La Métamorphose et autres récits


La Métamorphose et autres récits de Franz Kafka

217 pages, éditions Folio classique


Résumé : Lorsque Gregor Samsa s’éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d’une épaisse carapace d’où s’échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux, qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites… Les siens. Père, mère, sœur, dont l’ambition est de l’éliminer après avoir contribué à l’étouffer…


Extraits : « Lorsque Gregor Samsa s’éveilla un matin au sortir de rêves agités, il se retrouva dans son lit changé en un énorme cancrelat. »

« La réflexion et le sang-froid valent mieux que les résolutions désespérées.« 


Mon avis : Après des années à le regarder prendre la poussière dans ma Pile À Lire, je me suis ENFIN décidée à sortir ce monument de Franz Kafka. J’ai la chance d’avoir La Métamorphose dans son édition Folio classique, avec en prime, de très courts textes, sorte de nouvelles, qui viennent étoffer l’oeuvre de Kafka pour mon plus grand plaisir.

Malheureusement, j’ai trouvé que les récits qui introduisent le livre étaient trop abstraits, flous, manquant cruellement de sens. Ce n’est qu’en finissant ma lecture, à la toute fin de cette édition Folio classique, que j’ai découvert que le livre était doté d’un dossier complet, qui explique les grandes lignes des textes présents dans le livre, ainsi que leur histoire avant publication : des explications très appréciables sur des textes souvent abstraits et ouverts à l’interprétation. Je ne les ai découvert qu’à la fin de ma lecture, ce qui m’a forcé à relire certains courts récits pour me rappeler leurs sens.

En revanche, contrairement aux courtes nouvelles bien trop abstraites pour moi, j‘ai pris beaucoup de plaisir à découvrir La Métamorphose. C’était une expérience de lecture étrange, totalement à part, mais tellement enivrante ! Pour celles et ceux qui n’auraient jamais entendu parler de cette histoire, en voici un court résumé : un beau matin, le jeune Gregor Samsa se réveille dans le corps d’un cafard. Ses parents, ainsi que sa jeune soeur, sont horrifiés de cette transformation soudaine.

Nous assistons à une métamorphose physique, certes – quoique nous n’ayons pas connu le véritable aspect physique de Gregor avant qu’il ne devienne cafard -, mais nous assistons surtout à une métamorphose psychique. En effet, sous nos yeux, le héros se détache progressivement de ses facultés intellectuelles humaines pour se fondre dans son nouvel état d’insecte. Il pense et agit comme un cafard, en oubliant totalement sa condition d’humain.

L’histoire se passe en huis clos, dans la maison familiale qui abrite les parents et la soeur de Gregor. Ce dernier se retrouve confiné dans sa chambre, obligé de se cacher de sa famille, qui le voit comme un vulgaire et répugnant insecte. Les membres de la famille réagissent différemment face à la nouvelle condition du héros : la jeune soeur vient en aide du mieux qu’elle le peut à son frère, lui apportant eau et nourriture, ainsi que tout ce dont il aurait besoin pour s’épanouir dans sa nouvelle vie d’insecte. Le père renie son fils, tandis que la mort, d’abord toujours pétrie d’amour pour son fils, le verra finalement comme un cafard envahissant et dégoûtant. À cause de ses différents points de vue sur l’état actuel de la situation, les conflits familiaux sont légions. Franz Kafka pointe du doigt ici la complexité des relations sociales, avec notamment l’exclusion et le rejet de certaines personnes, pointées du doigt car incompatibles au reste du monde. C’est une métaphore grandiose et pleine de sens que nous l’offre l’auteur.


