Aux ordres du coeur


Aux ordres du coeur de Fabrice Colin
57 pages, éditions Nathan


Résumé : Parce que sa mère est malade, Johanne, 17 ans, accepte le projet insensé d’organiser un voyage à Londres sur les traces de son passé.


Extraits : « La première heure, elle la passe rêveuse, la tête contre la vitre, à regarder les champs défiler. Les paysages sont moins fatigants que les gens : ils ne posent pas de questions. »

« – Le jour arrive bientôt, dis-je. La nuit ne dure jamais longtemps. »


Mon avis : Je poursuis mes découvertes de la nouvelle collection des éditions Nathan, Court toujours, des histoires très courtes, qui peuvent se lire en moins d’une heure, déclinées sur différents supports (papier, audiovisuel, numérique). Chacune de ses histoires comporte une thématique forte, souvent d’actualité, qui nous pousse à réfléchir et à prendre conscience de certaines choses.

Dans Aux ordres du coeur, notre narratrice et protagoniste, Johanne, jeune fille de 17 ans, emmène sa maman malade dans un voyage étonnant à Londres. Nelly Mercandier, ancienne star de cinéma mondialement connue, est atteinte de la maladie d’Alzheimer, à un stade sévère : elle ne reconnaît plus rien ni personne, elle se perd dans ses souvenirs et sa mémoire, allant jusqu’à confondre les époques et les lieux, les personnes et son histoire. Un drame pour Johanne, qui essaie de ramener sa mère sur les lieux de sa jeunesse, pour tenter de lui raviver la mémoire.

J’ai été touchée par l’affection donnée par Johanne. Elle devient en quelque sorte la mère de sa propre mère, prenant soin d’elle au-delà de son rôle de fille. Elle n’hésite pas à aller dans son sens, à détourner la vérité, à mentir à son entourage, à s’enfuir, se cacher, pour permettre à sa mère de retrouver un semblant de lucidité et d’instants de bonheur. Une dévotion très belle à voir, dont on ressent avec force le puissant amour qui s’en dégage. À part ce lien qui unit nos deux protagonistes, je n’ai pas été particulièrement touchée par l’histoire, que j’ai trouvée dénuée d’émotions, parfois un peu froide, sans saveurs.

En revanche, j’ai été assez déçue par le dénouement, que je ne trouve pas entièrement terminé. Le livre se referme, nous laissant pantelants, retenant notre respiration, nous attendions avidement de découvrir ce qu’il se passait… mais Fabrice Colin a préféré jouer la carte de l’imaginaire, nous laissant une fin ouverte, à interpréter librement. J’ai été prise de court, déçue de cet arrêt trop brutal.


Un court roman, agréable et rapide à lire, sur une thématique émouvante : la maladie d’Alzheimer, qui apporte dépendance et sacrifices de la part des proches. Je déplore quand même l’écriture un peu clinique, froide, sans émotion particulière…

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 3133092232800

Rester debout


Rester debout de Fabrice Colin

292 pages, éditions Le Livre de Poche jeunesse, à 6,90€


Résumé : 1933 : en Allemagne, Hitler accède au pouvoir. Petit à petit, la menace se précise et des rumeurs circulent, auxquelles aucun Juif ne veut croire. Puis c’est la guerre, les premières rafles – et, à cet instant, il est déjà trop tard. Internée à Auschwitz-Birkenau avec sa mère et sa soeur aînée, Simone doit se battre, pour elle et pour les autres. Bientôt, son courage, sa force, sa volonté serviront d’exemples à travers le monde. À jamais survivante, définitivement libre, elle sera prête, alors, à livrer d’autres combats.
Rester debout, c’est l’histoire de la femme la plus populaire de France qui, à la veille de sa mort, se remémore, à travers les brumes d’une longue rêverie féconde, ses premières années. Mais c’est d’abord la chronique d’années tendres et heureuses, le récit d’une enfance qui, malgré la crise et les préjugés, commence sous le signe de l’harmonie familiale – avant, insidieusement, de basculer vers le drame. À partir de 13 ans.


