IN MY MAILBOX


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

 


 

 

Première réception de décembre : La rumeur qui me suit de Laura Bates éditions Casterman, qui est également ma lecture en cours. C’est un livre jeunesse que j’ai eu la chance de remporter lors de la dernière masse critique organisée par le site Babelio, dont la thématique centrale – le harcèlement scolaire – me tentait bien : j’ai hâte de voir comment l’auteure la traite.

Résumé : Anna, seize ans, accepte d’envoyer une photo de ses seins nus à son petit-ami. Le lendemain, celui-ci la diffuse sur Facebook et tout le lycée la voit. Anna commence alors à être harcelée. Des rumeurs circulent sur son compte…Pour mettre fin à ce cauchemar, Anna et sa mère quittent Londres et s’installent en Ecosse. Nouveau nom, nouvelle ville, nouveau lycée : rien ne peut la relier à son passé. Sauf qu’un jour, elle entend « p*te » dans les couloirs, et tout recommence…


Les éditions Gallimard jeunesse m’ont également envoyé leur dernière nouveauté : La lumière dans les combles de Sharon Cameron. Un roman qui s’annonce fort et poignant sur une période noire de la seconde Guerre Mondiale.

Résumé : « Treize juifs dans mon grenier. De toute façon, les nazis ne pourront me tuer qu’une seule fois » « J’espère bien que vous allez m’emmener à la Gestapo. Alors je pourrai leur dire ce que je vais vous dire à vous. Que vous êtes des lâches. Et des idiots. Bien sûr que je veux cacher des juifs! Je le reconnais. C’est la vérité. Je veux les cacher et les aider jusqu’à ce que quelqu’un décide d’en finir avec cette guerre. » Stefania a choisi son camp. Quitte à en payer le prix fort…


Enfin, j’ai également réceptionné une bande-dessinée tout à fait originale : Terrien, t’es rien par Valott édité chez Favre éditions, qui parle du phénomène mondiale que nous connaissons que trop bien : le covid19.

Résumé : Comme le disait l’auteur de BD Moebius : « Dessinateur est le métier le plus libre du monde. On vous enferme dans une pièce et vous faites ce que vous voulez. » Tout dessinateur est un confiné d’origine. Il utilise sa planche à dessin comme une planche de salut et dessine pour s’évader. Dès que la pandémie a débuté, Valott a traduit ce que nous traversions grâce à la finesse de ses traits. Il a réalisé des instantanés du quotidien, tout en y ajoutant sa touche humoristique, mais aussi ses références artistiques et philosophiques; sans faire l’impasse sur la franche rigolade, si essentielle à la survie. Cet ouvrage, c’est l’occasion de revenir sur un phénomène qui a touché la terre entière et nous a tous réunis. Un combat à coup de crayons pour ne pas oublier que nous avons vécu une partie de l’Histoire qu’il faut faire nôtre. Il y a des leçons à tirer, des réflexions à mener et une solidarité à entretenir.


Et chez vous, c’est aussi Noël avant l’heure ?

 

5 réflexions sur “IN MY MAILBOX

    • analire dit :

      Comme tu as dû le lire dans ma chronique, je n’ai que moyennement aimé… les personnages ne m’ont pas touchés, l’aspect paranormal m’a un peu dérangé… enfin bref, une petite déception quand même…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s