J’ai vraiment adoré l’absurdité et l’originalité des Métamorphoses, qui distrait tout en donnant des pistes de réflexions philosophiques sur les relations sociales, l’isolement, la différence, la famille… Avec Franz Kafka, le fantastique devient une réalité acceptable. Dommage que les courtes nouvelles qui précèdent le chef-d’oeuvre soient aussi peu compréhensibles !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 2-07-038105-6
Traducteur : Claude David

Les filles du Docteur March


Les filles du Docteur March de Louisa May Alcott

213 pages, éditions Hachette romans, à 14,90€


Résumé : Une année, avec ses joies et ses peines, de la vie de Meg, Jo, Beth et Amy March, quatre sœurs âgées de onze à seize ans. Leur père absent – la guerre de Sécession fait rage et il est aumônier dans l’armée nordiste -, elles aident leur mère à assumer les tâches quotidiennes. Ce qu’elles font avec leur caractère bien différent: Meg, la romantique, qui va éprouver les émois d’un premier amour; Jo, qui ne se départit jamais d’un humour à toute épreuve; la généreuse Beth; la blonde Amy, enfin, qui se laisse aller parfois à une certaine vanité…


Extraits : « L’amour fait fuir la crainte et la gratitude peut prendre le pas sur la fierté.« 

«  »Un Noël sans cadeaux, ce ne sera pas un Noël, grommela Jo étendue sur le tapis.
– C’est terrible d’être pauvre ! soupira Meg en regardant sa vieille robe.
– Je trouve qu’il n’est pas juste que des filles reçoivent tout plein de jolies choses et d’autres rien du tout, ajouta la petite Amy avec un reniflement offensé.
– Nous avons nos parents et nous sommes toutes les quatre », dit gaiement Beth dans son coin.
À ces paroles, la figure des soeurs s’éclaira mais elle s’assombrit de nouveau quand Jo remarqua tristement :
« Papa est bien loin et il ne sera pas de retour avant longtemps. »
Elle n’osa pas dire « peut-être jamais », mais toutes l’avaient pensé. Elles se représentaient leur père au milieu des combats qui mettaient alors aux prises le Nord et le Sud de l’Amérique. »


Mon avis : À l’occasion de la nouvelle adaptation cinématographique de Greta Gerwig, qui sortira début 2020, les éditions Hachette romans ont également réédité ce classique de la littérature, en y incorporant des photographies tirées du film.

 
Nous sommes au XIXème siècle, la guerre fait rage et le Docteur March est envoyé en renfort pour soigner les blessés. Il laisse derrière lui sa femme et ses quatre filles, Jo, Amy, Beth et Meg. Nous suivrons leurs quotidiens, à travers des aventures tantôt joyeuses, amoureuses, tristes ou angoissantes.

J’avais lu ce classique de la littérature dans ma tendre jeunesse. Malheureusement, je n’en gardais aucun souvenir, c’est pourquoi j’ai sauté sur l’occasion de combler cette lacune en relisant une nouvelle fois cette histoire. Je me suis immédiatement replongée dans mon enfance.

Ces héroïnes, toutes féminines, aux aspirations et caractères différents, est une grande richesse de la littérature, surtout quand on pense aux conditions de la femme en cette période-là. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Jo, jeune fille rebelle, loin de l’image de la fille sage que l’on pourrait se faire, elle se coupe les cheveux sans en parler à sa mère, elle se comporte comme un garçon manqué, traîne avec Laurie, le fils du voisin… par son comportement, elle remet en cause le système trop strict de l’époque : c’est un personnage avant-gardiste, qui n’a pas peur d’assumer la personne qu’elle est et les choix qu’elle fait.

C’est un roman pour les enfants, mais sans être enfantin, puisque le style reste simple tout en étant moralisateur. Je pense que le but de l’auteure était de montrer des modèles de filles bien éduquées, pour que les jeunes lectrices puissent s’identifier aux protagonistes et par mimétisme leur ressembler. Solidarité, bienveillance, entraide, amour… sont autant de thématiques qui y sont abordées. 

Il est vrai qu’en le relisant avec un regard d’adulte, je me rends compte qu’il ne se passe pas grand chose en définitive dans ce livre. Les quatre jeunes filles et leur mère vivent des aventures quelques peu banales pour leur époque – elles travaillent, jouent ensemble et avec leur voisin, Laurie, mais rien de bien palpitant. Je me suis parfois ennuyée, le rythme est lent, il n’y a quasiment pas d’avancement dans l’histoire, mais j’ai quand même apprécie relire ce classique, qui a tant comptée dans mon enfance !

