Soleils de sang


Soleils de sang de Christophe Ferré
445 pages, éditions l’Archipel, à 20€


Résumé : Sur une plage de la Côte d’Azur, une jeune femme se réveille. L’esprit embrumé, Juliette ne sait pas comment elle est arrivée là. Petit à petit ses souvenirs refont surface : la veille, sa mère Flavia fêtait ses quarante-cinq ans, entourée de son mari et de ses enfants. Puis c’est le bruit des balles qui lui revient. Que s’est-il passé ? La police lui annonce l’implacable vérité : son père, son frère et sa sœur ont été abattus. Personne ne sait pourquoi Juliette a survécu, ni ce qu’elle faisait sur cette plage à quelques kilomètres de la scène de crime. Tout accuse Flavia, disparue sans laisser de traces. Mais quel mobile pousserait une mère de famille sans histoires à commettre un tel carnage ? Juliette le sait, la vérité sur cette affaire s’annonce cruelle et dérangeante. Le voile des apparences se déchire pour révéler les plus sombres secrets d’une famille en apparence presque parfaite…

Ce livre est inspiré de l’affaire Dupont de Ligonnès.


Extraits« Il faut se méfier des apparences. De la colère et de la haine qui jaillissent des murs comme une eau sale. »

« Après les coups de feu, pas un cri, pas une plainte, juste les hurlements du chien. Mais aussi un air de tango de Buenos Aires. Le silence de la mort sur un air de tango, mais les morts étaient bien morts, leurs oreilles n’entendaient plus rien. »


Mon avis : Il y a deux ans maintenant, j’ai découvert Christophe Ferré à travers son polar Mortelle tentation. De son roman, je me souviens surtout d’un suspense haletant et d’interrogations toujours plus nombreuses quant aux responsables des crimes commis. Avec Soleils de sang, l’auteur réitère son coup, en nous livrant un thriller à la tension croissante et aux énigmes toujours plus nombreuses.

Inspiré de l’affaire Dupont de Ligonnès, Christophe Ferré met en scène une tuerie familiale bien mystérieuse sur la Côte d’Azur. Le jour de l’anniversaire de la mère de famille, les trois enfants et leurs parents se regroupent pour fêter l’événement. Mais quelques heures plus tard, Juliette, la fille aînée, se réveille seule sur une plage lointaine. Secourue par les pompiers, ils lui apprennent que sa famille a été décimée : son père, son frère et sa petite soeur ont été sauvagement assassinés… et sa mère est portée disparue. Anéantie, totalement désorientée par cette terrible nouvelle, la jeune femme n’arrive pas à y croire. Elle souhaite comprendre les raisons de cette tuerie de masse et surtout les raisons qui ont motivées le tueur à l’épargner. Pourquoi ne l’a-t-il pas tuée ? Pourquoi l’avoir emportée sur une plage isolée ? Où est passée sa mère ?

Dès lors, dans la tête de Juliette, tout le monde est un coupable potentiel. Sa grand-mère et son amoureux, qui devaient les rejoindre au goûter de 17h, sa meilleure amie et collègue de travail océanographe, le pompier qui l’a secourue, même l’inspecteur de police lui-même, qui semble lui cacher bien des choses… l’enquête piétine, aucun élément nouveau n’arrive pour élucider l’affaire et les suspects sont en nombre… sans aucun mobile concret. Les spéculations vont bon train, jusque dans l’esprit du lecteur, totalement embrouillé. Les appels à témoins se multiplient, bon nombre d’entre eux affirment avoir vu la mère de Juliette à plusieurs endroits en Italie, insouciante et heureuse, comme si la tuerie n’avait jamais eu lieu.

La plume de Christophe Ferré est fluide, les chapitres sont courts, venant rythmer avec efficient le récit et ajouter une dose de tension supplémentaire à l’enquête. C’est le genre de polar que l’on commence un peu par hasard et que l’on ne peut plus lâcher une fois les premiers chapitres passés. On est prit dans l’histoire, chaque fin de chapitre décelant une dose suffisante pour nous donner envie de poursuivre la lecture d’un nouveau chapitre.


Un très bon polar, glaçant, qui rappelle sans conteste l’affaire dupont de ligonnès. rythmé et haletant, on ne le lâche qu’une fois la dernière page tournée. par ce roman, Christophe Ferré devient une valeur sûre à mes yeux : foncez !

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-7338-9339-5

Publicité

Mortelle tentation


Mortelle tentation de Christophe Ferré

375 pages, éditions L’Archipel, à 22€


Résumé : Quand l’homme que vous aimez est accusé du pire, la confiance et la passion vacillent. Connaît-on vraiment la personne qui partage notre vie ? Dans un coin sauvage des Pyrénées, le cadavre d’une jeune femme est retrouvé entièrement nu. Peter, le mari d’Alexia, randonne en solitaire à cet endroit mais il est injoignable depuis le jour du meurtre. D’abord inquiète qu’il ait croisé la route de l’assassin, Alexia découvre avec effroi qu’il connaissait la victime. Et s’il était en réalité le meurtrier ? Déchirée entre l’amour et le doute, Alexia doit faire éclater la vérité.


Extraits : « On pardonne tout à ceux qu’on adore. On ne regarde plus la réalité en face. »

« L’avocat ne défend pas que des innocents. Il défend aussi des monstres.« 


Mon avis : La vie paisible d’Alexia se partage entre son mari Peter, ancien rugbyman célèbre et passionné de randonnée, leur fils et son travail d’avocate. Jusqu’au jour où Alexia apprend qu’une jeune fille a été retrouvée morte dans les Pyrénées… là même où son mari était parti randonner. Inquiète pour se dernier, elle tente de le joindre… sans succès. Où est donc passé Peter ? Plus les jours passent et plus Alexia s’interroge : Peter a-t-il été kidnappé, tué, ou s’est-il simplement enfui après avoir commis le pire ?

Une enquête haletante démarre alors pour lever le voile sur ce mystérieux meurtre. Dès les premières pages, Christophe Ferré nous place au coeur de l’intrigue, arrivant à capturer ses lecteurs en quelques chapitres seulement. Il faut dire que ses derniers sont très courts, ce qui rajoute de la vitesse et de l’adrénaline supplémentaire au récit.

Durant l’intégralité du récit, l’auteur nous retourne le cerveau : Peter est-il coupable ? Alexia doit-elle se fier à son mari, faire confiance à cet homme qui partage sa vie depuis plus de vingt ans ? Les doutes d’Alexia rejaillissent sur nous, à tel point que je changeais d’avis d’un chapitre à l’autre concernant l’implication de Peter dans les crimes. En définitive, ce personnage m’a quand même agacé par moment : malgré tout ce que j’en sais aujourd’hui, il me semble quand même être une personne malhonnête, égoïste et un peu crédule. L’incrédulité et la naïveté de sa femme Alexia m’énervaient également par moment. Je veux bien que l’amour soit aveuglant, mais il y a certaines situations qui sont tellement énormes et peu plausibles qu’il faudrait être idiot pour ne pas s’en apercevoir et les croire vraies. Venant d’une avocate en plus, croire à de telles inepties, c’est quand même surréaliste !

L’enquête ne se résout qu’au dénouement, et il est très compliqué, même pour des lecteurs avertis ou des fanas de polars, de déceler avant l’heure le coupable des crimes.


Un très bon polar, qui vous tiendra en haleine du début à la fin.

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis