Loup solitaire

Loup solitaire de Jodi Picoult
395 pages, éditions Michel Lafon, à 17,95€

 

Résumé : Luke Warren est un spécialiste du comportement des loups. Il s’est rendu célèbre en partageant la vie d’une meute pendant près d’un an dans le Grand Nord canadien. Mais à son retour, sa famille s’est disloquée. Sa femme Georgie l’a quitté, son fils Edward a coupé les ponts après une dispute irréparable, et sa fille, Cara, qui vit avec lui, s’est brouillée avec son frère qu’elle considère comme responsable du divorce de ses parents. Depuis cinq ans, Edward vit en Thaïlande, quand un coup de téléphone vient bouleverser son existence : son père est dans le coma à la suite d’un grave accident, et ses deux enfants doivent être présents pour décider de son sort. Cara attend un miracle, mais Edward préconise de cesser l’acharnement thérapeutique et de faire don des organes de Luke. Agit-il par altruisme ou par vengeance ? Que cache son départ au bout du monde ? Jusqu’où Cara ira-t-elle pour l’empêcher de prendre une décision irrévocable ? Et quel est le secret qui la tourmente ? Quand la vie d’un père est dans la balance, qui a le droit de choisir son destin ?

Extraits : « Ceux qui se tournent vers les animaux ont été déçus par les humains. »
« La vraie peur du loup, ce ne sont pas ses terrifiantes mâchoires, qui peuvent exercer une pression de cent cinquante kilos par centimètre. Son véritable atout, c’est de savoir qu’il possède cette arme, et la liberté de l’utilisere ou non. »

Mon avis : Après l’époustouflant Pardonne-lui de la même auteure, qui avait été mon coup de coeur livresque de l’année 2013, je me suis lancé à corps perdu dans son nouveau roman, récemment traduit en français. La quatrième de couverture était attrayante, la couverture toujours aussi sublime… je pensais que Jodi Picoult était une valeur sûre, et qu’elle me ferait passer un excellent moment de lecture. Malheureusement, après la brillante histoire que j’ai cité précédemment, Loup solitaire me laisse un peu perplexe.

Luke Warren travaille dans un refuge de loups à Redmond’s, refuge qu’il a lui-même fondé, en fonction de sa passion : les loups. Il ne vit que pour eux, ne pensent qu’à eux, vit avec eux, comme lors de son immersion de deux années au Québec, dans des plaines sauvages, pour tenter de se faire accepter dans une meute de loups. Tout cela au détriment de sa femme et de ses deux enfants, déboussolés par la passion trop encombrante de Luke. Mais là n’est pas l’histoire principale narrée dans Loup solitaire. Luke et sa fille Cara ont eu un accident de la route, qui a plongé ce dernier dans un état végéatif. Edward, parti vivre en Thaïlande suite à une violente dispute avec son père, revient sur ordre de sa mère. S’ensuit un combat sans fin entre deux extrêmes qui s’affrontent : Cara, qui vit avec son père, séparé de sa mère, qui voue un culte sans borne à cet homme sauvage, ami des loups, qui croit dure comme fer que son père est apte à se réveiller, peut importe la durée de son état. Et Edward, de l’autre côté, qui n’a eu aucun contact avec son père depuis six ans, mais qui détient un papier, qu’il a signé lors de ses quinze ans, qui donne l’entière responsabilité des soins médicaux sur le corps de Luke, si celui-ci avait un problème. L’euthanasie, pour Edward, est imminente. Des avis contrebalancés, une guerre fratricide qui aboutit au même espoir : faire ce dont Luke aurait voulu qu’on fasse pour lui.

Vous l’aurez compris, c’est de l’euthanasie que traite principalement Jodi Picoult dans ce roman. Une décision dure à prendre pour la famille, souvent contrecarré, comme prouvé dans cet ouvrage, pas totalement comprise ni accepté par la société. Décider de la vie ou de la mort d’une personne n’est pas chose aisée. Comme démontré dans Loup solitaire, cette décision engendre bien des sacrifices, des procédures longues et douloureuses.