En bonus  à la fin du livre, vous pouvez trouver des photographies exclusives tirées du film. De quoi vous faire patienter quelques semaines avant sa sortie officielle au cinéma !


Un classique de la littérature jeunesse, qui m’a fait redevenir la petite fille que j’étais lorsque je l’ai lu la première fois. Le rythme de l’histoire est lent, mais l’écriture est moralisatrice, à la portée de tous les enfants.

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

Dracula


Dracula de Bram Stoker

575 pages, éditions Pocket, à 4,56€


Résumé : Jonathan Harker, jeune notaire, est envoyé en Transylvanie pour rencontrer un client, le Comte Dracula, nouveau propriétaire d’un domaine à Londres. A son arrivée, il découvre un pays mystérieux et menaçant, dont les habitants se signent au nom de Dracula.
Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante.
Très vite, il se rend à la terrifiante évidence: il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres…


Extraits : « Vous soignez les aliénés. Mais, d’une manière ou d’une autre, tout homme est un peu fou. »

« Le menu peuple me connaît, je suis le maître. Mais l’étranger dans une terre étrangère n’est rien. Nul ne le connaît et, donc, nul ne fait attention à lui.« 


Mon avis : Quelle meilleure période pour découvrir Dracula, qu’en pleins mois d’octobre, à quelques semaines seulement du temps attendu soir d’Halloween ?! C’est donc une belle occasion pour voir de faire d’une pierre deux coups : découvrir un classique qui prenait ma poussière dans ma PAL, et me mettre dans une ambiance propice à cette saison estivale.

Je pense que Dracula n’a plus besoin d’être présenté : ce comte, vampire immortel qui vit seul dans un château isolé, se nourrit du sang d’humains, essentiellement de femmes, qu’il vient mordre dans leur plus profond sommeil.

Écrit dans un genre épistolaire, les victimes féminines, tout comme les médecins qui viennent les soigner et leurs inquiets et éplorés, viennent échangent leur point de vue dans de courtes missives qu’ils s’envoient conjointement, ou qu’ils rédigent dans leurs journaux intimes. Ainsi, nous pouvons avoir accès à chacune de leurs pensées.

J’ai adoré le personnage de Dracula, que j’ai trouvé indéchiffrable, mystérieux, fantasmagorique, insaisissable. Je regrette néanmoins qu’il n’apparaisse que très peu dans l’histoire, ne se matérialisant qu’au début et à la fin du récit. L’ensemble des autres personnages interviennent dans le récit et apparaissent comme des narrateurs, alors que Dracula est le seul à ne jamais prendre la parole. C’est le sujet principal de l’histoire, la personne dont tout le monde parle, mais il reste à une certaine distance du récit, et nous apparaît que plus mystérieux. C’est assez déroutant, puisque j’aurais pensé qu’en lisant l’ensemble de l’oeuvre de Bram Stoker, j’en apprendrais plus sur cet intriguant vampire.

Mais c’est justement ce sombre mystère qui tourne autour de son existence, de sa vie, de sa manière de procéder avec ces victimes, qui forment le réel attrait du roman. C’est ce qui nous hante, ce qui nous attire, ce qui nous ensorcelle et nous fait peur. C’est ce vide de sens et d’explications, cette mise à distance du protagoniste, qui le rend finalement si attirant.

La célébrité  de ce livre n’est plus à prouver, puisqu’il est reconnu comme un classique de la littérature, un chef-d’oeuvre du genre gothique, maintes fois adapté au cinéma ou au théâtre. Le personnage de Dracula traverse les frontières et les siècles, et sa popularité est telle que chacun connaît son histoire, sans pourtant n’avoir jamais lu le livre de Bram Stoker. C’est quand même incroyable, et ça prouve la puissance du personnage ! Malgré le nombre de pages conséquent – près de 600 ans, et écrit en tout petits caractères -, l’histoire reste compréhensible et accessible à tout un chacun, malgré le fait qu’elle ait été écrite en 1897. Comme quoi, comme son personnage éponyme, Dracula reste immortel et traverse les frontières avec aisance.


