Bande-dessinée

Les porteurs d’eau


Les porteurs d’eau de Fred Duval et Nicolas Sure

135 pages, éditions Delcourt/Mirages


Résumé : Jérôme et Florian sont sur le point d’acheter des produits dopants lorsque la douane débarque, obligeant les deux jeunes espoirs du cyclisme à prendre la fuite, le coffre plein d’argent et de marchandise. Leur cavale va les mener de Dieppe jusqu’au Mont Ventoux. Une poursuite tragi-comique durant laquelle le petit Pignon devra également affronter le fantôme de son père, coureur professionnel mort à 37 ans d’une embolie pulmonaire.


Extrait « J’écoutais la radio avant le coup de fil de ma grand-mère. Tu fais les titres, entre Ebola, la crise en Ukraine et le prix Nobel de littérature à Modiano : le fils du coureur Pascal Pignon mêlé à une affaire de trafic de produits dopants… Bravo »


Mon avisJe ne lis que très rarement des bandes-dessinées, mais à chaque fois que j’aie la chance d’en découvrir une nouvelle, j’ai toujours cette même excitation post-lecture, comme un enfant qui attendrait Noël avec impatience.

Ici, deux étoiles montantes du cyclisme français se retrouvent en cavale, après avoir acheté une dose importante de produits dopages à des revendeurs. L’un est mineur, l’autre majeur. L’un a perdu son père très jeune, alors qu’il était cycliste professionnel : malgré les nombreuses rumeurs qui accusent son père d’avoir consommé des substances illicites pour doper ses performances, jamais personne n’a pu affirmer qu’il en consommait. Les jeunes s’enfuit, poursuivis par la police et par les revendeurs, qui veulent récupérer leur butin. A la manière d’un Tour de France, nous allons suivre les deux jeunes dans leur fuite, traversant monts et vallées pour échapper à leurs poursuivants.

Les Porteurs d’eau, c’est une bande-dessinée qui parle du dopage dans le milieu du cyclisme. A travers son récit, Fred Duval ne cherche pas à porter de jugement sur ce phénomène, mais essaie seulement de comprendre ce qui a pu amener les cyclistes à se doper.

N’étant pas une spécialiste du milieu du cyclisme, j’ai apprécié que l’auteur use de mots simples pour décrire certaines spécificités du milieu. Même si je n’ai sans doute pas compris toutes les références et les jeux de mots utilisés, j’ai quand même réussi à suivre le déroulé de l’histoire et à pénétrer dans l’ambiance.

Malheureusement, je trouve que le scénario est un peu facile. Des histoires de cyclistes qui se dopent, ou qui achètent de la marchandise pour en revendre dans leur cercle professionnel, c’est du vu et déjà vu. Pour moi, il manquait cruellement d’originalité dans le récit. De plus, parler de dopage dans le milieu du cyclisme, je trouve ça un peu surfait et cliché, puisque le dopage est presque automatiquement assimilé au milieu du cyclisme, alors que c’est loin d’être le seul sport qui use de ce genre de substances.


Un scénario simple, mais dynamique et plein de rebondissements. Même si j’aurais apprécié plus d’originalité dans le récit, j’ai aimé découvrir cette histoire. 

Ma note : 6,5/10

 

Littérature française·Roman

Le cas zéro


Le cas zéro de Sarah Barukh

534 pages, éditions Albin Michel


Résumé : Tout commence par un cas. Incompréhensible et inquiétant. Une série de symptômes incohérents et d’une gravité extrême. Laurent Valensi, médecin à l’hôpital Saint-Louis, ne sait comment soigner son patient, un certain Ali Benyoussef.
Déchiré entre sa famille qui veut le protéger d’une éventuelle contamination et un chef de service sans scrupule, il se lance dans une course contre la montre. En dépit de ses doutes, et face aux menaces qui pèsent chaque jour un peu plus sur lui, il va se battre pour sauver cet homme et faire éclater la vérité : si ce patient était le cas zéro de la terrible épidémie qui fait rage aux Etats-Unis et que l’on appelle « le cancer homosexuel » ?
Un thriller angoissant où Sarah Barukh, l’auteur de Elle voulait juste marcher tout droit, nous tient en haleine de la première à la dernière page.