De nombreux procès s’ouvrent, notamment pour départager le frère et la soeur, qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la position à adopter à l’égard de leur père. J’avoue m’être passablement ennuyer lors de ces très longs interrogatoires au tribunal, spectatrice endormie de ces joutes verbales.

Chaque chapitre comporte un narrateur différent. Les protagonistes se succèdent pour raconter leur point de vue sur l’histoire, ce qui rend le récit un peu plus dynamique et diversifié.

En outre, je tiens à félicier l’auteure, qui démontre à travers les récits narratifs de Luke Warren, les nombreuses recherches qu’elle a du effectuer sur les loups, leurs conditions de vie, leurs habitudes… Lorsque celui-ci racontait ses aventures dans le Québec enneigé, parmi la meute de loups avec laquelle il s’était lié, les descriptions étaient si réalistes qu’ont auraient pu aisément prendre ce récit comme un témoignage véridique. Bravo pour la large documentation, qui permet d’enrichir mes connaissances sur les loups – même si ça ne m’intéressait que trop peu, j’ai aimé la fervente passion de Luke, allant jusqu’à se sacrifier, lui et sa famille, pour ses bêtes chéries.

Ma chronique n’est pas aussi enthousiaste que celle de Pardonne-lui. L’histoire est différente, mais toute jolie, malgré des longueurs et une sensation de stagnation quelque peu agaçante au bout de plus de 300 pages.

Ma note : 5,5/10

Pardonne-lui

Pardonne-lui de Jodi Picoult.
475 pages, éditions Michel Lafon, à 20,50€

 

Résumé : Sage Singer est une solitaire. Elle dort le jour et travaille la nuit dans une boulangerie, où elle oublie les blessures de la vie en pétrissant le meilleur pain de la ville. Quand elle rencontre Josef Weber, un vieil homme insomniaque, Sage a enfin le sentiment d’avoir trouvé quelqu’un à qui se confier. Malgré leurs différences, chacun devine les cicatrices intimes de l’autre, et une amitié inattendue voit le jour.
Jusqu’au soir où Josef lui révèle le terrible secret qu’il cache depuis soixante ans et lui demande la plus incroyable des faveurs : le tuer. Confrontée à un choix moral impossible, Sage fouille dans l’histoire de sa famille pour tenter de résoudre son dilemme. Mais alors qu’elle plonge dans les horreurs de la Seconde Guerre mondiale à la recherche de la vérité, elle découvre que la frontière est parfois bien floue entre amour et trahison, justice et vengeance. Et elle devra répondre à la plus difficile des questions : certains actes sont-ils impardonnables ?

Extraits : « Il existe tant de façons de trahir quelqu’un. On peut chuchoter dans son dos. Le tromper volontairement. Le livrer à l’ennemi, alors qu’il vous fait confiance. Ne pas tenir une promesse. La question est : se trahit-on soi-même en agissant ainsi ? »
« Les mots, parfois, ne sont pas assez profonds pour contenir tous les sentiments qu’on essaie d’y mettre. »

Mon avis : Wahou, wahou, wahouuuu, ce livre est une perle rare, un objet précieux à découvrir absolument, et à conserver précieusement. C’est un énorme coup de coeur, un roman PAR-FAIT, comme il n’en existe que trop peu.

Tout d’abord, je suis directement tombée sous le charme du visuel de la couverture de Pardonne-lui. Dans des tons assez clairs, elle semble représenter le bonheur, la douceur… mais que nenni ! Il ne faut pas se fier aux apparences, qui sont, dans le cas de ce roman-ci, très fausses.

L’histoire est sombre, très sombre. Elle ne fait pas partie des romans noirs, mais presque. Le récit dépeint est atroce, il est parfaitement horrible, mais décrit de manière très réaliste. Jodi Picoult nous raconte une histoire fictive, avec un fond de vérité. Les événements racontés se sont réellement déroulés, mais pas de la même manière.