Fière d’avoir découvert ce monument de la littérature fantastique et gothique, mais un peu déçue tout de même de la lenteur de l’histoire et de la quasi absence du personnage de Dracula. 

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Les raisins de la colère


Les raisins de la colère de John Steinbeck

639 pages, éditions Folio


Résumé : Années 1930, Oklahoma. Tom Joad est libéré de prison suite à un homicide involontaire. Il retourne à la ferme familiale mais une mauvaise surprise l’attend : la ferme a été saisie par une banque et sa famille, totalement ruinée, est sur le départ. Elle s’apprête à partir en Californie, avec l’espoir de trouver un emploi et de vivre dignement.
La famille Joad, partagée entre la peine de devoir quitter « la terre de ses pères » et l’espoir d’une vie meilleure, entame donc un long périple sur la route 66, à travers les grandes plaines de l’ouest, en direction d’une Californie mythifiée. Mais le voyage ne se fait pas sans difficulté. La dislocation de la famille commence.
La famille Joad arrive finalement en Californie et réalise rapidement que, non seulement il n’ y a pas assez de travail pour tous les immigrants et qu’elle devra vivre dans des conditions de vie effroyables, mais également que les « Okies » sont craints et haïs par les autochtones qui ne voient en eux que des marginaux et des agitateurs potentiels.
Malgré les difficultés, la famille Joad ne perd pas espoir et, malgré la faim, la pauvreté et l’injustice, mobilise toute son énergie pour essayer de s’en sortir…


Extraits  « La seule chose qu’il faut voir, c’est que chaque fois qu’il y a un pas de fait en avant, il se peut que ça recule un brin, mais jamais d’autant. »

« Des fois, un homme triste peut se débarrasser de sa tristesse rien qu’en parlant. »


Mon avis : Ce livre a patienté plusieurs années dans ma PAL, avant d’être brusquement sorti un beau jour d’avril. La cause ? Le club de lectures de Babelio, que je remercie vivement qu’avoir élu élu ce livre comme lecture du mois d’avril.

L’histoire se passe dans les années 1930, aux États-Unis, en pleine crise économique. Après plusieurs années passées derrière les barreaux, Tom rentre chez lui. Mais il découvre sa maison vide et détruite. La ferme familiale des Joad a été saisie par une banque et la famille a été expulsée et contrainte de rejoindre la Californie, où du travail les attendent, espèrent-ils. La traversée de l’Ouest débute, avec à bord Tom, ses parents, son grand frère, ses deux petits frères et soeurs, son oncle John, ses grands-parents, et le pasteur Casy. La famille va rencontrer de nombreux obstacles sur leur route, et pas des moindres.

Plongés dans les années 1930, nous suivons la famille Joad dans leur traversée de l’Ouest, à la rencontre d’une terre accueillante.  Malheureusement, ils vont rapidement côtoyer la faim, la soif, le froid, la pauvreté et surtout l’injustice. La famille, et en particulier Tom, son frère, son père et son oncle, cherchent désespérément un travail, pour récolter quelques sous pour nourrir les leurs. Mais, face à l’arrivée de centaines de milliers de familles affamés, les fermiers de l’Ouest ont mis en place une stratégie cruelle : faire baisser au maximum les salaires. Le travail manquant et les familles étant affamés, ils sont rapidement exploités, dans l’obligation d’accepter de travailler pour quelques miettes de pain. Les lecteurs qui, comme moi, ont une imagination débordante, ne peuvent s’empêcher de faire un parallèle avec notre monde moderne, où l’exploitation et l’injustice sociale n’est encore que trop présente.

Toutes ces difficultés ne semblent pas désolidariser la famille Joad, qui reste unie envers et contre tout et tous. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Mâme Joad, la mère de famille, qui montre une force de caractère invraisemblable, une générosité et un courage sans précédent. Tout l’amour qu’elle reverse aux siens et aux autres m’a impressionné. C’est un modèle de femme forte sur qui l’on peut prendre aisément exemple !

