Putain de chat, tome 1


Putain de chat, tome 1 de Lapuss’

61 pages, éditions Kennes, à 8€


Résumé : La vérité sur les chats enfin révélée! Vous aimez les chats? Ils sont mignons, joueurs et espiègles, et leurs yeux sont remplis de malice quand ils vous réclament une caresse ou des croquettes. En apparence seulement, car un funeste dessein les ronge au plus profond de leur âme et seul votre malheur les intéresse. Au péril de sa vie, Lapuss’ vous dévoile enfin ce qu’il se passe dans la tête de l’animal le plus maléfique de la création : Le chat. Faites attention à vous !


Extraits : « Merci à tous ces putains de chats qui ont croisé ma route depuis toujours de m’avoir gratifié de leur dédain et de leur indifférence, et à plusieurs occasions, de ce qui ressemblait à s’y m’éprendre à de l’amour.« 

« – Je veux entrer ! Je veux entrer ! Je veux entrer ! Je veux entrer !
– Ça va bien ? Ça fait dix minutes que tu miaules pour entrer et sortir…
– Ouais, je teste ton obéissance ! Je veux sortir ! Je veux sortir ! Je veux sortir ! »


Mon avis : Putain de chat, c’est une saga de bande-dessinés composé de plusieurs tomes – cinq sortis à ce jour -, qui nous révèle la vérité sur les chats.

Les dessins sont simples, en noir et blanc, sans détails superflus, uniquement composés du personnage principal, à savoir le chat, de son maître et des amis chats de notre héros. Rien d’extraordinaire, me diriez-vous, oui, mais le succès de cet album tient dans les échanges entre le maître et son chat. Car le chat noir est un chat méchant, fourbe et égoïste, qui provoque continuellement son pauvre maître, ce dernier restant sensible et à l’écoute de son félin adoré. Car, les amoureux des chats pourront en témoigner : malgré toutes les bêtises faites par nos chers animaux, on ne peut s’empêcher de s’attendrir quand ils sont en face de nous.

Ce qui est marrant dans cet album, c’est que Lapuss’ imagine les raisons des agissements – parfois étranges, intrigants ou marrants -, de nos chats. Et c’est vraiment hilarant. C’est parfois assez cru, donc à réserver pour un public averti et pas trop jeune, qui pourront apprécier l’humour noir de l’auteur.

Les personnes qui possèdent ou ont possédés des chats pourront aisément reconnaître certains comportements et pourquoi pas, enfin comprendre les raisons de ces comportements. Parce qu’une image vaut mille mots, je vous partage quelques planches que vous pourrez retrouver dans ce premier tome.

Lu en une vingtaine de minutes à peine, je suis arrivée à la dernière page de cet album en souhaitant en découvrir plus. Je serais curieuse de lire les autres tomes, pour voir comment l’auteur arrive à se renouveler.


Une bande-dessinée hilarante, mais trop courte à mon goût. J’en redemande !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

Fairy Oak, tome 1 : Le Secret des jumelles

Fairy Oak, tome 1 : Le Secret des Jumelles d’Elisabetta Gnone
343 pages, éditions Kennes

 

Résumé : À Fairy Oak, depuis plus de mille ans, quand sonne minuit, de minuscules fées lumineuses racontent des histoires de petits enfants à des sorcières attentives. Insolite, n’est-ce pas ?! Chacun sait en effet que les fées et les sorcières ne s’entendent pas très bien et que ces dernières n’aiment pas du tout les enfants. Mais nous sommes dans la Vallée de Verte-Plaine, dans le village de Fairy Oak, et ici, les choses ne se passent pas comme ailleurs…

Extraits : « Je ne répondis pas. Cela peut paraître absurde, mais parfois le silence est plus parlant que bien des mots. »
« Il était facile de s’orienter : il suffisait de se fier à son nez plutôt qu’à ses yeux. »

Mon avis : Que ça fait du bien de se replonger dans des histoires fantastiques pour enfants… rien de tel pour se détendre un maximum !

Je tiens tout d’abord à pointer du doigt la couverture, qui me plaît particulièrement, avec ses couleurs chatoyantes, les magnifiques traits de caractères des deux jeunes filles dessinées et le sentiment de « magie réelle » qui s’échappe de cette vision. Juste en regardant la couverture, j’ai déjà pénétrée dans le récit, sous le charme de l’histoire. Vous retrouverez également des petits dessins en noir et blanc disséminés un peu partout dans le livre, ainsi que des splendides planches en couleurs, qui représentent les personnages du livre, les lieux dont parle l’auteure, etc. ce qui donne vie à l’histoire ! J’adore !!!

Parlons maintenant du monde imaginaire dans lequel nous embarque Elisabetta Gnone. Dans le petit village de Fairy Oak, se cotoîent magiques et non-magiques. Dans le famille des jumelles Periwinkle, leur tante Tomellila est une sorcière, alors que les deux parents des jeunes filles sont non-magiques. Tomellila a engagée une petite fée (également narratrice du roman), qui doit veiller sur les filles et surveiller le commencement de leur magie. Mais sur ce charmant petit village, plane un terrible danger : les Ennemis sont proches et veulent détruire Fairy Oak. Les fées et les sorcières vont s’allier pour tenter au mieux de vaincre ces monstres.

J’ai beaucoup aimé l’univers fantastique fantasy de l’auteure. Son écriture m’a transportée ailleurs, dans un monde parallèle, où la magie règne en maître. Je me suis prise à rêver de voler comme les sorcières, d’avoir une amie fée qui me suivent partout, mais j’ai aussi été effrayée par les forces monstrueuses Ennemis mystérieux. Beaucoup d’aventures se présentent sous les yeux des deux jumelles, qui n’ont pas une minute à elles : entre les leçons de magie avec leur tante, l’école, les sorties entre amis et la lutte contre les forces Ennemis, les jumelles ont une vie bien remplie. Et c’est tant mieux : le lecteur est lui aussi conquis par le tas d’actions qui se déroule dans Fairy Oak.

Mais les scènes d’actions sont quand même assez floues. On dirait que l’auteure a voulue représenter un tas d’actions en peu de pages. Car il faut le dire, une cinquantaine de chapitres en seulement 340 pages, c’est beaucoup. De ce fait, les combats, par exemple, n’ont pas de contours bien nets ; le lecteur a beau lire et relire un même passage, ils ne sont pas spécifiquement bien expliqués. Déjà qu’une lectrice « confirmée » comme moi n’arrive pas à suivre les scènes de bataille, un enfant ne comprendra presque rien à l’histoire qui se déroule sous ses yeux.

L’autre point assez négatif revient aux personnages. La tante Tomellila et la fée protectrice sont bien mises en avant, alors que ça devrait être les jumelles sur le devant de la scène. Passons. Je ne me suis pas spécialement attachée aux protagonistes. Ils ne contiennent par de caractéristiques spécifiques qui retiennent particulièrement l’attention. De plus, je me suis souvent retrouvée perdue dans la floppée de personnages qui se présentaient à moi.

Ne retenez pas que le négatif : j’ai passé un agréable moment de lecture, qui m’a fait replongé en enfance, dans un monde de rêves et de magie. Fairy Oak : Le Secret des Jumelles constitue le premier tome d’une trilogie ; trilogie que je lirais certainement s’il m’est donné le privilège de la découvrir.

Ma note : 6,5/10