Extraits « – Tu es un meilleur médecin que je ne pensais.
– Pourquoi ? s’étonna Laurent.
– Parce que tu soignes enfin avec ta tête, ton coeur et tes tripes. »

« Les cahiers ne parlaient pas, mais ils savaient écouter. »


Mon avisJusqu’à quel point un médecin est-il prêt à aller pour sauver son patient ? Jusqu’à mettre sa propre vie ou celles des êtres qui comptent le plus pour lui en danger ? Jusqu’à sacrifier sa femme et à sa fille au détriment d’un homme mourant qu’il ne connaît pas ?

Laurent Valensi, médecin interne à l’hôpital de Saint-Louis, est confronté à un patient dont les symptômes sont incohérents et inquiétants. Et si ce patient était atteint de l’épidémie nommée « cancer homosexuel » qui se propage aux États-Unis ? Malgré les menaces de ses supérieurs qui pèsent sur lui, Laurent Valensi va tout mettre en oeuvre pour soigner Ali Benyoussef.

Une course contre la montre est lancée pour Laurent Valensi : son patient est dans un état critique, il doit faire au plus vite pour le soulager. Aidé par Camille, sa stagiaire interne, Simone, une vieille infirmière au caractère bien trempé, et David, un ancien médecin Tunisien reconverti en épicier parisien, l’équipe va s’entraider pour sauver la vie du patient. Un récit haletant, prenant et additif, qui ne laisse pas indifférent.

Bien évidemment, pour ajouter du piment au récit, l’auteure a incorporé un soupçon de magouilles et d’escroqueries internes. Le directeur de l’hôpital de Saint-Louis serait accusé d’empêcher la guérison d’Ali Benyoussef et de financer clandestinement la recherche médicale. Les couloirs de l’hôpital ne sont pas aussi blancs et purs que son aspect semble faire penser.

A travers ce récit, Sarah Barukh met en avant le courage des médecins, qui n’hésitent pas à sacrifier leur vie pour sauver celle des autres. Pour écrire ce roman, l’auteure s’est inspirée de faits réels et de récits de médecins, qui lui ont racontés ce qu’ils avaient vécus à l’hôpital. Les plus perspicaces pourront percevoir une ressemblance entre ce cancer homosexuel nommé « LAV » dans le livre, et le SIDA, apparu dans les années 1980. La réalité et la fiction se mélangent pour donner un roman dynamique, haletant et plein d’émotions.


Un très bel hommage à ces hommes, qui se sacrifient tous les jours pour soigner de parfaits inconnus. Un récit dynamique et bien écrit, que j’ai vraiment apprécié découvrir ! 

Ma note : 8,5/10

Littérature française·Roman

Paris est tout petit


Paris est tout petit de Maïté Bernard

370 pages, éditions Syros, à 17,95€


Résumé : L’histoire d’amour que vous n’oublierez jamais, un roman qui répare et un hymne à Paris
Inès a 17 ans et un objectif : être admise à Sciences Po après le bac. Elle vient de trouver un job de femme de ménage chez les Brissac, dans le 7e arrondissement de Paris, mais elle n’avait pas prévu le coup de foudre intense entre elle et Gabin, le fils aîné de ses employeurs.
 » Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour.  »
Cette phrase de Prévert devient leur credo. Inès et Gabin sont ensemble le soir de l’attentat du Bataclan, quand le pire se produit. Dès lors, leur histoire et la ville qui les entoure prennent d’autres couleurs, celles de l’après.


