N.É.O, tome 1 : La chute du soleil de fer


N.É.O, tome 1 : La chute du soleil de fer
de L’Hermenier et Djet
70 pages, éditions Jungle


Résumé : Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés. Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l’origine de cet empoisonnement ? L’heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut-elle encore être évitée, alors que la nature est plus menacée que jamais ? Zyzo, l’espion au grand coeur du tipi, et Alixe, la reine du château, sauront-ils unir leurs forces pour déjouer les mystères, les intrigues et les trahisons ?


Extraits« La paix ne viendra pas de la forêt. La paix ne viendra que si nous savons gagner la guerre…« 

« Je suis le chef depuis toujours pour les guider, pas pour les conduire à la mort. Le plus grand courage n’est-il pas d’accepter la défaite ? »


Mon avis : N.É.O est le premier tome d’une bande-dessinée adaptée d’un roman de Michel Bussi du même nom. C’est une histoire dystopique qui se déroule dans un Paris dévasté du futur. Une terrible épidémie a eu lieu, empoisonnant l’ensemble de la population humaine et animale du monde entier. Seuls les nouveaux-nés ont pu survivre à ces terribles tragédies. Depuis devenus des adolescents, ils se sont reconstitués en deux tribus distincts. Les premiers vivent reclus au château, où ils ont pu développer un système éducatif efficace, guidés par Marie-Lune, la dernière adulte jadis vivante, qui leur a laissé l’ensemble des connaissances dont ils avaient besoin pour survivre. Ils vivent en autarcie complète, dans un monde en paix. Au-dehors, au pied de la Tour Eiffel, rebaptisée le Tipi, vivent la tribu que les gens du château appellent les sauvages. Des enfants qui chassent dans les rues désertées de Paris, qui se contentent de peu de choses pour survivre. Mais depuis peu, les animaux meurent, empoisonnés. Aux antipodes l’une de l’autre, les deux tribus envoient des éclaireurs pour tenter d’éclairer ce mystère et de sonder les intentions de l’autre. Ils se préparent à faire la guerre.

Nous sommes plongés au coeur d’un Paris apocalyptique, où plus rien ne subsiste : les rues sont désertes, les millions d’habitants décimés, les édifices en parties détruites. J’ai adoré cette ambiance oppressante magnifiquement représentée dans les planches dessinées par les deux illustrateurs.

Les personnages principaux sont magnifiquement décrits en première page et en dernière page, de sorte que nous ayons un aperçu global de leurs caractéristiques principales, de leurs traits de caractère spécifiques et de leurs affinités.

Quant à l’histoire en elle-même, elle est tout simplement addictive. Les aventures sont omniprésentes, intéressantes et bien décrites, les rebondissements se succèdent avec rythme, ne nous laissant pas de temps morts. La galerie des personnages est aussi très intéressantes, avec deux clans totalement différents qui se rencontrent : une communauté bien organisée d’un côté, avec les enfants présents au coeur du château et de l’autre, des enfants plus sauvages, qui survivent avec brio dans un Paris dévasté. Ensemble, ils vont devoir faire fi de leurs différences pour se lier afin d’affronter les difficultés du quotidien. Un bel exemple de collaboration, qui prouve aux jeunes lecteurs que l’entraide est la meilleure solution pour avancer et dépasser les obstacles.


La chute du soleil de fer est le premier tome d’une bande-dessinée jeunesse haletante, aux personnages singuliers et attachants et à l’univers qui oscille entre féerie et horreur. Dans ce monde dystopique, la guerre des clans est enclenchée ; les différents enfants arriveront-ils à cohabiter dans un Paris dévasté ? J’ai déjà hâte de lire la suite !

Ma note : 9/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-822-23259-3

Publicité

Terrien, t’es rien !