Il y a aussi cette solidarité qui se met en place entre les gens défavorisés. Ceux qui n’ont plus rien sont ceux qui donnent le plus. C’est invraisemblable, mais tellement beau et touchant à voir ! A croire que le trop plein d’humanité des uns à déshumanisé les autres.


Ce roman social, classique de la littérature américaine, saura séduire tous ses lecteurs. Une histoire divertissante et instructive qui ne peut laisser personne indifférent. 

Ma note : 8,5/10

 

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme


Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig

139 pages, éditions Stock, à 7,50€


Résumé : Scandale dans une pension de famille « comme il faut, » sur la Côte d’Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d’un de ses clients, s’est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n’avait passé là qu’une journée…
Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l’aide inattendue d’une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimé chez la fugitive.
Ce récit d’une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l’auteur d' »Amok » et du « Joueur d’échecs » est une de ses plus incontestables réussites.


Extraits :  « Le jeu révèle l’homme, c’est un mot banal, je le sais : mais je dis, moi : sa propre main, pendant le jeu , le révèle plus nettement encore.« 

« Malgré moi, je pensais chaque fois à un champ de courses, où, au moment du départ, les chevaux excités sont contenus avec peine, pour qu’ils ne s’élancent pas avant l’heure fixée : c’est exactement de la même manière que les mains des joueurs frémissent, se soulèvent, et sa cabrent. Elles révèlent, par leur façon d’attendre, de saisir et de s’arrêter, l’individualité du joueur : griffues, elles dénoncent l’homme cupide ; lâches, le prodigue ; calmes, le calculateur et, tremblantes, l’homme désespéré. Cent caractères se trahissent ainsi, avec la rapidité de l’éclair, dans le geste que l’on fait pour prendre l’argent, soit que l’un le froisse, soit que l’autre nerveusement l’éparpille, soit qu’épuisé un joueur, fermant sa main lasse, le laisse rouler librement sur le tapis.« 


Mon avis : Zweig a la réputation de faire parti de cette caste très privée des auteurs incontournables, de ceux que l’on peut lire aveuglément, sans jamais être déçu. Curieuse de découvrir cet auteur dont on fait tant de louanges, je m’étais plongée dans Lettre d’une inconnu, suivi de La ruelle au clair de lune, deux courtes nouvelles originales et très bien écrites, mais qui n’avaient pas été à la hauteur des hautes espérances que je me faisais des récits de Zweig. Sans jamais m’avouer vaincue, me voici replongeant tête la première dans une autre nouvelle de l’auteur, l’une de ses plus connues : Vingt-quatre heures de la vie d’une femme.

Madame Henriette, épouse et mère comblée, s’enfuie un beau jour avec un bel inconnu rencontré la veille, laissant derrière elle mari et enfants. Une nouvelle qui scandalise et provoque mille et une réactions. Seul un jeune homme prend la défense de la pauvre dame. Poussée par la réaction positive de ce bel étalon, une vieille dame va le prendre pour confident : s’ensuit alors une longue conversation sur le mal qui la ronge depuis des années. Passionnément amoureuse d’un homme qu’elle avait rencontré le jour même, elle va se sacrifier corps et âme à lui. Malheureusement, animé par sa folie du jeu, cet homme ne remarquera même pas cette femme, qui s’est donnée entièrement à lui.

Il n’y a pas à dire, la prose de Zweig est spectaculaire. Les phrases doivent être travaillées au mot près, reformulées maintes et maintes fois, mais elles nous arrivent avec fluidité et légèreté. L’histoire s’écoule toute seule, paisiblement et magnifiquement.

