Le dernier enfant


Le dernier enfant de Philippe Besson
205 pages, éditions Julliard, à 19€


Résumé : Un roman tout en nuances, sobre et déchirant, sur le vacillement d’une mère le jour où son dernier enfant quitte la maison. Au fil des heures, chaque petite chose du quotidien se transforme en vertige face à l’horizon inconnu qui s’ouvre devant elle.


Extraits« Patrick dit : on dort dans le même lit, on vit sous le même toit, ça sert à quoi se de dire bonjour, tu peux m’expliquer ?
Il n’a pas tord. Quand même, elle appréciait cette convivialité, la regrette un peu.
« 

« C’était ça, les vacances, être ensemble, les uns avec les autres, les uns sur les autres, oui, comme Théo l’a dit, tout partager, ne plus être séparés par des cloisons, des habitudes. »


Mon avis : Anne-Marie est mère de trois enfants. Le jour où son petit dernier, Théo, quitte le nid familial pour poursuivre ses études dans une grande ville, Anne-Marie le vit très mal. Elle sombre dans une sorte de solitude dépressive, n’a plus goût à la vie, se sent vidée, inutile, abandonnée. Elle ressasse avec amertume les souvenirs de cette vie passée, de son petit garçon, qui a grandit bien trop vite.

J’ai été très émue de cette lecture, tant par les émotions qui se dégagent des personnages, mais surtout parce que c’est une situation presque identique à celle que je vis actuellement. Fille aînée d’une famille de deux enfants, je quitte le nid familial peu après mon petit frère, pour voler de mes propres ailes dans ma vie professionnelle. Mes parents se retrouvent donc seuls dans une grande maison vide, où nous avons pu partager de merveilleux souvenirs inoubliables. Ainsi, grâce à cette lecture, je peux me mettre à la place de ma mère (et de mon père), comprendre ce qu’ils ressentent et comment ils vivent ces départs successifs. 

Bien qu’ici, le départ du petit dernier affecte très durement la mère, Anne-Marie, qui, sur un coup de tête, est prête à faire une très grosse bêtise. Son mari, plus rationnel, moins sentimental sans doute, reste la tête sur les épaules et continue sa vie quotidienne comme si ce dernier départ ne le touchait pas tant que ça. Mais peut-être est-ce ce que l’on appelle le fameux cordon qui relie la mère et ses enfants, ce lien maternel fort que ne peuvent comprendre les hommes. La divergence de comportement entre le mari et sa femme est en tout cas intéressante à observer et à analyser. 


Un roman très court, réaliste et émouvant, sur le départ du dernier enfant de la maison familiale.  Les mamans se retrouveront certainement dans ce récit poignant.

Ma note : 7,5/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-260-05467-2

3 réflexions sur “Le dernier enfant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s