Le bonhomme de neige


Le bonhomme de neige de Jo Nesbo
583 pages, éditions Folio policier


Résumé : Oslo, novembre 2004, la première neige tombe sur la ville. Dans le jardin des Becker, un bonhomme de neige fait irruption, comme sorti de nulle part. Le jeune fils remarque qu’il est tourné vers la maison et que ses grands yeux noirs regardent fixement leurs fenêtres. Dans la nuit, Birte, la mère, disparaît, laissant pour seule trace son écharpe rose, retrouvée autour du cou du bonhomme de neige…
Dans le même temps, l’inspecteur Harry Hole reçoit une lettre signée «le bonhomme de neige» qui lui annonce d’autres victimes. Plongeant son nez dans les dossiers de la police, Harry met en lumière une vague de disparitions parmi les femmes mariées et mères de famille de Norvège. Toutes n’ont plus donné signe de vie le jour de la première neige…
D’une sobriété étonnante, Harry Hole va se retrouver confronté, pour la première fois de sa carrière, à un tueur en série agissant sur le territoire norvégien et qui le conduira jusqu’au gouffre de sa folie…


Extraits« Parfois, on ne sait pas ce que l’on cherche avant de l’avoir trouvé. »

« C’est rationnel d’avoir peur de ce qu’on ne connaît pas. Celui qui ne suit pas ce principe ne vit pas longtemps. »


Mon avis : Le bonhomme de neige est le septième tome de la saga de l’Inspecteur Harry Hole, écrit par le norvégien Jo Nesbo. C’est un auteur de polars connu et reconnu dans le monde entier, dont j’entendais beaucoup de bien. Ses romans policiers peuvent se lire indépendamment les uns des autres, comme c’est le cas pour celui-ci.

Nous faisons la connaissance de l’inspecteur Harry Hole, en charge de résoudre une drôle d’enquête : des femmes disparaissent autour de la capitale norvégienne, retrouvée quelques temps plus tard mystérieusement assassinées. Le seul point commun à ces disparitions : la découverte de bonhommes de neige à proximité des scènes de crime.

L’enquête est trépidante, les actions s’enchaînent à un rythme effréné, sans temps mort. Seules les cent dernières pages étaient un peu plus longues à lire ; le récit s’essoufflait un peu, je commençais à m’ennuyer. Bien que dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé suivre l’enquête du bonhomme de neige, après quelques semaines, il ne me reste que de vagues bribes de souvenirs du récit. Ce qui signifie qu’il était agréable à lire, mais pas spécialement mémorable non plus. De même, l’ensemble des personnages, bien qu’assez sympathiques, n’étaient pas spécialement attachants. Ils sont restés distants, froids, ils ne m’ont pas charmés.


Un thriller bien construit et addictif, qui manquait quand même d’originalité dans la forme de l’histoire et de substance dans la construction des différents personnages. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-07-045865-3
Traduction : Alex Fouillet

Lolita


Lolita de Vladimir Nabokov
551 pages, éditions Folio


Résumé : Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper, à trois reprises, contre les dents. Lo. Lii. Ta. Le matin, elle était Lo, simplement Lo, avec son mètre quarante-six et son unique chaussette. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur les pointillés. Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita.


Extraits : « Les mots, s’ils ne sont pas fondés sur l’expérience, ne veulent rien dire. »

« Il existe deux sortes de mémoire visuelle : l’une qui vous permet de recréer minutieusement une image dans le laboratoire de votre esprit, alors que vous avez les yeux grands ouverts […] ; l’autre qui vous conduit à visualiser instantanément, sur la sombre face interne de vos paupières, l’image rigoureusement fidèle et objective d’un visage aimé, petit fantôme en couleurs naturelles. »


Mon avis : En octobre dernier, j’ai eu l’honneur de lire Ma sombre Vanessa écrit par Kate Elizabeth Russell, un récit psychologique complexe sur le viol et le consentement, qui se référait en grande partie au célèbre Lolita de Vladimir Nabokov. Raison pour laquelle j’ai eu envie de découvrir ce classique de la littérature américaine, qui a fait couler beaucoup d’encre.