En seulement vingt-quatre heures, on peut ressentir intensément une large palette d’émotions qui caractérisent la vie et l’amour (la passion, la joie, l’obsession, la désillusion…). La confession de cette femme bien-pensante du milieu bourgeois a de quoi surprendre : elle s’est laissée tenter par la folie amoureuse, au risque d’attirer sur elle les regards critiques de son entourage. Une confession qui met en avant la femme comme sujet à l’amour, à l’autonomie et aux sentiments, choses qui étaient très mal venues de la part d’une femme dans les années 1930 (date approximative de publication de la nouvelle). J’apprécie ce côté là de l’histoire ; en revanche, j’abhorre la façon dont Zweig a développé ce personnage féminin : sentiments exacerbés, naïveté extrême, manque de répartie… il n’y a pas à dire, le portrait dressé de cette femme n’est pas très élogieux et aurait mérité plus de caractère.

De plus, les émotions sont nombreuses, certes, mais le fait que la nouvelle soit courte et intense ne me permet pas d’en ressentir toute la profondeur. Je suis quelqu’un qui aime bien prendre le temps d’assimiler les choses, de les découvrir, de les ressentir passionnément. Et là, tout arrive par vagues consécutives, nous frappant de plein fouet, sans qu’on y soit préparé. Il y a de quoi être déstabilisé, vous ne croyez pas ? Le fait est donc que je n’ai pas ressenti autant d’émotions que ce à quoi je m’attendais.


 Une nouvelle superbement narrée, mais qui ne m’a pas totalement convaincue. Les émotions trop froides m’ont empêchées d’entrer plus profondément dans la psychologie des personnages. A lire quand même, pour découvrir comment vingt-quatre petites heures peuvent changer la vie d’une femme. 

Ma note : 6,5/10

 

L’Assommoir

L’assommoir d’Emile Zola.
319 pages, éditions Le Livre de Poche jeunesse, à 4,95 €
Résumé : Paris, ville de toutes les promesses, ouvre les bras à Gervaise Macquart et son amant, Auguste Lantier. Pourtant, les dernières économies dépensées, Lantier s’enfuit avec une autre femme. Seule avec ses deux enfants, Gervaise surmonte cette épreuve à force de travail. D’abord blanchisseuse, elle parvient à ouvrir sa propre boutique avec son nouveau mari. Mais la pauvreté guette sans relâche.
Extraits :  « Les enfants poussaient sur la misère comme des champignons sur le fumier. »
« Souviens-toi que le producteur n’est pas un esclave, mais que quiconque n’est pas producteur est un frelon. »

Mon avis : ENFIN je découvre la superbe plume d’Emile Zola ! Il était temps… En commençant ma lecture, j’avais une certaine appréhension vis-à-vis de cette édition qui vise plus la jeunesse, grâce au texte abrégé, et à cause de la compréhension de l’histoire, dont j’avais peur de passé à côté. Heureusement, il en est tout autre ! Emile Zola m’a définitivement réconcilié avec les classiques (que je lisais jusqu’à maintenant seulement pour les cours, en lecture obligatoire).

L’histoire se déroule dans la très grande ville de Paris, aux alentours du XVIIIème siècle. Emile Zola va entièrement focaliser son oeuvre sur une partie bien distincte des habitants de Paris, à savoir la classe ouvrière, un rang de société bien moins reluisant que tous les bourgeois peuplant Paris à cette époque. Gervaise, la principale héroïne du roman, travaille comme blanchisseuse chez Mme Fauconnier, sa patronne, principalement pour subvenir aux besoins de ses enfants, et de son mari, Coupeau. Peu à peu, Gervaise va commencer à s’émancipait et ouvrir sa propre boutique de blanchisserie, avec en prime, deux employés. C’était sans compter sur son mari, qui va tombait peu à peu dans l’alcool, pour oublier la misère dans laquelle ils vivent…

Dès les premières lignes du roman, Emile Zola arrive à capter l’attention du lecteur et à l’attirer dans son histoire.

On pénètre dans la triste vie de Gervaise, et on découvre toutes ses connaissances et sa famille. Elle vient de quitter à contre-coeur son premier mari, qui lui avait fait cocu, et elle rencontre dans la foulée Coupeau, avec qui elle se marie, sans savoir ce que cet homme lui réserve. Suite à cette nouvelle, Gervaise va faire la connaissance de toute la famille de Coupeau, notamment les Lorilleux, qui vont l’accueillir à reculons, comme si c’était une moins que rien et qu’elle ne méritait pas d’entrer dans leur famille. Elle va se conduire dignement et très gentiment avec eux, car elle laisse couler, en pensant que ça leur passera. A côté de ça, Gervaise élève ses enfants, deux garçons qu’elle a eut avec son premier mari, et sa dernière petite fille, conçue avec Coupeau.

