Ton dernier mensonge


Ton dernier mensonge de Mary Kubica

342 pages, éditions Harper Collins poche, à 7,90€


Résumé : Le monde de Clara Solberg vole en éclats quand son mari, Nick, décède dans un accident de voiture. Heureusement, leur fille Maisie, quatre ans, en sort indemne. La cause de l’accident semble claire, mais Maisie commence à avoir des terreurs nocturnes qui amènent Clara à s’interroger sur ce qui s’est vraiment passé pendant cet après-midi tragique.
Rongée par la douleur, obsédée par l’idée que la mort de Nick n’est peut-être pas accidentelle, Clara s’engage dans une quête désespérée pour découvrir la vérité. Qui aurait pu vouloir du mal à Nick ? Et surtout, pourquoi ?


Extraits : « Il paraît que la mort frappe toujours trois fois. D’abord, il y a eu l’homme qui vit en face de chez mes parents. M. Baumgartner, décédé d’un cancer de la prostate à l’âge de soixante-quatorze ans. Ensuite, une de mes anciennes camarades de lycée, épouse et mère, morte à seulement vingt-trois ans d’une embolie – un caillot de sang qui a migré droit vers les poumons.
Puis ça a été le tour de Nick. »

« La confiance est la clé d’un mariage réussi, le pilier sur lequel repose la stabilité de l’union.« 


Mon avis : Nick, le mari de Clara, meurt subitement dans un accident de voiture, alors qu’il revenait du cours de danse de leur petite fille, Maisie. Attristée par cette terrible nouvelle, Clara ne croit pas à la thèse de l’accident de la route et va mener sa petite enquête pour déterminer les causes réelles de la mort de son mari. En effet, sa petite fille, Maisie, présente lors de l’accident, est effrayée par un méchant conduisant une voiture noire. Quel est son identité ? Clara soupçonnera à tour de rôle Théo Hart, leur voisin violent, sa mère Louisa, sénile et presque amnésique, Connor, le meilleur ami de Nick et Nick lui-même, de s’être donné la mort.

Ton dernier mensonge est un thriller psychologique qui nous plonge dans une enquête alambiquée, où les prétendus coupables sont en nombre, sans jamais avoir de preuve irréfutable de leur culpabilité. Chaque nouvel indice récupéré par Clara nous mènera vers une piste différente, tant et si bien que la fin du récit approchant, nous n’avons toujours aucune idée du nom du coupable. Mary Kubica a réussit à me tenir en haleine jusqu’au bout, distillant avec parcimonie moments de suspenses et rebondissements surprises.

Des personnages énigmatiques vont et viennent dans le récit : chacun pourrait avoir un lien avec la mort de Nick. Kat, l’amour de jeunesse de Nick, qui refait surface dans sa vie, près de dix-huit ans après l’avoir quitté. Connor, son meilleur ami, fraîchement licencié du cabinet dentaire où il travaillait avec Nick. Theo Hart, le voisin violent et irritable, qui exécrait Nick, plus encore depuis qu’il avait failli renverser son petit Teddy. Autant de spéculations qui nous retourne la tête et fait choir nos vaines tentatives d’élucidations.

Dans les romans policier, ce que les lecteurs attendent toujours avec impatience, c’est le début et la fin. Le début pour planter le décor, pour prendre en main l’ensemble des indices récoltés et s’amuser à chercher le coupable durant l’ensemble du développement. La fin, avec son rebondissement final, celui qui surprend, qui effraie, celui que l’on attend avec impatience, qui possède la vérité sur l’histoire et la réponse à toutes nos questions. Malheureusement, dans Ton dernier mensonge, la fin m’a déçue et fait retomber d’un seul coup l’ensemble du suspense tissé si soigneusement par l’auteure. Je n’ai pas eu toutes les réponses à mes questions, de nombreuses interrogations restent encore présentes dans mon esprit, si bien que je ne considère pas cette fin comme une fin à proprement parlé. C’est plat et sans surprise.


