste Maggie Silver, jeune espionne depuis sa plus tendre enfance. Cette particularité si originale pourrait en faire rêver plus d’un (voyages, mystères, courses poursuites propre au métier), et c’est d’ailleurs sur cette dose de spécificité que compte jouer l’auteure. De surcroît, elle accompagne son étonnant thème d’une idylle romantique entre adolescents, pour finaliser l’attirance du public qu’elle cible.

La pire mission de ma vie est une lecture agréable, à n’en point douter, mais fort malheureusement assez pauvre en contenu, et dérisoirement prévisible. Alors que le résumé vantait les mérites de l’espionnage, thème normalement principal du roman, il n’est apparu que très rarement au fil des pages, laissant une trop grande place au pseudo-romantisme d’adolescents. L’action n’est réellement apparue qu’à la finalité du récit, bien trop tard pour tenir le lecteur jusqu’au bout.

Même si le fond du texte était un peu vide, je me suis pris au jeu de la séduction, du mensonge et de la double vie que mène Maggie. Face à un choix diablement horripilant à prendre, le lecteur ne peut que retenir son souffle suite à l’attente de sa décision. Va-t-elle privilégier ce que lui dicte son coeur, ou va-t-elle s’en remettre à sa raison ? Un mystère qui s’élargis, pour finalement finir sur une bonne entente.

Avec humour et simplicité, Robin Benway dévoile à ses fidèles lecteurs une originale thématique d’histoire, sous fond d’idylle adolescents, basse continu de ses romans jeunesses.

 

Ma note : 7/10
Publicités