Pour celles et ceux qui n’auraient jamais entendu parler de Lolita : il s’agit du surnom donnée à Dolorès, une nymphette dont Humbert Humbert, le protagoniste et narrateur de l’histoire, s’est épris. Ce dernier, incarcéré, raconte ses mémoires et sa folie amoureuse pour une gamine d’une douzaine d’années. Tout commence par un besoin de solitude, de tranquillité, pour pouvoir étudier et écrire en toute liberté. Sa logeuse, Charlotte Haze, lui présente sa fille, Dolorès, dont il tombe éperdument amoureux. Ses derniers se rapprochent, sous les yeux jaloux de Charlotte, qui envoie sa fille en camp de vacances pour les séparer. Humbert Humbert décide de se marier à Charlotte, pour pouvoir vivre au plus près de sa bien-aimée, Dolorès. Seulement, lorsque Charlotte découvre le journal intime pervers de son mari, dans lequel il confie son attirance pour sa fille, elle s’enfuie et se tue accidentellement. Humbert Humbert part donc récupérer Dolorès, pour l’emmener dans un long périple au travers des États-Unis.

Le personnage de Humbert Humbert est énigmatique, mystérieux, déconcertant, on se sent facilement mal à l’aise à son contact. D’apparence cultivé, propre sur lui et courtois, il dissimule en réalité des caractéristiques perverses, détraqués, d’un esprit psychologiquement instable et dérangé. C’est lui le narrateur du récit, on ne perçoit l’histoire qu’à travers sa version des faits. On pénètre donc sa psyché, on s’attache un peu à sa personnalité, on le déteste aussi, ce qui crée un mélange assez dissonant, à l’image même de ce grand malade d’Humbert Humbert. C’est un homme solitaire, perdu, ne vivant que pour sa « passion », qui peut attendrir tout un chacun. Par moments, j’avais  l’impression qu’il essayait tant bien que mal d’enrôler le lecteur dans ses névroses, de nous assujettir à ses penchants pervers, de nous faire croire que cette histoire d’amour, très complexe, pouvait s’apparenter à des milliers d’autres histoires d’amour. Là réside toute la subtilité du récit : le lecteur, placé dans une situation inconfortable face aux scènes qui se jouent sous ses yeux, est facilement manipulable par le narrateur.

Nous sommes les témoins, complices silencieux, des actes innommables qui se jouent sous nos yeux. Néanmoins, il n’y a pas de scène pornographique à proprement parler, l’auteur raconte uniquement les scènes de sexe de manière allusives, abstraites, glissant quelques pistes ici et là pour que nous puissions deviner et nous représenter subjectivement nous-mêmes les scènes en question. C’est encore plus malsain que ce que je m’attendais à découvrir ! Humbert Humbert a un rôle ambivalent face à Lolita : il est à la fois père adoptif et amant passionné. 

Il est donc question de pédophilie, d’amour interdit, de viol et de consentement. Il y a certaines ambiguïtés qui perdurent autour du personnage de Dolorès/Lolita : est-elle réellement victime des assauts de Humbert Humbert, ou est-elle consentante ? Elle semble par moments ressentir des sentiments amoureux ou du moins affectueux pour son bourreau, tandis qu’à d’autres instants, on peut lire entre les lignes l’angoisse profonde, la terreur de la jeune fille, prise entre les mailles d’un filet duquel elle ne peut s’enfuir. Nous sommes face à des interrogations massives, basculés entre mensonges et vérités. Si l’on en croit les descriptions du narrateur, Lolita se montre parfois aguicheuse, vulgaire, un peu inculte, indolente, la parfaite image d’une nymphette provocatrice mais intellectuellement creuse. Mais là encore, on ne peut entièrement se baser sur cette image, construite du point du vue de Humbert Humbert uniquement. Quant à ce dernier, il est amoureux maladif de Lolita, c’est indéniable. Il ne conçoit pas sa vie sans elle. Nous sommes face à une folie comme on en croise que très peu, face à un esprit dérangé, qui provoque en nous une palette d’émotions : du dégoût, beaucoup de malaise, de la peine aussi… 

Ce que je retiendrais principalement de cette lecture, outre la thématiques cinglante et malsaine, c’est la somptueuse écriture de l’auteur. Je l’ai trouvée d’une finesse incomparable. La linguistique est recherchée, elle ne contient aucun mot obscène, le style est élégant, d’aspect poétique, si on en oublie l’intrigue. Le contraste est frappant entre la grâce de l’écriture et l’ignominie des scènes, c’est justement ce qui a rendu ce livre si délectable pour beaucoup.