Au début du roman, nous faisons la connaissance de Sage Singer, qui mène une triste vie solitaire, enfermé toutes les nuits dans la boulangerie dans laquelle elle travaille. Elle se rend quotidiennement dans un groupe de soutien, pour pouvoir surmonter le décès de sa mère, il y a quelques mois de ça. Un beau jour, elle fait la rencontre d’un vieil homme, qui se dit s’appeler Josef Weber, qui lui demande de l’aider à mourir, tant les crimes qu’il a commis dans le passé, dit-il, sont affreux. Très prochainement, Sage va découvrir que Josef a été un ancien SS, qui a supervisé les directions dans un camp de concentration de juifs, durant la Seconde Guerre mondiale, Auschwitz. Sage, elle-même juive du côté maternel, va aller questionner sa grand-mère pour en apprendre davantage sur les horreurs perpétrés par les SS durant cette horrible guerre. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que Minka, sa mamie, cache, depuis très longtemps un atroce secret : elle a elle-même été détenue à Auschwitz.

Entre faits réels et avérés et fiction, Jodi Picoult arrive à nous plonger totalement dans son récit. Cette Seconde Guerre mondiale a été la plus violente, la plus affreuse et sans doute l’une des plus meurtrière guerre qui s’est déroulée dans le monde. Tout le monde connaît un tant soit peu l’histoire d’Hitler et des juifs qu’il maltraite dans les camps de concentrations et d’exterminations. On ne peut que ressentir du dégoût et de la haine à cette évocation et à la seule pensée de toutes les choses que ce pauvre peuple a du vivre.

Dans Pardonne-lui, Jodi Picoult nous raconte, vu de l’intérieur, l’horreur de cette guerre. Dans un première temps, on se place dans le personnage de Josef, le SS chargé de surveiller et/ou de tuer les juifs. On peut alors découvrir toutes les émotions qu’il ressentait durant ce laps de temps, les pensées qui lui venaient en premier lieu, avant de tuer plusieurs dizaine de milliers d’innocents.
Et dans un second temps, notre auteure nous place en temps que victime, dans la peau d’une jeune fille juive, Minka, retenue dans un camp de concentration. Beaucoup de sentiments se mélangent, tous plus horribles les uns que les autres. On ressent de la pitié pour ces pauvres jeunes filles, de la colère vu l’état dans lequel elles sont retenues, de la peur pour leur triste existence, et du mépris à l’encontre de leur bourreaux.
De cette façon, nous pouvons voir deux points de vu différents concernant cette partie de l’Histoire. Mais ce n’est pas tout. Jodi Picoult nous montre également l’après de cette guerre, des années plus tard, et nous fait pénétrer dans l’existence et la conscience de ces deux personnes, rescapés ou non, de cette rafle. On peut voir que ces quelques années ont bouleversées leur vie à jamais, marqués par l’horreur et l’atrocité des choses qu’ils ont vus ou vécus. Pas un jour ne se lève sans qu’ils ne pensent à cette partie-là de leur vie. Entre remords, regrets, peines, colères… l’auteure nous montre que personne ne peut ressortir indifférent de cette guerre.

En écrivant ce roman, je pense qu’elle a voulut nous rappeler une nouvelle fois, l’inhumanité dont est capable l’être humain.

Ce roman, très complet concernant toutes les rafles, ainsi que les conditions de concentration des juifs, et leur sort, ne peut qu’émouvoir le lecteur. Avec un profond réalisme, Jodi Picoult arrive à nous toucher, encore une fois, avec brio. J’étais au bord des larmes à plusieurs reprises consécutives. Impossible de lâcher ce livre, il est tellement fort et vrai qu’on a l’impression d’être ancré dans l’histoire, et de vivre réellement ces événements-ci.

A l’image du roman Elle s’appelait Sarah écrit par Tatiana de Rosnay, Jodi Picoult fait un coup de maître, en abordant de différentes façons cette abominable guerre. Je ne peux que tirer mon chapeau à cette auteure, qui a parfaitement réussi son coup. Bravo, je le conseille à toutes et tous ! Une chose est sûre ; je ne l’oublierais pas de sitôt… tant certaines choses m’ont choquées.

 

Ma note : 10/10