La vie est belle et drôle à la fois


La vie est belle et drôle à la fois de Clarisse Sabard

297 pages, éditions Charleston, à 19€


Résumé : Léna n’en revient pas. Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin ? La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur ! Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…


Extraits : « Je trouve que cette fête manque de spontanéité. Le seul intérêt que je pourrais éventuellement trouver à Noël, ce sont les Ferrero Rocher. »

« Il y a quelque chose de lénifiant à revenir sur les lieux qui nous ont vu grandir. L’enfance est évanouie depuis belle lurette, mais les souvenirs persistent, presque tangibles. »


Mon avis : Première lecture de cette période de Noël 2019 et pas des moindres, puisque je commence fort la période des fêtes de fin d’année avec une auteure dont je connais les talents d’écriture : Clarisse Sabard. Surtout connue pour ses romans familiaux, où se côtoient souvent enquêtes généalogiques et histoires d’amour, ses romans m’ont toujours fait passer d’excellents moments de lecture.

La vie est belle et drôle à la fois se passe en période de Noël. Léna, qui exècre cette période de l’année, s’est laissée convaincre par sa mère de venir passer les fêtes chez elle, en compagnie de l’ensemble de sa famille – à savoir : sa grand-mère, son oncle, son frère et sa nièce. Mais surprise : à leur arrivée, la mère de Léna a disparue, ne laissant derrière elle qu’un petit mot d’excuses assez vague. Léna est déboussolée par cette absence et essaie d’en savoir plus sur la fuite de sa mère… en vain. Les fêtes de Noël approchent néanmoins et tous – à l’exception de Léna -, se réjouissent d’être réunis en cette période. Ensemble, ils vont essayer de profiter un maximum de cette période de fête, mais les problèmes vont vite finir par les rattraper… Malgré les mauvais souvenirs qui la gagnent, Léna, arrivera-t-elle finalement à apprécier Noël ?

Une lecture douce et réchauffante, qui apporte joie et bonne humeur. Comme toutes bonnes histoires de Noël, il y a évidemment pas mal de romances, avec notamment Léna, l’éternelle célibataire, son frère, momentanément embrouillé avec sa femme Aniata ou encore sa jeune nièce Violette, qui tombe sous le charme d’un élégant jeune homme… Mais ne vous y trompez pas : La vie est belle et drôle à la fois est remplie de rebondissements, qui se succèdent durant toute la durée du récit. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, prenant beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Léna et de toute sa petite famille.

Et pour ceux qui en douteraient encore, ce livre est à lire avant Noël, ou quelques temps après, pour prolonger davantage la magie de cette fête. Dans ce livre, tous les ingrédients sont réunis pour nous plonger dans cet univers féerique, période préférée de millions de personnes dans le monde : bonheur familial, amour, solidarité. Tous les personnages sont bienveillants, solidaires, à l’écoute et généreux entre eux et c’est véritablement l’ensemble de ces éléments qui forment l’esprit de Noël.

En bonus, pour les plus gourmands, vous retrouverez à la fin du livre la recette du lait de poule de Clément et celles des tartelettes aux fruits secs de Mamie Jacotte. De quoi se régaler durant ces fêtes de fin d’année !


Une romance de noël douce, réconfortante et familiale, qui réchauffe les coeurs et glisse des étincelles dans nos yeux d’adultes. A déguster avec un bon chocolat chaud !

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

La Plage de la mariée

dbc


La Plage de la mariée de Clarisse Sabard

440 pages, éditions Charleston, à 19€


Résumé : Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L’hôpital l’appelle, ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l’américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L’arrivée d’un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.


Extraits :  « Il n’y a rien de plus triste que d’imaginer d’autres personnes dans l’appartement dans lequel on a grandi, où l’on a beaucoup de souvenirs joyeux. Il n’y a rien de plus cruel lorsque tout cela survient beaucoup trop prématurément.« 

« Une personne peut être perçue de manière totalement différente, d’un individu à l’autre. Tu risques d’entendre plusieurs versions radicalement opposées, selon les gens. Mais l’essentiel, c’est le souvenir que toi, tu garderas d’elle. Telle que tu l’as connue. Tout ce qu’on pourra te dire doit avant tout t’aider à reconstituer un puzzle aux pièces éparses. Pas à en modifier le dessin.« 


Mon avis : Clarisse Sabard est une auteure que j’ai eu l’occasion de découvrir à travers son roman Les Lettres de Rose que j’avais particulièrement apprécié. Dans La Plage de la mariée, on retrouve le style d’écriture et de narration propres à l’auteure, avec des thématiques presque similaires à son précédent ouvrage, à savoir le voyage initiatique et la quête identitaire.

Zoé, 30 ans, vient de perdre ses parents dans un terrible accident de la route. Mais avant de mourir, sa mère, sur son lit de mort, révèle à Zoé que Zoran, qu’elle pensait être son père, n’est pas son père biologique et qu’il faut qu’elle se rende sur la plage de la mariée pour retrouver ses origines. Face à cette révélation subite, la jeune femme décide de suivre son instinct et de donner des réponses aux nombreuses interrogations qui la taraudent. Elle part donc en Bretagne, à Saoz, à la poursuite de sa véritable identité. Là-bas, elle va faire des rencontres fantastiques. Entre Alice, qui l’embauche dans sa cupcakerie, Gäel et Capucine, des clients fidèles, mais aussi Nicolas, un beau jeune homme aux allures mondaines, Zoé va se sentir à son aise, assez tranquille et sereine pour débuter ses recherches paternelles.