Mensonges, dissimulations, enquêtes, suspicions… Un thriller psychologique rondement mené, qui se solde par  un dénouement totalement raté.

Ma note : 5,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 979-1-0339-0351-2
Traducteur : Laure Manceau

Brida


Brida de Paulo Coelho

249 pages, éditions Harper Collins, à £11,99


Résumé : This is the story of Brida, a young Irish girl, and her quest for knowledge. She has long been interested in various aspects of magic but is searching for something more. Her search leads her to people of great wisdom, who begin to teach Brida about the spiritual world. She meets a wise man who dwells in a forest, who teaches her about overcoming her fears and trusting in the goodness of the world; and a woman who teaches her how to dance to the music of the world, and how to pray to the moon. As Brida seeks her destiny, she struggles to find a balance between her relationships and her desire to become a witch. This enthralling novel incorporates themes that fans of Paulo Coelho will recognize and treasure—it is a tale of love, passion, mystery, and spirituality from the master storyteller.


Extraits : « -What made you change your mind ?
-Love. I know a man who makes me feel complete. Three days ago, he showed me that this world is full of mysteries too and that I’m not alone.
« 

« I need to take risks. I need to feel the fear of failing.. »


Mon avis : Paulo Coelho is very famous for these books where he speaks about spirituality and philosophy, like The Alchemist. He’s wrote many novels and biographies, like L’espionne, a beautiful Mata Hari biography, a Dutch dancer, which arrived at Paris in the XXs to conquer the French capital, but which known an horrific end. I loved this biography, and specifically this woman, fulfilled of courages and forces.

With Brida, Paulo Coelho came back with a feminine protagonist very special : she knows she’s a witch, and she came in the Forest to encounter The Magus, which detain the secrets of magic. She wants to learn The Tradition of the Sun and The Tradition of the Moon to became a real witch. Brida, in contact with The Magus, will understand the secrets of the Universe, and especially what is Love, the most powerful thing in the world.

It’s a philosophic history, and a little strange too. I confess that I doesn’t understand all the scenes, because sometimes, they appeared very odd. I think it’s a spiritual history, which learn to appreciate, feel and experience many sensations. The rythm is slow, like a good yoga session. I have been bored in many times, thanks to the rythmn, but also with the protagonists, who are not interesting, with the global history, which is too many spiritual and not enough realistic.

Thankfully, Paulo Coelho writing is beautiful, and I annotated many passages I adored which will made echoes to many people in others situations. I think they could bring hope, joy and peaceful to many people.


A spiritual and philosophical history, enough odd and abstract : I’m not entered in this magical story. But the author writing is beautiful, and I think that I’ll discover other novels of Paulo Coelho.

Ma note : 4/10

Pour lire plus d’avis

 

La vieille dame qui avait vécu dans les nuages

La vieille dame qui avait vécu dans les nuagesde Maggie Leffler
353 pages, éditions Harper Collins, à 17,90€

Résumé : Un roman sur le courage de ces femmes oubliées de l’Histoire qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont participé à l’effort de guerre.

A 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu’elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve : devenir aviatrice. Cette passion, Mary l’a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu’à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin.
A qui confier et transmettre le récit de ce qui fut à la fois son feu sacré et sa grande faute ? La réponse arrive en la personne d’une très jeune fille. En elle, Mary croit retrouver les traits de Sarah, sa sœur adorée qu’elle a dû abandonner. Un signe du destin qui marque le début d’une amitié aussi belle qu’improbable, faite de confidences et de récits extraordinaires jusqu’à l’émouvante révélation finale…

Ce roman est inspiré de faits réels — le rôle courageux et désintéressé joué par les femmes pilotes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale, longtemps tenu secret. En 2009, Barack Obama leur a rendu hommage devant le Congrès.

