Cette nuit-là


Cette nuit-là de Victoria Hislop
291 pages, éditions Les Escales, à 20€


Résumé : Le 25 août 1957, la colonie de lépreux de l’île de Spinalonga ferme ses portes. Maria retourne à Plaka, en Crète, avec son mari, le docteur Kyritsis. Mais alors que la soirée de célébration pour fêter leur retour bat son plein, sa sœur Anna est assassinée par Andreas, son mari, lorsqu’il découvre qu’elle a pour amant son cousin Manolis.
Ce drame aura des effets dévastateurs pour toute la communauté de Plaka. Manolis quitte la Crète pour la Grèce ; loin de son île, il s’efforce de se reconstruire. Andreas tente d’expier son crime en prison. Maria, quant à elle, choisit le chemin du pardon en rendant visite à Andreas.
C’est ce drame qui révélera finalement Manolis, Maria et Andreas à eux-mêmes.

Près de dix ans après la publication de L’Île des oubliés, Victoria Hislop redonne vie aux personnages qui ont ému plus d’un demi-million de lecteurs français.


Extraits« Les coeurs étaient pareils à de jolis bibelots. Et elle en savait quelque chose, elle qui collectionnait des centaines de figurines en porcelaine. Lorsque celles-ci se retrouvaient en miettes, on pouvait toujours les recoller, toutefois, même si l’on était d’une grande adresse, les fines lignes de fonction entre les morceaux restaient à jamais visibles.« 

« Les décisions qui transforment une existence se prennent souvent plus facilement que celles qui sont plus triviales. »


Mon avis : Dix ans après sa dernière parution livresque, L’île des oubliés, qui a connue une renommée mondiale, Victoria Hislop revient avec un nouveau roman : elle a imaginée la suite de ce livre plébiscité dans le monde entier. J’ai été surprise par cette nouvelle, mais particulièrement heureuse de pouvoir me replonger en Crète, aux abords de l’île de Spinalonga, longtemps utilisée pour parquer les personnes atteintes de la lèpre, devenue aujourd’hui une attraction touristique. Dans ce second volume, l’auteure redonne vie aux personnages qui ont marqué L’île des oubliés, et met sur le devant de la scène certains héros secondaires du premier tome.

Dans Cette nuit-là, nous apprenons qu’Anna, mariée à Andreas, entretient une liaison avec le cousin de ce dernier, Manolis. Lorsque son mari l’apprend, fou de rage et de jalousie, il assassine froidement sa femme et se devient la honte et le déshonneur de la famille Vandoulakis. Manolis, conscient qu’il est indirectement la cause de ce terrible drame, décide de quitter la Crète pour recommencer une nouvelle vie à Athènes. Maria, la soeur de feu Anna, enfin guérie de la lèpre, quitte Spinalonga pour rejoindre la côte, aux côtés de son nouveau mari, également son sauveur : le docteur Kyristsis. Devenue stérile en raison de sa maladie, Maria décide d’adopter la petite fille de sa défunte soeur, de l’élever avec son mari comme si elle était la leur, en lui cachant la triste vérité sur ses parents. En parallèle, Maria rend visite une fois par mois à son beau-frère prisonnier, pour lui donner des nouvelles de sa fille, pour tenter de comprendre son geste et essayer de lui pardonner.

J’ai beaucoup aimé cette suite de L’île des oubliés, même si l’histoire est très différente. Alors que le contexte historique était au coeur du récit du premier tome, l’auteure développe dans Cette nuit-là une histoire familiale et dramatique, bien éloignée de l’expérience vécue sur l’île de Spinalonga. C’est un angle nouveau, très intéressant, qui s’intéresse plus aux personnages, à leurs états d’âme, à leurs actions, plutôt qu’au contexte global. Les conflits familiaux sont légion : tromperies, mensonges, secrets… les rebondissements n’en finissent pas de parsemer le récit. Les temps morts sont rares, le rythme est soutenu, intense, les chapitres sont courts et défilent à une vitesse surprenante.

À la fin de son livre, Victoria Hislop raconte avec émotions le contexte qui lui a donné l’idée d’écrire cette histoire sur Spinalonga et la léproserie du XXème siècle. C’est une thématique peu commune, qui peut rebuter – qui a d’ailleurs fait peur à bon nombre d’éditeurs, comme elle nous l’explique -, mais qui a le pouvoir de mettre en lumière l’atrocité inhumaine dont étaient capables nos ancêtres face à cette maladie qu’ils ne contrôlaient pas. C’est une très bonne idée d’expliquer la genèse de la création de son histoire, ce qui a fait naître l’idée originelle, ce qui a poussé l’auteur à développer ses personnages, à créer une atmosphère singulière et à s’étendre sur des thématiques particulières. Je pense que chaque auteur devrait songer à dérouler le fil de leur histoire de cette manière, afin d’être encore plus intime vis-à-vis de leur lectorat.


Dix ans après L’île des oubliés, Victoria Hislop nous offre une suite inattendue mais intéressante, qui place les protagonistes du premier tome au coeur d’une saga familiale trépidante. Peut-être l’auteure nous fera-t-elle l’honneur d’un troisième tome ?

Ma note : 8/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-36569-583-1
Traduction : Alice Delarbre

3 réflexions sur “Cette nuit-là

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s