Un classique de la littérature américaine au style maîtrisé mais ambigue.  un roman sulfureux et ambivalent sur l’amour interdit, qui déstabilise, chamboule,  marque à tout jamais les esprits. à ne pas mettre entre toutes les mains…

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 2-07-041208-3
Traduction : Maurice Couturier

La jeune fille à la perle


La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier

313 pages, éditions Folio


Résumé : La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.
Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. À mesure que s’affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville…
Un roman envoûtant sur la corruption de l’innocence, l’histoire d’un coeur simple sacrifié au bûcher du génie.


Extraits : « Disons qu’elle n’est pas belle, mais qu’il la rend belle, ajouta-t-elle. Ça devrait se vendre un bon prix. »

« – […] Et maintenant, quelles couleurs voyez-vous dans les nuages ?
– J’y vois du bleu, répondis-je, après les avoir étudiés quelques minutes. Et aussi du jaune. Et même un peu de vert ! » Je les montrai du doigt, excitée que j’étais. Toute ma vie, j’avais vu des nuages mais j’eus à cet instant l’impression de les découvrir. »


Mon avis : La jeune fille à la perle est un roman historique et intemporel sur la création du tableau du même nom, par le célèbrissime Johannes Vermeer. Souvent étudié dans les écoles, j’aurais été ravie de pouvoir le découvrir dans ce cadre, pour approfondir davantage cette lecture, qui m’a enchantée.

Vermeer est un peintre hollandais du XVIIème siècle, peu connu de son vivant, dont les oeuvres ont été mises en lumière seulement à la moitié du XIXème siècle, grâce à un critique d’oeuvres d’art. Vermeer est essentiellement reconnu pour ses scènes de genre, qui représentent la vie domestique avec familiarité, naturel et poésie. La jeune fille à la perle, La laitière, ou encore L’astronome, comptent parmi les tableaux les plus célèbres au monde.

Portrait de Johannes Vermeer

Tracy Chevalier s’appuie sur des éléments historiques et biographiques liés à Vermeer et y associe avec habileté des composants fictionnels pour écrire son roman. Ainsi, nous découvrons avec bonheur la vie de Veermer à travers Griet, jeune demoiselle de seize ans qui entre au service de la famille Vermeer. Nous faisons la connaissance de Catharina, la femme de Vermeer, leur nombreuse progéniture, ainsi que Maria Thins, la mère de Catharina, qui vivent tous ensemble dans le petit village de Delft. Griet n’est pas la seule servante à servir la famille, puisque Tanneke travaille également dans la maison familiale pour Maria Thins depuis de nombreuses années. Griet s’intègre difficilement à cette maisonnée, les membres de la  famille semblant être assez réticents à l’idée d’accueillir une nouvelle servante dans leur intimité, certains comme la jeune Cornelia allant même jusqu’à lui faire de mauvaises farces pour la discréditer aux yeux du couple Vermeer. Mais Griet a besoin de ce travail et du faible revenu qui lui revient chaque semaine pour aider ses parents. Son père, faïencier de son métier, est devenu aveugle des suites de son difficile labeur. Sa mère ne pouvant pas subvenir convenablement à leurs besoins, c’est Griet qui vient compenser le manque financier de ses parents.

Vue de Delft (Pays-Bas)

Tracy Chevalier retrace avec subtilité une vie de village des années 1660. Dans le petit village de Delft, Griet sort chaque jour au Marché pour s’approvisionner en viandes, ou chez l’apothicaire, pour ramener des ingrédients utiles à Vermeer pour peindre ses oeuvres. Le village est animé, on ressent avec bonheur ce petit centre vivre : c’est un réel plaisir que d’être transporté au coeur d’un quotidien ordinaire et simple comme celui-là. C’est d’ailleurs au marché aux viandes que Griet fera la connaissance de Pieter fils, le boucher. Un jeune homme un peu plus âgé qu’elle, aux premiers abords frustre, mais bienveillant envers la jeune femme et ses parents. Il accorde beaucoup d’attentions à Griet, lui faisant plus ou moins subtilement sentir tout l’intérêt qu’il accorde à sa personne.