Côté travaille, elle est donc employée comme blanchisseuse chez Mme Fauconnier, de chez qui elle partira pour ouvrir sa propre boutique, jusqu’à ce que l’argent manque et qu’elle revienne retravailler pour cette dame. Son mari, lui, travaillait au début de leur relation, mais de fil en aiguille, voyant que la vie commence à devenir de plus en plus cher comparée aux sous qui entraient dans la caisse, et suite à un accident de travail, il ne peut et ne veut plus retourner bosser. Il occupe désormais ses journées à boire dans des bars avec ses amis, qui lui offrent des tournées. Gervaise est donc la seule à s’occuper du foyer et à gagner sa vie.

Emile Zola nous raconte avec tristesse et finesse la vie des pauvres populations de classe moyenne de cette époque. Gervaise touche le lecteur de part sa volonté de bien faire, son grand coeur, et son acharnement au travail. Bien qu’elle ait eût un certain côté trop gentille et trop sage au début de l’histoire, elle va commençait à prendre de l’assurance vers la moitié du texte, et va dire tout haut ce qu’elle pense tout bas.
La misère de cette jeune femme (et de tous les personnages présentés, d’ailleurs), ne peut qu’attrister le lecteur.
Ajouté à cette misère l’alcool qui s’en découle. C’est bien connu, les gens les plus pauvres se réfugient souvent dans la boisson pour diverses raisons. C’est malheureusement ce qu’à fait Coupeau, qui décida un beau jour d’arrêter de se battre, et de se laisser chavirer dans ce tourbillon infernal qu’est l’alcoolisme. Mais en sombrant, ce n’est pas seulement sa vie qu’il a fait tomber en ruines, mais également celle de toute sa famille.

La fin du roman est totalement géniale ! Je ne m’attendais à aucune fin en particulier (je me suis laissé glisser pendant toute la durée du roman, emportée par les mots d’Emile Zola), mais celle-ci dépasse en loin toutes mes espérances. Je n’aimerais pas révéler ce superbe dénouement aux personnes qui lisent ma chronique (je vous remercie, au passage), mais soyez sûr d’une chose : ça va vous surprendre… et vous émouvoir, sans doute.

Vous l’aurez compris, L’assommoir a été un véritable coup de coeur, autant qu’un coup de poing. Les thèmes soulevés dans ce roman sont réels et d’actualité,ils ne sont encore que trop présents encore aujourd’hui dans notre société, ce sont des sujets sensibles autant qu’émouvant. Emile Zola en parle avec profondeur, il touche le lecteur et le captive jusqu’au dernier mot.

C’est ma première rencontre avec ce grand auteur, et pour une première, c’est réussi ! J’ai vraiment hâte de lire un autre de ses chefs-d’oeuvres, celui-ci m’a comblée…

Ma note : 10/10

Mrs Dalloway

Mrs Dalloway de Virginia Woolf
358 pages, éditions Folio classique, à 6,40€
Résumé : Le roman, publié en 1925, raconte la journée d’une femme élégante de Londres, en mêlant impressions présentes et souvenirs, personnages surgis du passé, comme un ancien amour, ou membres de sa famille et de son entourage. Ce grand monologue intérieur exprime la difficulté de relier soi et les autres, le présent et le passé, le langage et le silence, le mouvement et l’immobilité. La qualité la plus importante du livre est d’être un roman poétique, porté par la musique d’une phrase chantante et comme ailée. Les impressions y deviennent des aventures. C’est pourquoi c’est peut-être le chef-d’œuvre de l’auteur – la plus grande romancière anglaise du XXe siècle.