Terrien, t’es rien ! de Valott
103 pages, éditions Favre, à 14€


Résumé : Comme le disait l’auteur de BD Moebius : « Dessinateur est le métier le plus libre du monde. On vous enferme dans une pièce et vous faites ce que vous voulez. »
Tout dessinateur est un confiné d’origine. Il utilise sa planche à dessin comme une planche de salut et dessine pour s’évader. Dès que la pandémie a débuté, Valott a traduit ce que nous traversions grâce à la finesse de ses traits. Il a réalisé des instantanés du quotidien, tout en y ajoutant sa touche humoristique, mais aussi ses références artistiques et philosophiques; sans faire l’impasse sur la franche rigolade, si essentielle à la survie.
Cet ouvrage, c’est l’occasion de revenir sur un phénomène qui a touché la terre entière et nous a tous réunis. Un combat à coup de crayons pour ne pas oublier que nous avons vécu une partie de l’Histoire qu’il faut faire nôtre. Il y a des leçons à tirer, des réflexions à mener et une solidarité à entretenir.


Extraits : « Dès qu’une actu tombe, le dessinateur se trouve face à d’innombrables chemins qui pourraient le mener à « l’Idée ». Graal que tout illustrateur espère trouver mais qu’il ne déniche que rarement, hélas… Dès que le virus a commencé à faire des ravages à Wuhan, j’ai tracé rapidement quelques pistes graphiques histoire de planter le décor. J’ignorais alors que j’allais m’y balader pendant des semaines… »

« Le virus, l’impuissance des humains et l’image mythique de l’homme face aux tanks sur la place Tian’anmen se sont téléscopés dans mon esprit. »


Mon avis : Valott est un artiste, dessinateur, caricaturiste, très actif sur sa page Facebook du même nom, où il publie presque quotidiennement des dessins, croquis, esquisses, qu’il réalise. Durant la pandémie mondiale, et notamment lors du premier confinement, l’artiste a abondamment dessiné pour occuper ses journées. Il soumettait chaque jour ses créations aux internautes, pour apporter gaieté et bonne humeur en ces temps sombres et tristes.

Les éditions Favre ont choisi de regrouper ses meilleurs dessins sur le coronavirus en un album d’illustrations humoristiques et loufoques. L’auteur y ajoute quelques petits commentaires personnels, ainsi que la date de publication Facebook du dessin.

Je dois avouer que je ne connaissais pas cet artiste avant d’ouvrir ce livre, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ses planches et à les partager à mon entourage. Les dessins de Valott ne sont pas  équivoques : simples, concis, mais tellement parlant !

                                     

J’ai aimé cet ouvrage : c’est une bonne manière de dédramatiser la situation actuelle, d’apporter de la légèreté à un quotidien parfois trop lourd à supporter. Valott tourne également en dérision des situations parfois incongrues et inédites auxquelles nous avons dû faire face. Avec du recul, nous prenons conscience de certaines réactions, certaines actions ou certaines mesures qu’il aurait été plus judicieux de faire différemment.


Une bande-dessinée originale, qui aborde avec humour la pandémie mondiale. De quoi apporter sourires et gaieté dans notre quotidien morose, hanté par la COVID19. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-8289-1859-0

Chroniques d’une survivante


Chroniques d’une survivante de Catherine Bertrand

150 pages, éditions de La Martinière, à 14€


Résumé : Rescapée des attentats du Bataclan le 13 novembre 2015, je découvre, tout comme des centaines, voire des milliers de victimes directes du terrorisme, les conséquences de cet évènement traumatique sur beaucoup d’aspects de ma vie.

Seule avec mes symptômes de stress post-traumatique, incomprise par mes proches, regardée comme un animal de foire par les curieux, il me fallait extérioriser pour survivre et recréer du lien avec ma famille, mes amis.

Dessinatrice amatrice, c’est la bande dessinée qui est apparue comme une évidence pour m’aider à encaisser le choc.


Extraits : « Je ne comprenais pas pourquoi je n’étais pas bien vu que je m’en étais sortie vivante. J’aurais dû être heureuse de vivre, d’autres n’avaient pas eu cette chance…« 

« Car pour aller mieux, il faut accepter d’aller mal, et donc accepter le statut de victime de guerre… »


Mon avis : Catherine Bertrand est une survivantes de l’attentat du Bataclan, qui a fait plus de 130 morts le 13 novembre 2015. C’est sous un pseudo que cette femme se confie dans un livre, sorte d’exutoire à toutes les horreurs qu’elle a connue, pendant, mais surtout après ce terrible événement. 