Extraits « Je sais que j’ai été aimé. Même quand ça s’arrête trop tôt, l’amour des parents est une force pour la vie. Et je peux envisager à nouveau que j’en ai une, de vie. »

« Lisez tous les jours un petit peu. C’est-à-dire : pratiquez, pratiquez, pratiquez. Comme un concertiste. Le jour du concert, le morceau est tellement inscrit dans son corps que ses émotions parasites ne peuvent pas l’empêcher de l’exécuter. De cette manière vous rayonnerez malgré vous. »


Mon avis : Un grand merci à l’opération Masse Critique Babelio, ainsi qu’aux éditions Syros, de m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce livre. Paris est tout petit, c’est l’histoire d’amour entre Gabin, un jeune garçon aisé, et Inès, une jeune femme ambitieuse mais qui provient d’un milieu moins favorisé. Malgré leurs différences de classe, les deux ados vont se rencontrer et s’aimer…. jusqu’au 13 novembre 2015, où leur vie va basculer !

Le roman avait mal commencé pour moi. Cette relation qui s’est liée trop rapidement entre la jeune femme de ménage et ce fils de riche, c’était trop simple, trop bâclé, trop évident. J’étais déçue de ce début d’histoire, que je pensais voir perdurer tout au lieu du récit. Mais il n’en est rien, puisque Maïté Bernard a réservée de nombreuses surprises à ses lecteurs. Tout bascule, la petite histoire trop prévisible et un peu gnangnan entre Inès et Gabin se transforme en une véritable tragédie des temps modernes. La vie entière des deux adolescents se voit transformée : alors qu’ils étaient insouciants, amoureux et pleins de vie, l’horreur du Bataclan va les transformer.

C’est une histoire tragique et émouvante que nous raconte l’auteure. La façon dont des vies entières peuvent être brisées en un rien de temps. Famille, amis, collègues… quand l’horreur s’abat sur quelqu’un, la tristesse touche tout le monde. Nous nous glissons dans la peau des victimes, et découvrons comment leur vie a changée, seulement quelques mois après le drame du Bataclan.

Malgré l’horreur des événements décrits, l’histoire n’en reste pas moins gaie et lumineuse. L’amour et Paris restent plus forts que tout ce qu’on peut leur faire subir. Jacques Prévert le disait très bien : « Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’un si grand amour« .


Un récit plein d’émotions, qui raconte l’histoire d’une famille brisée par les attentats du Bataclan. Leur quotidien se voit transformé à jamais, mais la vie continue, malgré tout. Un roman rempli d’espoir, qui vous fera passer du rire aux larmes !

Ma note : 8/10

Littérature belge·Roman

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose


La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret

271 pages, éditions Flammarion, à 19,90€


Résumé : La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie ? On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.


Extraits « Il m’a toujours manqué quelqu’un, au plus profond de moi, jusqu’au jour où j’ai décidé de ne plus attendre personne. »

« Pourquoi les hommes se mettent avec des femmes qu’ils n’aiment pas vraiment, et en désirent d’autres qu’ils rejettent par peur d’en tomber amoureux et, ô malheur, de s’engager ? »


Mon avis : Je remercie l’opération Masse Critique de Babelio, ainsi que les éditions Flammarion, qui m’ont permis de découvrir ce livre.

Enaid est une jeune femme d’apparence gaie et joyeuse, qui cache en fait un mal-être et des secrets qui la rongent. Elle nous raconte sa vie, jalonnée d’obstacles douloureux : des parents absents, un avortement dès l’adolescence, la violence physique et la drogue…

J’avoue avoir été décontenancée par ce roman. La couverture est colorée et gaie, le titre joyeux, les premières pages du livre totalement hilarantes, soit autant d’éléments qui me faisaient penser à un roman « chick-lit », léger et rigolo. Mais il n’en est rien, puisque rapidement l’histoire devient triste, presque tragique. La Enaid du début se dévoile, et l’on découvre une femme bouleversante, qui raconte avec gravité l’histoire de sa vie.