Extraits :  « A son âge encore il avait, comme un adolescent ou même une adolescente, de ces changements d’humeur ; les bons jours, les mauvais jours, sans la moindre raison ; le bonheur de voir un joli visage, et le comble du malheur à voir un laideron. »
« Les femmes vivent beaucoup plus que nous dans le passé. Elles s’attachent aux lieux ; et à leur père – une femme est toujours fière de son père. »

Mon avis :  Après tant d’années à entendre parler de Virginia Woolf, j’ai enfin pu découvrir un de ces classiques tant aimés. Mais alors, quelle déception !!!

Si je n’avais pas fait de recherches un petit peu poussées pour comprendre le sens et la portée des écrits de l’auteure, j’aurais complètement détruit ce livre dans cette chronique. Selon moi, le sens du livre a beaucoup plus de contenance que les mots eux-mêmes. C’est un livre spirituel, qui ne raconte pas vraiment d’histoires, mais qui se base sur la conscience des personnages. Dans un Londres d’après première guerre mondiale, le personnage éponyme du livre, Clarissa Dalloway, donne une réception chez elle, dans son milieu mondain bon chic bon genre.

C’est un ouvrage déroutant. L’histoire se passe sur une seule journée. Mais il y a à la fois beaucoup et peu de choses qui se passent durant cette journée. On voit la journée se dérouler à travers le prisme de conscience des personnages, avec une narration intersubjective, qui saute d’une conscience d’un personnage à une autre. De ce fait, la vie intérieure est narrativisée. Le lecteur connaît intimement les personnages ; les barrières tombent entre les paroles réelles et les pensées des personnages.
Le contexte spatio-temporel du livre est tout aussi déboussolant, avec un récit au présent, mais des sauts dans le passé marquées par les souvenirs des personnages qui ressurgissent dans leurs consciences. Seul élément qui rappelle le temps présent : les coups du Big Ben, qui rythment le temps qui passe.

Un simple détail aperçu peut permettre de développer plusieurs pages de descriptions hargneuses et longuées. Les impressions deviennent des aventures. Mrs Dalloway rompt complètement avec les formes traditionnels du roman (c’est d’ailleurs ce qui a causé mon grand désarroi).

Ce roman moderniste aborde des sujets très multiples. Il se questionne notamment sur le genre et la condition de la femme, avec la protagoniste, engluée dans son mariage et dans un milieu mondain, enfermée dans une vie factice, faite d’apparences où l’on se cache derrière un nom. D’ailleurs, le nom Dalloway n’a pas été choisi par hasard. En anglais, Dally veut dire badinage et Way chemin ; on voit donc un personnage totalement dépossédé de son identité. Certaines similitudes entre l’héroïne et l’auteure peuvent être décelés, comme le féminisme poussé dont faisait part Virginia Woolf, la volonté d’émancipation de la femme (l’auteure a soutenue les suffragettes à Londres), ou encore les pensées suicidaires de l’héroïne, qui rappellent le suicide par noyade de l’auteure.

Un autre personnage se suicidera dans le roman. C’est Septimus, le vétéran de la première guerre mondiale. Il souffre d’hallucinations, il est incapable de sentiments et à des difficultés à interagir avec les gens qui l’entourent. Le rapport au temps est devenu trop insupportable pour Septimus, agonie d’une âme mortelle face à l’immortalité du temps. L’échec de la première guerre mondiale (rappelons que Mrs Dalloway se place dans un contexte d’après-guerre) va causer l’échec des personnages. De ce fait, le monde de Virginia Woolf est vu à travers la folie et la raison. L’auteure réfléchie et faire réfléchir ses lecteurs sur l’existence et sur la vie. Selon elle, il vaut mieux être spirituel que matérialiste, car le spiritualisme est la configuration la plus à même de proposer une fable du monde.

Bien que je n’ai pas accroché au livre lui-même, les explications trouvées sur Internet m’ont fait apprécier un petit peu l’écriture si spéciale de l’auteure. Nous avons donc là la représentation errante de pensées descriptives, qui permettent, selon Virginia Woolf de rendre plus vraisemblable la représentation de la vraie vie.

Ma note : 3/10————Votre note : ?