Pour celles et ceux qui l’auraient oublié, le vendredi 13 novembre 2015, dans la soirée, des terroristes se font exploser aux abords du Stade de France, où se joue un match de football France-Allemagne en présence de François Hollande, alors Président de la République française. Puis, d’autres attaques ont lieu dans plusieurs rues du 10 et 11ème arrondissement de Paris, où des individus mitrailles des terrasses de cafés. Enfin, la plus longue et meurtrière a lieu a Bataclan, où se déroule le concert du groupe de rock américain Eagles of Death Metal. Plus de 1 500 personnes assistent alors au spectacle. Plusieurs terroristes tirent dans la foule, tuant froidement des centaines  de personnes.

Ces attaques ont choqués l’ensemble de la France. Ces attentats sont les plus meurtriers qu’est connue la France depuis la Seconde guerre mondiale. Depuis ce jour, subsiste peur, tristesse, colère, en chacun de nous, mais plus encore chez les survivants. Catherine Bertrand nous explique, par des mots percutants et des dessins simples mais explicites tout ce dont elle a du affronter après ces épisodes du Bataclan. Le regard des autres, la compassion, la pitié. La peur, omniprésente, quotidiennement, mieux connue sous l’appellation de stress post-traumatique. Un témoignage intéressant sur ce trouble, causé par un événement traumatique. Grâce aux métaphores utilisées et aux illustrations dessinées, on comprend parfaitement ce que l’auteure, ainsi que des milliers d’autres personnes, peuvent bien vivre et ressentir. Beaucoup trouveront peut-être échos à leur mal-être grâce aux mots et aux situations décrites.


Un témoignage graphique original, puissant et bouleversant d’une survivante du Bataclan. Un livre pour ne pas oublier ce que beaucoup ont dû vivre et vivent encore quotidiennement. 

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

Putain de chat, tome 1


Putain de chat, tome 1 de Lapuss’

61 pages, éditions Kennes, à 8€


Résumé : La vérité sur les chats enfin révélée! Vous aimez les chats? Ils sont mignons, joueurs et espiègles, et leurs yeux sont remplis de malice quand ils vous réclament une caresse ou des croquettes. En apparence seulement, car un funeste dessein les ronge au plus profond de leur âme et seul votre malheur les intéresse. Au péril de sa vie, Lapuss’ vous dévoile enfin ce qu’il se passe dans la tête de l’animal le plus maléfique de la création : Le chat. Faites attention à vous !


Extraits : « Merci à tous ces putains de chats qui ont croisé ma route depuis toujours de m’avoir gratifié de leur dédain et de leur indifférence, et à plusieurs occasions, de ce qui ressemblait à s’y m’éprendre à de l’amour.« 

« – Je veux entrer ! Je veux entrer ! Je veux entrer ! Je veux entrer !
– Ça va bien ? Ça fait dix minutes que tu miaules pour entrer et sortir…
– Ouais, je teste ton obéissance ! Je veux sortir ! Je veux sortir ! Je veux sortir ! »


Mon avis : Putain de chat, c’est une saga de bande-dessinés composé de plusieurs tomes – cinq sortis à ce jour -, qui nous révèle la vérité sur les chats.

Les dessins sont simples, en noir et blanc, sans détails superflus, uniquement composés du personnage principal, à savoir le chat, de son maître et des amis chats de notre héros. Rien d’extraordinaire, me diriez-vous, oui, mais le succès de cet album tient dans les échanges entre le maître et son chat. Car le chat noir est un chat méchant, fourbe et égoïste, qui provoque continuellement son pauvre maître, ce dernier restant sensible et à l’écoute de son félin adoré. Car, les amoureux des chats pourront en témoigner : malgré toutes les bêtises faites par nos chers animaux, on ne peut s’empêcher de s’attendrir quand ils sont en face de nous.