Extraits : « J’ai commencé ma vie dans l’horreur, a-t-elle déclaré à la presse, je la termine dans le désespoir. »

« Le bonheur, on le sait, est la chose la plus fragile au monde. Figurez-vous un vase de cristal. Figurez-vous ce vase à l’extrémité d’une falaise, un matin de grand vent. Ou un brin d’herbe, au bord d’un chemin, à la merci de n’importe quelle main d’homme – n’importe quelle paluche épaisse et velue. »


Mon avis : Chacun connaît Simone Veil, cette femme courageuse et téméraire, mais peut-être êtes vous moins nombreux à connaître sa véritable histoire, qui a contribué à forger sa personnalité et à faire d’elle la femme qu’elle est devenue alors. En 1944, la Seconde guerre Mondiale fait rage. À peine âgée de 16 ans, Simone Veil, issue d’une famille juive, est déportée à Auschwitz avec sa mère, son frère et ses soeurs. Là-bas, elle fera face aux horreurs les plus viles, la mort omniprésente, la terreur quotidienne, d’être tuée, ou séparée de ses proches, tout en gardant toujours l’espoir, presque insensé, d’en finir avec cette guerre.

Simone Veil se fera très vite repérée par les autres détenus, ainsi que les surveillants, pour sa force de caractère assez incroyable. Elle n’est alors qu’une jeune adolescente, mais déjà sûre d’elle, elle se montre mature, réfléchie, clairvoyante sur les événements qui se jouent sous ses yeux, solidaire avec les autres, tout en restant sensiblement humaine, malgré les horreurs qui l’entourent. C’est une femme qui mérite toutes les éloges, qui à sut, comme le titre Fabrice Colin, rester debout, faire face et combattre les difficultés de la vie, là où beaucoup ont perdus espoir et abandonnés.

Simone Veil, ses soeurs, son frère et sa maman, à Nice

Dans cette biographie romancée, Fabrice Colin colle au plus près de la vie de Simone Veil, tout en y incorporant quelques éléments fictionnels (ajouts de dialogues, de personnages inventés…). Il choisit d’écrire son livre d’une façon simple et accessible au plus grand nombre, pour permettre notamment aux plus jeunes lecteurs de connaître cette grande dame et son histoire.

Je connaissais les grandes lignes biographiques de sa vie, mais j’avoue avoir été intriguée de pénétrer son intimité. Nous voyons Simone petite fille, entourée de sa famille, puis nous suivons lentement son évolution, vers la femme que nous connaissons désormais. J’ai aimé cette rétrospective, pudique, feutrée, de l’enfance de Simone et sa famille à Nice, où l’on entrevoir quelques morceaux de candide bonheur, avant l’indicible noirceur.

Portrait de Simone Veil

Depuis, Simone Veil est devenue une figure emblématique de la vie Française. Après avoir suivi des études de droit, elle devient magistrate, puis entre en politique sous le mandat de Valérie Giscard d’Estaing, comme Ministre de la Santé. Elle deviendra l’icône de la lutte contre la discrimination des femmes en France, faisant notamment adopter la loi Veil, qui dépénalise le recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle est également la première femme à accéder à la présidence du Parlement européen, un rôle qu’elle prend très au sérieux, notamment pour ce qui est de rétablir des relations franco-allemandes. Globalement, selon un sondage Ifop réalisé en 2010, Simone Veil est considérée comme la femme préférée des française, qui a su, par son courage, sa ténacité, sa clairvoyance, apporter énormément aux femmes en particulier, mais aussi au peuple français dans son ensemble. Elle a voulue changer le monde… et a réussie son pari avec brio !


Une biographie romancée intimide et touchante sur l’inspirante Simone Veil. Une expérience de vie impressionnante, qui force le respect et l’admiration. J’ai été émue par ce témoignage et suis ravie que les plus jeunes puissent également y avoir accès. 

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-01-628803-0