A l’intérieur de ce livre, il n’y a que très peu d’actions, tout est dans l’affect, le sentiment, l’émotion. Je vous avoue que le début du livre (la partie la plus marrante de l’histoire) était excellent, je me suis bien marré aux côtés d’Enaid, cette femme au courage et à l’humour décapant. Mais lorsque l’histoire annonce son tournant tragique, j’ai été tellement déboussolée et déçue de ne plus percevoir d’humour dans le personnage de Enaid, que je ne me suis pas impliqué dans le récit et, de ce fait, n’ait pas adhéré à l’histoire contée. C’est bien dommage, puisque l’auteure a du potentiel et une écriture sympathique.


Un roman sympathique, mais pas exceptionnel. C’est une histoire pleine d’émotions, qui repose uniquement sur l’affect du lecteur. J’ai passé un bon moment, mais je n’en garde pas un souvenir mémorable.

Ma note : 5/10

Bilans

Bilan du mois

MAI 2018

→ Les raisins de la colère de John Steinbeck (639 pages)
→ Les blessures du silence de Natacha Calestrémé (338 pages)
→ Bon retour à la maison de Debbie Macomber (333 pages)
→ L’amour propre de Olivier Auroy (263 pages)
→ L’ombre de l’autre femme de Dorothy Koomson (569 pages)
→ L’armoire des robes oubliées de Riika Pulkkinen (422 pages)


livres lus, soit 2564 pages


 

Mon coup de coeur du mois :

Ma déception du mois :

Littérature finlandaise·Roman

L’Armoire des robes oubliées


L’Armoire des robes oubliées de Riika Pulkkinen

422 pages, éditions Le Livre de Poche, à 7,60€


Résumé : Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d’un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna découvre que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille.
Une vieille robe trouvée par hasard, et dont elle apprend qu’elle aurait appartenu à une certaine Eeva, va réveiller le passé. Cette Eeva, dont on ne lui a jamais parlé, aurait été, dans les années 60, la nourrice de sa mère. Mais Anna ne tarde pas à comprendre qu’elle a été beaucoup plus qu’une employée et que son grand-père, peintre célèbre, l’a profondément aimée…


Extraits « L’enfant naît, sa mère apprend à le connaître, petit à petit, année après année. Et puis viennent d’autres gens sous l’influence desquels il devient un étranger. »

« Les relations entre les gens sont comme des bois touffus. Ou bien les gens eux-mêmes sont des forêts, les sentiers s’ouvrent en eux l’un après l’autre, chemins se demeurant mutuellement inconnus, ne débouchant que par hasard sur les voies qui conduisent au bon endroit. »


Mon avis : J’avais acheté ce livre il y a plusieurs années maintenant, suite à de nombreux avis positifs que j’avais lu sur la Toile. Une envie subite m’a fait le ressortir de ma Pile à Lire. J’étais enthousiaste à l’idée de pouvoir enfin découvrir ce récit, mais malheureusement, je ressors déçue de cette lecture.

La grand-mère de Anna, Elsa, est atteinte d’un cancer foudroyant tant et si bien que ses jours sont comptés. Alors que la jeune fille tente de profiter un maximum de la présence de sa grand-mère, elle va faire une découverte qui va changer la perception de sa famille. En effet, elle découvre que ses grands-parents n’ont pas toujours été aussi heureux qu’ils le laissent percevoir. Alors que sa mère n’était encore qu’une enfant, Elsa et son mari ont embauchés Eeva, une nourrice, pour s’occuper de leur fille. Mais au fil des jours, des semaines, des mois puis des années, Eeva deviendra bien plus qu’une simple nourrice.

Pour mon plus grand malheur, je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire. Les personnages ne m’ont pas émus, ils ne m’ont pas particulièrement touchés, je suis resté un peu étrangère à eux. Leurs traits de caractères n’étaient pas assez prononcés, ils n’avaient pas l’originalité et la singularité qui fait qu’on se souvient parfaitement d’eux. C’est surtout qu’avec la densité des personnages, il est dur de se repérer, d’autant plus que le récit alterne entre les points de vues et les époques. Il faut s’accrocher et bien se concentrer pour replacer chaque personne dans son époque avec le bon statut !

