Nuuk


Nuuk de Mo Malo
405 pages, éditions La Martinière, à 20,90€


Résumé : Saluée par de nombreux festivals et prix littéraires, traduite dans plusieurs langues, la série des enquêtes de Qaanaaq Adriensen fascine et surprend. Une poursuite hallucinante contre le mal et contre soi-même.
Dans les villages du Groenland, une étrange épidémie de suicides touche les jeunes gens. La misère sociale et la rudesse climatique n’expliquent pas tout.
Après un long passage à vide, la hiérarchie de Qaanaaq Adriensen l’a autorisé à reprendre son poste de chef de la police de Nuuk, la capitale du pays. Mais sous deux conditions : être suivi par une thérapeute et renoncer aux expéditions sanglantes qui ont fait sa réputation. Hélas, ses démons le reprennent vite, au grand dam de son adjoint inuit, Apputiku Kalakek.
Qaanaaq découvre que les différentes morts sont liées par les traces du passage d’un mystérieux chamane chez plusieurs victimes. Et partout où se rend le policier, lui sont livrées, colis après colis, les pièces d’un puzzle macabre. Paranoïaque, disent-ils ? Qaanaaq veut prouver à tous que ses failles n’ont pas atteint ce qu’il a de meilleur en lui : son instinct de chasseur.


Extraits« La balance qui juge nos âmes prend-elle le poids de notre corps en compte ? »

« La mort décide toujours pour nous. Sans rien nous demander, elle rebat, et rebat encore, les cartes qui président à nos choix. La mort est un carrefour qui ne nous ouvre qu’un seul chemin. »


Mon avis : Première rencontre littéraire avec le grand Mo Malo, et certainement première immersion fictionnelle au coeur du Groenland, pays glaciaire qui fascine et effraie tout à la fois. C’est donc avec beaucoup de curiosité et une joie non dissimulée que je me suis lancée dans la lecture de Nuuk, troisième tome de la saga polaire de l’auteur, qui peut néanmoins se lire indépendamment des autres.

Nuuk, c’est le nom d’une des plus grandes villes du Groenland : mais c’est aussi le lieu où officie Qaanaaq Adriensen, chef de la police. Suite à des mésaventures passées, racontées plus en détails dans les tomes précédent, le chef de la police se retrouve forcé de suivre une thérapie quotidienne ; une psychologue l’appelle chaque jour pour suivre son évolution psychologique et lui permettre de reprendre une activité professionnelle complète. C’était sans compter sur son instinct infaillible de flic, qui le pousse à suivre une nouvelle enquête très étrange. Plusieurs jeunes, en apparence sans problème, se donnent la mort, sans laisser explication. Après plusieurs jours d’investigations, secondés par son fidèle compagnon Appu, Qaanaaq se lance sur les traces d’un mystérieux chamane, qui sèmerait la discorde dans le pays.

J’ai adoré me plonger dans cet univers glaciaire, où la rudesse climatique et la misère sociale apportent un dépaysement conséquent aux occidentaux. 

Nuuk, Groeland

Le Groenland est connu comme le pays recensant le taux de suicides le plus élevé au monde. Un fléau qui s’explique en partie par le climat particulier de cette contrée isolée, mais aussi par la précarité de l’emploi, directement impactée par la mondialisation. Une situation inquiétante pointée du doigt par Mo Malo, qui entend faire prendre conscience aux lecteurs du monde entier des méfaits de la mondialisation. Les cultures et traditions des inuits (peuple d’autochtones partageant des similitudes culturelles et une origine ethnique commune) disparaissent progressivement, des villages entiers s’effacent de la carte du pays. L’auteur s’alarme de ces pertes conséquentes, mais souhaite en garder une trace tangible et les faire connaître au plus grand monde. Pour ma part, j’ai adoré me plonger dans cet univers qui m’était totalement inconnu, découvrir des populations atypiques, leurs pratiques cérémoniales et leurs diverses traditions, tout en prenant conscience de leur disparition progressive.

Pour en revenir à l’enquête policière de Nuuk, le coeur même de l’intrigue, je l’ai trouvée bien écrite, bien que manquant clairement de finesse. À l’image de l’atmosphère générale du livre, le texte était parfois trop froid, brut. Le tout manquait de cohérence et de vraisemblance ; je pense notamment à une scène en particulier, celle du crash de l’hélicoptère par temps de blizzard, qui s’écrase en plein océan. Le pilote meurt sur le coup, tandis que notre héros est subit des dommages physiques par des requins… mais s’en sort indemne ! Pour couronner le tout, le pilote est vite relégué aux oubliettes, Qaanaaq ne s’offusquant pas plus que cela d’avoir vu périr un ami et collègue par sa seule faute. Autant vous dire que cette scène, qui frise le ridicule, m’est vraiment restée en travers de la gorge. Autrement, j’ai trouvé l’histoire rythmée, les péripéties s’enchaînant avec fluidité et constance.


Suivez l’enquête de Qaanaaq, le chef de la police de Nuuk, et vivez une plongée glaciaire en plein coeur du Groenland. Dépaysements garantis, mais intrigue peu crédible… 

Ma note : 6/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-7324-9223-0

2 réflexions sur “Nuuk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s