Shadow House, tome 2 : Cache-cache mortel


Shadow House, tome 2 : Cache-cache mortel de Dan Poblocki

218 pages, éditions Hachette romans, à 15,90€


Résumé : Poppy, Azumi, Marcus et les jumeaux Wright sont venus au manoir Larkspur. Ils pensaient trouver la solution à leurs problèmes. Ils ont trouvé leurs pires cauchemars. Chaque pièce réserve son lot de mauvaises surprises. Chaque escalier est un traquenard. Et dans les couloirs, quelqu’un rôde. Quelqu’un qui veut leur peau.
Ils ne peuvent faire confiance à personne. Ils doivent se méfier de tout. Surtout d’eux-mêmes.
Fuis la maison des ombres… si tu le peux encore.


Extraits  « Larkspur peut déformer tes pensées, te faire croire des choses qui ne sont pas vraies. Ou t’en faire oublier d’autres, importantes. Au bout du compte, tu ne sais plus où tu en es. »

« Moriko aussi nous a parlé d’espoir et de peur. Comme quoi les deux sont liés. Quand une chose a assez d’importance pour susciter de l’espoir, elle acquiert du pouvoir sur toi. Et dès que tu commences à espérer, la peur surgit. « 


Mon avis : Après un premier tome des plus effrayants, Dan Poblocki nous transporte de nouveaux à Shadow House, ce manoir hanté par des orphelins déguisés.

Nous retrouvons Poppy, Azumi, Marcus et les jumeaux Wright, toujours prisonniers du manoir. Impossible pour eux de sortir : toutes les issues sont condamnées. Ils doivent à tout prix trouver un moyen de s’échapper, tout en faisant attention de ne pas croiser les Spéciaux, ces jeunes enfants orphelins dotés d’un masque, qui hantent les lieux.

Les personnages, tout comme nous, lecteurs, sommes coincés dans le manoir. Les lecteurs les plus claustrophobes n’arriveront jamais au bout de leur lecture. A tous les recoins de la maison, peut se cacher un danger. Je suis resté constamment sur le qui-vive, m’attendant à voir surgir un monstre ou un fantôme à chaque nouvelle page tournée. Il n’y a pas à dire : Dan Poblocki sait comment rendre l’atmosphère lourde et pesante, comment augmenter la tension et l’effroi. L’auteur se joue également de nous, en intégrant à l’histoire des situations troublantes, dans lesquels il nous ait impossible de démêler le vrai du faux, impossible de savoir à qui se fier, à qui accorder notre confiance.

Pour intensifier davantage l’ambiance lugubre et noire, le récit est agrémenté ici et là d’illustrations en noir et blanc. Avouez, quand vous tournez une page et que vous tombez nez à nez avec ce genre de personnage (cf l’illustration ci-dessous), il y a de quoi avoir peur…!

Malheureusement, malgré l’attrait que j’aie pour cette saga, je suis assez déçue par certaines choses. Tout d’abord, j’ai remarqué que, tout comme dans le premier tome, je suis resté hermétique aux personnages, dans le sens où aucun ne m’a particulièrement touché, aucun n’est entré dans mon champ intime. Quand je lis des histoires, j’aime beaucoup m’identifier aux personnages ou du moins apprendre à les connaître suffisamment. Ici, les personnages ne sont pas assez développés, on ne sait rien d’eux, ce qui rend impossible tout approche émotive envers eux.

Deuxième point que je souhaite soulever : le fait que l’histoire n’est pas très évolutive. En effet, l’auteur apporte beaucoup d’importance à transmettre peur et frissons aux lecteurs, mais il en oublie quelque peu de faire avancer son histoire. Même si les actions de manquent pas et que l’histoire est dynamique, j’ai l’impression de tourner un peu en rond. Fort heureusement, le dénouement de ce second tome laisse présager une impulsion nouvelle et changeante, qui pourrait apporter du renouveau à la saga. A découvrir dans le troisième tome…


Tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier tome se retrouvent dans celui-ci. Angoisse, peur, frissons… le lecteur ne sera pas épargné ! Il vous faudra être bien courageux pour pénétrer dans Shadow House. 

Ma note : 6/10

Publicités