Mais Griet est entièrement focalisée sur le peintre Vermeer, qui la fascine littéralement. Ce mystérieux homme, solitaire, constamment enfermé dans son atelier, va laisser à Griet le loisir de pénétrer son intimité. Elle deviendra sa secrétaire, l’aidera dans ses préparations de toiles, avant de finir par poser pour lui. Des tâches quotidiennes loin de ses obligations de servantes, qui ne raviront pas Catharina, la femme du peintre, jalouse du lien indicible qui se créait entre son mari et cette servante.

On se plait à prendre comme acquises les explications données par Tracy Chevalier sur cette magnifique oeuvre d’art qu’est La jeune fille à la perle. Malheureusement, la réalité est toute autre : la jeune fille représentée est anonyme, peut-être une des filles du peintre. Les hypothèses  sur son identité vont bon train, mais nul ne n’aura jamais le fin mot de l’histoire.

La jeune fille à la perle (1665-1667)

Jalousies, réprimandes, secrets, sont le lot quotidien de Griet. Ajoutez à cela l’attention toute particulière que lui confère Van Ruijven, un riche commerçant d’art, également ami des Vermeer. Du haut de son misérable statut de servante, Griet ne peut que se plier aux exigences de ses maîtres, obéir sans vergogne sans jamais faire de reproche. On ressent avec affliction l’étendue de la servitude et la dépendance financière et émotionnelle de Griet à leur encontre : sa précarité sociale ne lui permettait pas de s’affirmer.

Le Concert (1664-1667)

C’est avec bonheur que j’ai découvert plus en détails la vie du peintre Vermeer. C’est un personnage énigmatique, que l’on peine à cerner, qui semble être étranger même à sa propre famille. Il évolue comme dans une bulle artistique, n’exprime pas ses émotions par des paroles ou des gestes, mais il les réserve dans ses peintures, qui parlent d’elles-mêmes. Il allie avec merveille l’ombre et la lumière, il positionne avec minutie le décor, il fait en sorte de créer de l’émotion, de l’immédiateté, du mouvement, une sorte d’illusion de la vie. Appliqué et méthodique, jouant avec subtilité et minutie de ses pinceaux, une seule de ses toiles pouvait lui prendre près de quatre mois. Un manque de productivité critiqué par sa femme : sans entrée d’argent, difficile de nourriture les nombreuses bouches de sa progéniture et de rembourser les dettes accumulées. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir travailler Vermeer, je me suis sentie privilégiée, presque intime avec le peintre.

Au vu du succès international de ce roman, l’oeuvre a été adaptée au cinéma en 2003, avec un casting de choix : Scarlett Johansson dans le rôle principal, et Colin Firth dans celui du peintre. Une adaptation saluée par la critique, que je me ferais une joie de découvrir prochainement !


Un roman historique passionnant, qui met en lumière la vie du peintre Vermeer à travers Griet, la jeune fille à la perle. Un chef-d’oeuvre littéraire et artistique !

Ma note : 10/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 2-07-041794-8
Traduction : Marie-Odile Fortier-Masek

L’amour et les forêts


L’amour et les forêts d’Éric Reinhardt

412 pages, éditions Folio


Résumé : À l’origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l’écrivain, l’entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte.

Récit poignant d’une émancipation féminine, « L’amour et les forêts » est un texte fascinant, où la volonté d’être libre se dresse contre l’avilissement.


Extraits : « Moi aussi j’attends des livres que j’entreprends d’écrire qu’ils me secourent, qu’ils m’embarquent dans leur chaloupe, qu’ils me conduisent vers le rivage d’un ailleurs idéal. »

« Car c’est ça ma grande terreur, c’est que ma vie s’écoule inutilement comme de l’eau d’un robinet qu’on a oublié de fermer, ou d’un robinet qui fuit, quelque chose comme ça, tu vois. »


Mon avis : Auréolé du Prix France Télévision – Roman en 2014, du Prix des lycéens – Renaudot la même année, puis du Prix France Culture – Télérama en 2015, L’amour et les forêts est un roman salué par les critiques et plébiscité par les lecteurs. Au vu de ce palmarès exceptionnel, j’ai acheté ce livre les yeux fermés et j’ai débuté sa lecture sans a-priori, n’ayant même pas pris la peine de lire la quatrième de couverture. Avec autant de prix, il devait forcément être bon !

Je débute donc ma lecture aux côtés de Bénédicte Ombredanne, une femme d’une quarantaine d’années, touchée par l’écriture d’un écrivain, à qui elle va transmettre une lettre passionnée et passionnante d’intelligence et de dévouement. Très touché par cet hommage, l’écrivain, qui n’est autre qu’Éric Reinhardt, décidera de rencontrer cette fervente lectrice. Deux rencontres auront été suffisantes pour qu’Éric soit touché par l’histoire de Bénédicte Ombredanne. Mariée à Jean-François depuis des années, mari transi de jalousie, autoritaire, homme insensible, colérique et froid, ils ont ensemble deux jeunes enfants et vivent tous sous le même toit. Bénédicte Ombredanne est professeure agrégée de lettres et rêvait d’une toute autre vie, où la passion, l’amour pur et véritable, exacerbé et délicat aurait comblé son quotidien. Ce qui n’est pas le cas avec Jean-François. Elle va donc s’inscrire sur Meetic et rencontrer Christian, un homme aux antipodes de son mari, intelligent, doux, attentionné, qui va lui offrir les quelques heures les plus heureuses de toute son existence.

Le sujet semble simple, mais il est extrêmement complexe, paradoxal et sensible : c’est le destin amoureux d’une héroïne aux prises entre son coeur et sa raison. Durant deux longues années, nous allons suivre son quotidien de femme battue, humiliée, maltraitée et rabaissée par son mari, coupable de jalousie extrême et de perte de tout contrôle sur ses gestes et ses paroles. Il n’hésitera pas à la manipuler, à l’intimider et à lui faire du chantage pour qu’elle reste à ses côtés, malgré l’absence évidente d’amour. Son comportement est véritablement choquant, on en vient à se demander comment Bénédicte Ombredanne peut supporter de vivre avec un homme tel que lui.

Seule étincelle de lumière dans son quotidien morose : sa brève rencontre avec Christian, le temps d’une journée ensoleillée et passionnelle, ponctuée d’amour, de balades en forêt, et d’essais au tir à l’arc. Ce fût un coup de foudre immédiat et intense entre ces deux amants que tout rapproche. Mais quand le coeur dit oui, la raison dit non : Bénédicte Ombredanne, muselée à son mari et à ses obligations parentales, mettra, bien malgré elle, une fin définitive à cette belle histoire-embryon.

Il est toujours bon de rappeler qu’en France, en moyenne, près de 220 000 femmes subissent chaque année des violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur compagnon, mari, ou ex, soit 1% de la population totale. Un chiffre à faire frémir de colère, encore plus si l’on prend en compte le taux de féminicide sur une année, qui s’élève à plus de 100 meurtres sur l’année 2019. Un taux qui ne cesse d’augmenter, notamment lors du confinement, où les violences conjugales ont augmenté de +30% en province et à Paris. Dénoncer ces actes malveillants, signaler et prévenir, aider et assister les femmes pour les sortir de cet enfer constitue un défi majeur. L’amour et les forêts, pourtant écrit par un homme, se fait un très bon manifeste de ces dommages verbales, physiques et psychologiques devenus l’une des plaies de notre société.

Éric Reinhardt est un auteur qui se fait discret dans la cour littéraire française. C’est pourtant un auteur de renom, extrêmement doué, qui sait manier les mots avec perfection. Sa plume est élancée, poétique, complexe aussi, dans le sens où on ressent intensément que les mots et les phrases employées sont longuement travaillées, presque ciselées avec minutie. Malgré ce travail d’orfèvre, ces mots glissent sur les pages pour créer des phrases alanguies, qui se lisent avec fluidité. L’auteur magnifie la langue française et juste pour ça, je lui dis un grand bravo et un immense merci !

Malgré tout le respect que j’aie pour l’auteur et toute l’admiration que je porte à sa narration, je me suis vue, à plusieurs reprises, soupirer de lassitude. Par moment, l’histoire se perd en longueurs et en circonvolutions superflues, qui étirent le récit sans lui apporter de réelle plus-value. Cette langueur d’écriture, cette monotonie excédentaire a contribué à me détacher de l’histoire. Conséquence directe sur mon affect : j’ai été moins touchée par la triste histoire de Bénédicte Ombredanne que j’aurais dû l’être.