J’ai trouvé que la tonalité générale du récit manquait d’émotions. Peut-être est-ce un choix de l’auteure de laisser de la pudeur autour des personnages et de leur histoire, de ne pas trop s’épancher pour ne pas virer au pathos et aux larmes, dans ce cas, c’est raté pour moi, je n’ai pas accroché.

De plus, j’ai trouvé l’histoire un peu banale, elle manquait d’originalité, d’un je-ne-sais-quoi qui aurait donné plus de dynamisme au récit et l’aurait rendue unique. En somme, je suis un peu déçue de cette lecture que j’avais espéré apprécier.

Cela n’enlève rien au fait que l’écriture de Riika Pulkkinen est irréprochable, tout en tendresse et en douceur. Même si ce roman n’a pas été à la hauteur de mes espérances et ne m’a pas emporté, peut-être que vous saurez l’apprécier autrement que moi.


Un récit tendre et beau, mais qui ne m’a pas touché. L’histoire est banale et manque de dynamisme. Dommage…

Ma note : 3/10

IMM

IN MY MAILBOX

imm

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.
Le regroupement des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir !

 

Voici un bel In My Mailbox de printemps, dense et bien rempli, avec des lectures très variées. Bonne lecture !


Ma première réception vient des éditions Hachette romans, qui m’ont fait parvenir Quand Dimple rencontre Rishi écrit par Sandhya Menon. Une couverture gaie et colorée, qui donne envie d’ouvrir le livre !

Résumé : La première réaction qu’a eu Dimple quand elle a rencontré Rishi  ?Lui jeter son café à a figure et prendre ses jambes à son cou.  En même temps, qui oserait aborder une fille de cette façon  :«  Bonjour, future femme. J’ai hâte de commencer le reste de nos vies.  »  ?  Ce que Dimple ignore, c’est que Rishi va passer l’été dans la même université qu’elle.Et surtout… qu’il est l’homme auquel ses parents l’ont promise sans l’en informer  !  Elle  ! Dimple  ! Fière de son indépendance, ravie de vivre enfinloin de sa famille, embarquée dans un mariage arrangé  ?Hors de question  !


J’ai également reçu Le trône des étoiles, le tome 1 : Les fugitifs de Rhoda Belleza aux éditions Nathan. Un livre de science-fiction jeunesse que je suis curieuse de découvrir.

Résumé : Seule survivante de sa dynastie, Rhiannon a passé son enfance à s’entraîner dans le but de venger sa famille assassinée. Mais la veille de son couronnement, elle échappe de justesse à une tentative de régicide et doit se cacher. Cependant aux yeux du monde, la princesse est morte. Le jeune Alyosha, star d’un programme de DroneVision, est accusé de son meurtre et recherché dans tout l’empire.
Bien qu’ils ne se connaissent pas, leurs destins sont désormais liés. Tous deux sont décidés à faire éclater la vérité, malgré les complots et les menaces de guerre qui pèsent sur la galaxie.


J’ai ensuite eu la chance de recevoir Le jour où maman m’a présenté Shakespeare de Julien Aranda aux éditions Eyrolles, accompagné d’un joli marque-page « Cet été, je lis POP ». C’est un livre qui me tente énormément, et que je lirai très prochainement !

