Demandez-leur la lune


Demandez-leur la lune d’Isabelle Pandazopoulos

261 pages, éditions Gallimard jeunesse,
collection Scripto, à 19€


Résumé : Lilou, Sam, Bastien et Farouk. A 15/17 ans, ils vivent dans un de ces coins de France où on est loin de tout, une zone blanche.
La seconde générale n’est pas pour eux, ils n’ont plus beaucoup d’espoir dans l’avenir. C’est alors qu’Agathe Fortin, jeune prof de français passionnée, leur propose un cours de soutien étrange : les faire parler. Son défi : les préparer à un concours régional d’éloquence. Eux qui n’ont pas les mots vont se raconter à voix haute..
.


Extraits : «  »Les mots, on sent le poids qu’ils pèsent et le pouvoir qu’ils ont. Ils t’engagent tout entier, ils te montrent tel que tu es, d’où tu viens et à qui tu ressembles. »

« Elle pense à tous ces trucs qu’on ne peut pas partager. À ce silence qui fait un gouffre entre soi et le monde. »


Mon avis : Ils sont quatre adolescents aux histoires différentes, avec un seul point commun : ils sont en décrochage scolaire, mais motivés pour donner un sens à leur avenir. Lilou, Sam, Bastien et Farouk vont suivre les cours de soutien de madame Fortin, une jeune professeure aux méthodes d’enseignement créatifs et originaux. D’abord désarçonnés par les pratiques de leur nouvelle professeure, les quatre adolescents vont se laisser prendre au jeu et finir par apprécier ces cours, leur professeure et surtout le travail qu’ils effectuent ensemble sur eux-mêmes.

Isabelle Pandazopoulos, l’auteure de ce récit, a longtemps travaillé avec des élèves en difficulté, puis avec des jeunes en situation de handicap mental. En écrivant Demandez-leur la lune, elle s’appuie sur ces expériences passées en les enjolivant d’éléments fictifs.

Lilou, Sam, Bastien et Farouk ont chacun leur problème. La famille de Lilou a été détruite il y a quelques mois : ils ont appris que le grand frère de Lilou s’était radicalisé et avait rejoint un groupement de terroristes islamiques. Un choc pour cette famille, qui est devenue la bête noire auprès de toute la ville et de tous leurs proches.

Sam quant à elle, vit avec sa mère, qui souffre de troubles mentaux. Elle ne contrôle pas les accès bipolaires de sa mère, mais continue à l’aimer inconditionnellement. Bastien est en guerre avec ses parents, qui veulent le forcer à reprendre l’entreprise familiale. Mais le jeune homme n’est pas d’accord et aspire à une autre voix professionnelle. Enfin, Farouk est un jeune immigré turque, qui a fuit la guerre de son pays pour survivre. Il a laissé derrière lui tous ses repères, ainsi que sa famille, qui est resté au pays. Aujourd’hui décidé à apprendre le français et à s’intégrer en France, il attend son audience, qui décidera s’il peut ou non rester résider sur le territoire français.

Durant les quelques heures de soutien scolaires auxquels ils participent tous ensemble, leurs problèmes s’envolent et restent derrière eux. Oubliée la noirceur du quotidien pour se recentrer sur le groupe et les attentes de madame Fortin. Cette dernière a confiance en eux et sait qu’ils ne sont pas les élèves en grande difficulté, perdus et irrattrapables que le proviseur ainsi que tous leurs autres professeurs veulent leur laisser croire. Madame Fortin aspire même à les inscrire à un concours d’éloquence. À travers leurs mots, ils vont se découvrir, s’ouvrir et enfin s’aimer.

J’ai beaucoup aimé la morale de l’histoire, qui donnera certainement à réfléchir aux lecteurs-cibles. Ne laissez pas les autres vous rabaisser, vous destabiliser ou vous faire douter de vous-mêmes. Vous êtes uniques, vous êtes forts et autant capables que les autres de réussir ce dont vous avez envie. Une très belle leçon de vie et d’espoir, dont je n’hésiterais pas à me rappeler à l’avenir.


une histoire puissante, qui devrait apporter espoir et courage aux adolescents qui manquent de confiance en eux. Ce fût une très jolie découverte.

