Blackwater, tome 2 : La digue


Blackwater, tome 2 : La digue de Michael McDowell
257 pages, éditions Monsieur Toussaint Louverture, à 8,40€


Résumé : A Perdido, en Alabama, la suite des aventures d’Elinor et de la riche famille Caskey.
Tandis que la ville se remet à peine d’une crue dévastatrice, le chantier d’une digue censée la protéger charrie son lot de conséquences : main d’œuvre incontrôlable, courants capricieux, disparitions inquiétantes. Pendant ce temps, dans le clan Caskey, Mary-Love, la matriarche, voit ses machinations se heurter à celles d’Elinor, son étrange belle-fille, mais la lutte ne fait que commencer. Manigances, alliances contre-nature, sacrifices, tout est permis. À Perdido, les mutations seront profondes, et les conséquences, irréversibles.
Découvrez le deuxième épisode de Blackwater, une saga matriarcale avec une touche de surnaturel et un soupçon d’horreur.


Extraits : « Seuls les enfants aiment véritablement l’été, car bien sûr il n’y a pas école. Les journées sont longues, et jamais interrompues par les heures, les devoirs ou les sonneries. »

« En Alabama, les vraies affaires ne se concluaient pas dans des bureaux, des cours d’usine ou derrière le comptoir d’une boutique. Elles se faisaient sous des porches, assis sur un siège à bascule à la lueur de la lune ; chez le barbier tandis que le commis vous cirait les chaussures ; sur un coin d’herbe derrière l’église méthodiste entre le catéchisme et l’office du matin ; ou dans le quart d’heure qui précédait les parties de domino du mercredi soir chez Oscar. »


Mon avis : Clairement, je l’avoue ouvertement : je suis fan de toutes les parutions des éditions Monsieur Toussaint. C’est donc sans surprise que je peux dire que j’ai adoré ce deuxième tome de la saga Blackwater. Le premier tome, La crue, avait été une magnifique découverte, tant fictionnelle que visuelle (puisque l’objet-livre était juste splendide), la deuxième tome, La digue, l’est tout autant.

Dans ce second tome, nous retournons dans le petit village de Perdido, Alabama, aux côtés de la famille Caskey, Mary-Love, Sister, Oscar, James, de leurs domestiques, mais surtout de la mystérieuse Elinor, épouse de Oscar et mère de Miriam. Après l’inondation spectaculaire de Perdido qui a causé la perte matérielle et financière de nombreuses familles, les habitants souhaitent faire construire une digue, capable d’arrêter la rivière si une telle catastrophe venait à se reproduire. Mais Elinor ne voit pas d’un bon oeil cette installation, qu’elle juge totalement superflue et nuisible au paysage visuel.

J’ai adoré retrouver l’ensemble des personnages qui ont tant marqués le premier tome : une Elinor toujours plus mystérieuse, bien qu’un peu plus effacée ; une Mary-Love toujours autant stratège et dominatrice ; un Oscar soumis ; une Sister qui commence tout doucement à prendre sa vie en main, en se détachant de sa mère… et de nouveaux personnages intègrent l’histoire, notamment Early, point central de ce second tome, puisqu’il est en charge de la construction de la digue. Un personnage, vous l’aurez sans doute deviné, tout de suite haï par Elinor, puisqu’étant à l’origine de ce qu’elle exècre le plus.

Le récit est toujours aussi dynamique et prenant. Il plane au-dessus de ces pages une aura mystérieuse et intrigante, qui nous maintient en haleine jusqu’aux dernières pages : qui est vraiment Elinor ? De quoi est-elle capable ? Quelques scènes paranormales viennent s’ajouter au récit initial, ce qui vient grossir l’ambiance mystérieuse qui plane autour de la personnalité d’Elinor, de ses pouvoirs et de ceux, pourquoi pas, de ses deux filles. Ces passages angoissants vous amèneront quelques frayeurs et beaucoup de sueurs froides !

Ce second tome confirme mon amour pour cette série : je n’ai qu’une hâte, me précipiter sur le troisième ! La saga, rééditée la Monsieur Toussaint Louverture, en compte six en tout. De quoi nous tenir en haleine encore un moment…


Un second tome à la hauteur du premier : addictif, surprenant, original, toujours aussi mystérieux, avec des personnages emblématiques qu’on prend plaisir à retrouver et à voir évoluer. J’ai déjà hâte de lire la suite !

Ma note : 9/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 9782381960463
Traduction : Yoko Lacour

4 réflexions sur “Blackwater, tome 2 : La digue

  1. Parlons fiction dit :

    Tout comme toi, j’ai beaucoup aimé ce deuxième tome, dans la continuité du premier ! Le rythme de l’auteur est efficace et l’intrigue, prenante. Je viens de terminer le tome 3, et pour le moment, je dois avouer que c’est celui-ci que j’ai préféré 😊

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s