Résumé : Quand on a 10 ans, une mère amoureuse de Shakespeare mais pas de papa, et que l’on s’attend à voir débarquer les huissiers d’un jour à l’autre, la vie n’est pas simple. Elle, comédienne de théâtre passionnée, fascine son fils qui découvre le monde et ses paradoxes avec toute la poésie de l’enfance. Avec leur voisine Sabrina, caissière de son état, et les comédiens Max, Lulu et Rita, ils forment une famille de cœur, aussi prompte à se fâcher qu’à se réconcilier. Mais, un jour, la réalité des choses rattrape la joyeuse équipe. Et le petit garçon est séparé de sa mère. Comment, dès lors, avancer vers ses rêves ? En comprenant que, peut-être, l’essentiel n’est pas l’objectif, mais le chemin parcouru … Sur fond de crise des subprimes, Julien Aranda nous raconte la trajectoire enchantée d’une troupe de théâtre inoubliable.


Grâce à Babelio, j’ai eu l’opportunité de recevoir Le cas zéro de Sarah Barukh aux éditions Albin Michel en épreuves non corrigées.

Résumé : Tout commence par un cas. Incompréhensible et inquiétant. Une série de symptômes incohérents et d’une gravité extrême. Laurent Valensi, médecin à l’hôpital Saint-Louis, ne sait comment soigner son patient, un certain Ali Benyoussef.
Déchiré entre sa famille qui veut le protéger d’une éventuelle contamination et un chef de service sans scrupule, il se lance dans une course contre la montre. En dépit de ses doutes, et face aux menaces qui pèsent chaque jour un peu plus sur lui, il va se battre pour sauver cet homme et faire éclater la vérité : si ce patient était le cas zéro de la terrible épidémie qui fait rage aux Etats-Unis et que l’on appelle « le cancer homosexuel » ?
Un thriller angoissant où Sarah Barukh, l’auteur de Elle voulait juste marcher tout droit, nous tient en haleine de la première à la dernière page.


J’ai également reçu La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose de Diane Ducret édité chez Flammarion. Une jolie couverture, très printanière, qui me donne envie d’ouvrir le roman !

Résumé : La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie? On peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Être boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi.


J’ai reçu le deuxième tome de la romance comédie de Stéphanie Pélerin : (toujours) Jeune, (toujours) jolie, maman (mais pas seulement) aux éditions Diva romance. Pour ma plus grande honte, je n’ai toujours pas eu le temps de lire le premier tome. Mais j’espère pouvoir le lire très prochainement, pour pouvoir découvrir le deuxième dans la foulée !

Résumé : Ivana file le parfait amour avec Bruno. Enfin presque… Parce que si le célibat, ce n’était pas de la tarte, la vie de couple n’est pas non plus un long fleuve tranquille. Surtout quand on est aussi maman… et belle-maman.


Les éditions Gallimard jeunesse – On lit plus fort m’ont envoyé en avant-première les épreuves non corrigées du roman de Jared Reck : La courte histoire de la fille d’à côté.

Résumé : Si on était dans un film, Matt dirait à Tabby qu’il est fou d’elle. Alors, elle se jetterait dans ses bras – sous une pluie battante, évidemment. Mais on n’est pas dans un film : Matt et Tabby sont voisins, il est son meilleur ami, et elle est amoureuse de Liam. Cynique, romantique, sur le terrain de basket, pendant les cours, Matt repense à leurs moments partagés et serait prêt à tout pour la garder.
Mais un événement tragique vient tout bouleverser…


Les éditions Gallimard jeunesse – On lit plus fort m’ont également fait parvenir L’anti-magicien de Sébastien de Castell. Cette lecture sort un peu de mes genres de prédilection, mais pourquoi ne pas tenter de lire ce livre quand même ? Affaire à suivre !

Résumé : Kelen, 16 ans, est l’héritier d’une des grandes familles qui se disputent le trône de la cité. Il prépare son premier duel pour devenir mage. Mais ses pouvoirs ont disparu. Il doit ruser… ou tricher, quitte à risquer l’exil, voire pire. Ses seuls soutiens, deux acolytes explosifs : Furia, la vagabonde imprévisible et Rakis, un chacureuil féroce et acerbe.


 

Rendez-vous très prochainement pour un nouvel In My Mailbox !