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Double faute

Double faute de Isabelle Pandazopoulos
200 pages, éditions Gallimard, collection Scripto

 

Résumé : PGustave Ulysse et Ludovic ont été entraînés au tennis par leur père dès leur plus jeune âge, dans le but d’en faire des champions. Ulysse, victime d’une blessure à l’âge de 14 ans, décide de tout arrêter pour vivre comme les autres adolescents. Deux ans plus tard, Ludovic s’écroule en plein match et se retrouve dans le coma.

Extraits :  « Combien de fois avais-je rêvé de changer de vie ? Tout recommencer ailleurs, autrement, avoir une nouvelle chance. J’avais fait des voeux à chaque Nouvel An, les nuits d’été à chaque étoile filante, à la rentrée de septembre j’avais pris des tas de résolutions.
Y croire ou en rêver, ça suffit à redonner de l’élan. Mais quand ça arrive en vrai, c’est une tout autre histoire.
 »

« Notre vie n’a jamais été une vie comme les autres.
Notre vie n’était pas vraiment la vie. Pas de hasard, pas d’incertitude. C’est conçu, pensé, anticipé. Un programme qu’on décline jour après jour.
Un agenda où tout est prévu, organisé du matin jusqu’au soir, plusieurs mois à l’avance et d’une année sur l’autre.
 »

Mon avis :  Double faute, sous ses airs de roman jeunesse, cache des thématiques bien plus sérieuses et difficiles à coucher sur papier, telles l’alcoolisme, le dopage dans le sport ou encore l’handicap.

Ulysse et Ludovic sont deux frères qui pratiquent depuis leur plus jeune âge le tennis à haut niveau. Poussés et encouragés dans cette voie par leur père, ils font le plus d’efforts possibles pour ne jamais le décevoir. Mais à trop vouloir bien faire pour satisfaire son père, Ludovic, le grand frère, va commencer à se doper. Et ce ne sera pas sans conséquences, puisque les substances ingérées vont causer sa perte. Ulysse, son petit frère, qui a arrêté le tennis à 14 ans pour pouvoir vivre une adolescence normale, n’arrive pas à croire à ce que arrive à son grand frère. Et pour lui, seul une personne est responsable de cet état de cause : leur père.

Un roman émouvant, qui met en scène des tensions familiales loin d’être anodines. Le père des deux garçons réalisent son rêve à travers eux : devenir un champion de tennis, jouer sur le mythique terrain de Roland Garros. Pour ce faire, il va les formater dès leur plus jeune âge, leur faisant suivre un entraînement intense quotidien, pour qu’ils puissent un jour devenir des champions. Mais cela empêchera les deux garçons de vivre une vie normale, dans laquelle ils seraient libres de faire ce qu’ils souhaitent vraiment.
Naissent alors des tensions. Entre la peur de décevoir leur père, le stress qu’ils éprouvent au vue de chaque match en approche et la fatigue intense, il n’est pas étonnant que Ludovic, comme grand nombre de sportifs de nos jours, absorbe des substances pour augmenter ses performances physiques et mentales.

Une tragique histoire qui vient corroborer l’avenir tout tracé qui était dessiné pour Ulysse et son frère. C’est assez bouleversant de découvrir les graves conséquences qui peuvent survenir après dopage. Aussi naïve que je suis, je ne me doutais pas que le dopage pouvait avoir des conséquences aussi nuisibles à la santé que ce que j’ai découvert dans ce récit. C’est vraiment terrible.

Selon moi, la chose la plus émouvante dans ce livre, c’est la relation fraternelle qu’entretienne Ulysse et Ludovic. Mis en compétition très tôt par leur père, ils ont réussis à se haïr, pour des raisons très différentes. Ludovic accaparait totalement l’esprit de ses parents, au point qu’ils en oubliaient leur deuxième fils ; Ulysse était libre de ses choix, libre de vivre une vie normale, contrairement à son frère, sous l’emprise de son père et du tennis. Mais, au-delà de cette mésentente, l’amour fraternel se fait ressentir pleinement dans la difficulté des épreuves engendrées par le tennis. C’est beau et très touchant.

Malgré le fait que j’ai apprécié lire cette histoire, je suis quand même restée en dehors du récit. Je n’ai pas réussie à entrer pleinement dedans. Il y avait par moments un peu trop de longueurs et pas assez de rythme dans la narration.

Ulysse et Ludovic, deux frères, champions de tennis dans l’âme, qui vont connaître un destin tragique. Un récit bouleversant, qui donne à réfléchir. Jusqu’où peut-on aller pour satisfaire nos parents ?

Ma note : 6/10