N.É.O, tome 1 : La chute du soleil de fer


N.É.O, tome 1 : La chute du soleil de fer
de L’Hermenier et Djet
70 pages, éditions Jungle


Résumé : Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés. Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l’origine de cet empoisonnement ? L’heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut-elle encore être évitée, alors que la nature est plus menacée que jamais ? Zyzo, l’espion au grand coeur du tipi, et Alixe, la reine du château, sauront-ils unir leurs forces pour déjouer les mystères, les intrigues et les trahisons ?


Extraits« La paix ne viendra pas de la forêt. La paix ne viendra que si nous savons gagner la guerre…« 

« Je suis le chef depuis toujours pour les guider, pas pour les conduire à la mort. Le plus grand courage n’est-il pas d’accepter la défaite ? »


Mon avis : N.É.O est le premier tome d’une bande-dessinée adaptée d’un roman de Michel Bussi du même nom. C’est une histoire dystopique qui se déroule dans un Paris dévasté du futur. Une terrible épidémie a eu lieu, empoisonnant l’ensemble de la population humaine et animale du monde entier. Seuls les nouveaux-nés ont pu survivre à ces terribles tragédies. Depuis devenus des adolescents, ils se sont reconstitués en deux tribus distincts. Les premiers vivent reclus au château, où ils ont pu développer un système éducatif efficace, guidés par Marie-Lune, la dernière adulte jadis vivante, qui leur a laissé l’ensemble des connaissances dont ils avaient besoin pour survivre. Ils vivent en autarcie complète, dans un monde en paix. Au-dehors, au pied de la Tour Eiffel, rebaptisée le Tipi, vivent la tribu que les gens du château appellent les sauvages. Des enfants qui chassent dans les rues désertées de Paris, qui se contentent de peu de choses pour survivre. Mais depuis peu, les animaux meurent, empoisonnés. Aux antipodes l’une de l’autre, les deux tribus envoient des éclaireurs pour tenter d’éclairer ce mystère et de sonder les intentions de l’autre. Ils se préparent à faire la guerre.

Nous sommes plongés au coeur d’un Paris apocalyptique, où plus rien ne subsiste : les rues sont désertes, les millions d’habitants décimés, les édifices en parties détruites. J’ai adoré cette ambiance oppressante magnifiquement représentée dans les planches dessinées par les deux illustrateurs.

Les personnages principaux sont magnifiquement décrits en première page et en dernière page, de sorte que nous ayons un aperçu global de leurs caractéristiques principales, de leurs traits de caractère spécifiques et de leurs affinités.

Quant à l’histoire en elle-même, elle est tout simplement addictive. Les aventures sont omniprésentes, intéressantes et bien décrites, les rebondissements se succèdent avec rythme, ne nous laissant pas de temps morts. La galerie des personnages est aussi très intéressantes, avec deux clans totalement différents qui se rencontrent : une communauté bien organisée d’un côté, avec les enfants présents au coeur du château et de l’autre, des enfants plus sauvages, qui survivent avec brio dans un Paris dévasté. Ensemble, ils vont devoir faire fi de leurs différences pour se lier afin d’affronter les difficultés du quotidien. Un bel exemple de collaboration, qui prouve aux jeunes lecteurs que l’entraide est la meilleure solution pour avancer et dépasser les obstacles.


La chute du soleil de fer est le premier tome d’une bande-dessinée jeunesse haletante, aux personnages singuliers et attachants et à l’univers qui oscille entre féerie et horreur. Dans ce monde dystopique, la guerre des clans est enclenchée ; les différents enfants arriveront-ils à cohabiter dans un Paris dévasté ? J’ai déjà hâte de lire la suite !

Ma note : 9/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-822-23259-3

Moi Président : jusqu’ici tout va bien !

Moi Président : jusqu’ici tout va bien !
de Faro & Marie-Eve Malouines
56 pages, éditions Jungle, à 12,50€

 

Résumé : Une année s’est écoulée et François Hollande n’en finit pas de dévaler la pente de sa côte de popularité. Il ne sait plus à qui se fier. Son Premier ministre est contesté, ses ministres se jalousent… Ses confidents, les fantômes de François Mitterrand et Pierre Bérégovoy sont-ils de bons conseils ? Le président peut-il garder la tête froide et engager sereinement des opérations militaires quand une photo compromettante menace son image ? Jusqu’où Nicolas Sarkozy peut-il aller pour récupérer son fauteuil à l’Élysée ?

Extrait : « Mais… si la main tremble… l’épée manque sa cible. »

Mon avis : Grâce à la Masse Critique organisée par Babelio, j’ai été sélectionnée pour recevoir ce second tome de la série humoristique Moi Président, qui met en scène notre très cher président de la république, François Hollande. Le fait de commencer à lire le second opus sans passer par le premier n’altère en rien la lecture de celui-ci. Les événements sont indépendants ou souvent tirés de la réalité ; c’est pourquoi le lecteur peut aisément se repérer dans la chronologie du récit.

Les dessins sont exceptionnels. Les personnages politiques, très connus et médiatisés sont dessinés avec précisions, reconnaissables entre mille. Faro, comme d’habitude, a fait là un travail d’exception, réalisant des caricatures justes et semblables aux réels personnages. Je félicite ce dessinateur, qui sublime de ses dessins cette BD pauvre en contenu.

Mais cette bande dessinée, bien que sublimée par Faro, ne contient que très peu de choses. Je ne sais pas si Marie-Eve Malouines a voulue mettre en place des dialogues futiles et inutiles pour créer un parallèle avec la politique du protagoniste, mais si cette analyse s’avère véridique, le tour est bien joué. Autrement, les surprises n’en sont pas totalement, le déroulement de l’histoire fait un peu du surplace.

Un bon point pour cette BD reste l’intimité que le lecteur arrive à tisser avec les locaux du président. Plongés entre les murs de l’élysée, on en arrive à découvrir la face cachée de la vie d’Hollande, son quotidien mouvementé – ou pas -, ses (non) agissements… Certains traits de son caractère sont renforcés, d’autres sont mis en valeur ou parodiés avec excellence. L’image même du président reste la même que celle montrée dans les médias, l’authenticité est bien présente.

Quant à l’humour, je l’ai cherché. La tête de François Hollande m’a fait bien rire, certes, mais ça s’arrête là. Vraiment, le point fort de ce livre, c’est bel et bien ses dessins. Une simple image d’Hollande – en train de suer, de trembler, de rougir… -, peut à elle seule déclencher un fou rire chez le lecteur.

L’auteure s’engage dans les plus grands événements présidentiels qui se sont déroulés durant ces dernières années. Des événements souvent plus intimes, branchés potins et amourettes que politiquement corrects. De DSK à Barack Obama, en passant par Valérie Trierweiler ; tout le monde en prend pour son grade, chacun à droit à sa dose de caricature. Bien sûr, une infime connaissance de la vie politique et de ses grands hommes actuels est requise pour bien comprendre ce récit, bien qu’une petite mais très belle biographie de chaque personnage cité dans le texte soit écrite à la fin du livre.

Vous l’aurez compris : j’ai fondu pour les dessins de Faro. Les mises en scène de Marie-Eve Malouines ne sont pas très actives, souvent stables et peu convainquantes. J’ai néanmoins passée un très bon moment de lecture et ai pu m’enrichir de quelques nouvelles connaissances concernant certains hommes politiques.

Ma note : 5,5/10