Ce qui est marrant dans cet album, c’est que Lapuss’ imagine les raisons des agissements – parfois étranges, intrigants ou marrants -, de nos chats. Et c’est vraiment hilarant. C’est parfois assez cru, donc à réserver pour un public averti et pas trop jeune, qui pourront apprécier l’humour noir de l’auteur.

Les personnes qui possèdent ou ont possédés des chats pourront aisément reconnaître certains comportements et pourquoi pas, enfin comprendre les raisons de ces comportements. Parce qu’une image vaut mille mots, je vous partage quelques planches que vous pourrez retrouver dans ce premier tome.

Lu en une vingtaine de minutes à peine, je suis arrivée à la dernière page de cet album en souhaitant en découvrir plus. Je serais curieuse de lire les autres tomes, pour voir comment l’auteur arrive à se renouveler.


Une bande-dessinée hilarante, mais trop courte à mon goût. J’en redemande !

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

Les porteurs d’eau


Les porteurs d’eau de Fred Duval et Nicolas Sure

135 pages, éditions Delcourt/Mirages


Résumé : Jérôme et Florian sont sur le point d’acheter des produits dopants lorsque la douane débarque, obligeant les deux jeunes espoirs du cyclisme à prendre la fuite, le coffre plein d’argent et de marchandise. Leur cavale va les mener de Dieppe jusqu’au Mont Ventoux. Une poursuite tragi-comique durant laquelle le petit Pignon devra également affronter le fantôme de son père, coureur professionnel mort à 37 ans d’une embolie pulmonaire.


Extrait « J’écoutais la radio avant le coup de fil de ma grand-mère. Tu fais les titres, entre Ebola, la crise en Ukraine et le prix Nobel de littérature à Modiano : le fils du coureur Pascal Pignon mêlé à une affaire de trafic de produits dopants… Bravo »


Mon avisJe ne lis que très rarement des bandes-dessinées, mais à chaque fois que j’aie la chance d’en découvrir une nouvelle, j’ai toujours cette même excitation post-lecture, comme un enfant qui attendrait Noël avec impatience.

Ici, deux étoiles montantes du cyclisme français se retrouvent en cavale, après avoir acheté une dose importante de produits dopages à des revendeurs. L’un est mineur, l’autre majeur. L’un a perdu son père très jeune, alors qu’il était cycliste professionnel : malgré les nombreuses rumeurs qui accusent son père d’avoir consommé des substances illicites pour doper ses performances, jamais personne n’a pu affirmer qu’il en consommait. Les jeunes s’enfuit, poursuivis par la police et par les revendeurs, qui veulent récupérer leur butin. A la manière d’un Tour de France, nous allons suivre les deux jeunes dans leur fuite, traversant monts et vallées pour échapper à leurs poursuivants.

Les Porteurs d’eau, c’est une bande-dessinée qui parle du dopage dans le milieu du cyclisme. A travers son récit, Fred Duval ne cherche pas à porter de jugement sur ce phénomène, mais essaie seulement de comprendre ce qui a pu amener les cyclistes à se doper.

N’étant pas une spécialiste du milieu du cyclisme, j’ai apprécié que l’auteur use de mots simples pour décrire certaines spécificités du milieu. Même si je n’ai sans doute pas compris toutes les références et les jeux de mots utilisés, j’ai quand même réussi à suivre le déroulé de l’histoire et à pénétrer dans l’ambiance.

Malheureusement, je trouve que le scénario est un peu facile. Des histoires de cyclistes qui se dopent, ou qui achètent de la marchandise pour en revendre dans leur cercle professionnel, c’est du vu et déjà vu. Pour moi, il manquait cruellement d’originalité dans le récit. De plus, parler de dopage dans le milieu du cyclisme, je trouve ça un peu surfait et cliché, puisque le dopage est presque automatiquement assimilé au milieu du cyclisme, alors que c’est loin d’être le seul sport qui use de ce genre de substances.


Un scénario simple, mais dynamique et plein de rebondissements. Même si j’aurais apprécié plus d’originalité dans le récit, j’ai aimé découvrir cette histoire. 

Ma note : 6,5/10