Extraits :  « Nous sommes un des plus grands secrets de la guerre, mais nous ne le savons pas encore. »

« Mon petit, tout comme les jeunes gens attendent avec impatience leur anniversaire, je ne peux m’empêcher de me demander à quoi ressemblera ma mort. Vous pouvez peut-être vous offrir le luxe de penser à autre chose, mais moi, la mort est le prochain grand événement qui m’attend. »

Mon avis :  Je voudrais remercier Babelio et les éditions Harper Collins, de m’avoir fait découvrir une aussi jolie histoire. J’ai ressenti tellement d’émotions contradictoires (tristesse, joie, colère…) en si peu de pages lues, que je ne savais pas cela possible.

Mary Browning a 87 ans, Elyse en a 15. Elles vont se rencontrer dans l’atelier d’écriture auquel assiste depuis plus d’une dizaine d’années Mary Browning. En voyant Elyse pour la première fois, Mary va se remémorer de nombreux souvenirs de sa jeunesse. Les deux femmes vont rapidement se lier d’amitié, et Mary va commencer à raconter son histoire à Elyse, qui sera en charge de la dactylographier sur ordinateur. Son histoire, c’est l’histoire poignante et puissante d’une femme aviatrice durant la Seconde guerre mondiale.

La vieille dame qui avait vécu dans les nuages est basé sur des faits réels. Seules quelques femmes privilégiées ont été formées durant la seconde guerre mondiale pour devenir des WASP (Women Airforce Service Pilots). Néanmoins, certains hommes, certainement jaloux de la nouvelle place attribuée aux femmes au sein de l’armée, les dénigreront, les rabaisseront ou pire encore, saboteront leurs avions. Ces femmes pilotes sont un des nombreux secrets qui entourent la Seconde guerre mondiale. En effet, personne n’était au courant que des femmes étaient autorisées à conduire des avions en ce temps-là. Elles devaient se cacher et mentir quant à leur travail. J’ai trouvé ces femmes énormément courageuses et téméraires. Elles n’avaient peur de rien ; ni de la mort, ni des hommes, ni d’être loin de leur famille. En plus de cela, elles faisaient preuve d’une camaraderie hors pair, en s’aidant les unes les autres quand besoin était.

Mary Browning nous raconte donc toute son histoire de pilote, en liant le professionnalisme à l’individualisme. Mary a dû faire face à bon nombre de problèmes d’ordres personnels. Il y a tout d’abord le fait qu’elle était juive. Une religion alors mal vue par tous, dans un contexte où les camps de concentrations fleurissaient en masse.
De plus, Mary évoque avec émotion Sol, son premier petit ami, un juif pratiquant, qui a dû quitter sa vie, sa famille, sa copine et son identité pour réaliser son rêve ; entrer en école de médecine. Mary et Sol vont être séparés… peut-être pour toujours. Une histoire d’amour émouvante qui m’a fait mit les larmes aux yeux à plusieurs reprises.

D’un autre côté, dans le moment présent, nous avons Elyse, qui écoute avec attention les propos de Mary. Mais Elyse a elle aussi des problèmes dans sa vie. Ses parents sont sur le point de divorcer, sa grand-mère va peut-être mourir, et le garçon dont elle est folle amoureuse se moque éperdument d’elle. Des problèmes plus actuels, qui n’en restent pas moins complexes et difficiles à gérer.

La profonde amitié qui lie les deux femmes est exceptionnelle. Malgré leur différence d’âge, elles s’entendent à merveilles. Deux voix qui s’entrecroisent dans un récit émouvant, pour nous servir une histoire sensationnelle.

Maggie Leffler rend hommage à ces femmes pilotes durant la guerre, qui ont risquées leur vie pour aider autrui. Malgré le fait qu’elles aient été que trop peu reconnue après guerre, aujourd’hui, en 2009 plus précisément, le président des Etats-Unis Obama remet à 3 des 300 pilotes féminines encore vivantes, la médaille d’or du Congrès. Une médaille justement accordée, qui récompense leur service pour la sécurité et la prospérité des Etats-Unis. Bravo à ces femmes pour leur courage ! Et merci à l’auteure pour m’avoir fait découvrir l’un des secrets les mieux gardés de l’époque.

Ma note : 8/10