Elizas


Elizas de Sara Shepard
427 pages, éditions Charleston, à 22,50€


Résumé : Une jeune femme, belle et fragile, un luxueux hôtel hollywoodien et un dangereux mélange d’alcools forts et de médicaments… Quand Eliza Fontaine, jeune auteure à succès, se réveille dans une chambre d’hôpital, il lui suffit d’un regard à ses proches pour comprendre qu’on la soupçonne d’une nouvelle tentative de suicide. N’a-t-elle pas été retrouvée ivre morte au fond d’une piscine alors qu’elle ne sait pas nager ? Pourtant, Eliza en a la certitude, cette fois, c’est différent. Ses souvenirs sont flous, sa mémoire se dérobe, mais elle se souvient d’une voix, d’un rire… Uniquement armée du roman qu’elle vient de terminer, et dans lequel semblent se mêler fiction et réalité, la jeune femme part à la recherche de ce qui s’est réellement passé. Car, s’il y a une chose dont Eliza est sûre, c’est qu’elle n’a pas sauté dans cette piscine. Quelqu’un a tenté de la tuer.


Extraits : « Et puis, où allaient les enfants après leur mort ? Au ciel ? En existait-il une version pour enfants ? »

« Tu sais, ta mère ne réalise pas que le temps passé avec un enfant est éphémère. L’argent, ce n’est pas tout. Le travail, ce n’est pas tout. »


Mon avis : L’idée de départ était bonne, mais elle n’a pas eu l’effet escomptée sur moi : je suis restée hermétique à l’histoire, aux personnages et au style narratif de l’auteure. Eliza Fontaine est une jeune auteure à succès, qui vient d’échapper de justesse à la noyade. Persuadée que quelqu’un lui veut du mal et l’a volontairement poussée dans la piscine de l’hôtel où elle séjournait, elle part en quête de son assassin. Mais personne ne semble croire à sa version des faits, ses parents les premiers. Ils soutiennent que Eliza est malade, qu’elle a tenté d’attenter à ses jours par le biais de sa tumeur dégénérative. Pour ajouter à la confusion générale, Eliza semble souffrir d’une amnésie importante. Elle se perd dans ses souvenirs : elle en oublie des visages, des moments entiers du passé, des conversations, des lieux visités.

L’histoire est construite de façon à alterner un chapitre au présent et un chapitre qui relate des extraits des Dés, l’histoire écrite par Eliza. Nous avons donc une mise en abyme originale, une histoire dans une histoire, avec un personnage réel et l’autre imaginaire. Dans celle-ci, nous rencontrons Dot et sa tante Dorothy, qui sont très fortement liées, l’une semblant être une mère de substitution pour l’autre. Dot est malade, presque mourante, soutient sa tante. Cette dernière la veille continuellement et lui prodigue des instants de bonheur intenses et uniques, pour oublier les malheurs présents. C’est un personnage énigmatique, dont je me suis méfiée dès son apparition, un être vil, mesquin, qui dégage des ondes négatives et un terrible sentiment de terreur.

Un climat étrange flotte durant l’ensemble du récit. Nous sommes transbahutés entre la fiction et la réalité, ne sachant trop à quel saint se vouer. Plus nous avançons dans notre lecture, plus notre confusion augmente et plus la frontière entre ces deux espaces-temps s’amincit. Les similitudes entre Eliza et Dot se font de plus en plus ressentir, tant et si bien qu’au bout d’un certain temps, les deux jeunes femmes ne semblent faire plus qu’une. Nous pénétrons à tour de rôle leur âme, témoins de leurs plus vils aspects comme de leurs meilleurs côtés. Malheureusement, je n’ai pas ressenti d’attachement particulier, que ce soit à l’une ou à l’autre. Ce sont deux jeunes femmes complexes, tourmentées, difficiles à cerner, qui n’attirent ni sympathie ni empathie. Elles m’ont parues froides, sans émotions, toutes deux souffrants de psychoses violentes,

Vendu comme un thriller, je dirais plutôt qu’Elizas est un roman psychologique. Mettre l’accent sur les caractérisations intérieures des personnages, leur état d’âme, leurs conflits psychologiques, est un parti pris osé, qui, de ce fait, exclut toute forme d’action. Sans un minimum d’action venant rythmer l’histoire, j’ai trouvé que le récit s’éternisait en longueurs, avec une protagoniste qui se questionne, qui se cherche, qui sonde sa propre âme pour mettre à jour les secrets enfouis. Trop d’approximations, pas assez d’éléments concrets qui seraient venus me tenir suffisamment en alerte. Ajoutez à cela un dénouement totalement improbable, qui ne m’a absolument pas convaincu. Malgré que je ressorte déçue de cette lecture, je réessayerai avec grand plaisir de relire du Sara Shepard, mais dans son domaine de prédilection : les sagas jeunesse !


Un roman psychologique qui sonde les tourments intérieurs de deux protagonistes complexes. Un récit qui s’éternise en longueurs, prévisible, sans suspense, qui m’a souvent ennuyée.

Ma note : 3/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2-36812-309-6
Traduction : Amélie de Maupeaou

2 réflexions sur “Elizas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s