Un récit superbement écrit, qui jongle entre poésie lyrique et envolées narratives : un bel hommage à l’écriture française. J’ai beaucoup aimé l’écriture, mais j’aurais souhaité qu’elle soit moins travaillée, plus accessible et touchante. Dommage car le fond est vraiment intéressant : on suit le quotidien amoureux d’une femme, transcendée entre son coeur et sa raison. Une histoire moderne et triste, digne plaidoyer d’un homme en faveur des femmes.

Ma note : 5,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-07-046815-7

La Métamorphose et autres récits


La Métamorphose et autres récits de Franz Kafka

217 pages, éditions Folio classique


Résumé : Lorsque Gregor Samsa s’éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d’une épaisse carapace d’où s’échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux, qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites… Les siens. Père, mère, sœur, dont l’ambition est de l’éliminer après avoir contribué à l’étouffer…


Extraits : « Lorsque Gregor Samsa s’éveilla un matin au sortir de rêves agités, il se retrouva dans son lit changé en un énorme cancrelat. »

« La réflexion et le sang-froid valent mieux que les résolutions désespérées.« 


Mon avis : Après des années à le regarder prendre la poussière dans ma Pile À Lire, je me suis ENFIN décidée à sortir ce monument de Franz Kafka. J’ai la chance d’avoir La Métamorphose dans son édition Folio classique, avec en prime, de très courts textes, sorte de nouvelles, qui viennent étoffer l’oeuvre de Kafka pour mon plus grand plaisir.

Malheureusement, j’ai trouvé que les récits qui introduisent le livre étaient trop abstraits, flous, manquant cruellement de sens. Ce n’est qu’en finissant ma lecture, à la toute fin de cette édition Folio classique, que j’ai découvert que le livre était doté d’un dossier complet, qui explique les grandes lignes des textes présents dans le livre, ainsi que leur histoire avant publication : des explications très appréciables sur des textes souvent abstraits et ouverts à l’interprétation. Je ne les ai découvert qu’à la fin de ma lecture, ce qui m’a forcé à relire certains courts récits pour me rappeler leurs sens.

En revanche, contrairement aux courtes nouvelles bien trop abstraites pour moi, j‘ai pris beaucoup de plaisir à découvrir La Métamorphose. C’était une expérience de lecture étrange, totalement à part, mais tellement enivrante ! Pour celles et ceux qui n’auraient jamais entendu parler de cette histoire, en voici un court résumé : un beau matin, le jeune Gregor Samsa se réveille dans le corps d’un cafard. Ses parents, ainsi que sa jeune soeur, sont horrifiés de cette transformation soudaine.

Nous assistons à une métamorphose physique, certes – quoique nous n’ayons pas connu le véritable aspect physique de Gregor avant qu’il ne devienne cafard -, mais nous assistons surtout à une métamorphose psychique. En effet, sous nos yeux, le héros se détache progressivement de ses facultés intellectuelles humaines pour se fondre dans son nouvel état d’insecte. Il pense et agit comme un cafard, en oubliant totalement sa condition d’humain.

L’histoire se passe en huis clos, dans la maison familiale qui abrite les parents et la soeur de Gregor. Ce dernier se retrouve confiné dans sa chambre, obligé de se cacher de sa famille, qui le voit comme un vulgaire et répugnant insecte. Les membres de la famille réagissent différemment face à la nouvelle condition du héros : la jeune soeur vient en aide du mieux qu’elle le peut à son frère, lui apportant eau et nourriture, ainsi que tout ce dont il aurait besoin pour s’épanouir dans sa nouvelle vie d’insecte. Le père renie son fils, tandis que la mort, d’abord toujours pétrie d’amour pour son fils, le verra finalement comme un cafard envahissant et dégoûtant. À cause de ses différents points de vue sur l’état actuel de la situation, les conflits familiaux sont légions. Franz Kafka pointe du doigt ici la complexité des relations sociales, avec notamment l’exclusion et le rejet de certaines personnes, pointées du doigt car incompatibles au reste du monde. C’est une métaphore grandiose et pleine de sens que nous l’offre l’auteur.


J’ai vraiment adoré l’absurdité et l’originalité des Métamorphoses, qui distrait tout en donnant des pistes de réflexions philosophiques sur les relations sociales, l’isolement, la différence, la famille… Avec Franz Kafka, le fantastique devient une réalité acceptable. Dommage que les courtes nouvelles qui précèdent le chef-d’oeuvre soient aussi peu compréhensibles !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 2-07-038105-6
Traducteur : Claude David