Même si à première vue ce livre vous semble triste, détrompez-vous, c’est un concentré de bonne humeur et de gaieté. Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres. Ils sont prévenants, attendrissants, gentils… on rêve de s’en faire des amis.

De plus, Clarisse Sabard a réussie à me donner envie de découvrir la Bretagne et ses petits villages. Qui l’aurait crû ! Mais les paysages décrits sont somptueux, l’ambiance de ces villages est chaleureuse et conviviale, on s’y sent agréablement bien.

Pour contrebalancer ce côté lumineux et gaie de l’histoire, l’auteure y ajoute une intrigue plus sombre. Zoé doit retrouver son père et recevoir des explications de sa part. Une recherche laborieuse, qui va s’affiner au fur et à mesure de notre lecture. Néanmoins, je trouve que l’intrigue, dans ce récit, est écrasée par la bonhomie et la présence massive des personnages secondaires. En effet, le suspense n’est pas aussi intense qu’on l’aurait crût, l’intrigue ne prend pas une place prédominante dans l’histoire, devancée par les déboires et histoires secondaires des autres personnages. De ce fait, le dénouement ne nous réserve pas une si grande surprise que ça, puisque la tension narrative n’a pas été continue durant notre lecture.


La légèreté de cette histoire nous fait passer un très bon moment, aux côtés de personnages gentils et attendrissants, qui nous transmettent leur amour pour la Bretagne et leur envie de profiter de la vie. C’est un bonheur de lecture. 

Ma note : 8/10

Les Lettres de Rose

Les lettres de Rose de Clarisse Sabard
381 pages, éditions Charleston, à 18€

 

Résumé : Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire.
Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.
Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…

Extraits :  « Toute la cruauté de la mort se manifestait dans le chagrin de ceux qui restaient et ne pensaient plus qu’à l’être qui manquerait désormais à leur vie. »
« L’odeur des vieux meubles m’a toujours rassurée. Ils sentent les secrets qu’on a voulu y enfermer. »

Mon avis :  Clarrise Sabard a remportée le deuxième Prix du Livre Romantique attribué par les éditions Charleston. L’auteure est attendue au tournant par les lecteurs : on veut rêver avec de la romance !

L’histoire se déroule en 2015, avec Lola, une jeune fille orpheline de naissance, qui apprend que sa grand-mère biologique vient de décéder et a laissée à un notaire une lettre à son encontre. Elle se rend à Aubéry, dans la ville natale de sa grand-mère, où on lui apprend que cette dernière lui lègue une grande maison, avec tous les secrets que cette maison contient. Lola va plonger dans les journaux intimes, lettres et autres traces du passé, pour tenter de percer à jour l’opacité de sa vraie identité.

Avant d’être une romance, Les lettres de Rose, est un roman familial, si je puis dire, avec une quête identitaire de la protagoniste. On y découvre l’histoire complète d’une famille, de l’arrière-grand mère, en pasant par la grand-mère, la mère, pour arriver jusqu’à la fille. Une histoire familiale mouvementée, avec de nombreux rebondissements. On retrace plus de 60 années de vie, on voit le monde évolué, avec d’abord les guerres, qui marqueront à jamais le monde, puis la découverte des grands couturiers qui, eux aussi, laisseront une empreinte indélébile sur la terre (Coco Chanel…).

Evidemment, il y a aussi bon nombre de romance – sinon, à quoi bon avoir remporté le prix du Livre Romantique ? Outre la quête identitaire, Lola recherche aussi l’amour. Après une amère déception rencontrée avec Peter, son ex, elle ne fait plus confiance aux hommes et a peur de s’engager. Mais Jim, un jeune homme au charme certain, risquerait fort bien de faire changer d’avis la jeune femme.

A part Lola, vous verrez que l’amour, le vrai, accompli et réel, n’est que peu présent dans le roman. Sans vouloir vous révéler des parties importantes du livre (ceux qui ne veulent pas être « spoilé » peuvent passer ce paragraphe), les ancêtres féminines de Lola ne seront pas heureuses en ménage. Sa mère est tombé enceinte d’un junkie presque anonyme. Sa grand-mère, sur ordre de sa propre mère, a été forcée d’épouser un homme qu’elle n’aimait pas. Son arrière-grand-mère, finalement, a épousé un homme qui aimait les hommes. Une généalogie totalement dénuée d’amour.

On se prend rapidement d’affection pour les différents personnages, on s’implique dans les découvertes de Lola et on s’émeut avec elle. Les personnages prennent quasiment vie sous nos yeux, c’est vraiment surprenant. Pour un premier roman, c’est vraiment bien écrit ! Bravo Clarisse Sabard, vous avez réussi à m’embarquer dans votre histoire !

Entre amour, haine et faux semblant, entre passé et moments présents, plongez dans ce magnifique roman familial, et venez aider Lola dans sa recherche d’identité. Un roman entraînant et convivial, magnifiquement bien écrit.

 

Ma note : 7,5/10